Le patriarche Rahi poursuit son attaque contre les armes du Hezbollah

Le patriarche maronite, Bechara Boutros Rahi, a renouvelé son appel aujourd’hui dimanche à rejeter l’existence de toute arme à côté de celle de «l’armée libanaise», en qualifiant toute autre arme d’illégale, en faisant référence aux armes de « Hezbollah ».

Le patriarche « Boutros Rahi » a indiqué : « L’armée est la seule force légitime chargée de défendre le Liban. Il n’est pas en effet acceptable de légitimer ou de couvrir la présence d’une arme illégale à côté de la sienne, en affirmant que « l’armée est l’armée de toute la nation libanaise, et personne n’a le droit de la transformer en armée de l’autorité, ainsi qu’elle est l’armée de la démocratie, et que personne n’a le droit de la transformer en une armée des mesures oppressives ».

Des partisans des milices de « Hezbollah » et de la chaîne iranienne « Al-Alam » ont attaqué le patriarche maronite, le cardinal Mar Bechara Boutros Rahi, la semaine dernière, en l’accusant de soutenir « la normalisation avec Israël », après ses appels à la neutralité et à la tenue d’un congrès international spécial pour le Liban et le désarmement «illégal».

Rahi a également ajouté : «Nous comprenons les grognements de l’institution militaire, car l’armée fait partie du peuple, et il n’est pas acceptable de la mettre en confrontation avec son peuple, et l’armée est de la légitimité et elle n’a pas le droit de négliger ses besoins», en rappelant qu’ « il avait appelé à la nécessité que son pays reste neutre, en appelant également à la tenue d’un congrès international sous les auspices des Nations Unies pour sauver le Liban ».

Le patriarche maronite a affirmé que tout ce qu’il a été proposé et sa demande de tenir un congrès international étaient rejetés pour maintenir le chaos et pousser vers la chute de l’État, et s’approprier ainsi les rênes du pouvoir, en expliquant que son pays fait face à un coup d’Etat au vrai sens du terme et le premier coup d’Etat était par rapport au document de l’accord national ».

Il convient de rappeler que le ministre libanais des Affaires étrangères, «Charbel Wahba», a convoqué dimanche dernier l’ambassadeur iranien au Liban, «Mohammad Jalal Feroznia», sur fond de ce qui a été publié par la télévision iranienne Al-Alam, contre le patriarche maronite, «Mar Bechara Boutros Rahi», mais ce dernier a refusé de se présenter.

Après la grande polémique qui a accompagné l’article et les appels à la chaîne à s’excuser et à l’ambassadeur iranien au Liban de fournir une explication à propos de cet article, la chaîne iranienne l’a retiré, en affirmant qu’il y avait un malentendu par rapport aux déclarations du patriarche.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA