Le lobbying islamique en Allemagne et ses liens étroits avec les Frères musulmans : Islamic Relief et Milli Görüs

Le lobbying islamique en Allemagne et ses liens étroits avec les Frères musulmans : Islamic Relief et Milli Görüs

Durant les vingt dernières années, des organisations islamiques se sont implantées en Allemagne en portant des revendications sociales et politiques. La success-story de l’association musulmane, Inssan e. V. à Berlin, et l’Islamic Relief derrière elle, peut être considérée comme exemplaire.

Situation initiale

Les débats d’intégration ont aussi été menés en Allemagne depuis le milieu des années 1990, comme les polémiques autour de la «culture dominante» et le «multiculturalisme». Des camps séparés se sont rapidement formés, dont les membres n’avaient pas peur d’exprimer leurs positions. Deux femmes politiques étaient particulièrement importantes, Claudia Roth, alors présidente du parti Alliance 90 / Les Verts, et Rita Süssmuth, CDU, présidente du Bundestag. Avec les Verts, il n’y a pas que Claudia Roth. En novembre 2000, Christian Ströbele (membre du Bundestag) a déclaré :

«Les Verts se sont toujours identifiés au terme de la société multiculturelle. C’est toujours l’objectif de la politique des Verts. Le multiculturalisme, qui permet à de nombreuses cultures de s’épanouir, est la meilleure alternative à la sinistre «culture dominante allemande» dans le débat actuel sur l’immigration ».

En novembre 2004, les leaders du parti des Verts, Bütikofer et Roth, ont plaidé pour un nouveau fondement de la société multiculturelle :

«Un feu d’intolérance et de xénophobie a éclaté dans le débat allemand. Il brûlait déjà. Nous devons le supprimer à nouveau. Il est autour de la société multiculturelle, il est autour aussi de la liberté. Parce que sans multiculturalisme, la liberté ne peut pas être exprimée dans les sociétés modernes. Nous, les Verts, sommes depuis longtemps des pionniers du «multiculturalisme». Il représente une réalité incontestable et en même temps un fort idéal de liberté qui respecte les différents modes de vie. Le multiculturalisme se réfère non seulement à la pluralité ethnique et religieuse, mais aussi au processus de pluralisme dans les sociétés occidentales et postmodernes en général. Derrière cela se cache une culture du respect qui reconnaît les «les déviations des modes de vie», non seulement les tolère ou les permet. […] La capacité de parler allemand est une clé pour participer à notre société. C’est pourquoi nous avons appelé à une offre obligatoire de cours de langue dans la loi relative à l’immigration ».

Cette insistance sur l’allemand comme langue commune est aussi un « élément de connexion » pour Rita Süssmuth, CDU, présidente du Bundestag de 1988 à 1998, nommée présidente d’une commission indépendante sur l’immigration en 2000, qui en juillet 2001 a présenté un rapport complet «Façonner l’immigration – promouvoir l’intégration», dans lequel elle a indiqué (p. 200) :

«La volonté d’acquérir des compétences en langue allemande ainsi que la reconnaissance de la loi fondamentale, de ses valeurs et de notre système juridique sont des conditions nécessaires à l’intégration. L’intégration est un processus social dans lequel toute personne vivant dans une société est incluse à tout moment. La volonté d’intégration est indispensable. Cette volonté d’intégration s’exprime dans le fait que chaque individu essaie de s’intégrer socialement de sa propre initiative. Cela s’applique à la fois aux habitants et aux immigrants. En tant que tâche politique, l’intégration vise à permettre aux immigrés de participer de manière égale à la vie sociale, économique, culturelle et politique tout en respectant la diversité culturelle ».
Surtout en ce qui concerne les organisations islamiques, ils ont ormulé (Tout doute général est faux) (p. 236):

La suspicion générale de fondamentalisme contre les organisations islamiques en Allemagne est erronée. Il ne fait aucun doute qu’il existe ici des organisations islamiques qui ne se sentent pas liées aux valeurs démocratiques libres de notre société. Il existe également des comportements parmi les immigrés qui ne sont pas conformes aux valeurs fondamentales de la loi, à l’instar de l’égalité des droits pour les femmes. D’un autre côté, de nombreuses sociétés islamiques appellent à l’intégration de leurs membres dans la société allemande et à la mise en œuvre d’un travail social et éducatif de qualité et intégré. Ces associations et organisations islamiques qui luttent pour l’intégration peuvent servir les communautés et les municipalités en tant que personnes de contact pour la population musulmane. Cependant, c’est là que les opportunités de discussion s’arrêtent si les valeurs de la Loi fondamentale sont remises en question ou si des outils politiques sont destinés à être utilisés. Si les minorités ne font pas preuve d’acceptation et de tolérance à l’égard de la société majoritaire, elles ne peuvent pas non plus la revendiquer pour elles-mêmes.

En novembre 1999, le premier débat général d’experts autour des musulmans en Allemagne a eu lieu à Bonn avec la commissaire du gouvernement fédéral pour les étrangers, Marielluise Beck.

Johannes Kandel (Friedrich-Ebert-Stiftung) (2004) décrit dans ses thèses «l’Islam organisé en Allemagne et la complémentarité sociale» le statut de l’islam organisé en Allemagne comme étant un «processus de modernisation ou d’adaptation»:

«L’institutionnalisation et la réglementation de l’islam – à partir des années 1980 – ont fortement augmenté et ont en même temps été soumises à des changements constants. Le chemin a conduit des associations d’étrangers «classiques» et des «mosquées d’arrière-cour» à un réseau d’associations de mosquées et de sociétés islamiques, qui ont pris un poids significatif à la fois chez leurs clients et dans la société majoritaire allemande. Ils prétendent fournir aux musulmans un ensemble « complet » de services: conseils et soutien religieux, sociaux et culturels, organisation d’activités récréatives (tels que les clubs culturels et sportifs), aide juridique, éducation, formation de spécialistes théologiques, personnel administratif et missionnaire, et le plaidoyer politique. […] Les chefs de ces groupes sont souvent des immigrés de la deuxième génération. Ils sont éduqués, confiants et politiquement actifs. Ici, nous trouvons également un nombre croissant de convertis. Ils agissent souvent comme des «gardiens» de la communication entre les employés de la première génération et la communauté majoritaire. Leur connaissance de la langue et des cultures locales et leur niveau d’éducation en ont fait des militants et des locuteurs d’organisations islamiques. Tant la «vieille garde» que les jeunes convertis entreprennent d’importantes carrières dans les organisations, notamment en ce qui concerne l’enseignement théologique et politique. Ils se précipitent avec beaucoup de zèle et de confiance pour la reconnaissance sociale de l’islam, dont ils – en tant que communauté religieuse – sont socialement privés de leurs droits et discriminés par les églises chrétiennes.

Le chercheur français sur l’islam, Gilles Keppel, résume un contexte plus large en indiquant, selon un rapport (en février 2000), que dès 1996 les groupes islamistes avaient changé d’attitude à l’égard de l’Europe occidentale – éviter les conflits en faveur de création «d’espaces d’islamisation » :

«Jusqu’à la fin des années 1980, les groupes islamiques ne considéraient pas l’Europe occidentale comme une région islamique (la demeure de l’islam). L’Europe occidentale appartient, dans l’espace total des méchants (la demeure de l’incrédulité), à une zone de paix contractuelle (la demeure du Pacte), dans laquelle les musulmans ne permettaient pas un conflit ouvert avec l’environnement pervers. Concrètement, cela signifiait que l’Europe était une terre sainte, un refuge pour tous les mouvements persécutés dans leurs pays d’origine. Ainsi, les groupes ont évité tout conflit, a déclaré Keppel. Le changement s’est produit dans l’image de soi. L’Europe est désormais considérée comme la demeure de l’Islam. Cela signifie que les musulmans sont ici dans leur patrie et qu’ils devraient pouvoir vivre selon les règles de la charia. Comme cela n’est possible qu’à un niveau limité pour la minorité, il faut au moins créer des espaces d’islamisation dans lesquels un ordre moral défini par l’islam est appliqué. Cela peut être une salle de classe, une rue ou un quartier. C’est le seul moyen de maintenir la paix sociale et de lutter contre la toxicomanie et la criminalité. […] Pour la génération de Keppel, cette logique met fin au processus de séparation culturelle et promeut une organisation sociale dans laquelle des sociétés fermées se confrontent. Les progrès de ce développement de sociétés parallèles peuvent en fait être étudiés dans la zone autour de la Baubstraße à Berlin-Kreuzberg. Il y a de plus en plus de plaintes de résidents qui sont exécutés ou parfois même crachés par des extrémistes musulmans à cause de leurs vêtements «indécents».

À Berlin, l’Union islamique a essayé depuis 1980 de se donner le pouvoir afin de donner des cours de la religion islamique dans les écoles. Le Département de l’éducation a refusé car l’Union islamique n’est pas une secte religieuse. L’Union s’est battue pour cette reconnaissance devant les tribunaux et a été reconnue comme communauté religieuse par la Cour administrative suprême de Berlin en 1998. Le Département de l’éducation a continué à retarder le démarrage, car le contenu de l’enseignement – selon un rapport de presse – manque surtout de la capacité de prendre des décisions propres à lui, et de développer sa conscience librement, ainsi que l’égalité entre les hommes et les femmes ». Mais la Cour administrative suprême a décidé de ne pas autoriser à l’administration de l’école d’examiner le contenu:

Cependant, la loi berlinoise actuelle pour les écoles ne laisse aucun doute en ce qui concerne  responsable. Le paragraphe 23 stipule que l’éducation religieuse relève des églises, des groupes religieux et idéologiques. En conséquence, la décision de la Cour administrative suprême de Berlin est: que les juges ont privé l’administration de l’école du droit d’évaluer le contenu de l’enseignement. L’Union islamique ait polémique car elle est classée comme extrémiste et est surveillée par le Bureau de Berlin pour la protection de la Constitution. Jusqu’à présent, cependant, apparemment aucun résultat. Dans sa décision, la Cour administrative suprême a déclaré qu’il n’y avait aucune preuve que l’enseignement s’écarte des objectifs éducatifs de l’État. Néanmoins, la Confédération turque de Berlin-Brandebourg craint des violations à des fins politiques et exige que cette question devienne une priorité absolue.

Le Sénat n’ayant pris aucune mesure, le Tribunal administratif fédéral a statué en février 2000 qu’un sénateur devait «appliquer» immédiatement la décision de l’OVG. Depuis septembre 2001, La Fédération islamique a été autorisée à commencer à enseigner l’islam sur deux semestres après une nouvelle plainte devant le tribunal administratif.

Pendant ce temps-là et dans ces circonstances du contexte social, Inssan eV Muslim, dont le développement représente différentes étapes sur la voie du succès.

La Fondation, les turbulences et les réseaux préliminaires

Le 7 janvier 2003, une publication intitulée «Inssan for Cultural Interaction eV» a été éditée et a été inscrite au registre des associations de Berlin. Les statuts ont déjà été approuvés le 25 octobre 2002, comme l’écrivait Insan lui-même: « Des travaux préliminaires ont dû être faits avant que les premiers membres se réunissent le 25 octobre 2002 pour assister à la cérémonie de la fondation ».

Avant l’enregistrement officiel, il y a évidemment eu les discussions de fondation qui ont commencé en 2001. Environ 40 personnes se sont rencontrées à l’automne 2001. Dans «La vie de la communauté musulmane à Berlin, 2006», elle dit:

L’association Insan, qui signifie humain ou humanité dans les langues turque, arabe et ourdou, a été créée en 2001 par des jeunes d’origine arabe avec l’idée d’ouvrir de nouveaux horizons. Bien qu’elle ne compte que 40 membres, l’association professionnelle avec deux employés permanents et stagiaires est très active à Berlin. « [1]

La nouveauté dans Insan est décrite comme suit:

«Comme à Berlin, il y a une nouvelle génération de musulmans qui se battent pour être acceptés de toutes parts dans de nombreuses grandes villes d’Europe afin d’être reconnus aussi bien en tant que musulmans comme Allemands, Français ou Anglais. Les espaces créés et qui s’organisent ne sont pas seulement le résultat de différences générationnelles. C’est aussi l’expression d’une tentative de se poser face à une perception négative de l’islam répandue dans les sociétés occidentales – une tâche auto-imposée qui concerne ces jeunes musulmans au quotidien. Ils sont souvent remarqués avec suspicion et méfiance, mais ils rencontrent également une réponse positive et fournissent des matières de discussion sur les relations avec les organisations islamiques.

Ce qui attire l’attention dans cette représentation, c’est qu’elle est presque identique à l’image de soi de la jeunesse musulmane en Allemagne eV, qui a été fondée en 1994 (sous le slogan: «Musulman? Jeune? Allemand? Bien!»), Huit ans avant Inssan (2002).

«Les Jeunes musulmans en Allemagne e. V. (MJD) est la seule organisation indépendante de la jeunesse musulmane allemande. Elle s’est fixée comme objectif de rassembler les jeunes musulmans et de les accompagner dans la recherche de leur identité et le développement de leur personnalité. Les différents spectacles motivent les jeunes à découvrir leurs talents et à se socialiser. Au milieu des années 90, il n’existait que quelques programmes de travail de jeunesse, dont la plupart étaient organisés par des communautés de mosquées et mis en œuvre dans les langues autochtones des membres. Souvent, les spectacles ne sont pas suffisamment adaptés aux conditions de vie des jeunes. Le MJD voulait changer cela: dès le début, il se considérait non seulement comme une organisation germanophone, mais aussi comme une organisation allemande. Elle voulait représenter la jeunesse musulmane qui considérait l’Allemagne comme le centre de leur vie et de leur patrie. Il n’y a pas de contradiction entre la foi islamique et la vie quotidienne en Allemagne, et les jeunes voulaient participer activement aux discussions et aux processus sociaux. La majorité des membres sont issus de l’immigration, sans pays d’origine spécifique. Outre l’Allemagne, leurs parents viennent de différents pays tels que l’Allemagne, l’Afghanistan, l’Algérie, le Maroc, l’Iran, la Jordanie, l’Égypte, le Pakistan, la Syrie, la Turquie et l’Ouzbékistan. La diversité culturelle parmi les membres est une spécialité du MJD et le distingue de toutes les autres organisations de jeunesse islamiques en Allemagne. Tous les spectacles MJD, jusqu’à la réunion annuelle avec environ 1000 participants, sont planifiés et exécutés indépendamment par Youth for Youth. Une identité musulmane allemande est une partie essentielle de l’image de soi du MJD. Les jeunes ressentent activement que la conscience religieuse est très compatible avec le mode de vie occidental. Le ministère de la Justice œuvre à travers son effort pour sensibiliser les jeunes à la démocratie. « Vous verrez les opportunités et les perspectives qui rendent possible la vie dans une société démocratique».

Ce point de vue s’aligne avec les évolutions en France (même si la majorité des musulmans là-bas viennent de l’Afrique du Nord), comme l’a évoqué le sociologue français Gilles Kebel lorsqu’il a répondu à la question de ce qui a changé chez les musulmans de France depuis 1987 – les parents musulmans immigrés ayant des enfants français qui sont en train de rechercher leur identité dans l’Islam.

Il y a 25 ans, les musulmans étaient des travailleurs migrants qui pratiquaient leur religion dans une mesure limitée. Ils évitaient de manger la viande de porc, mais buvaient de l’alcool et étaient aussi flexibles avec les listes de halal. Ce fut le cas pendant le Ramadan. Ils pratiquaient la prière le mieux possible. Il était un Islam d’obéissance. Un quart de siècle plus tard, l’islam en France est devenu un islam français. Les parents et leurs enfants sont restés français, et ont grandi en France, mais certains d’entre eux se sentent aliénés, notamment à cause du chômage. Dans leur jeunesse, il s’agissait de «l’islamisation du riz» par les Frères musulmans venus de l’Afrique du Nord mais restés séparés de la société française. Les enfants ont imaginé une identité alternative basée sur ce qu’ils croyaient être la source de leur identité : l’islam, les Frères musulmans ou – même la minorité – les salafistes. Cet islam dépasse l’islam de leurs parents, c’est-à-dire les habitants indigènes des campagnes nord-africaines. « 

Lydia Noval, alors directrice d’Inssan, a répondu en novembre 2003 au journal de la ville de Berlin «Scheinschlag» lorsqu’on lui a demandé: «Comment votre association s’est-elle formée?»:

«La plupart sont des étudiants ou des académiciens, et de plus en plus d’écoliers. Les nationalités sont mixtes : des Arabes, des Turcs, des Allemands, des Bosniaques, des Pakistanais, des Kurdes, des Sunnites et des Chiites. Nous faisons actuellement la prière dans différentes mosquées, à Ditib, certains vont à l’Union islamique et dans de nombreuses mosquées arabes ».

L’anthropologue Esra Osyurek s’est entretenue avec des personnes converties en Allemagne en 2014/2015 et a parlé d’une explication détaillée de la fondation de l’organisation Inssan : [2]

«Une autre organisation islamique […] sans aucun engagement envers une secte religieuse spécifique et une figure représentative qui est l’être humain (« l’homme »). Il a été principalement fondé par des convertis qui adoptent une interprétation plus traditionnelle de l’islam par rapport à l’Académie islamique et qui continuent à former l’organisation à ce jour. Inssan est financée par un groupe de musulmans qui souhaitent créer une organisation islamique inclusive dont les activités contribuent à la diversité culturelle, ethnique et religieuse en Allemagne. Inssan organise des activités de dialogue interconfessionnel et une campagne contre le mariage forcé, et tente de promouvoir la coexistence entre musulmans et non musulmans, documente les cas de discrimination et donne une formation préventive en la matière. Les fondateurs m’ont informé  qu’ils avaient décidé de créer une nouvelle organisation parce que les organisations turco-islamiques étaient trop hiérarchisées et n’y avaient pas leur place. L’association définit sa force comme étant ouverte au dialogue avec tous les autres groupes religieux – un aspect qui la distingue des organisations d’immigrants musulmans. Ils l’ont même rencontré avec une certaine résistance car ils la voient comme une concurrente  dans la représentation des musulmans en Allemagne dans le cas où l’islam atteindrait un jour le statut de religion reconnue par l’Etat ».

Un site électronique

La première inscription d’Inssan sur la «Wayback Machine» de l’archive de l’Internet est datée du 1er mars 2003. Le site est disponible en cinq langues: 1. turque, 2. anglaise, 3. «française», 4. allemand, 5. Et la langue arabe. Il convient de noter qu’en ce qui concerne la liaison – avec l’allemand comme langue de liaison explicitement déclarée- la langue allemande n’est pas la première langue, c’est-à-dire la langue la plus importante, mais le turc, car l’anglais et l’arabe sont écrits en anglais, et le « Français » est également en anglais, mais en audio il a été enregistré en allemand.

D’avril à novembre, le slogan était : «Notre site sera de nouveau disponible bientôt!», Qui a été enregistré le 22 décembre 2003. Là, il indique: «Qu’est-ce qu’Inssan?» Réponse :

«Inssan signifie être humain, être humanitaire. Le mot vient de la langue arabe et est entré dans toutes les langues orientales. L’être humain est la base pour une coexistence pacifique, pour un échange fructueux, pour une action collective au lieu de travailler côte à côte, pour l’illumination, le développement, l’éducation et la culture ».

En haut à gauche se trouve un emblème représentant deux personnages stylisés liés par un morceau de tissu devant le dôme en verre du Reichstag.

Troubles

Après l’adoption du statut de l’association, une demande a été soumise pour la construction d’un grand centre culturel islamique avec une mosquée sur la Pflügerstrasse à Neukölln en octobre 2002. La superficie du centre culturel prévu devrait être de 6400 mètres carrés, dont une mosquée de 1200 mètres carrés. , avec une bibliothèque et des salles de séminaires et des restaurants.

Un projet d’un million de dollars par une petite association académique ? Elle aurait été la plus grande mosquée de Berlin et, en raison de sa taille, cela indique un autre aspect possible de la création d’Inssan. Cinquièmement: l’islam politique va au public, c’est-à-dire l’émergence de grandes mosquées représentatives avec de hauts minarets. Cela se produit de la même manière que les grandes églises chrétiennes d’Allemagne, qui s’opposent avec véhémence au fait que la religion est une affaire privée. Après les événements du 11 septembre en particulier et l’image négative de l’islam, de jeunes politologues ont commencé à attaquer, selon le slogan: «Hors des arrière-cours, sortez devant le public!» Les membres du conseil consultatif soutiennent l’association.

Inssan s’est enfuie dans le quartier de Charlottenburg à Berlin, où la résistance était également rude. Lorsqu’on lui a demandé pourquoi à Charlottenburg en particulier, Lydia Noval a répondu dans une interview à Tagesspiegel en janvier 2008 («Je ne porte pas non plus de voile»), je suis un être humain qui souhaite faire sortir les musulmans de leur arrière-cour et que la langue allemande parlée dans les mosquées devient:

Le siège de l’association Inssan est basé à Kreuzberg, mais elle souhaite construire une mosquée pour 700 personnes à Charlottenburg. La mosquée là-bas ne ressemble-t-elle pas à un corps mystérieux ? Certains de nos membres vivent à Charlottenburg. Il s’agit également d’une région colorée dans laquelle vivent de nombreux musulmans. Dans la classe de la fille du membre, les enfants musulmans sont majoritaires. Il y a aussi deux mosquées. Les membres d’Inssan ne peuvent-ils pas faire la prière là-bas? Non, par contre, ce ne sont pas de vraies mosquées, mais des étages d’usines qui servent de salles de prière. Si vous voulez vous intégrer, laissez les musulmans sortir de l’arrière-cour. Le turc est également parlé dans ces mosquées. Nous voulons présenter des spectacles en allemand. C’est le seul moyen de surmonter l’orientation interne et la division ethnique de la communauté musulmane et de parvenir à une identité européenne pour les musulmans. Pour de nombreux jeunes, il n’est pas logique de s’orienter vers les pays de leurs grands-parents. Vous avez grandi ici, parce que l’Allemagne est votre maison. Nous voulons leur présenter  des spectacles – dans un centre représentatif.

La taille du projet est claire dans le document officiel DS-No.: 0828/3 du conseil de district :

«Un centre culturel musulman sera construit sur l’ancienne zone industrielle, y compris la structure du bâtiment en face de la Keplerstrasse, qui en plus d’une mosquée (715 mètres carrés), contient également une salle de ventes (400 mètres carrés), une salle communautaire ( 500 m2, un café et un restaurant (250 m2), un centre de dialogue et d’information (200 m2), des salles d’affaires (200 m2), des salles de gestion (150 m2), des salles de séminaire (270 mètres carrés), une bibliothèque avec une salle des médias (90 mètres carrés) et un jardin d’enfants (300 mètres carrés). Un club de jeunes (200 mètres carrés), un centre féminin (130 mètres carrés), des bureaux (450 mètres carrés) et logements (500 mètres carrés). Le concept est basé sur un total de 4355 mètres carrés de surface de terrain, 79 places de parking et 40 places de parking pour vélos. La zone de construction sera désignée comme une zone spéciale afin de permettre les utilisations susmentionnées dans le concept général »

Ce n’était pas seulement la taille du centre culturel / bâtiment de la mosquée ou le côté où vont vivre un petit nombre de musulmans à Charlottenburg, pourquoi donc une telle mosquée ? Mais avant tout, la question de financement. Lorsqu’il était clair que la propriété devait être achetée par Ibrahim El-Zayat, qui avait déjà signé le contrat d’achat au nom de l’European Trust, le projet a atteint le public politique et médiatique. Ibrahim El-Zayat est considéré comme étant « la personnalité principale du rapprochement politique et organisationnel entre les islamistes arabes et turcs ». Étant donné que Milli Görüs (fondée en 1972/1995 pour l’Allemagne) est considérée comme «l’alternative turque aux Frères musulmans» (fondée en 1960/1982 pour l’Allemagne), indépendante sur le plan organisationnel mais cohérente en termes de contenu, ce point commun concernant le financement sera clair pour Inssan.

Ibrahim El-Zayat était le président de la communauté islamique en Allemagne (IGD) de 2002 à 2010, et depuis 2018 de la communauté musulmane allemande. Cinquièmement (DMG), classé comme «une filiale des Frères musulmans» par le Bureau de la protection de la Constitution. El-Zayat était membre du conseil d’administration d’Islamic Relief Germany et d’International Islamic Relief et est le représentant général de l’EMUG (Association européenne pour la construction et le soutien des mosquées), qui exploite aujourd’hui environ 300 mosquées Görüş en Allemagne. El-Zayat symbolise également le lien entre les deux entourages de part de famille : son épouse Sabiha El-Zayat Erbakan est la sœur de l’ancien président de Mulla Görüş d’Allemagne, Mohammad Erbakan. Le fondateur de l’organisation, l’islamiste turc Necmettin Erbakan, décédé en 2011, était son oncle. En 1997, El-Zayat a fondé le «SLM Consulting Model» (une société de gestion de propriétés), qui est devenu active chez Inssan à Charlottenburg. Inssan a expliqué que les contacts étaient limités à un « niveau purement technique ». Inssan a refusé dans un communiqué daté du 23 février toutes les allégations de son rapprochement des Frères musulmans puisqu’il n’est pas prouvé.

En dépit de cela, Islamic Relief est humanitaire. Cinquième adresse: Gitschiner Straße 17, magasin à gauche et à droite. De plus, le Conseil consultatif d’Inssan comprenait également le directeur du Bureau de secours islamique à Berlin, Ismet Miserlioglu, depuis 2003. Dans le communiqué de presse du 23/02/2004, Inssan non affectée a écrit:

«Il n’a pas été possible jusqu’à présent de prouver les allégations contre les partenaires de coopération d’ Inssan et ce dernier refuse de gâcher ses affaires en raison des allégations qui ne peuvent être divulguées. Une attitude différente peut être adoptée par l’association s’il est prouvé que les partenaires de coopération rejettent les valeurs fondamentales de notre système social ou même soutiennent la violence. Si ce n’est pas le cas, l’association cherche le dialogue et la coopération avec les représentants des organisations islamiques et non islamiques afin de pouvoir jouer son rôle de complémentarité. En tant que fervent défenseur de la démocratie, du pluralisme, de l’Etat de droit et de l’égalité des droits pour tous, l’association est convaincue que ce n’est que par le dialogue et la coopération que ces valeurs pourront être appliquées partout et que l’intégration des musulmans dans notre société pourra être réalisée ».

Les discussions au conseil du district de Berlin suscitent des polémiques, après tout, le projet n’a pas été approuvé.

Le point principal est de savoir comment classer les Frères musulmans et les Milli Gurus. Il est clair que le mot «Frères musulmans» est compris comme («musulmans patriarcaux»), mais qui sait ce que signifie «Milli Gurus» («vision nationale»)?

Ces deux attaques : « Ne badine pas, mais elle est sale ! » ont ramené soudainement la petite association sous les projecteurs publics négatifs- à la fois dans les médias et dans les conseils locaux – et Inssan a dû être à nouveau accepté sur une période de deux ou trois ans «petite après l’autre»: avec les campagnes des cartes postales contre le mariage forcé, invitations à faire un don du sang, des matchs de football entre aumôniers contre imams, les semaines de l’islam, le dialogue Kreuzberg, l’exposition du Hadj, les rencontres juives-musulmanes, un communiqué commun sur l’homophobie, des campagnes de quartier, la mosquée littéraire, ensemble contre le terrorisme, la Journée internationale de la femme, des congrès, dans les écoles : des esprits paisibles, entre autres.

Plus de problèmes et de liens croisés

Comme il a été dit, la question principale est, en plus de l’évaluation d’Islamic Relief, celle de l’évaluation des Frères musulmans et des Milli Gurus. Le problème ici est que le Bureau de Berlin pour la protection de la Constitution a classé les deux organisations comme «islamistes légales» dans ses rapports annuels.

Le mot «légales» signifie qu’elles ne sont pas prêtes à recourir à la violence, mais elles restent dans le cadre du système juridique («gérer à travers les institutions»), et «islamiste» signifie qu’elles s’efforcent néanmoins d’exprimer leurs idées sur la communauté islamique (mots clés: unité de la religion et de l’’État, la charia).

De plus, le fait de le mentionner dans un rapport publié par le Bureau de la protection de la Constitution présente des défauts très pratiques. Une association, selon la loi allemande, en tant que personne morale perd son statut «à but non lucratif» et ne peut pas émettre de reçu de don.

Pour les Frères musulmans, Islamic Relief et IGMG (Islamic Group Milli Gurus), cela n’a pas de rapport, puisqu’elles opèrent dans des contextes internationaux, pour Inssan, c’est plus important, car en plus de ne pas avoir de statut d’organisme à but non lucratif, une évaluation politique comme « n’a pas besoin de soutien », a été effectivement enregistré.

Dans le rapport de Berlin sur la protection constitutionnelle de 2006 (publié en juin 2007), il indique d’une façon essentielle (p. 5):

«Il est impératif d’obtenir des informations sur les menaces potentielles dès que possible et de prendre des mesures contre les menaces réelles. Néanmoins, il est tout aussi important de faire face aux tendances extrémistes dans la région islamique dès le départ. Nous n’atteindrons pas une vraie sécurité sans dialogue avec tous ceux qui ont de bonnes intentions. Par conséquent, le dialogue avec les musulmans de notre ville est d’une importance particulière. Nous devons nous parler entre nous. Le Bureau de Berlin pour la protection de la Constitution participe régulièrement au Forum islamique de Berlin, lancé par le commissaire à l’intégration [2005]. Au niveau fédéral, il y a des pourparlers entre les autorités de sécurité et les associations islamiques. Enfin, la Conférence allemande sur l’islam va également dans ce sens. Ce dialogue rend notre avenir plus sûr. Il est donc vrai qu’au niveau fédéral également, ceux qui s’écartent de notre idée d’un État constitutionnel libre et démocratique ne sont pas exclus de leur conception de l’État – s’ils ne sont pas prêts à recourir à la violence. Par conséquent, il est vrai qu’il y a aussi des discussions avec des groupes proches des «Frères musulmans» et de «la communauté islamique Melli Gursus». Il ne s’agit pas de brouiller les lignes; Le statut démocratique libre n’est pas négociable. Mais il faut pouvoir parler de liberté religieuse. »

Quant aux frères musulmans, il souligne (p. 258):

En Allemagne, les intérêts des Frères musulmans sont soutenus par la «communauté musulmane en Allemagne e. V. « (IGD) qui est sous l’influence de MB égyptien. Plusieurs centres islamiques en Allemagne appartiennent à l’IGD. Ses principales activités sont actuellement orientées vers l’organisation et la direction des musulmans vivant en Allemagne conformément à l’idéologie des Frères musulmans. Le Centre de la culture et l’éducation islamiques à Berlin eV »

Et avec Milli Görüs (p. 104) «Impossible de distinguer toute réorientation idéologique»:

Dans la communauté islamique turque «Milli Görüş eV» (IGMG), toute réorientation idéologique est indiscernable. Il n’y a pas eu de discussions publiques entre les réformistes et les traditionalistes, et aucun projet de réforme spécifique n’a été lancé. Il semble que les réformistes ne peuvent pas vaincre les traditionalistes de l’organisation. La poursuite des liens étroits avec Najmuddin Erbakan, son parti, le «Parti Saadat» (SP), ainsi que leur porte-parole «Milli Gazit» («La Gazette nationale») prouve que l’IGMG fait toujours partie du mouvement «Milli Görüş» qui continue de répandre les positions islamistes. Les principaux domaines de travail de l’IGG temporaire étaient la nomination de nouveaux membres et l’intensification des contacts avec la politique et la société ».

Ce n’est pas seulement un problème pour Inssan, mais cela affecte également les amis de la «Jeunesse musulmane» dont des membres font désormais partie du conseil d’administration d’Inssan:

«Comme l’ont expliqué les membres du Conseil exécutif dans une interview, la Jeunesse musulmane en Allemagne (MJD) n’a pas été reconnue comme porteuse du travail de jeunesse car elle était mentionnée dans les rapports des bureaux d’État pour la protection de la constitution dans le Bade-Wurtemberg, Bavière, Hesse et l’Office fédéral de la protection de la Constitution. Après avoir été mentionnée dans des rapports sur la protection de la constitution, l’organisation germanophone, également active à Berlin depuis 1998, a perdu sa reconnaissance en tant qu’association à but non lucratif et l’exonération associée de l’impôt sur le revenu et la fortune et n’a pas regagné. Jusqu’au début de 2018. Dans une interview, l’ancien chef de l’Organisation de la jeunesse musulmane a déclaré que la Fondation Robert Bush, l’Office fédéral des migrations et des réfugiés et le ministère fédéral de la Jeunesse, qui sont principalement intéressés par le financement des projets de l’association, sont soit parce qu’il est surveillé par le Bureau de la protection constitutionnelle, soit parce que l’association n’a pas été en mesure de montrer un statut de charité. Il est donc incapable  de coopérer ». (3)

À cet égard, il était peut être judicieux pour Inssan de se distancier des Frères musulmans et de Milli Gurus en public, mais c’est le contraire qui s’est produit.

Festival de Inssan 2006

Le 10 septembre 2006, Inssan a organisé un festival au parc des expositions central de Berlin Tegel avec une grande scène comme des concerts pop, avec un programme de spectacles et un bazar. Environ 5000 spectateurs venaient de toute l’Allemagne. Les invités stars sont le célèbre chanteur pop Sami Yusuf, qui chante en arabe / anglais mais pas en allemand, un présentateur bien connu de MTV et qui a embrassé Christian Packer, qui a eu une histoire d’amour secrète pendant trois ans à Londres avec un célèbre musulman pakistanais (Imran Khan, puis « le héros national » en tant que joueuse de cricket et actuellement Premier ministre du Pakistan) – qu’elle a décrit en détail dans son livre « De MTV à La Mecque » – et ne porte pas de hijab en public (sauf pour la couverture anglaise). L’édition et la version allemande de son livre). Le succès et l’appréciation des médias sont excellents.

Le sponsor principal est l’organisation « Muslim Aid », le sponsor du théâtre « Safadi Touristik », les patrons du bazar sont « em2-Kommunikation » (une agence qui veut activer le potentiel économique des musulmans en Allemagne), « MuslimeReisen » et Restaurant « Tahera » qui annonce une « option halal ». Les noms des sponsors sont les suivants: IBMus Berliner Muslime / Moscheegemeinden Initiative (IGMG Islamic Society Milli Görrüs), ainsi que IZDB (Centre interculturel pour le dialogue et l’éducation) et IKEZ (Centre pour la culture et l’éducation islamiques Berlin eV), tous deux sont considérés faisant partie des Frères musulmans dans le rapport sur la protection du Conseil constitutionnel de Berlin pour 2007. Comme le dit IKEZ (p. 235): «Le point de rencontre des partisans du Hamas à Berlin est le« Centre pour la culture et l’éducation islamiques à Berlin eV »(IKEZ)». Le sponsor principal «Muslime Helfen eV» a été présidé par Ahmed Von Denver de 1993 à 2011, qui garde des relations professionnelles et objectives étroites avec les Frères musulmans et s’est engagé à transformer la société allemande en société islamique.

Le Inssan e. V. continue de placer explicitement et explicitement son «plafond de son alliance» sur deux piliers solides: les organisations des Frères musulmans allemands et le Milli Görüs.

Cela se produit également dans d’autres contextes, comme le rapporte ZDF (2007) :

Lorsque le magazine ZDF Huot a publié un article sur Ibrahim El-Zayyat, président de l’association, et l’a diffusé le 11/07/2007 sous le titre «Directeur de l’Islam politique? «El-Zayat, qui est-il? Dans sa contribution, elle ne nie pas sa proximité spirituelle des Frères musulmans et décrit leur interprétation de l’islam comme «le courant dominant», l’équipe de télévision se rend à IZDB où il peut être filmé. Dans tous les cas, El-Zayat préfère se consacrer à la prochaine génération. Grâce à ses connaissances, le jeune imam allemand a été formé, ici à ses côtés, en France et en Egypte. Quel Islam a-t-il appris là-bas? Il est certain que quelqu’un qui correspond aux idées de El-Zayat commente ces enregistrements. Le jeune homme est présenté dans l’article comme un «jeune imam allemand» et on le voit sur la photo en train de parler cordialement avec Al-Zayat, Farid Haidar. La référence à sa formation en France est également importante, car cela signifie l’IESH avec l’Université européenne d’études islamiques de Château-Chinon. Ce n’est pas un hasard si Fred Haider est présent à l’IZDB ce jour-là. Depuis la création de l’IZDB et l’ouverture officielle des bâtiments de la Drontheimer Straße en octobre 2004, il y a eu de nombreuses activités conjointes entre l’IZDB et les organisations sœurs du réseau de Berlin connues sous le nom de «Berlin Muslims Initiative – IBMus», en particulier avec le Associations de la jeunesse musulmane en Allemagne (MJD), INSSAN – pour l’interaction culturelle E. Cinquièmement, le Centre culturel et éducatif (IKEZ) et son Peace Youth Club e. Cinquième ». (4)

Selon cela, dans le rapport 2007 du Bureau de Berlin pour la protection de la Constitution (p. 251):

L’organisation des partisans «des Frères musulmans» (MB) avec le plus grand nombre de membres en Allemagne est la «Communauté musulmane en Allemagne». V. «(IGD), […]. L’IGD a des liens avec un certain nombre d’associations. À Berlin, cela comprend le «Centre interculturel pour le dialogue et l’éducation». V. (IZDB), «Centre de culture et d’éducation islamiques» e. V. »(IKEZ), mais aussi« Inssan pour l’interaction culturelle e. V. En plus de «Association des centres interculturels VIZ e. V ».

Également dans le rapport de Berlin sur la protection constitutionnelle 2008 (p. 188):

Depuis 2002, l’Association islamique en Allemagne est dirigée par Ibrahim El-Zayat nie l’appartenance aux Frères musulmans. Cependant, il a été qualifié de «chef des Frères musulmans en Allemagne» par l’actuel chef des Frères musulmans, Mohammad Mahdi Akef, dans une interview diffusée par ARD Channel le 23 février 2007. Lorsque Die Welt a publié cette déclaration dans un article, El-Zayat a obtenu une réponse. […] L’IGD a des liens avec un certain nombre d’associations. À Berlin, cela comprend le « Centre interculturel pour l’éducation ». V. (IZDB), Le Centre pour la culture et l’éducation islamiques e. V. « (IKEZ), mais aussi » Inssan pour l’interaction culturelle e. V. ‘et aussi, l’Association des Centres Interculturels VIZ e. Cinquième ».

Ces affirmations sont littéralement dupliquées dans un rapport de 2009. Depuis 2010, Inssan eV n’est cependant plus mentionnée. Il indique simplement (p.176):

L’IGD a des liens avec un certain nombre d’associations. À Berlin, cela comprend le «Centre pour le dialogue interculturel et l’éducation» (IZDB), le Centre eV pour la culture et l’éducation islamiques (IKEZ) ainsi que l’Association des centres d’échange culturel (eV) à savoir.

À partir du rapport de 2014, l’offre des Frères musulmans et Milli Gors sera beaucoup plus courte et plus conservatrice. Ainsi il était mentionné en 2014 (p.66):

Pendant ce temps-là, une partie des partisans de l’IGMG à Berlin essaient d’atteindre des objectifs extrémistes. En général, on observe un processus de changement prouvant une rupture progressive avec l’idéologie extrémiste d’Erbakan. En outre, des postes internes ont été occupés d’employés orientés réforme. Cette évolution est prise en compte dans le sens où toute l’organisation IGMG n’est plus classée comme extrémiste, mais seulement la campagne de l’idéologie extrémiste «Millî Görüş». C’est pourquoi le Bureau de Berlin pour la protection de la Constitution examine les organisations et les efforts dont les objectifs incluent la mise en œuvre de l’idéologie «Milli Görüş». Cela réduit le potentiel des personnes à Berlin de 2900 anciens membres de l’IGMG à 500 membres de l’IGMG qui soutiennent le mouvement «Millî Görüş».

Un bref aperçu historique des Frères musulmans publié puis écrit (p.63):

« L’organisation des partisans de MB avec le plus grand nombre de membres en Allemagne sont la communauté musulmane en Allemagne, qui a été fondée en 1960. V. » (IGD). L’IGD a des contacts avec un certain nombre d’associations. À Berlin, cela comprend le « Centre interculturel pour l’éducation ». V. » (IZDB), «Centre de culture et d’éducation islamiques de Berlin e. V. »(IKEZ), « Neukölln Meeting Place e. V. (NBS), également connue sous le nom de «Mosquée de Dar Assalam», et «Centre culturel de Taiba pour la promotion de l’éducation et de la compréhension». «(TKZ)».

Dans les rapports VS de Berlin pour 2017 et 2018, aucune autre organisation «affiliée» n’a été mentionnée.

Obstacles juridiques et autres

Ce qui s’est passé jusqu’en 2009/2010 que Inssan e. Cinquièmement, il n’est plus mentionné par le Bureau de la protection de la Constitution? Julia Gerlach [5] évoque trois raisons :

Cependant, l’association est rapidement apparue dans le rapport de Berlin pour la protection de la Constitution. Elle était rapprochée des Frères musulmans. La situation est similaire pour de nombreuses organisations et communautés influencées par les Arabes à Berlin. Par exemple, Dar Assalam à Neukölln. La particularité d’Inssan e. Cinquièmement, cependant, il aurait été possible de se débarrasser de la stigmatisation mentionnée dans la protection de la constitution. Ceci a été réalisé grâce à de nombreuses campagnes de persuasion, par exemple contre le mariage forcé et l’extrémisme, et des efforts continus pour établir de bonnes relations avec la politique ».

Outre la persuasion, les campagnes et les communications, un autre élément deviendra plus clair à partir de 2010/2011 : la participation des tribunaux par le biais des procès judiciaires contre les évaluations du Bureau de Berlin pour la protection de la Constitution.

Pour les organisations amies de Inssan, à l’instar d la jeunesse musulmane, la décision du tribunal administratif de Berlin a eu lieu en février 2012 : «La protection de la Constitution n’est autorisée à signaler la Jeunesse musulmane que dans une mesure limitée.

«L’Office pour la protection de la Constitution de 2009 devrait être partiellement révisé. Les juges de Berlin ont répondu, jeudi, au procès de la jeunesse musulmane en Allemagne. En principe, il existe un droit de dénoncer les efforts contre la plate-forme démocratique libre, selon le Tribunal administratif (VG). Cependant, cela suppose que l’Office fédéral de la protection de la Constitution puisse s’appuyer sur des faits vérifiables. Dans le cas contraire, le droit à la vie privée des personnes concernées fait obstacle au signalement (arrêt du 16 février 2012, réf.1K 237.10). Le rapport de 2009 indiquait, entre autres, que certaines déclarations anticonstitutionnelles avaient été trouvées dans un manuel de formation pour la jeunesse musulmane en Allemagne. De plus, l’association recommande à ses membres de se diriger dans toutes les questions d’interprétation de la loi islamique vers les dispositions du Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche (ECFR). En ce qui concerne certaines déclarations que le Bureau de la protection de la Constitution a jugées inconstitutionnelles, il n’y a pas suffisamment de preuves que l’Assemblée les a utilisées dans le cadre du manuel de formation. Malgré les preuves pertinentes, les agences de renseignement n’ont pas été en mesure de démontrer que les matériaux étaient effectivement utilisés. Il en va de même pour l’affirmation selon laquelle l’association recommande à ses membres de s’orienter vers les exigences de l’ECFR. Il n’a pas été prouvé avec certitude suffisante qu’une telle recommandation a été faite. »

Dans le rapport de 2016 sur la protection de la Constitution à Berlin, il y avait quatre institutions («le Centre interculturel pour le dialogue et l’éducation» (IZDB), «le Centre pour la culture et l’éducation islamiques» (IKEZ) et «le Centre culturel de Thèbes pour la promotion», éducation et compréhension) eV (TKZ) avec le Groupe islamique en Allemagne (IGD), et donc les Frères musulmans, qui sont en relation avec. C’est important pour Inssan, car son directeur général, Mohammad Hajjaj, est le vice-président du conseil d’administration de Tiba. Président et Imam de l’Association Culturelle de Tiba. Comme le montre le centre, Farid Haidar, a salué publiquement avec le signe «Rabia» des Frères musulmans et de ses partisans.

À propos de l’annexe IV, le Neukolln Conference Center (NBS) / Dar Assalaam Mosquée, a été écrit (page 78, maintenant supprimée), par conséquent, le Bureau national des statistiques se trouve dans une zone de tension typique des efforts dans la région de l’islamisme légal. Et ceci a été suivi de (p. 78, non supprimé): [6]

D’une part, elle s’oppose à toute violence au nom de l’islam et participe aux travaux d’intégration et de prévention. D’autre part, elle  entretient des contacts avec MB. Les Frères musulmans et leurs organisations associées en Allemagne et en Europe telles que la FIOE et le FAD ne rejettent pas la démocratie en principe et soutiennent des élections libres et la séparation des pouvoirs. Cependant, ils s’efforcent de développer une pratique juridique sur la base de livres islamiques traditionnels considérés comme authentiques. En effet, ils prônent une forme d’éthique juridique islamique qui désigne la charia comme la principale source du droit – du moins pour les musulmans vivant en Allemagne. La plate-forme démocratique libre n’est pas soutenue inconditionnellement de cette manière, mais une position purement opportuniste est adoptée dans le droit alleman ».

NBS a intenté une action en justice contre la décision (qui a depuis été supprimée) et d’autres conclusions. Le procès a été rejeté par le tribunal administratif de Berlin le 25 avril 2018 parce que «les contacts mentionnés dans le rapport litigieux reposent sur des constatations concrètes et réelles». (La propriété a été achetée par la Société islamique d’Allemagne (IGD) pour 550.000 euros, l’Office national de la statistique paie un loyer mensuel nominal de 700 euros et est également utilisé par l’IGD pour des réunions et des conférences). Le 23 juillet 2018, le tribunal a rendu une décision indiquant que des parties de la représentation de la protection constitutionnelle de 2016 pourraient être supprimées et ne pas utiliser  celles de 2017, «tant que le demandeur est mentionné en relation avec l’évaluation de son travail tandis que la structure juridique de l’islamisme n’est pas clarifié. » L’ad personam ne prouvera pas qu’une activité anticonstitutionnelle est en cours et que le Bureau de la protection de la Constitution a le droit «non de mettre l’accent sur une activité, mais sur le résultat», qui considère le «rapport de suspicion » inacceptable.

Par conséquent, le concept d’islamisme légal est juridiquement protégé

Islamic Relief, Centre culturel de Tiba, la Jeunesse musulmane en Allemagne et autres. M. sont le présentation de l’Agence fédérale pour l’éducation civique [7] «les Frères musulmans en Allemagne» en tant que parties du réseau des Frères musulmans en Allemagne. Le gouvernement fédéral a également mentionné les relations personnelles en avril 2019 BT-Drucksache 19/9415, page 11:

«Selon les informations du gouvernement fédéral,« Islamic Relief Worldwide »et« Islamic Relief Deutschland eV »ont des liens personnels importants avec les« Frères musulmans »ou des organisations apparentées.

Monothéisme et protection scientifique

Les réseaux ont progressé, et le lien avec l’Open Society Institute de l’Open Society Foundation du milliardaire George Soros n’était pas seulement évident dans le fait que l’Open Society Foundation a été officiellement désignée comme le «Sponsor» qui «soutient structurellement» Inssan , ce qui signifie avant tout dans l travail de réseautage, mais aussi dans la publication (2010) une étude financée par l’Open Society Institute «Muslims in Berlin» (en allemand et en anglais). Le point de départ de l’Open Society Foundation est son image de soi:

«L’une des préoccupations centrales de l’Open Society Institute (OSI) est l’équité et l’égalité des chances pour toutes les personnes dans une société ouverte. L’objectif du travail de l’Open Inspection Institute est, d’une part, de réduire la discrimination, et en particulier le préjudice subi par les minorités du fait d’un traitement discriminatoire. Un autre objectif est d’assurer l’égalité des chances pour tous en les intégrant dans les programmes gouvernementaux d’intégration sociale ».

Des travaux de terrain et des entretiens ont été menés avec des «musulmans de Berlin» en 2008 et 2009 et le chef des scientifiques / auteurs est Nina Mohe, ethnologue et assistante de recherche à la chaire d’études culturelles du professeur Werner Schifford, Université d’Europe Viadrina Frankfurt / Oder, qui a été expressément remercié dans l’introduction.

Le professeur Scheffour a soutenu l’étude OSI à Berlin Kreuzberg tout au long de la période de recherche, et il a contribué au rapport sur l’Allemagne et a apporté son expérience et ses connaissances sur les musulmans en Allemagne jusqu’à la publication du rapport. Son soutien a été inestimable.

Une grande partie du rapport est basée, entre autres, sur des entretiens. Avec des politiciens Prof. Dr. Barbara John, commissaire principale pour l’intégration à Berlin de 1981 à 2003 (CDU), Berlin / Günther Bening, commissaire pour l’intégration et l’immigration à Berlin depuis 2003, Division du Sénat pour l’intégration, le travail et les affaires sociales, Berlin.

Pour les organisations islamiques, les personnes interrogées étaient:

  • Burhan Kisiji, Secrétaire général du Conseil islamique de la République fédérale et vice-président de la Fédération islamique de Berlin, Berlin
  • Imran Saqr, président du conseil d’administration de l’organisation humaine locale. V. Membre du conseil d’administration de DMK (Cercle musulman germanophone), Berlin
  • Lydia Noval, Inssan e. Le Cinquième.
  • Hakan Tosuner, membre du conseil d’administration de la Muslim Youth Organization MJD (Muslim Youth in Germany), Berlin
  • Miho Travljanin, Centre culturel islamique de Bosnie, Berlin
  • Abdel Razzaq, membre d’IBMus et de l’Association des mosquées et l’ourdouphone, Bilal Moshi, modérateur de l’école à Charlottenburg, Berlin

Avec ces sources, il n’est pas surprenant que dans ce rapport, Inssan eV. Les amis soient bien présentés. À titre d’exemple, il indique :

«Au niveau de l’administration de la ville, Berlin a créé le Forum de l’Islam en 2005, qui donne aux représentants de la plupart des sociétés islamiques la possibilité de rencontrer des représentants politiques officiels, comme un sénateur de l’intérieur ou un commissaire à l’intégration et même des représentants du Bureau de la Protection de la Constitution quatre fois par an. Selon les participants musulmans et les représentants politiques présents au forum, cela a en effet beaucoup contribué à la compréhension et à la confiance mutuelles. Inssan a l’impression que les contacts ont peut-être contribué à la campagne des politiciens locaux pour le projet de construction de leur mosquée à Charlottenburg-Wilmersdorf, bien que le projet et l’organisation aient rencontré une forte désapprobation de la part de certains politiciens et des médias locaux à certains moments. En effet, le sénateur de l’intérieur a écrit une lettre officielle à l’administration du district de Charlottenburg, dans laquelle il affirmait que l’Inssan avait favorisé l’intégration de la population musulmane et devait donc être soutenue. Ce message représentait une étape politique importante, car le Bureau de la protection de la Constitution avait l’habitude de surveiller Inssan dans le passé. »

De même, en ce qui concerne la question de savoir si les sociétés islamiques représentent des musulmans en Allemagne, Inssan parle (p.143):

Un récent sondage de la Conférence islamique sur les musulmans en Allemagne semble soutenir l’affirmation selon laquelle les organisations islamiques ne représentent pas la majorité des musulmans vivant en Allemagne. Cela indique que moins d’un tiers des répondants se sentent représentés par les organisations sur lesquelles ils ont été interrogés. Cependant, ces résultats sont contestés par des personnes interrogées telles que Lydia Noval von Inssan. Elle décrit cela comme de la désinformation et de la fraude systématique afin de soutenir le rejet politique et le rejet du statut d’entreprise des organisations islamiques, car les participants à l’étude n’ont été interrogés que sur des organisations universitaires spécifiques. Certaines de ces organisations faîtières sont à peine connues des répondants, tandis que d’autres organisations bien connues telle que la Société islamique Millie Gurus (IGMG) ne sont pas directement mentionnées dans l’enquête. Cela était justifié par le fait qu’elles n’étaient pas des membres directs de la Conférence de l’Islam. (Office fédéral des migrations, vie musulmane, p. 179)

D’une part, ces contacts politiques contribuent à faire en sorte que Inssan ne soit pas mentionnée par le Bureau de la protection de la Constitution et n’aient donc pas à passer par les tribunaux. D’autre part, l’ethnologue et scientifique culturel susmentionné, le professeur Werner Schefford, a également apporté son soutien.

Werner Schifford (maintenant à la retraite) était l’un des chercheurs islamiques les plus influents d’Allemagne. Non seulement il était président du Migration Board (une association d’environ 170 chercheurs dans le domaine de l’immigration), et les assistants de recherche de sa chaire n’étaient pas seulement Nina Mohe, qui est le directeur de thèse qui est depuis lors coordinateur du projet de la conférence CLAIM. 2017, mais aussi seulement comme deuxième exemple, Hakan Tosuner, directeur général de «Avicenna-Studienwerk» fondé en 2013 (Promoting Gifted Muslims), et qui a été membre de la jeunesse musulmane à Berlin et du Forum européen de la jeunesse musulmane et des organisations étudiantes (FEMYSO) à Bruxelles depuis plusieurs années.

Schifford a présenté sa position sur la protection constitutionnelle dans le rapport sur l’immigration de 2006 très clairement et publiquement dans un stade relativement précoce :

En tant que coéditeur du rapport biennal sur l’immigration, Schifford analyse les effets de la politique de sécurité préventive sur les musulmans. En outre, des groupes clairement extrémistes (l ‘«État du califat»), le Bureau de la protection de la Constitution note également des organisations telles que la communauté musulmane en Allemagne et Milli Görüs, bien qu’il y ait eu un changement de direction au sein de ces associations, dit le chercheur en immigration. Selon leur déclaration, ils reconnaissent la loi fondamentale et se distancient de la violence. Il sera nécessaire d’étudier cette affirmation de manière objective. Au lieu de cela, les informations contenues dans les rapports publiés sur la protection de la constitution sont reproduites de manière très sélective, critique Schifford. La tentative de ces sociétés de renforcer la confiance en soi de l’Islam dans le travail de jeunesse est condamnée comme étant anti-intégration. Cependant, si en même temps, il a été promu dans les mêmes communes d’envoyer des enfants dans les lycées allemands, cela n’est pas pris en compte dans les rapports. Les déclarations contradictoires ne sont pas considérées comme des expressions d’arguments internes, mais sont plutôt dénoncées comme une dualité. De l’avis de Scheffauer, cela reflète la nécessité de montrer qu’une organisation est incluse dans le rapport sur la protection de la constitution et que cette inclusion est justifiée ».

Werner Schifford a ensuite publié une étude controversée en 2008 intitulée «La communauté musulmane Milli Gurus». Le contenu principal en guise d’introduction est:

«La communauté musulmane de Millî Gorüş est l’une des communautés musulmanes turques les plus controversées d’Allemagne. Dans les rapports sur la protection de la constitution, l’image d’une société étroitement organisée est dessinée, dont le but immédiat est d’établir l’état de Dieu en Turquie et son objectif à long terme est de dominer le monde islamique. En attendant, la création de «structures sociales parallèles» dans lesquelles le royaume de Dieu est attendu sera recherchée. L’analyse socio-historique de la société montre une image différente, celle de la société transnationale des travailleurs migrants, dont les relations avec la société allemande et la communauté turque dans l’immigration et le pays d’origine ont eu une histoire complexe. « 

Sa thèse principale est qu’un groupe de réformateurs s’est à nouveau agrandi entre-temps et que Milli Gorus se développe de la même manière que le mouvement étudiant radical allemand (que Schifford lui-même considère également) qui est désormais tous de bons citoyens. Sa conclusion est:

En ce qui concerne le développement institutionnel ultérieur de la communauté de Millî Görüş, deux scénarios peuvent être envisagés: Le premier scénario est que les réformistes s’affirment en essayant de formuler un programme de préservation des valeurs au sein de la communauté. Cela fournirait une opportunité de surmonter les attitudes islamiques qui existent encore de l’intérieur. Il offrira également la possibilité d’utiliser le grand potentiel de la société en matière d’auto-organisation et de mobilisation des fidèles pour s’intégrer dans la société. Le deuxième scénario est que les réformateurs échouent: cela signifie que l’église s’effondre. Ils quitteront les classes éduquées et se retireront ou deviendront des extrémistes. Le reste de l’église se retirera probablement et disparaîtra. La grande pression que les politiciens exercent actuellement sur Millî Görüş travaille dans l’esprit du second scénario. Des réformateurs sont actuellement recherchés dans la société – et ceux dans la société qui voient une ouverture dans la société ne pas porter de fruits se sentent justifiés. « 

Werner Schifford a ensuite clairement formulé cette «main préventive» dans sa contribution à la conférence de la Fondation Friedrich Ebert sur les «Recommandations pour faire face à l’extrémisme islamique et à l’islamophobie» intitulée: «la connaissance sécuritaire et l’élimination de l’extrémisme».

Ce texte aborde la protection de la constitution et ses évaluations. S’il reconnaît la protection de la constitution et qu’il avance et évalue correctement «catégoriquement» au regard de sa fonction (obtenir des informations pour des décisions politiques), mais il les met en place, car ces classifications catégoriques négligent la réalité de la vie associative plutôt que la vitalité et la distinction entre les organisations. Seuls les savants (comme lui) peuvent le faire et il appelle les politiciens à se libérer des recommandations du Bureau pour la protection de la Constitution (p. 241):

«Il s’agit […] des autorités politiques et sociales qui mènent le dialogue et mènent les actions de déradicalisation. En fin de compte, ils sont tenus de traiter avec plus de confiance qu’auparavant les connaissances produites par le Bureau de la protection de la Constitution. En le faisant, ils bénéficieront à terme de ces connaissances initialement prévues. À cette fin, il serait plus utile que le Bureau de la protection de la Constitution lui-même clarifie les limites des connaissances qu’il a produites et abandonne l’hésitation qu’il a exercée jusqu’à présent à cet égard ».

Inssan a été nommée l’une des victimes de la persécution de l’Etat allemand (p. 238/239):

«Ce n’est de loin pas le seul refus que j’ai. Dans une lettre postale de Peter Amsler à Lydia Noval de l’INSSAN datée du 26 octobre 2006, je me suis plaint qu’un événement prévu à l’Académie catholique devrait être annulé en raison d’un manque de financement par le ministère fédéral de l’Intérieur si l’on insistait sur le projet planifié. Un appel de Inssan: «Hier, M. […] du ministère fédéral de l’Intérieur nous a appelés et nous a dit que rien ne s’oppose au financement de l’événement, à condition que nous soyons prêts à retirer Inssan du programme. BMI considère Inssan comme une association islamique, de sorte que BMI ne peut pas financer un événement avec sa participation; Sinon, la politique intérieure ne serait pas stricte. M. […] a demandé votre compréhension et a dit qu’il s’agissait d’une ligne directrice pour le ministère. À cet égard, il a présenté ses excuses pour le fait qu’il n’avait pas signalé jusqu’à présent après une nouvelle consultation. «Ce passage est intéressant car il montre clairement la force de liaison produite par la connaissance catégorielle. Cela se transforme en une politique interne, à laquelle les fonctionnaires adhèrent également, qui évaluent personnellement la situation différemment. D’autres projets qui ont été rejetés pour les mêmes raisons sont «Dialogistan – Jeunesse pour les droits de l’homme», où Inssan a été contactée en 2007 par le Centre de Berlin pour le développement, l’éducation et l’information (EPIZ) pour la coopération, et le projet des «Jeunes contre la violence» où le centre éducatif et culturel affilié a proposé Le groupe IGMG à Goslar a un projet de coopération avec la police contre la violence quotidienne. Le rejet est également remarquable car il montre que les informations qui ne correspondent pas à l’image ont été neutralisées.

Cet «accompagnement» a réalisé un succès et le financement public n’est plus refusé.

En juin 2014, Schifford a de nouveau fait référence à sa position: «les Musulmans en Allemagne: La protection de la Constitution, des freins pour la réforme» et il parle «d’attitudes intrusives»:

La deuxième génération a combiné ce qui semblait incompatible: l’orientation vers l’islam de droite et la loi fondamentale. Votre recherche d’islamistes conduit à une réponse intellectuellement convaincante à l’islam radical et à son opposition à l’Occident et à l’islam. Il y a toujours eu des fonctionnaires du Bureau de la protection de la Constitution qui soulignent ces évolutions. Ils ont été contrariés pour des raisons politiques. Dans les rapports soumis au monde extérieur, il a été estimé que ces évolutions n’étaient qu’une façade qui masquait la tendance islamique déjà en place. […] La société allemande a payé un lourd tribut pour la tromperie de bureau. Les coûts de surveillance étaient la plus petite partie. Les coûts politiques étaient beaucoup plus élevés. La suspicion de protéger la constitution signifiait que les efforts de réforme de la deuxième génération ont été interrompus à plusieurs reprises. Plusieurs projets prometteurs ont été déjoués. Le comble de l’absurdité, par exemple, était que le ministère de la Famille a refusé de soutenir l’initiative «Musulmans de l’Islam contre le mariage forcé» parce que Muslim et Milli Gurus étaient impliqués – en particulier les sociétés conservatrices qui sont toujours critiquées pour leur image familiale. Avec cela, ceux à l’intérieur des organisations islamiques peuvent sentir précisément qu’ils ont de toute façon rejeté de telles initiatives inaugurales. […] Regarder des groupes qui n’émettent pas de violence et qui n’exigent pas le renversement de la constitution revient à renifler des positions. Le Bureau de la protection de la Constitution aime se considérer comme une «législature constitutionnelle» – mais il est trop dépendant de la politique pour s’acquitter de cette tâche. Si vous voulez conserver ce poste, vous devez vous concentrer sur la surveillance des extrémistes violents. »

En 2013, le professeur Werner Schifford – également avec le soutien financier de l’Open Society Foundation dans le cadre de Network Turkey à l’Université d’Oxford – peut contribuer en détail à un article: «Signals from the Majority Society» dans lequel la constitution est protégée et est présenté en détail comme un obstacle à l’intégration. L’influence du professeur Werner Schifford s’étend également dans la mesure où – de 2008 à 2015 en tant que membre du conseil consultatif de la Fondation de la porte de Brandebourg à Berliner Sparkas – il a fondé, légalisé et appliqué non seulement des associations de mosquées, mais aussi l’IGMG (islamique). Community Milli Görüs) et Inssan eV sont également devenus partenaires du projet sur place. En 2015, la Fondation a décidé de mettre fin à sa coopération avec les associations de mosquées. IGMG et Inssan eV sont toujours désignés comme partenaires.

Les projets d’Inssan

Concernant le financement d’Inssan en tant qu’association elle-même, aucun document public ne peut être trouvé. L’erreur des débutants n’a pas été répétée, celle d’essayer de mettre en œuvre publiquement de grands projets de centres culturels / bâtiments de mosquées avec des dons sur place et des subventions élevées des pays du Golfe. À cet égard, Inssan est aussi bien invisible comme l’association et n’apparaît que dans ses projets.

Après la levée du blocus par le Bureau pour la protection de la Constitution en 2009/2010, des projets pourraient également démarrer – avec un financement de l’État.

Au début des travaux du projet, Inssan donne diverses informations. La page du projet Wegweiser disait: «Le sponsor du projet est l’association à but non lucratif Inssan, qui met en œuvre des projets à Berlin depuis 2001 dans le but de façonner positivement la communauté de notre ville.» «Elle est active dans le travail social depuis 2002», ainsi que sur le site Web, indique le «Rapport annuel de 2018». Cependant, l’association n’a été inscrite au registre des associations qu’en janvier 2003 et, en 2010, le premier projet a été mis en œuvre.

Les différents éléments sont à la base des projets. D’autre part, il y a des problèmes chez les musulmans avec les jeunes, dont – selon l’influence culturelle et religieuse – l’État n’est plus en mesure de faire face de manière complémentaire à travers les écoles, et où un projet islamique plus moderne est maintenant abordé à la place des mosquées en tant que «travailleur social» et «empêchant l’extrémisme».

Par ailleurs, c’est un principe populaire: «Pars pro toto». Il est utilisé dans une variété de contextes, qu’il s’agisse des droits de chasse britanniques dans les négociations sur le Brexit ainsi que dans les affaires de discrimination contre les musulmans. Une propagande émotionnelle chargée (comme le débat sur le voile), et dans la première étape, nous l’organisons comme «une discrimination contre les musulmans», dans la deuxième étape, nous nous unissons à d’autres organisations qui font également la promotion de cela pour elles-mêmes, puis à un «comité plus large de lutte contre le racisme »«, Qui, grâce à la participation communautaire du judaïsme, il s’est libéré de l’accusation d’antisémitisme contre les groupes islamiques qui avaient auparavant œuvré pour protéger la constitution. (Il est également surprenant que le terme «race», que l’on pensait avoir été vaincu dans l’Allemagne libérale, ait été ravivé dans le «racisme» et implicitement ceux qui utilisent ce terme se comprennent comme «race», ce qui est vrai pour les musulmans. «Pas convaincant non plus ». Troisièmement, l’organisation Inssan et les autres organisations qui sont en relation avec elle bénéficient du soutien des grands groupes chrétiens, notamment les églises de protestantisme qui sont prêtes vivement et d’une façon organisationnelle et qui attire les organisations islamiques au navire de la religion ».

Un réseau contre la discrimination et l’islamophobie (sur l’auto-représentation d’Inssan)

«[…] Elle a été créée en août 2010 pour lutter efficacement contre la discrimination à l’égard des musulmans dans notre société. Le projet suit une approche d’autonomisation. L’objectif est sensibiliser les  personnes concernées qu’elles sont des citoyens de ce pays ayant des  droits égaux et de montrer leurs options de travail en cas de discrimination. Nous allons dans les mosquées et les institutions islamiques. Sur la base de l’expérience des participants, nous fournissons des informations sur la base juridique des événements sur place, proposons des options d’action et fournissons des informations sur l’infrastructure actuelle de soutien et de conseil ».

Le Sénat de Berlin décrit le projet (Drucksache 18/16 203) de la même manière, mais avec une justification spécifique pour «promouvoir l’autodétermination et la participation sociale»:

Le projet financé «Réseau contre la discrimination et l’islamophobie» (nom du projet jusqu’en 2013: «Réseau contre la discrimination à l’égard des musulmans») forme des personnes actives dans différentes communautés de mosquées sur les questions de discrimination, la situation juridique actuelle en vertu de la loi générale pour l’égalité des chances (AGG) et soutient la communication et le soutien mutuel. En outre, il existe un avis (juridique) préliminaire pour les personnes touchées par la discrimination et, si nécessaire, un renvoi vers des institutions consultatives spécialisées. Le projet fournit des informations sur la discrimination à l’égard des musulmans ainsi que sur la situation juridique, conseille et responsabilise les personnes touchées. Par conséquent, il contribue également à accroître la confiance dans l’état de droit et favorise l’autodétermination et la participation sociale. »

Cependant, ce travail éducatif réside dans un dilemme spécifique lié à l’ignorance des personnes touchées, rapportée par l’anthropologue Esra Osiorek après s’être entretenue avec des activistes à Berlin [8] :

«À mon avis, les musulmans immigrés, en particulier ceux qui ont des relations sexuelles, prennent souvent des mesures aussi décisives parce qu’ils se sentent déjà marginalisés et isolés. Ils attendent si peu de la société majoritaire qu’ils ne subissent généralement pas l’injustice en tant que quelque chose qui peut être changée ou éliminé. L’expérience de l’équipe organisant des séminaires de sensibilisation à la discrimination dans les mosquées le montre très clairement. Lydia Noval, chef du programme Inssan et convertie à l’islam, a fait un rapport dans une présentation pour la formation contre l’antisémitisme. Islamophobie et xénophobie: «Quand nous allons dans les mosquées et demandons aux gens s’ils se sentent socialement discriminés, ils disent souvent:« Non, nous ne le ferons pas. Et quand on leur explique comment fonctionne la discrimination, ils disent: Oh, si c’est ce que tu veux dire, bien sûr, ça nous arrive tout le temps! Safter Ḉinar du Conseil exécutif de la Fédération turque à Berlin a dit quelque chose de similaire lorsque nous avons parlé du travail de lutte contre la discrimination de son organisation ».

En 2019, Walter Otte, porte-parole du groupe de travail de l’État de Berlin concerné par les Verts laics, a vu l’état d’esprit de victime défini dans une interview d’Inssan:

«Inssan e. V. est un organisme de lutte contre la discrimination cofinancé par le Bureau national pour l’égalité des chances du conseil de Sénat au Sénat, même par le sénateur Berndt. Il y a un an et un jour, c’était d’abord sur les barreaux de la discrimination, une fois qu’il s’agissait des personnes issues de l’immigration. Les personnes et associations affectées se considèrent généralement comme des victimes et se vendent ainsi. C’est – du moins jusqu’à présent – une escroquerie réussie, et une très grande partie des libéraux de gauche en sont fous et voient la discrimination là où il n’y a pas de discrimination. Il sera intéressant d’étudier cette position multiculturelle pour sa proximité de contenu avec le multiculturalisme d’extrême droite. Cependant, la loi sur la neutralité n’est pas une «interdiction du voile». Les femmes concernées peuvent porter le hijab en dehors de l’école à tout moment et n’importe où ».

En 2020, la parole franche: « Les attaques contre les musulmans sont beaucoup plus élevées ».

«Le Réseau anti-discrimination et Islamophobie (Inssan eV) a enregistré un cas inquiétant à Berlin avec 265 incidents en 2019. Cela représente une augmentation de 88 incidents par rapport à 2018. […] Inssan eV appelle les politiciens de Berlin à élargir le centre des consultations et de la documentation et garantir le financement des activités de conseil, qui se déroulent principalement sur une base volontaire. Nous souhaitons expressément la bienvenue au Bureau d’État de Berlin pour l’égalité de traitement contre la discrimination pour promouvoir un projet sur le thème «Structures des plaintes et autonomisation contre le racisme à l’encontre des musulmans».

 

Zainab Zitin, Projet de coordination du réseau anti-discrimination et islamophobie / Inssan E. V., financé pen 28 heures par semaine. (Imprimé le 18/15 795)

Cependant, ces chiffres de discrimination doivent être considérés avec prudence. Selon les estimations des religions de Berlin, entre 220.000 et 300.000 musulmans vivent à Berlin. Sur les 265 attaques signalées par Inssan, comme indiqué dans le texte du rapport d’Inssan, 225 étaient pour des raisons religieuses. Cela affecte – assez dur pour les individus – seulement de 0,1 à 0,08 pour cent des musulmans à Berlin. Les attaques signalées varient considérablement dans leur qualité, allant des «insultes et hostilité aux attaques physiques». Ainsi, la subjectivité des personnes touchées et la situation réelle des attentats ne sont pas comprises. Quiconque en demande plus – l’option de rapport en ligne a été introduite pour la première fois en 2019 – obtiendra également plus de réponses, c’est-à-dire h. L’augmentation des rapports (2016: 110, 2017: 115, 201: 176, 2019: 265) est-elle réellement basée sur davantage d’attaques ou sur des options de rapport étendues? Si tel est le cas, il s’agirait d’éléments de formation d’opinion (dans le vrai sens du terme).

En général, les données sur la discrimination en Allemagne sont très mauvaises et, selon l’Agence fédérale de lutte contre la discrimination, l’importance de la discrimination fondée sur la religion n’est pas non plus une caractéristique clé de la discrimination en 2019.

«Le nombre de demandes d’avis sur la discrimination sur la base de l’origine ethnique ou des caractéristiques raciales a augmenté en 2019 de 10% à 1176 cas ou 33% de toutes les demandes adressées à l’Agence indépendante de lutte contre la discrimination. […] Outre la discrimination fondée sur l’origine ethnique, les enquêtes sur d’autres caractéristiques de la discrimination protégées par la loi générale sur l’égalité de traitement (AGG) sont réparties comme suit: 29% des plaintes ont été reçues pour discrimination fondée sur sexe. Viennent ensuite la discrimination fondée sur le handicap (26%), l’âge (12%), la religion (7%), l’identité de genre (4%) et la vision du monde (2%). Le pourcentage le plus élevé de discrimination signalée survient dans la vie professionnelle: 36% des demandes en 2019 concernent des dommages au travail ou à la recherche d’un emploi. Le deuxième plus fréquent (26%) était la discrimination dans les affaires courantes, c’est-à-dire lors de la recherche d’un appartement, lors des courses, dans la restauration ou dans les opérations d’assurance et bancaires ».

Le projet a été «financé initialement pendant deux ans par un tiers de l’Open Society Foundations (OSF) basée à Londres, fondée par le directeur du fonds et philanthrope George Soros et les deux tiers du budget du Sénat de Berlin. Depuis 2015, le réseau est soutenu par l’Office d’État pour l’égalité de traitement – Anti-discrimination du Département sénatorial de la justice et de la protection des consommateurs et de la lutte contre la discrimination. « [14] Des chiffres plus précis peuvent parfois être trouvés dans les demandes de renseignements à la Chambre des représentants de Berlin, telles que les publications 18/15 483. Selon l’Open Society Foundation, il était de 38.000 euros (2011), 29.622,21 (2012) et 32 ​.472,90 euros (2013). ). En 2015, il était de 100.000 dollars selon l’enquête 18/15 795. Le Sénat de Berlin a transféré (selon les publications 18/13 944) dans le cadre du programme d’État «Démocratique». La diversité. Le respect. Contre la droite, l’extrémisme, le racisme et l’antisémitisme » au fil des ans

  • 2010: 26,799 euros
  • 2011: 22,509
  • 2012: 34,210
  • 2013: 32,915
  • 2014: 35,756
  • 2015: 45,461
  • 2016: 54,081
  • 2017: 60,879
  • 2018: 78,729

Dans un souci d’exhaustivité, et pour clarifier la remarque d’ouverture selon laquelle on se déplace sur des «terres minées» quand il s’agit de l’islam, il convient de noter que dans la même période (été 2010) lorsque le réseau Inssan a été créé, un atelier a eu lieu à Berlin GEW (Fédération de l’éducation et des sciences), qui (selon FAZ: «Le poison de l’intolérance islamique»), elle a traité de «l’intolérance violente souvent dans les écoles avec un pourcentage élevé d’élèves musulmans et plus, qui mijotaient depuis des années , et qui avait été en proie à des conflits. Cet atelier était basé sur un article dans «Berliner Lehrerzeitung» 2009. Le rapport intitulé: «L’hostilité contre les Allemands dans les écoles – sur les causes de la tendance croissante chez les jeunes d’origine turque et arabe» et ils ne peuvent plus l’être. Trouvé dans le rapport FAZ, il dit sur les expériences de l’enseignant comment le sujet peut être « arrêté »:

«Le professeur de lycée, Wolfgang Schenk, par exemple, qui était le porte-parole de la ‘liste alternative’, a dû acquérir une expérience pertinente de la manière dont les syndicalistes et les autorités scolaires l’ont dissuadé lorsqu’il était accusé d’attaques misogynes ou d’insultes comme le ‘nazisme’, transformé en «salopes» Ou en «racisme» ou en menace de mariage forcé avec une écolière, et on lui a dit de garder le silence pour ne pas fournir un modèle à l’extrême droite, et cette ignorance impitoyable persiste à ce jour. Au début des années 1990, les sociétés islamiques et certaines associations de mosquées étaient autonomes, car leur mécontentement à l’égard de l’Occident et de la démocratie empoisonne de plus en plus le climat dans de nombreuses écoles, dit Schenk. «L’hostilité envers les Allemands» n’est en fait qu’un des nombreux phénomènes d’exclusion.

GEW elle-même a déclaré sa solidarité lors d’une réunion des délégués d’État un mois plus tard (2 – 3 novembre 2010) et a décidé de condamner «l’augmentation du racisme contre les musulmans» et de rejeter le terme d’hostilité envers les Allemands: Le GEW BERLIN – condamné – le racisme islamique / – appelle à la liberté religieuse positive et négative, comme garantie par la Loi fondamentale et la Déclaration des droits de l’homme / – Il refuse d’utiliser le terme d’hostilité envers les Allemands, inventé par les populistes de droite comme un terme combatif contre la xénophobie et la réalité sociale déformée d’une façon démagogique».

Cela a créé un autre écran protecteur: quiconque dénonce des problèmes d’intégration liés à l’islam et aux musulmans est un «populiste de droite» démagogique.

Mentors réfugiés

«[…] il est un projet qui façonne activement le travail des réfugiés pour les volontaires. Un programme d’orientation a été développé pour inspirer et soutenir les jeunes (de 17 à 30 ans) issus de l’immigration pour l’engagement civique des réfugiés. Les mentors du projet suivent une formation (un atelier et une formation mensuelle) au fur et à mesure qu’ils sont préparés et habilités à accomplir leurs tâches. En collaboration avec les installations pour réfugiés (comme les abris d’urgence et les dortoirs pour les réfugiés mineurs non accompagnés (UMF)), les mentors planifient et mettent en œuvre des actions visant à ajouter de la valeur à tous les résidents des installations ».

On donne rarement des chiffres sur le nombre d’entre eux qui ont été formés. De début 2015 à fin 2016 (selon le rapport annuel Wegweiser 2016), une trentaine de bénévoles ont suivi une formation de mentorat. Natalia Amina Lewinaz est responsable du projet.

Les partenaires du projet sont deux organisations liées personnellement à Inssan par l’intermédiaire du président (ZDM (Conseil central des musulmans) et RAA Berlin’s JUMA Project) et la Fondation Robert Bosch. Le projet est financé et soutenu d’une part par Paritätischer Wohlfahrtverband à travers le programme «Coordination, réhabilitation et promotion de l’engagement volontaire pour les réfugiés» du Commissaire du gouvernement fédéral pour les migrations, les réfugiés et l’intégration, et d’autre part à travers le programme «Participation et Programme d’intégration »(PartInt) du commissaire du Sénat de Berlin pour l’intégration et les migrations.

Dans le «Rapport final de dialogue sur le programme», les méthodes suivantes sont citées pour ce projet Inssan: 2016: 42 219 €, – pour 2017: 42.219 €, -. Le Sénat de Berlin a également financé le projet à travers:

  • : 2016 53 ;263,40, –
  • 2017: 53,263,40, –
  • 2018: 55,000,00, –
  • : 2019 55,000,00, –

Selon le document 18/13658 du Parlement allemand, 95.947 € ont été payés pour «la démocratie active! » Programme (2018).

Le professeur Bassam Tibi, immigrant syrien et musulman libéral, met en garde d’urgence contre les tentatives de coopération des groupes islamiques et de la communauté juive: [9]

En termes de propagande, les islamistes assimilent l’anti-islam à l’antisémitisme. Ignatz Bubis, avec qui j’étais étroitement lié, m’a un jour écrit pour me demander conseil après que les islamistes l’aient approché afin de le convaincre de former une alliance judéo-musulmane. Le Smart Boy était moins crédule que beaucoup de ses concitoyens, et il avait un employé à sa recherche qui a instantanément découvert le nom du groupe dans le rapport annuel de l’Office fédéral de la protection de la Constitution. Bubis ne comprend plus le monde et en tant que musulman libéral et partenaire de dialogue, il m’a demandé de clarifier. Je lui ai expliqué comment les islamistes ont exploité l’Europe en tant que région éloignée et abusé de l’immigration musulmane pour eux-mêmes s’ils veulent que la communauté juive s’utilise à travers une fausse alliance. Ils peuvent y parvenir si un antisémitisme / anti-islamisme pseudo-parallèle est appliqué. En prévision d’assimiler l’antisémitisme à l’anti-islam, Bubis a conseillé de ne pas soutenir les islamistes et de suivre ce conseil. Car si les islamistes réussissent à former une telle alliance, personne ne peut même dire un seul mot contre eux et aucune autorité en Europe ne peut agir contre eux ».

Le psychologue et auteur Ahmed Mansour met également en garde contre les dangers d’exploiter le thème de «Meet2respect» (rabbins et imams ensemble):

Le psychologue et auteur Ahmed Mansour a averti: «La communauté juive ne doit pas être naïve et se laisser être exploitée dans de telles initiatives». Khaled Al-Siddiq, Imam du Centre pour le dialogue interculturel et l’éducation H. V. (IZDB), sur le tandem. Les deux mosquées sont nommées au Bureau de Berlin pour la protection de la Constitution en raison de leurs liens avec les Frères musulmans islamistes. L’année dernière, une photo de Sabri a étalé sa main droite avec ses doigts pliés et son pouce vers l’extérieur. Depuis le massacre des Frères musulmans devant la mosquée Rabaa al-Adawiya au Caire le 14 août 2013, le soi-disant le geste Rabia a été considéré comme une marque d’identification des Frères musulmans ».

Ce que tous les projets ont en commun, c’est qu’ils sont totalement dépendants des financements publics et Inssan n’a pas encore été en mesure de construire les droits de propreté.

Cependant, les montants de financement ne sont que des «miettes» de différents «gros gâteaux». Selon les informations du journal du Bundestag imprimé le 19/10/19, le total « de promotion de la diversité, de la tolérance et de la démocratie » et le programme fédéral « Vive la démocratie! » (2015) s’élèvait à 78 millions d’euros (78.419.227), pour 2016 il était de 99 millions d’euros (98.552.306) et 200 millions d’euros (200.320.537) prévus pour 2017.

«Pour les mesures de promotion de la diversité, de la tolérance et de la démocratie (chapitre 1702, titre 684 04), 40.500.000  euros sont prévus dans le budget fédéral 2015, 50.500.000 euros pour 2016 et 104.500.000 euros pour 2017. L’évolution du montant des fonds disponibles est justifiée par les décisions du budget législatif. Dépenses totales dans le cadre du programme fédéral «Démocratie vivante!» Il était de 37.919.227 euros (2015), 48.052.306 euros (2016) et 95.820.537 euros (2017) ».

Les taux d’augmentation sont clairs et avec les bons contacts et un concept de projet amusant, 50 à 100,00 € dans une fourchette gérable même pour les petits clubs.

D’autres projets dans lesquels Inssan est directement impliquée, mais l’association elle-même n’agit pas en tant que sponsor du projet, clarifiant la confusion « qui fait la promotion de qui ou pourquoi ? »

Juma – un jeune, musulman, actif.

Fondé en 2010 à l’initiative du conseiller intérieur du sénateur Kourting (SPD) et l’actuelle ministre d’État auprès du maire au pouvoir, Sawsan Chibli et autres musulmans (SPD), il est officiellement un projet RAA (Bureau régional pour l’éducation et l’intégration) et Démocratie eV. ) et avec le soutien de Lydia Noval, qui a travaillé au RAA, alors actuellement membre du conseil d’administration d’Inssan, elle est désigné en tant que coordinatrice de projet à côté de Kofi Ohene-Dokyi en tant que chef de projet.

Ceci est expliqué sur le site Web de Juma, en disant que le projet était « sous son contrôle »:

Entre 2010 et 2014, Sawsan Chibli a été conseillère politique auprès du personnel du Département des affaires intérieures et des sports du Sénat de Berlin. Ici, j’ai travaillé en étroite collaboration avec les sénateurs de l’intérieur et des sports, Sir Earhart Kourting et plus tard Frank Henkel, sur les questions de l’islam, du dialogue interconfessionnel et de l’intégration. Sawsan Chibli a développé le projet Juma. Pour le Département de l’Intérieur et des Sports du Sénat, j’ai géré le projet avec le RAA.

Le projet Sawsan Chibli a été présenté lors de la 11e journée de prévention à Berlin (2012):

«Le projet JUMA a été lancé en décembre 2010 par l’auteur (conseiller politique pour les affaires interculturelles au département des affaires intérieures et des sports du Sénat) et est soutenu financièrement par le ministère fédéral des Affaires familiales dans le cadre du programme fédéral pour la promotion de la démocratie.» Juma signifie jeune, actif, musulman. […] Le projet a deux objectifs: Premièrement, il s’agit de donner une voix à la jeunesse musulmane. Ils devraient réfléchir librement sur les questions qui les intéressent, ce qu’ils attendent de la politique et où ils voient des lacunes mais aussi des opportunités. Un autre objectif majeur du projet est que les jeunes musulmans prennent leurs responsabilités et contribuent à façonner notre communauté. Jumaa souhaite accroître l’intérêt pour l’expérience démocratique chez la jeunesse musulmane et offrir aux jeunes la possibilité d’exprimer leurs positions, opinions et positions dans le public politique et médiatique. […] Le groupe cible immédiat du projet Juma est constitué de jeunes musulmans âgés de 15 à 25 ans qui se définissent principalement à travers leur identité islamique. Les jeunes sont choisis par le biais d’associations de mosquées, d’organisations de jeunesse islamiques ou d’organisations d’immigrants dédiées au travail avec les jeunes musulmans. Jusqu’à présent, une centaine de jeunes musulmans de Berlin ont régulièrement participé aux événements du projet JUMA. « 

Dans une interview avec Lydia Noval sous le titre: «Si l’Islam fait partie de votre identité, alors vous avez raison d’être avec nous!»:

«Juma est une plateforme dans laquelle les jeunes musulmans qui souhaitent participer et contribuer à façonner la société peuvent participer. Nous disons toujours, si vous vous sentez interpellés, si l’on parle des musulmans et de l’islam en Allemagne, si vous voulez avoir une opinion mais ne vous sentez pas entendus, alors vous êtes au bon endroit. Nous ne nous soucions pas de la façon dont quelqu’un vit sa religion. Nous lançons un appel à toutes les personnes âgées de 16 à 25 ans qui comprennent l’islam comme faisant partie de leur identité. « 

Juma n’est pas seulement une abréviation du mot «jeune, musulman, actif» en allemand, mais il vient de l’arabe. À un moment donné, il a été dit que le mot Juma signifie «réunion du vendredi» en arabe, et à un autre moment, le ministre des Affaires étrangères Sawsan Chibli (SPD) a en fait dit des alternatives au terme correct, qui est que l’arabe signifie «prière du vendredi». («Dans le projet« Juma »que j’ai lancé (« Jumua »signifie la prière du vendredi, mais cela signifie aussi« jeune, musulmane, actif »), quatre-vingt dix pour cent des filles portent le hijab.

Cependant, c’est aussi le moins qu’on puisse dire, puisque le vendredi est le principal rituel de prière qui est célébré le vendredi lors de la visite de la mosquée, ce qui est obligatoire pour tous les musulmans de sexe masculin. Fred Solomon de l’Université d’Erlangen-Nuremberg écrit sur les prières du vendredi dans le Dictionnaire de l’Église et la loi religieuse [10] :

«Dans le Noble Coran et les hadiths, l’importance et la spécificité du vendredi sont soulignées. La supplication et le souvenir de Dieu en ce jour sont une occasion d’obtenir des bénédictions spéciales. L’heure de la prière du vendredi est la même que celle du Dhuhr. La prière du vendredi est obligatoire pour tous les hommes musulmans adultes, même s’il n’y en a que deux. […] Comment se déroule la prière du vendredi: Dès que le soleil passe le point le plus élevé du ciel, l’Asan (le premier des deux, une particularité de la prière du vendredi) est appelé. Il est maintenant temps de faire la prière du vendredi. Avant que l’imam ne prononce le sermon appelé le second. Puis l’imam se lève et récite la prière suivante, suivie de la sourate Al-Fatiha. La prière du vendredi est obligatoire pour chaque musulman adulte, homme, libre, sain d’esprit, local (c’est-à-dire ne voyageant pas) et musulman qui n’est pas à plus de six kilomètres du lieu de la prière du vendredi. Selon une parole prophétique, Dieu a scellé le cœur de ceux qui ignorent la prière du vendredi trois fois de suite, et la participation est gratuite pour les femmes et les enfants, et cet engagement est dû au Saint Coran intitulé «Al-Jumua» proclamé dans la période médinoise ».

L’orientaliste Stephen Wilde fait également référence dans une référence multiforme au vendredi [11] considéré comme une «journée islamique spéciale» au cours de laquelle toute une série d’actions différentes la veille ou le vendredi ont été considérées comme particulièrement bénies, entre autres, les grands rituels d’ablution avant prière, ongles taillés et barbe taillée. « La vénération des deux sexes à la veille de la prière a été particulièrement bénéfique ».

Le projet Juma sera également présenté à la Conférence annuelle 2017 des musulmans du Parti de la justice et du développement du Parti social-démocrate:

Les salutations ont été suivies de trois motifs fondamentaux. Tout d’abord, Mohamed Senil, le coordinateur du projet Wilaya pour les musulmans de Hesse pour la démocratie et la diversité (HMDV) a pris la parole. Il a présenté le projet HMDV et a expliqué les opportunités et les difficultés liées au travail avec les organisations islamiques, en particulier avec les sociétés religieuses. Puis Lubna Doudouh a présenté le projet Juma – «Jeune – musulman – actif». Elle a souligné que Juma est un lieu de diversité religieuse et culturel. L’ouverture, le respect et la tolérance sont particulièrement importants. Le but du projet est d’autonomiser la jeunesse musulmane ».

Ce n’est pas le mot «Islam faisant partie de l’identité» mais plutôt «la diversité religieuse vivante».

Est-ce une contradiction que la Free Youth Welfare Organization, comme Juma, d’une part, motive et encourage les jeunes femmes («autonomisation») à déclarer leur foi islamique en portant le hijab? D’abord, les deux forces motrices de Juma, le ministre des Affaires étrangères Sawsan Chibli et la coordinatrice du projet Lydia Noval, sont toutes deux clairement des musulmans religieuses, mais elles ne portent pas le hijab – madame Chibli, car vous ne pouvez pas travailler avec le voile, et madame Naval, parce qu’elle ne regarde pas. Cependant, les filles du projet Juma s’attendent clairement implicitement – si j’en ai fait 9 sur 10 – à porter le hijab, i. H. Vont-ils les regarder et ne pas avoir de profession? Cela ressemble à une exploitation et une exclusion délibérées. Il n’y aurait pas de contradiction si l’intention était de former de futures employées qui resteraient dans «l’intérieur» musulman – en dehors du courant dominant laïque de la société – où elles resteraient pour elles-mêmes, c’est-à-dire ne pas les regarder et créer des emplois celles-ci. Les organisations marginales? A cet égard, la question doit être posée de savoir si le projet Juma contribue quelque part à l’intégration et ne représente pas plus qu’un travail missionnaire explicite et l’exclusion?

Ce projet Juma s’inscrit également dans une situation où l’étude (2016) «Intégration et religion du point de vue des personnes d’origine turque en Allemagne», a en revanche constaté que les jeunes vont moins dans les mosquées et prient moins. En revanche, ils expriment plus d’auto-évaluation de leur religiosité que les personnes âgées. S’agit-il d’un «engagement clair envers son origine culturelle»?

«En ce qui concerne la religiosité des personnes d’origine turque, le modèle d’équilibre entre la disposition à s’adapter et l’affirmation de soi se répète en Allemagne. D’une part, en termes de pratique religieuse traditionnelle, la deuxième / troisième génération s’avère moins active que la première. La deuxième / troisième génération, par exemple, visite la mosquée moins souvent que la première génération (23 contre 32% par semaine ou plus) et exprime aussi beaucoup moins fréquemment qu’elle dit plusieurs fois par jour une prière personnelle (35 contre 55%). En revanche, la deuxième / troisième génération se considère plus religieuse que la première (72% contre 62% qui sont «profondément», «très» ou «assez religieux»). Il est possible que les réponses à cette question ne reflètent pas une religiosité «vraiment vivante» mais plutôt un engagement explicite envers son origine culturelle. « 

La grande salle de bal du «Red City Hall» de Berlin (résidence officielle du maire) est disponible gratuitement pour les événements JUMA.

Selon la Fondation Robert Bush sur le nombre de participants: «En étroite coopération avec les mosquées et les organisations islamiques, environ 100 jeunes seront formés pour devenir des multiplicateurs et des« bâtisseurs de ponts »dans leurs communautés entre avril 2014 et avril 2016.» C’est 50 gars par an. Le financement reste incertain, car la Fondation Robert Bush ne fournit aucune information sur demande et se réfère à la direction du projet Juma, qui, sur demande, n’a cependant fourni aucune réponse ou information.

L’Alliance CLAIM

Il a été créé en juin 2018 et compte 38 organisations membres. À droite, le nom porte les initiales de «L’Alliance contre l’islamophobie et l’hostilité musulmane». Et CL ? Comme il a été indiqué sur demande, «CL n’a pas de fonction d’acronyme. Le nom a été choisi, entre autres, parce qu’il peut être utilisé à l’échelle internationale et symboliser l’apppel confiant de nos objectifs ».

L’alliance a été présentée au siège du Congrès fédéral de presse le 26 juin 2018. Les participants étaient:

  • Thomas Hebner (Chef du Département de la démocratie et de la diversité, Ministère fédéral de la famille, des personnes âgées, des femmes et de la jeunesse)
  • Nina Muhy Chef de projet (CLAIM)
  • Zainab Gitan (Inssan eV) – Réseau anti-discrimination et islamophobie
  • Eva Andrade) – Fédération turque TBB – The Brandenburg Project (ADNB
  • Il est à noter que la question ne se limite pas à un fonctionnaire ministériel responsable assis sur le podium, mais plutôt à la tête d’une unité. Thomas Hebner (né en 1966) dirige la section 102 «Promotion de la démocratie» au ministère fédéral de la Famille, des Agés, des Femmes et de la Jeunesse (BMFSFJ), et est donc également responsable de «la démocratie vivante!» Le programme, dont 115,5 millions d’euros seront versés en 2020.

Selon la ministre fédérale Dr Franziska Geffe, l’importance réside avant tout dans les finances municipales:

Il y a deux points axiaux qui sont particulièrement importants pour moi dans la nouvelle période de financement pour «la démocratie vivante ! «Premièrement: nous augmentons notre engagement à lutter contre l’extrémisme de droite et l’antisémitisme. Pour la première fois, il y aura des réseaux de compétences séparés avec des agences ayant une expérience au niveau fédéral afin de mettre en commun et d’améliorer l’action contre l’antisémitisme et l’extrémisme de droite. Deuxièmement: nous nous sommes concentrés sur la société civile locale. L’argent supplémentaire va aux «partenariats pour la démocratie» dans 300 municipalités, où plus de 4 000 projets individuels ont été mis en œuvre chaque année jusqu’à présent. « Démocratie vivante! » C’est aussi un programme puissant pour notre démocratie libre au cours de la deuxième période de financement ».

Le financement de « la Démocratie vivante! » Assurés jusqu’en 2023 et les bénéficiaires sont:

  • Le Courage de travail
  • Une école sans racisme, Berlin
  • RAA Berlin, Berlin
  • CLAIM
  • Bureau EV partiel à Berlin
  • Horisons Ev., Berlin. (Dans le Partenariat pour la démocratie dans le quartier de Neukölln à Berlin, «l’objectif principal 1: clarifier la compatibilité entre l’islam et la démocratie».)

Cela se traduit par une séquence stricte de lobbying réussi pour l’ESAN: d’abord «le soutien chrétien» avec des invitations en tant que participant / conférencier à la Loccum Evangelical Academy (2004-2006), puis en établissant une liaison à la Loccum Academy (2009) entre le responsable du BMFSFJ Youth Action et Inssan, la jeunesse musulmane et Milli Görüs. Cependant, tout cela est resté hors de la portée d’un public plus large. La conférence de presse au siège de la Congrès fédéral de presse démontre maintenant la reconnaissance publique par le ministère fédéral responsable et donc «la bénédiction (et l’argent) d’en haut».

L’auto-présentation de CLAIM consiste à :

«Le racisme et la discrimination ne sont pas un problème pour une minorité, mais menacent plutôt notre cohésion sociale dans son ensemble. Avec CLAIM, nous travaillons à résoudre ce problème croissant qui affecte la société dans son ensemble. Nous confrontons les développements menaçant l’intérêt public en Allemagne et en Europe par l’information et la prévention. Nous formons une large coalition sociale contre l’exclusion des musulmans et contre l’intolérance, la discrimination et l’hostilité envers l’islam et les musulmans ».

Nina Mohie, directrice du projet CLAIM, selon un rapport de Barbara John, membre du conseil consultatif d’Inssan eV, est également membre d’Inssan eV, et Inssan lui-même fait partie du groupe d’experts conseillant l’Alliance CLAIM:

  • Professeur Iman Attia (professeur d’études sur la diversité monétaire, le racisme et les migrations à l’Université Alice Salomon de Berlin)
  • Daniel Pax est chef de projet chez Mediendienst Integration, membre du conseil d’administration de New German Media Makers
  • Engin Karahan (conseiller politique et membre du conseil consultatif de l’Association Al Hamra)
  • Lydia Noval Chef de projet (INSSAN eV)
  • Dr Werner Schifford (chercheur principal à l’Université européenne de Viadrina, ancien président du Conseil de l’immigration
  • Aliyeh Yaghani Responsable de la protection de la discrimination et de la diversité dans les écoles (LIFE eV)
  • Lamia Kaddour (chef du projet de recherche sur «l’islamophobie des adolescents», cofondatrice de la Ligue islamique libérale) «

Ces experts, qui ont été mentionnés à maintes reprises sous diverses formes, peuvent également être qualifiés de «cercle de Schifford».

«CLAIM» est un projet de MUTIK gGmbH et du ministère fédéral de la Famille, des Agés, des Femmes et de la Jeunesse (BMFSFJ) dans le cadre du programme fédéral «La Démocratie vivante!» financé par la Fondation Mercator.

C’est un plaisir intellectuel et cela montre qu’il y a des gens intelligents au travail. Comme pour «  Juma », l’original arabe montre clairement de quoi il s’agit (prière du Vendredi saint et donc « l’Islam en tant qu’identité »), tout comme « CLAIM ». Il a également la signification d’un domaine spécifique pour lequel vous ne disposez que d’une licence pour prospecter de l’or. Comme pour d’autres projets, par exemple B. Le féminisme, c’est aussi, avant tout, se créer des emplois financés par l’État. L’anthropologue turque Esra Ozurek a écrit [12] :

«Bien qu’ils n’apparaissent pas dans le discours public, les convertis allemands sont largement représentés dans les fonctions publiques qui ont une relation avec l’islam – par exemple en tant que chefs d’organisations islamiques nationales et en tant que représentants des musulmans dans le dialogue interconfessionnel. L’auteur de commentaires de journaux favorables à l’islam ou en tant que chercheur dirigeant des projets de recherche universitaires ou d’État sur les musulmans. De nombreux musulmans et musulmans autochtones qui se sont convertis m’ont dit que si la plupart des adeptes de leur religion en Allemagne visitaient des travailleurs ayant des compétences linguistiques et sociales insuffisantes, il n’y avait pas d’alternative, mais cette tendance ne semble pas décroître, mais elle pourrait le devenir une tradition unifiée ».

Qui suis je? Et si oui, quel est leur nombre ?

Une caractéristique des organisations idéologiquement engagées, qui représentent un grand nombre de supporters, mais où la contradiction entre adhérents et sympathisants est évidente, sont les évangéliques en Allemagne qui, comme «les villages de Potemkine», établissent constamment de nouvelles organisations et campagnes, mais presque toujours avec le même personnel. Apparemment, Inssan e. En tant qu’organisation islamique, elle prône la lutte contre la discrimination et la liberté de religion sans restriction.

Si vous regardez les appartenances personnelles du président et directeur général d’Inssan eV, ils sont unis par dix organisations.

Une division spécifique du travail apparaît également: la présidente Lydia Noval (en tant que femme) organise la société civile / spectre politique (RAA), Aktion Courage, AK Muslim du SPD, Leadership Berlin et JUMA), le directeur général Muhammad Hajjaj est (en tant que homme) plus responsable des relations religieuses (Jeunesse musulmane, Union islamique, IBMus, Centre culturel / mosquée de Tiba, Conseil central des musulmans-LV Berlin. Ils sont tous deux membres de l’organisation politique la plus importante dans Inssan (SPD) et aussi de l’Organisation religieuse la plus importante d’Inssan (ZDM).

Étant donné que chaque organisation et chaque projet (aussi petit soit-il) a son propre slogan, une «variété colorée» de logos peut désormais représenter beaucoup:

  • Le projet WEGWEISER porte le nom du sponsor: Inssan, en tant que partenaire collaboratif: Conseil central des musulmans et Juma. Par conséquent, Mme Noval ne peut signer l’accord de coopération que trois fois.
  • Pour la conférence spécialisée (octobre 2019) «Flight, Migration, Homeland (en) – Muslim in Germany», l’invitation est: Inssan eV, Project WEGWEISER et Project «Not Without My Faith» – toutes les marques de la société
  • Pour l’atelier (novembre 2019) «Bloguer contre l’islamophobie», les organisateurs sont Teiba Kulturzentrum, Inssan et le projet «Réseau contre la discrimination et l’islamophobie» – le directeur général peut signer trois fois seul.
  • Dans «l’Appel des organisations religieuses sur l’affaire Amazonas» (2019) contre l’incendie qui y a eu lieu, les logos de 17 des premiers signataires ont été affichés, dont 6 sont des réseaux humanitaires personnels directs: Al-Ittihad Al-Islami, IBM, Conseil Central des Musulmans, Taiba EV, Tél. Un musulman pastoral attentionné, et Inssan elle-même.
  • Organisateurs nommés avec le slogan de la Semaine de l’Islam (décembre 2019): Al-Ittihad Al-Islami et IBMus, les partenaires de coopération sont: Inssan et IZDB (Centre d’échange culturel pour le dialogue et l’éducation). En plus de six restaurants tels que des bouchers halal et des fournisseurs de services financiers, les sponsors sont également – si IZDB est bientôt, il ne devrait pas manquer – Islamic Relief.

Ces exemples peuvent persister de manière relativement arbitraire. Le principe de base est le même: la variété inexistante est avancée.

En même temps, des publicités pour des événements et des sponsors nommés- y compris les sponsors du Festival de Inssan 2006 – montrent qu’en Allemagne les organisations orientent leurs membres de vivre selon les règles de l’Islam – en particulier dans la division en «Halal» (autorisé) et «Haram» (non autorisé) Il y a aussi beaucoup à gagner économiquement.

Le pouvoir d’achat des Turcs et des personnes d’origine turque rien qu’en Allemagne est de plus de 20 milliards d’euros, et les ventes de 400 entreprises qui fournissent des produits halal en Allemagne sont d’environ cinq milliards d’euros. Sur les 40000 musulmans qui meurent chaque année en Allemagne, environ 85% sont rapatriés car c’est plus rentable (2000 euros) qu’un enterrement en Allemagne (6000 euros) et même dans le cercle familial immédiat, environ 40 parents ne postulent pas pour les visas. Et les vols et l’hôtel sont à payer. Il s’agit d’un chiffre d’affaires d’environ 70 millions d’euros.

De grandes organisations comme Milli Görüs mentionnent des services comme IGMG Bestattungshilfeverein e. V. Ou pour le Hajj prescrit à La Mecque pour les agences de voyage telles que IGMG Hajj et Umra Reisen GmbH.

Puisque Inssan se considère comme une organisation religieuse politiquement active, de tels services et telles opportunités de revenus n’ont pas été concrétisés.

Quel genre d’islam représente un «Inssan»?

Il n’existe aucun document accessible au public dans lequel Inssan explique, identifie une religion ou une interprétation de l’islam proche de lui. C’est comme un vide ou un puzzle, ce qui est étonnant pour une organisation qui se décrit ouvertement comme musulmane.

Cependant, si l’on prend comme base ce que la Cour administrative suprême de Berlin a clairement indiqué en 1998 dans sa décision selon laquelle la Fédération islamique de Berlin est une communauté religieuse [13] (OVG 7 B 4/98), alors cette question n’est pas seulement complètement inutile car dénuée de sens, voire inacceptable:

«La croyance au Coran et à la Sunna est suffisante pour obtenir un consensus. Contrairement à l’opinion du tribunal administratif, il n’est pas juridiquement important que le Coran et la Sunna (paroles, actions et décisions traditionnelles du prophète Mahomet) soient à la base de la croyance de tous les musulmans. Parce qu’il n’est pas possible – comme mentionné – que le plaignant soit obligé d’adhérer à une certaine secte au sein de l’islam, en particulier dans le cas de la communauté sunnite à majorité sunnite de ses membres turcs, de faire la distinction entre lui et les chiites ou toute autre secte selon les lois. Si le Procureur, comme il l’a explicitement déclaré devant le Sénat, comprend son système de croyances complet basé sur le Coran et la Sunna comme une compréhension œcuménique de la religion, cela doit être respecté en tant qu’expression de son image religieuse. […] Il est bien connu que l’islam ne reconnaît pas les formes d’organisation collective comparables à celles de l’Église chrétienne. Rejetez les structures hiérarchiques. Il n’y a pas besoin d’un prêtre, mais un musulman – sans intermédiaire – est en relation directe avec Dieu. L’Islam ne connaît pas les clercs selon la compréhension chrétienne européenne, et les représentants de la société y sont étrangers. Il n’a pas d’organes qui peuvent parler avec une autorité officielle sur des questions de foi. Par conséquent, le fait que l’organisation universitaire plaignante ne s’est pas organisée au-delà du minimum habituel pour une association enregistrée et qu’un chef religieux non stipulé conformément aux lois est intrinsèquement lié au contenu de l’islam et à son image de soi et est vu par l’accusé comme une conséquence de l’autodétermination de cette religion islamique d’acceptation. Par conséquent, contrairement à l’opinion du tribunal administratif, les prétendues normes des traditions juridiques occidentales et la modification de la structure organisationnelle interne des sociétés islamiques avec des structures similaires à celles de l’Église chrétienne ne s’appliquent pas exactement ».

Cependant, la description des premières sessions du Forum Islamique de Berlin montre clairement que la question de «l’Islam» correspond à la réalité, car différentes sociétés se nient mutuellement d’être «Musulmanes».

Concernant la composition des participants musulmans, que les organisateurs ont également qualifiée d ‘«explosive», certains répondants ont exprimé leurs critiques principalement de deux côtés. Le premier point crucial pour eux est la participation de la communauté Ahmadiyya de Berlin et des Alevis au Forum de Berlin sur l’Islam, car ces groupes ne sont pas «musulmans» et donc, selon certains participants, ils ne sont pas non plus soumis à la «chute» de dialogue. « Avec l’Islam ». […] À cet égard, il est souligné ici que les différents participants musulmans se «tolèrent» étonnamment bien dans le forum sans se «priver» mutuellement, ce qu’ils font habituellement. La «diversité de la vie de la mosquée, de la vie communautaire» recherchée par les organisateurs, qui devrait se refléter dans la composition du Forum, est également considérée comme incomplète par certains des participants. Pour certaines voix, cette diversité souhaitée ne va pas assez loin et appelle à la participation d’autres groupes et nationalités islamiques qui n’étaient pas pris en compte dans la composition précédente. Il est clair à ce stade qu’il y a deux difficultés à échanger avec les «musulmans» en Allemagne. Premièrement, la grande hétérogénéité au sein de l’islam conduit à réfléchir à qui devrait réellement participer à un « dialogue avec l’islam », et d’autre part, le fait qu’il n’y ait pas d’autorité centrale pour tous les musulmans rend difficile l’évaluation de qui devrait participer » dans les musulmans. Peut prétendre la représentativité à Berlin ».

Marquant l’intérêt des médias (2007/2008) avec le projet de construction de la mosquée de la Mierendorffplatz à Berlin, Lydia Noval, cofondatrice d’Issan eV, a parlé dans quatre interviews de l’islam que représente Inssan eV. Le premier était en novembre 2007 sur Deutschlandfunk:

Lydia Noval redéfinit également le rôle que jouent les convertis dans la société musulmane. La politologue de 40 ans et mère de trois enfants a étudié à Londres dans un environnement multiculturel, a communiqué avec des musulmans et a ressenti l’islam chez elle pendant 16 ans. À Berlin, elle et d’autres ont fondé Inssan e. – un groupe islamique qui veut explicitement s’orienter vers la réalité de la vie en Allemagne. «Nous faisons la différence entre les musulmans qui vivent ici, dont la langue maternelle est l’allemand, et entre les immigrés de la première génération qui sont encore à la maison et pour qui l’allemand est également une langue étrangère. Pour nous, il est important que l’influence des musulmans allemands, des musulmans de deuxième et troisième générations, ou même de ceux qui embrassent l’islam, augmente leur influence dans la société. Il s’agit de savoir si vous êtes chez vous ou non ici. Selon Lydia Noval, les associations de mosquées, dont la plupart sont des immigrés, organisent leurs affaires de plus en plus indépendamment. Les femmes musulmanes allemandes disent que l’importance des convertis à l’islam diminue. Vice versa? Lydia Noval, qui ne porte pas le voile parce qu’elle déteste être perçue pervertie à cause de cela, affirme que son association Inssan est considérée religieusement comme indépendante, même si les institutions islamiques sont susceptibles de contribuer au financement de la mosquée Inssan prévue. « Personne n’essaye de nous infiltrer », déclare Noval, membre du Parti social-démocrate. Nous cherchons à contacter d’autres organisations islamiques, à coopérer avec elles et à les impliquer dans notre travail dans des domaines où nous avons les mêmes objectifs, à travailler ensemble, et je vois un très large consensus. « C’est une collaboration pratique, parfois amicale – et si les clubs amicaux représentent des idées plus traditionnelles de l’Islam, cela est soit respecté, soit discuté.

Cette représentation de «l’indépendance religieuse» apparaît également dans une interview accordée à BZ-Berlin, où elle déclare aimer «la simplicité de l’islam» et qu’Inssan «ne représente pas un islam très conservateur»:

Projet de construction d’une mosquée à Charlottenburg. Inssan veut construire un centre islamique sur la Mierendorffplatz pour 6 millions d’euros. Pour la première fois, un membre du conseil d’administration d’Inssan a commenté le financement de la mosquée, qui accueillera 700 visiteurs. Soixante pour cent des coûts de construction proviendront des fondations de mosquées dans les États du Golfe et le reste des dons, dit Lydia Noval (40 ans) de Neukölln. Elle est née à Sauerland et est membre fondateur de « Inssan ». J’ai grandi catholique et je me suis converti à l’islam il y a 17 ans. Elle dit: « J’aime la simplicité de l’Islam. » Une mère de trois enfants, mariée à un Palestinien, mais ne porte pas de voile. Financiers – deux dirigeants arabes bien connus. L’un d’eux est le sultan Al Qasimi, le dirigeant de l’émirat de la charia, qui, en tant qu’actionnaire majeur du groupe Volkswagen, avait déjà construit une mosquée à Wolfsburg. L’autre vient des dirigeants du Qatar. Il a cofondé la chaîne Al-Jazeera. Noval a déclaré que les deux n’étaient « pas des fondamentalistes extrémistes, commentant les préoccupations des habitants de Meirendorf Platz. Nous ne représentons pas un islam très conservateur. Dans notre mosquée, hommes et femmes prient ensemble dans une même salle. «Il n’y aura aucune pression sur les femmes pour qu’elles portent le voile. Cependant, Noval a confirmé que l’association de mosquées Inssan e. (50 membres), créée en 2002, entretient des contacts avec la Communauté islamique d’Allemagne (IGD). Selon les autorités chargées de la protection de la constitution, le groupe est considéré comme une ramification des Frères musulmans fondamentalistes en Égypte ».

Cependant, cela ne rendait rien de plus évident en termes de contenu. Et si la prière commune est sous une forme mixte – femmes et hommes côte à côte dans une salle – ou dans des zones séparées – hommes à l’avant et femmes à l’arrière de la salle – n’est pas non plus évident. La «simplicité de l’islam» était également un aspect fondamental de la conversion pour les autres convertis («les chrétiens sont maintenant appelés esclaves»).

En octobre 2007, Al-Taz a publié une interview de Lydia Noval sous le titre: «L’Islam n’a pas besoin d’une église».

«À quoi ressemble votre culture indigène? D’où êtes-vous? Je viens d’un petit village du Sauerland, en Rhénanie du Nord-Westphalie. Un village purement catholique et très conservateur. Le coin est plus sombre qu’en Bavière: vous allez à l’église trois fois par semaine. Les sociaux-démocrates ne se sont pas présentés aux élections locales. Vous êtes-vous rebellés contre le milieu catholique et conservateur à l’époque? Pas au début, j’étais aussi très active dans l’église. J’ai lu la Bible. Je me souviens avoir lu les lettres de Paul et avoir pensé: Quel genre de choses lisez-vous? À l’âge de dix-sept ans, elle a quitté l’église et est devenue une politicienne plus de gauche. J’étais un lecteur Taz. Je fais maintenant partie du Parti social-démocrate. […] Pourquoi ai-je besoin d’une religion différente? N’en étiez-vous pas fatigué? Que signifie besoin – en avez-vous besoin? On peut bien sûr aussi se promener dans le monde en agnostique. Mais c’est vraiment dommage, car je pense que vous ne pourrez pas percevoir beaucoup de choses. Qu’est-ce qu’un exemple? Je trouve très difficile de le décrire avec des mots. Il est très difficile de percevoir tout le niveau spirituel si l’on ne croit pas en Dieu. Le Coran parle des révélations de Dieu. L’homme ne connaît pas Dieu lui-même, mais plutôt les révélations de Dieu. Mais si je crois en Dieu et que je veux connaître les ayatollahs, ai-je besoin d’une religion qui me dicte des règles? Par exemple, il me dit: Vous n’êtes pas autorisé à manger en plein jour maintenant? Il ne s’agit pas uniquement de savoir si vous avez besoin de dettes. Je pense simplement que si vous croyez en Dieu, cela élargit votre vision. Et les règles ne sont rien de plus que d’aider à se rapprocher de Dieu. Le jeûne, par exemple, nous aide à nous détourner des choses quotidiennes et à nous concentrer davantage sur les bases de la vie. […] J’ai trouvé certaines choses dans le christianisme inintelligibles et inacceptables. Jésus est venu dans le monde pour racheter les gens du péché originel – et cela ne correspond pas à mon image de l’homme. La question est différente dans l’Islam, et dans le judaïsme également: il y a une personne qui est née libre, et elle ne devrait pas être rachetée. En tant que personne libre, il est entièrement responsable de ses actes. Dans l’Islam, parce qu’il n’y a pas d’église entre l’homme et Dieu, l’individu est plus libre. Dans son discours à Ratisbonne, le Pape a établi un lien entre l’esprit grec et l’Église catholique. Je ne trouve pas la foi catholique compatible avec la raison. Mais je trouve que l’Islam est compatible avec la raison. Pour comprendre cela, il faut d’abord avoir accès à de véritables déclarations religieuses. Et faites avec. « 

En janvier 2008, Lydia Noval a déclaré dans une interview avec Tagesspiegel («Je ne porte pas non plus de voile») et qu’Inssan «ne représente pas un islam très conservateur».

En quoi l’islam européen devrait-il différer de l’islam des pays arabes? Il n’y a pas de différence de principes. Mais dans l’Islam, il y a toujours eu des opinions différentes sur de nombreux sujets. Par exemple, sur la question des droits des femmes, nous développons ici d’autres positions. Les femmes sont désormais représentées dans les conseils d’administration de nombreuses sociétés islamiques en Allemagne. Inssan représente un islam très conservateur. Les membres masculins hésitent à me serrer la main, femme chrétienne. De nombreuses femmes portent un voile. Devrait-il y avoir des chambres séparées pour les femmes et les hommes dans la mosquée de Charlottenburg? Nous ne représentons pas un islam très conservateur. Dans notre mosquée, hommes et femmes prient ensemble dans une même salle. Cependant, il devrait y avoir des chambres pour les femmes et des conseils pour les femmes qui ont du mal à se marier, à les élever et à chercher du travail. Il n’y a pas non plus de pression pour porter un voile. Même si nous le considérons comme un devoir religieux, je ne le porte pas non plus ».

Toujours dans cet entretien, la question des différentes interprétations de l’islam ne reçoit qu’une réponse générale. Cela ressemble à l’islam fragmenté du « faites-le vous-même », où chacun d’eux cherche ses propres éléments de foi et l’appelle ensuite « musulman » parce qu’il se réfère au Coran, qui – tout comme la Bible – peut être interprété de manière très différente et contradictoire.

Christian Packer, convertie à l’islam et qui a été l’une des stars en tant que présentatrice du Festival Inssan 2006, écrit sur son chemin vers l’Islam [14] et le «mal fondamental» du monde occidental, à savoir le «manque de spiritualité» et son imperfection. Sur «l’expérience intime d’élever en Dieu»:

« je lis. C’était étrange que je demande à Imran de me prêter certains de ses livres et de les emmener à mes quatre murs. Il était content de mon attention. Le premier livre qu’il m’a donné m’a impressionné. Il s’appelait Man and Islam et a été écrit par Ali Shariati, un sociologue persan mort d’une manière inexpliqué en 1977. Il avait enseigné à l’université en Iran pendant longtemps, mais a été emprisonné à plusieurs reprises parce que ses thèses semblaient être selon les dirigeants islamiques incohérente  avec l’État. Le livre ne parle en aucun cas du voile, des commandements stricts ou des heures de prière. Au contraire, Shariati écrit sur les concepts philosophiques et la vraie loyauté: «Une personne peut se libérer des chaînes de la nature et de l’histoire grâce à la science. Mais pour se libérer de la cage de soi et secouer l’âme, il a besoin d’amour et de religion. […] L’auteur identifie également les maux fondamentaux qui affligent le monde occidental en particulier, à savoir le manque de spiritualité, le manque de soutien intérieur dans le domaine sacré et l’expérience intime de l’ascension en Dieu. « 

Madame Baker place la dédicace de «Au Nom de Dieu, Miséricordieux, Très Compatissant – Au Nom de Dieu, Très Gracieux, Très Miséricordieux» devant son livre et décrit, entre autres:

L’idée que l’islam pourrait montrer une troisième voie, un modèle semi-social alternatif au matérialisme brut du communisme et à l’avidité péjorative du capitalisme, semblait très attirante. L’Islam, qui a toujours été considéré comme arriéré, a soudainement atteint l’ère moderne avec les écrits de la charia. […] Ses écrits sur la bataille des idées, la lutte politique et un nouveau concept d’éducation ont eu un grand impact sur les jeunes intellectuels en Iran et ont conduit nombre d’entre eux au mouvement fondamentaliste. […] Au milieu des années 1960, le cercle clérical autour de l’ayatollah Khomeiny, comme Mahmoud Taleghani, Murtaza Mutahhari et Muhammad Beheshti, a eu l’idée de développer un nouveau type de mosquée, la Hussainiya-Rashad, pour faire appel aux Iraniens de la classe moyenne. Dans ce nouveau type de mosquées, on ne s’assoit pas par terre, mais plutôt sur des chaises et le prédicateur se tient devant un minbar et ne s’assoit pas sur une chaire haute. Ali Shariati a été invité en tant que conférencier en 1965 et est rapidement devenu l’orateur vedette de l’établissement qui a jeté un charme sur le nombre croissant d’auditeurs. Dans ses discours, Ali Shariati a élevé le chemin du martyr chiite «vers le seul chemin qui mène à la vérité et à la justice», et a exhorté ses fans à «tuer des tyrans ou la mort». Ali Shariati a développé la théorie selon laquelle il y avait deux types d’islam, l’islam «pur et original» pour Ali et «l’islam corrompu» des Safavides, la classe dirigeante qui n’a apporté que l’oppression et l’exploitation. Avec cette théorie, Shariati s’est opposé aux clercs, qui se sont distancés de plus en plus de Shariati et ont émis des fatwas contre eux. Il a été accusé d’enseigner le wahhabisme ou de se détacher de la doctrine chiite.

En se concentrant sur la «vraie foi» et le «vrai islam», cette interprétation de l’islam présente des similitudes avec les chrétiens évangéliques orthodoxes («orthodoxes / croyants stricts») qui croient également en la «vraie Bible» de la «parole de Dieu», sinon Vous pouvez également organiser des festivals de musique pop avec les dernières technologies. À cet égard, il y a aussi une affinité religieuse avec les salafistes et le «jihad de la pop», c’est-à-dire une emphase sur la croyance en la «vraie religion». H. Un lien entre une croyance inconditionnelle faisant partie de son identité personnelle et son autre vie – dans le cadre des normes religieuses.

Maintenant, cela explique également pourquoi Inssan a non seulement cherché tactiquement à se rapprocher de Milli Görüs et des Frères musulmans dans la phase initiale (2003-2008) – avec Ditib, ils sont les deux plus grands exploitants de mosquées en Allemagne – mais aussi en termes de leur conception d’un «vrai» islam bientôt.

La fondation, la communication et la consolidation

L’autre façon d’Inssan e. V. peut être représenté à la fois en tant qu’individus et en tant que membre d’autres organisations.

La présidente de l’Association Insan, Lydia Noval, qui a déjà été mentionnée à plusieurs reprises, soutient également plus de communication avec l’association, tout comme le directeur général d’Inssan Mohamed Hajjaj.

En 2014, Lydia Noval co-fondatrice et porte-parole du Groupe de travail islamique du Parti social-démocrate, dont fait également partie Mohamed Hajjaj. En 2015, elle devient vice-présidente du ZDM-Berlin (Conseil central de la Ligue musulmane régionale de Berlin), présidé par Hajjaj, vice-président du Centre culturel de Thèbes. En 2019, Lydia Noval (politologue diplômée) deviendra membre du conseil consultatif de l’Institut de théologie islamique de l’Université Humboldt de Berlin en tant que représentante théologique compétente du ZDM. Muhammad Hajjaj est également membre du conseil d’administration de la Fédération islamique de Berlin.

Le Parti de la Justice et du Développement est parmi les musulmans au sein du Parti social-démocrate

Pendant de nombreuses années, les «Turcs allemands», c’est-à-dire la majorité des musulmans en Allemagne, ont été une «banque permanente» dans l’électorat du Parti social-démocrate. Voici comment cela a été déclaré dans la FAZ en 2018:

Les sociaux-démocrates ont depuis longtemps perdu leur «ouvrier» d’électeur fidèle, ils peuvent donc encore compter sur un seul groupe: les Turcs allemands. Parmi eux, elle a obtenu des résultats étonnants. Selon l’institut de sondage Data4U, spécialisé dans les sondages auprès des immigrés, 64% ont voté pour les sociaux-démocrates à l’élection fédérale de 2013. Les sociaux-démocrates étaient toujours en paix avec eux-mêmes, car ils s’étaient toujours considérés comme un parti d’immigrés. En 2011, il a introduit un système de quotas selon lequel les immigrés doivent être représentés par au moins 15% dans tous les organes du parti. Le groupe parlementaire comprend un nombre d’immigrants supérieur à la moyenne, en particulier des Turcs allemands, dans ses rangs. « 

Ce n’était donc qu’une question de temps pour donner une place à l’islam politique dans le parti d’un point de vue organisationnel. D’autant que le Parti Vert a déjà mis en place un entretien de groupe de travail.

Il est écrit dans le livre annuel SPD 2013-2014 (p.74):

«En 2013, des préparatifs ont été faits pour constituer un groupe de travail lors de plusieurs réunions avec différents interlocuteurs. L’initiative est venue en grande partie de Sawsan Chibli, qui a été nommée porte-parole adjointe du ministère des Affaires étrangères peu de temps avant sa fondation (abandonnant ainsi le mandat du porte-parole). Aidan Ozuz a repris le parrainage politique de la branche exécutive du parti. « 

Le 14 décembre 2014, le «Groupe de travail des sociaux-démocrates musulmans (AMKS)» a été créé à Berlin. Les réunions non publiques et aucune presse ne sont autorisées. Un islamiste écrit: « Le Parti social-démocrate comme foyer politique pour les musulmans? »

Selon plusieurs participants, la société s’est déroulée au milieu de discussions et débats controversés. En fermant les yeux, la vice-présidente du SPD, Aidan Ozuz, a expliqué qu’elle avait rarement vu un groupe de travail « très pacifique ». […] La vice-présidente du Parti social-démocrate a félicité le Parti de la Justice et du Développement pour sa constitution. Uzoguz a présenté de nouveaux intervenants Tuba Ishik (professeur de religion), Attila Olger (politicien du Parti social-démocrate de Duisburg), Lydia Noval (contributrice au projet Juma), Mohammad Ibrahim et Salma Yilmaz Ilkhan pour la première fois publiquement. […] Les hauts représentants des groupes et organisations religieux islamiques n’étaient présents ni dans l’institution ni à l’événement de suivi. Des représentants locaux et des responsables du dialogue de diverses organisations islamiques sont apparus à Berlin en tant que membres du Parti social-démocrate. Les organisations ne semblent pas intéressées par la création d’un premier groupe de travail de ce type. L’accueil attendu et annoncé du chef du parti Sigmar Gabriel a également été annulé. Il ne savait rien des raisons de son absence. Apparemment, plus de 1500 invitations ont été envoyées aux membres du SPD à travers l’Allemagne pour créer l’AKMS. Cependant, en raison de ce nombre, la participation à l’événement n’a pas été très bonne. Certains sièges sont restés vides ».

En 2017, Tagesspiegel a rapporté que «les sociaux-démocrates sont en contact étroit avec les salafistes». Les noms de Mohammad Ibrahim (accusé d’antisémitisme) et de Faten al-Dabbas sont mentionnés. Elle dit :

Al-Dabbas a également chanté dans le passé avec des jeunes allemands en Palestine. Selon les informations du Sénat de Berlin, l’association est proche du terroriste Hamas. Cependant, cet engagement n’a pas empêché le Parti social-démocrate d’inviter Al-Dabbas à y assister. En 2015, elle est apparue à l’événement du SPD en 2015, en présence du chef du parti d’alors Gabriel et de la ministre de la Famille Manuela Schweisig. En juin 2016, elle était également invitée à la Fondation Friedrich Ebert, proche du Parti social-démocrate. Un an plus tard, elle a été autorisée à prendre la parole lors de la conférence du groupe du Parti social-démocrate au Parlement européen sur les «réussites musulmanes en Europe». À cette époque, Al-Dabbas travaillait au service de la presse et des relations publiques du ministère allemand des Affaires étrangères et avait donc des contacts étroits avec Sawsan Chibli, qui a été nommée porte-parole adjointe de la presse en 2014 par le ministre fédéral des Affaires étrangères de l’époque, Frank-Walter Steinmeier. Chibli aurait dû la rencontrer avant:

Il semble que la réponse n’est pas encore importante, puisque les images des assemblées annuelles de l’AKMS montrent environ 14 participants (2016), environ 30 participants (2017) et environ 20 participants (2019).

Le rapport (dans l’interview: «Le Tolérant») de Mohammad Hajjaj autour de la solution des problèmes d’accès à l’éducation montre que cette appartenance à un parti est non seulement bénéfique pour l’association (y compris le financement et les invitations) mais s’étend également au domaine privé :

«Pour nous, les enfants, le premier vrai problème est survenu lorsque mon frère aîné et moi avons obtenu notre diplôme d’études secondaires. Parce qu’avec la tolérance [famille, CF], nous n’avions pas le droit d’étudier. Il est explicitement indiqué dans nos articles: L’admission aux études n’est pas autorisée. Toutes les universités auxquelles nous avons postulé ont été rejetées. Nous avons tous les deux bien réussi à l’école et à un moment donné, nous avons réussi à convaincre les autorités d’immigration de lever cette interdiction. Des amis étaient également à nos côtés, par exemple Raed Saleh [qui est également Palestinien et chef du groupe parlementaire du Parti social-démocrate depuis décembre 2011, et qui était déjà membre de la Chambre des représentants du Parti social-démocrate. Puis, à un moment donné, l’interdiction de Duldung a déjà été annulée ».

  • Participation de Frank-Walter Steinmeier (SPD) en tant que chef du groupe parlementaire du Parti social-démocrate au Bundestag (juin 2013) à la campagne de financement «Food for Orphans» par Islamic Relief. En tant que président fédéral (10 mai 2017), participation et discours au JUMA Breakfast-Food au Rotes Rathaus de Berlin.
  • 5 février 2020 : réunion du ZDM avec les responsables du SPD à Willy-Brandt-Haus :
  • La plus importante discussion à Willy Brandt House: ZMD & SPD. Président Saskia Eskin et Norbert Walter Bürgen, Président Berga Inter et Président du ZMD Ayman Mazek, ZMD-Berlin Mohamed Hajjaj. Les sujets incluent l’islamophobie, la formation des imams, la pastorale militaire et meToo.

ZDM (Conseil central des musulmans) la Ligue régionale de Berlin

Le membre recruté d’Inssan, Mohammad Hajjaj, est le président de ZDM – Berlin (en tant que membre du conseil d’administration du Centre culturel de Taiba) et la présidente d’Inssan, Lydia Noval, est sa vice-présidente.

Dans ces postes, ils étaient membres du comité de création d’un institut de théologie islamique à l’Université Humboldt. Le politicien Noval est membre du conseil consultatif technique du ZDM.

Ce bureau de représentation de haut rang du ZDM à Berlin indique une fois de plus la proximité d’Inssan avec les organisations qui font partie des Frères musulmans, comme indiqué au début. Et la «Charte islamique» publiée par le ZMD en février 2002 – l’année des discussions fondamentales pour Inssan eV – est dans tous ses problèmes un élément fondateur d’Inssan. Les principes sont:

  1. L’Islam est une religion de paix
  2. Nous croyons en Dieu, le Miséricordieux
  3. Le Coran est la révélation verbale de Dieu
  4. Le développement de l’identité islamique d’un individu en Europe est essentiel
  5. L’ntégration tout en préservant l’identité islamique
  6. Un style de vie décent dans la société
  7. Présentation de l’éducation religieuse islamique en langue allemande
  8. Création de chaires de formation académique pour les professeurs de religion islamique et les hommes de prière (imams).
  9. Approbation de la construction de mosquées dans la ville
  10. Autorisation de prier avec un haut-parleur et de respecter le code vestimentaire islamique dans les écoles et les autorités
  11. Participation musulmane dans les organes de contrôle des médias
  12. Mise en œuvre de l’arrêt de la Cour constitutionnelle fédérale à Schatten
  13. Embaucher des superviseurs militaires musulmans
  14. Prendre soin des musulmans dans les institutions médicales et sociales
  15. Protection de l’État pour les fêtes islamiques
  16. Création de cimetières musulmans.

En 2019, Inssan peut annoncer une autre collaboration:

«C’est avec plaisir que la collaboration fructueuse entre Inssan et HoR [House of Resources Berlin] a conduit à une collaboration à long terme [2019-2022] et nous sommes ravis de continuer à soutenir les Berlinois engagés dans l’intégration et la participation à travers notre offre pour pouvoir le faire. Le Conseil des ressources est établi à Berlin depuis 2016. Le financement du projet a maintenant été prolongé par le ministère fédéral de l’Intérieur de la Construction et des Affaires intérieures par l’Office fédéral des migrations et des réfugiés jusqu’en 2022».

Et au printemps 2020, elle indique sur le site Web d’Inssan:

«Avocats / sponsors»: «Commissaire du gouvernement fédéral pour l’immigration, les réfugiés et l’intégration / Programme fédéral« Démocratie vivante »/ Commissaire du Sénat de Berlin pour l’intégration et l’immigration / Office d’État pour l’égalité de traitement – Anti-discrimination / Open Society Foundation.

Dans son rapport annuel 2018, Inssan eV répertorie les organisations avec lesquelles il a «travaillé» en 2016-2018. 17 organisations sont nommées, donc Inssan est bien connectée. Mais ce qui semble le plus frappant, ce sont les organisations avec lesquelles il y a eu une collaboration, y compris des «interactions» personnelles, qui, cependant, ne sont pas mentionnées: Islamic Relief, Union islamique, Juma, la communauté islamique Milli Gorus et le centre culturel de Taiba.

Inssan s’est également épanouie pour devenir une sorte de correspondant officiel de la vie musulmane à Berlin. Nina Mohie, membre de l’Inssan et directrice de CLAIM, avait déjà préparé le rapport «Des musulmans à Berlin» financé par l’Open Society Foundation en 2008-2010, donc elle approuve également en 2018 le rapport amical sur «Le Liban islamique à Berlin» – auteur.

Conclusion

Du point de vue du lobby, le succès d’Inssan est impressionnant.

Au fil des ans, il y a eu un travail inlassable pour vaincre la résistance. D’abord, il s’agit d’annuler le classement effectué par le Bureau pour la protection de la Constitution de rapprochement des Frères musulmans / Milli Gurus, là où un inventaire scientifique est utile, puis on gagne le respect grâce à de nombreuses mesures « récentes » (contre les mariage forcé, don de sang, collecte des déchets, etc.), puis il trouve son premier sujet («Antiracisme»), puis son deuxième sujet («Aider les réfugiés») et coopère avec de nombreuses organisations reconnues dans lesquelles les subventions gouvernementales entrent dans leur l’environnement, de sorte qu’en tant qu’organisation, on est un sponsor reconnu.

Plus tard, vous pourrez analyser et documenter ces différents aspects comme dans un manuel scolaire. Il apparaîtra que la volonté de l’organisation de lobbying n’est qu’un seul aspect et le soutien et l’approbation d’experts accrédités est l’autre aspect nécessaire. À cet égard, le succès de la pression islamique n’est pas «fort» en soi, mais une composante souhaitable de la pression religieuse.

En termes de succès réel à atteindre et à travailler avec les jeunes, le succès semble être marginal. Le nombre de participants – s’il est mentionné- se situe dans la plage inférieure à deux chiffres. Mais cela a peu de pertinence à l’ère d’Internet. Les sites web conçus par des professionnels font bonne impression et renforcent l’impact politique souhaité : l’image d’une « Allemagne colorée » dans laquelle « vit la démocratie! ».

Dans les «domaines de travail indicatifs pour la coopération avec les associations islamiques dans la région, l’éditeur: l’Administration du Sénat pour l’intégration, le travail et les affaires sociales, Commissaire du Sénat de Berlin pour l’intégration et l’immigration» (2007), qui a été développé sur la base de discussions au Forum islamique de Berlin, il indique clairement sans (page 10) À propos de la coopération entre l’État et les associations:

« Les critères d’exclusion clairs pour toute coopération et tout soutien financier sont la glorification de la violence, la remise en question de la séparation de l’État et de la religion et le rejet de certaines parties de notre constitution (telles que la démocratie, l’égalité des sexes, la violence et la violation des droits de l’homme) ».

Il en ressort ce qui suit: dans le cas où la séparation de la religion et de l’État n’est pas observée, alors la revendication et la demande de soutien financier d’Inssan à l’État ne peuvent découler que de la charia (unité de religion et d’État). Cela a également été démontré dans la contribution de la présidente de la Fondation Inssan, Lydia Noval, au volume thématique de la Fondation Friedrich Ebert sur le financement intégral des organisations islamiques. [24] Non seulement ce financement complet serait inconstitutionnel, mais il serait également irréaliste, car il n’y a aucune autre communauté religieuse ou église en Allemagne équipée même à distance.

Le respect réel des droits fondamentaux, tels que l’égalité entre les hommes et les femmes, semble faire l’objet des interrogations au moins selon les rapports et les photos des projets et des partenaires du projet dans l’Inssan, où les sexes sont séparés, le sommet (hommes) et le bas (femmes). Il est devenu clair.

En s’orientant vers les normes officiells (y compris l’engagement verbal de la Constitution), Inssan réussit parce que la politique culturelle et sociale ne se préoccupe que de ces formalités, si elle dit «démocratie» à la porte d’une organisation, alors personne ne regarde derrière cette dernière. Comme l’a dit succinctement le responsable de l’Administration culturelle: «Nous ne sommes pas les inquisitions».

Les références:

  • Claudia Danchik / Claudia Losar: «Les aspects des menaces pour la démocratie dans le quartier berlinois de Mitte et les possibilités d’intervention démocratique». Edité par le Center for Democratic Culture. Berlin, 2007. page 28.
  • Julia Gerlach: «Partenaires utiles: les communautés musulmanes et leur engagement envers les réfugiés», publié par Bertelsmann Stiftung, Gütersloh, 2017, 92 pages. 28/27. Https://www.bertelsmann-stiftung.de/fileadmin/files/BSt/Publikationen/GrauePublikationen/LW_Broschuere_Hilfsbereite_Partner_2017.pdf
  • Isra Osurek: «Les Musulmans allemands – musulmans allemands. Rencontres avec des convertis à l’islam. Heidelberg: 2017, 176 pages. Page 56.
  • Bassam Al-Tibi: L’immigration islamique et ses conséquences. Le nouvel antisémitisme, la sécurité et «les nouveaux Allemands». «Stuttgart: 2018, 516 pages, pp. 124 et suiv.
  • Fred Soliman, le «Vendredi», dans: A Dictionary of the Church and Religious Law, Rédacteurs en chef: Herbert Hallerman, Thomas Mikel, Michael Drug, Heinrich de Walle, 2019, Volume 2.
  • Stefan Wilde: «Chaque jour n’est pas un vendredi. Commentaires du vendredi, vacances et vie quotidienne dans le monde islamique, «dans: la Vie quotidienne et culture matérielle dans la langue et la littérature arabes, édité par Thomas Bauer et Ulrike Steele-Werbeck, Wiesbaden, 2005, pp. 399-409.
  • Isra Osurek: «les Musulmans allemands – musulmans allemands. Rencontres avec les convertis à l’islam ». Heidelberg: 2017, 176 pages, 50e.

Les marges

[1] Reem Spielhouse / Alexa Farber, «La vie de la communauté musulmane à Berlin», au nom du commissaire du Sénat pour l’intégration et l’immigration, Berlin, 2006. p. 60.

[2] Isra Ozurek: «Musulmans allemands – musulmans allemands. Rencontres avec des convertis à l’islam. Heidelberg: 2017, 176 pages. Page 51.

[3] Reem Spielhouse / Nina Mohe: «La cohabitation musulmane à Berlin». Publications du Centre Erlangen pour l’islam et le droit en Europe (EZIRE), 2018, page 55.

[4] Claudia Danchke / Claudia Losar «Aspects des menaces à la démocratie dans le district de Mitte à Berlin et possibilités d’intervention démocratique». Edité par le Center for Democratic Culture. Berlin, 2007. page 28.

[5] Julia Gerlach: «Partenaires utiles: les sociétés musulmanes et leur engagement envers les réfugiés», publié par Bertelsmann Stiftung, Guterreslaw, 2017, 92 pages. P. 27/28.

https://www.bertelsmann-stiftung.de/fileadmin/files/BSt/Publikationen/GrauePublikationen/LW_Broschuere_Hilfsbereite_Partner_2017.pdf

[6]  https: //www.berlin.de/sen/inneres/verfassungsschutz/publikationen/verfassungsschutzberichte/

(7) https: //www.bpb.de/politik/extremismus/islamismus/290422/die-muslimbruderschaft-in-deutschland

[8] Esra Ozywerk: «Musulmans allemands. Entretiens avec des convertis à l’islam. Heidelberg: 2017, 176 pages. Page 56.

[9] Bassam Taibi : «La migration islamique et ses conséquences. Le nouvel antisémitisme, la sécurité et les «nouveaux Allemands». «Stuttgart: 2018, 516 pages, 124 pages et au-delà.

[10] Fred Solomon, «Vendredi», dans: Dictionary of Church and Religious Law, Rédacteurs: Herbert Hallerman, Thomas Mikel, Michael Druig, Heinrich de Waal, 2019, Volume 2.

[11] Stephan Wilde: «Chaque jour n’est pas vendredi. Commentaires du vendredi, vacances et vie quotidienne dans le monde islamique «Sur la vie quotidienne et la culture matérielle dans la langue et la littérature arabes, édité par Thomas Bauer et Ulrik Stehley-Werbeck, Wiesbaden, 2005, pp. 399-409.

[12] Esra Ozywerk: «Musulmans allemands. Entretiens avec des convertis à l’islam. Heidelberg: 2017, 176 pages. Page 50.

(13) https: //www.berlin.de/gerichte/oberverwaltungsgericht/entscheidungen/entscheidungsversand

[14] Christian Packer: «De MTV à La Mecque. Comment l’Islam a changé ma vie. Berlin, 2009, 331 pages. Pages 68/69.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA