Le ministre iranien de la Défense : Le plan de destruction de Haïfa et Tel-Aviv attend un signal de « Khamenei »

Le ministre iranien de la Défense, Amir Hatami, a déclaré aujourd’hui, dimanche, que le plan «de destruction de Haïfa et Tel-Aviv attend un signal du Guide suprême iranien, Ali Khamenei, pour l’exécuter», tout en menaçant de détruire totalement Haïfa et Tel-Aviv si Israël commettait une bêtise contre l’Iran.

Hatami a ajouté que «d’Israël menace par des choses qui dépassent ses capacités. Et cela est dû au désespoir dans lequel il vit », en indiquant que Tel Aviv « n’est pas en mesure de lancer des menaces hostiles contre l’Iran, et il devrait recommander aux Israéliens de ne pas lancer même des menaces verbales, car ils ne sont pas capables de les faire ».

Le commandant de l’armée de l’air iranienne, le général de brigade Aziz Nasirzadeh, avait souligné l’importance du rôle de l’armée de l’air dans ce qu’il a appelé de «défense sacrée», en indiquant que : «les missions de l’armée de l’air lors de la défense sacrée étaient très variées, car elle était chargée de soutenir les forces de terre et de protéger les sites pétroliers ainsi que les îles du sud et leurs structures », selon l’agence iranienne Mehr.

Il a poursuivi : « Les avions de chasse pendant la défense sacrée, outre la défendre des sites sensibles et économiques de notre pays, ont ciblé les zones militaires et économiques du régime baasiste », en affirmant que « les pilotes de l’armée de l’air sont prêts à défendre la sécurité de la l’espace aérien du pays ».

Aziz Nasirzadeh avait dit récemment que l’armée est capable de faire face à toute menace contre le pays, en assurant que « la puissance militaire est l’une des composantes de la force nationale ».

Il convient d’indiquer que les milices iraniennes en Syrie subissent presque chaque semaine des frappes israéliennes, tuant des dizaines d’éléments, sans que l’Iran ou ses milices ne réagissent.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA