Le phénomène Erdogan et ses bras en Europe?!

تمثال أردوغان في كولن

Travaux de l’unité des études sociopolitiques

Introduction

Les pays de l’Union européenne en général et l’Allemagne en particulier sont la destination privilégiée des réfugiés musulmans et des demandeurs d’emploi turcs. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, la communauté turque s’est installée dans l’ensemble de l’Europe, et spécifiquement en Allemagne et en Autriche, où ils ont contribué à la reconstruction de ces deux pays après la guerre.

Cependant, la présence turque en Allemagne et en Autriche est de plus en plus gênante car elle est devenue une menace pour l’identité européenne et un défi à ses valeurs. Une question qui touche la sécurité nationale et qui ne peut être tolérée. D’autant plus que la constitution des pays de l’Union européenne considère tout comportement ou culture contraire aux valeurs européennes comme une matière punissable.

Une note européenne tardive envers les Turcs européens?!

Le phénomène Erdogan ne cesse de prendre de l’ampleur, une situation qui provoque les décideurs européens surtout après la tentative du président turc Recep Tayyip Erdogan d’impliquer la communauté turque aux Pays-Bas et en Allemagne dans son projet politique lors des élections. D’ailleurs, ces pays ont intervenu pour interdire l’organisation des réunions de masse avec les communautés turques sur leurs terres, lors de la campagne référendaire sur la modification de la Constitution. Une position qui a provoqué  les dirigeants turcs qui se sont précipités pour protester contre cette mesure en faisant pression sur les élections européennes elles-mêmes en exploitant les Turcs qui ont la double nationalité et qui sont pro-Erdogan.(1)

La position européenne envers la communauté turque a été accompagnée par  une crainte provoquée par l’islam politique, que sa direction est entre les mains d’Erdogann, avec son humeur politique obstinée, et la prolifération du terrorisme en Europe suite à l’apparition de l’organisation Daech. Il est devenu clair pour l’observateur européen que la famille turque n’était pas suffisamment intégrée aux valeurs européennes? Elle n’interagit pas avec l’identité européenne, malgré sa présence tout au long de ces années! Elle restait une famille turque avec le style de vie turc.

Le phénomène Erdogan serait-il soutenu par des lobbies turco européen?

L’incompatibilité de la famille turque avec les valeurs européennes malgré toutes les années de vie en Europe, et la flexibilité des législations européennes, a poussé la communauté turque à créer des associations fidèles au gouvernement turc en Europe.

Son activité pendant la période de propagation du phénomène Erdogan était de caractère politique, et s’est transformée à des lobbies influenceurs  sur la famille turco-européenne qui dérangent le décideur européen?!

Les craintes se sont augmentées du fait que la Turquie est devenue, après le phénomène Erdogan, le leader du monde sunnite – comme nous l’avons indiqué ci-dessus – et en concurrence avec l’Arabie saoudite, dont le rôle de leadership a beaucoup diminué pendant la période Erdogan?!

Surtout si nous nous souvenons du faible rôle égyptien dans ce leadership du monde sunnite de manière considérable, pour des raisons personnelles ou objectives, cette étude n’est pas un endroit pour le montrer.

L’effondrement de l’organisation des Frères musulmans  en Égypte et l’arrestation de la plupart de ses dirigeants, a accéléré la montée du phénomène Erdogan et son contrôle sur l’islam politique sunnite. En plus la Turquie d’Erdogan a accueilli les restes des dirigeants de l’organisation sur son territoire et a lancé de plateformes médiatiques au service de l’islam politique une situation qui a servi la stratégie d’Erdogan.

Les préoccupations européennes se sont augmentées avec la montée apparente du phénomène Erdogan  ces dernières années. Les différences turco-européennes sur de nombreuses décisions stratégiques se multiplient. De plus, le parti Justice et Développement, dirigé par Erdogan, appartient clairement à l’islam politique. Il est un grand partisan des Frères musulmans; Il est aligné avec eux dans leur lutte avec les régimes arabes. Ce soutien lui a donné une popularité dans les pays arabes.

La popularité de phénomène Erdogan en Turquie et dans les pays arabes a réussi à attirer les institutions de la société civile turque en Europe et de provoquer une loyauté claire d’une manière ou d’une autre à l’rdoganisme, et donc au mouvement des Frères musulmans et à son idéologie. Cela nous amène, à travers cette étude, à découvrir les plus importantes de ces institutions et leurs activités en Allemagne et dans d’autres pays.

Les institutions de la société civile pro-Erdogan : (Ditib) comme exemple

Ces dernières années, des regroupements musulmans d’une quinzaine d’associations qui opèrent légalement ont été observés en Allemagne.

Ces associations exercent sous le nom Union islamique turque, (Ditib); Selon un rapport publié à ce sujet, cette union adopte l’idéologie de l’islam politique qui est associée à l’organisation mondiale des Frères musulmans. Parmi ses objectifs l’islamisation de la société allemande à travers l’enseignement religieux dans les écoles, la domination des mosquées et centres islamiques et le soutien de la politique cachée d’Erdogan contre l’Allemagne, et contre les différentes oppositions turques, comme les groupes kurdes et le groupe Couln. Le rapport indique que les services de renseignements soutiennent ces regroupements.(2)

Ces associations islamiques appelées conjointement l’Union islamique turque pour les affaires religieuses en Turquie connue sous le nom de (Ditib), qui est la plus grande ligue religieuse islamique en Allemagne et qui gère 970 mosquées à travers l’Allemagne. Ditib participe à la mise en place de programmes islamiques dans la plupart des écoles allemandes, selon le rapport.

Le 1er octobre 2017, un rapport de presse a révélé que le gouvernement allemand avait considérablement réduit son soutien financier à l’Organisation de la Fédération turque (Ditib) en raison des accusations portées à son encontre et à cause de ses tentatives d’influencer et de contrôler le reste des institutions et associations islamiques qui ne leur sont pas affiliées. Outre les valeurs européennes que Ditib ne prend pas en compte dans le domaine de la démocratie, des droits de l’homme et de la protection des minorités.(3)

(Ditib) est considérée comme la plus grande et la plus importante ligue religieuse en Allemagne qui soutient le phénomène Erdogan, et bien qu’elle ait été fondée en tant qu’association dans les années quatre-vingt du siècle dernier, elle reçoit aujourd’hui un financement du gouvernement turc et suit la présidence des affaires religieuses connue sous le nom de (religions) selon le rapport.

Elle supervise également la gestion d’environ 970 mosquées en Allemagne et participe à l’élaboration du programme d’études islamique dans les écoles allemandes en plus de gérer les mosquées qui lui sont affiliées. Certaines sources affirment que trois mille mosquées allemandes sont financées par (Ditib), qui recrute les imams dans ces mosquées de la Turquie. L’Association caritative turque (Yavuz Selim), est également affiliée à Ditib. De même, la mosquée l’architecte Sinan à Muzbach qui a été  construite par Ditib. Cette mosquée est située dans la ville Muzbach dans l’État de Bavière.

Le 2 janvier 2017, l’autorité de protection de la Constitution de l’État de Rhénanie du Nord-Westphalie a annoncé qu’elle enquêtait sur des accusations d’espionnage contre la plus grande association islamique d’Allemagne, et l’affaire est liée à l’Union islamique turque pour les affaires religieuses connue sous le nom de (Ditib). Le porte-parole du ministère de l’Intérieur de l’État de Rhénanie du Nord-Westphalie a confirmé que des imams des mosquées de l’Union avaient présenté des informations sur les opposants de président turc Recep Tayyip Erdogan à l’attaché religieux des consulats turcs dans plusieurs villes allemandes, y compris Cologne, Düsseldorf et Munich.

Les autorités allemandes ont également confirmé en mars 2017 qu’elles avaient gelé le soutien reçu par l’Union islamique turque (Ditib) dans le cadre de trois projets, et les autorités allemandes à Berlin ont déclaré qu’environ un million d’euros du budget fédéral avait été réservé pour ces projets. Deux des trois projets auraient été suspendus par le gouvernement allemand dans le cadre du programme du ministère allemand de la famille pour soutenir la démocratie et prévenir l’extrémisme. Quant au troisième projet, avec la participation de Ditib, au programme du ministère pour l’aide aux réfugiés intitulé People autonomise people.

D’une manière ou d’une autre, le passage par les bras de l’organisation turque Ditib montrera la force de cette organisation.

Y a-t-il d’autres organisations, associations et mosquées affiliées et favorables au phénomène erdoganien?

D’abord: les loups gris

Il s’agit d’une organisation extrémiste turque fondée par Alp Arslan turc. Les loups gris sont surveillés par les autorités allemandes, le nombre de ses membres a été estimé à au moins à 10 mille personnes, il a été noté qu’ils étaient impliqués dans des attaques, des agressions et des affrontements contre les Kurdes opposés au phénomène erdoganien en Allemagne, bien qu’ils soient classés avec les mêmes Tendance nationaliste.

Deuxièmement: l’Union turque

Une organisation turque opérante en Allemagne, elle a une relation avec l’organisation (Grey Wolves), est accusé de nombreux meurtres et fait l’objet d’une surveillance directe par la German Intelligence Foundation, qui publie un magazine mensuel dénonçant les organisations de gauche et kurdes en Turquie et en Allemagne.

Troisièmement: l’Association ottomane allemande

C’est une association fondée par le Parti turc Justice et Développement en Europe, et son siège est situé dans la province allemande de Hesse, et elle se présente comme une organisation de la société civile, où elle assure les réunions de l’Union des démocrates turcs européens, parmi ses cadres l’ancien président de l’Assemblée Muhammed Baghji.

Quatrième: Organisation Milli Gorüs

C’est la plus grande organisation islamique d’Allemagne, fondée par le défunt dirigeant turc Najmeddine Erbakan dans les années 1960, et décrite comme un groupe très extrémiste. Selon le rapport du renseignement allemand, de nombreux points d’interrogation sont soulevés autour de cette organisation. Il est soumis au contrôle des agences de l’État allemand et est accusée de promouvoir l’extrémisme et incitant à la haine et à la discrimination.

Milli Gorüs cherche également à créer le premier parti islamiste en Allemagne, et cette organisation exhorte ses membres, au nombre d’environ 27 000, dont la plupart sont des Turcs, à obtenir la nationalité allemande afin qu’ils puissent se présenter aux élections et s’engager dans la vie politique allemande pour atteindre leurs objectifs idéologiques. D’ailleurs, le Conseil islamique allemand, est affilié à Milli Gorüs, qui est soumis à la surveillance du renseignement interne allemand.

Cinquièmement: l’Organisation des communautés turques en Allemagne

C’est une organisation qui reconnaît la fidélité en public au phénomène erdoganien. En 2016, son chef a déclaré qu’il travaillait pour obtenir un numéro de téléphone direct sur les réseaux sociaux, afin que les gens puissent communiquer aux services de renseignements turcs les noms des opposants d’Erdogan en Allemagne?! (4)

Sixième: l’union des associations islamiques turques

(Bakr Al-Bougha) est considéré comme l’un de ses dirigeants les plus éminents, et certains politiciens allemands ont porté plusieurs accusations contre l’Union selon laquelle elle ne fait pas assez dans ses programmes et comportements sur le terrain contre le terrorisme, ce qui la place sous surveillance par les services de renseignement.

Septième: Union des turcs européens démocrates (Türkischer Demokraten UETD)

Créée à Cologne en 2004 et considérée par les observateurs comme un outil de mise en œuvre des politiques turques en Europe. Elle a des bureaux dans différents pays européens; Cependant, son activité principale est en Allemagne, où il possède à lui seul 46 bureaux. Ce qui est étrange dans cette union, c’est qu’elle agit en tant que représentant du président turc et de son parti. Elle mobilise les électeurs pour lui et organise des visites des dirigeants de parti Justice et Développement et du gouvernement, c’est-à-dire qu’il est un fervent partisan du phénomène erdoganien.(5)

Inquiétudes des autorités allemandes face au phénomène Erdogan?

Le résultat des activités de la communauté turque, suspectes du point de vue des experts stratégiques européens, constituent une menace pour les valeurs européennes. D’ailleurs, les autorités allemandes se dirigent vers la prise d’une décision pour surveiller plus strictement les associations et les mosquées turques. Les autorités allemandes ont mis en garde les associations et organisations turques contre toute influence sur les communautés musulmanes en Allemagne, et ont intensifié leur contrôle et leur examen du type de valeurs défendues par ces organisations et associations, ainsi que le type de positions politiques qui sont transférées dans les mosquées et les associations soutenues par le gouvernement turc en Allemagne?!

Les analystes du phénomène Erdogan affirment que l’Allemagne sera prochainement en conflit avec le gouvernement Erdogan en ce qui concerne les activités des centres et associations turcs illégaux, et il est possible que les services de renseignements allemands publient un rapport sur ce sujet suite aux pressions du parlement.

Les différences turco-européennes s’aggravent

Le dossier du renseignement occupe une grande partie des relations entre l’Allemagne et la Turquie. Toutes les prévisions indiquent qu’il se dirige vers les accusations mutuelles au détriment de la coopération et de l’échange d’informations. Cette possibilité est renforcée par le fait que le discours politique enregistre de temps en temps une hostilité entraînées par des différences idéologiques; Tous deux la considèrent comme une menace pour leur sécurité nationale.

En outre, les dossiers communs entre l’Allemagne et la Turquie sont pour la plupart importants pour chacun d’eux, dans lesquels les informations jouent un rôle important, et parmi les plus importants de ces dossiers figure le refus de Berlin de l’adhésion de la Turquie à l’UE, ainsi que la condamnation par l’Allemagne des massacres d’Arméniens?! Une question très sensible pour le gouvernement turc car elle a des conséquences politiques et économiques très inquiétantes pour Erdogan. (6)

Les désaccords entre l’Europe et la Turquie persistent toujours sur la question des réfugiés syriens, qu’Erdogan utilise comme pression sur l’Europe.

Le 18 mars 2016, Ankara a signé un accord avec l’Union européenne pour régler la crise des réfugiés, dans lequel la Turquie doit empêcher le flux d’immigrants illégaux vers l’Union européenne via la Grèce en échange de 6 milliards d’euros payés par l’Union à la Turquie, mais la Turquie n’a pas hésité à menacer l’Europe d’ouvrir ses frontières devant les réfugiés chaque fois qu’un différend se produit.

Le dossier des libertés et des droits de l’homme constitue une source des problèmes entre les deux parties. Une situation qui a été amplifiée après le coup d’État manqué qui s’est produit les 15 et 16 juillet 2016. L’Allemagne accuse le régime d’Erdogan de réprimer les opposants et les journalistes, en particulier la détention par ce dernier du journaliste allemand  Denis Ugel en 2017 pour terrorisme?! Une accusation toute prête que la Turquie prévoit pour chaque violation de la politique d’Erdogan?! Il est vrai que le journaliste a été libéré un an plus tard, mais les conditions des citoyens allemands, à l’intérieur de la Turquie, n’ont pas encore amélioré. Le ministère allemand des Affaires étrangères a révélé le 1er janvier 2020 que plusieurs Allemands sont interdisent de voyager pour des raisons inconnues en plus des dizaines de personnes sont emprisonnes pour des charges faibles, y compris pour avoir insulté le président, selon le DW. (7)

Un autre problème refait surface et empoisonne les relations entre les deux pays, en fait, la Turquie considère  ses citoyens qui vivent en Allemagne et qui ne sont pas organisés dans les associations et les organisations dont nous avons parlé plus tôt, comme des opposants à la politique d’Erdogan. Une note de renseignement datant du 19 mars 2019, a été publiée par le site Nordic Monitor a révélé que les services de renseignement turcs continuaient d’espionner l’Allemagne et de surveiller les activités des Turcs qui y résident, soupçonnés de s’opposer au président Recep Tayyip Erdogan et leur affiliation au mouvement Gulen. (8)

Un rapport du renseignement a montré que le renseignement turc a trois objectifs principaux en Allemagne:

Premièrement: le mouvement Fatahallah Gulen et ses alliés

Le 18 mars 2017, les services de renseignement allemands (BND) ont déclaré via Reuters que le gouvernement turc a échoué à les convaincre de l’implication de Fatahallah Gulen dans le présumé coup d’État à Ankara. Le chef du renseignement Bruno Kahl a déclaré que le mouvement Gülen est un mouvement national qui vise à donner à son pays une éducation religieuse et laïque en même temps. Ce qui signifie que l’Allemagne ne considère pas cette mouvement comme un parti extrémiste au contraire, les médias sympathisent avec le mouvement, et certains de ses partisans vivent librement dans le pays, ce qui fait peur à la Turquie, et justifie ses activités de renseignement à Berlin.

Deuxièmement: espionner des membres du Parlement allemand

Les services allemands ont confirmé que la Turquie espionne les membres du Parlement allemand (Bundestag) et collecte des informations à leur sujet, et la liste des entités espionnées par la Turquie atteint plus de 300 personnes, dont la plupart sont des opposants au gouvernement Erdogan, ainsi que 200 établissements d’enseignement, écoles et clubs. À cet égard, le ministre allemand de l’Intérieur Thomas de Mezier a déclaré que les activités de Ankara dans notre pays est inacceptable, quelles que soient les critiques qu’il adresse au mouvement Gülen.

À la suite de ces allégations, le Parlement a étudié avec l’Agence fédérale de police criminelle allemande (BKA) la gravité des activités turques, tandis qu’en juin 2017, les procureurs fédéraux allemands ont lancé une enquête sur les activités d’espionnage turques contre des parlementaires allemands.

Troisièmement: le Parti des travailleurs kurdes

Parmi les problèmes les plus importants entre les turcs et les européens figure le Parti des travailleurs kurdes. Ankara considère ce parti comme une menace réelle pour la sécurité nationale turque. D’ailleurs, les gouvernements successifs d’Ankara ont vécu pendant des années, un conflit militaire avec ce parti. Toutefois, de nombreux membres du ce parti étaient présents sur le sol allemand et menant diverses activités. Le gouvernement Erdogan le considère comme une violation aux lois antiterroristes adoptées en Allemagne, car les unités YPG du PKK sont classées comme terroristes en Turquie mais l’Allemagne traite ses membres avec indolence, le 8 janvier 2020, le Centre de recherche et d’études SITA a affirmé que l’Allemagne violait l’article (129 / B) du Code pénal concernant la poursuite des membres de groupes terroristes, ce qui signifie qu’elle ne poursuivait pas les membres du parti. (9)

DW a déclaré dans un rapport du 31 mars 2013 que plus d’un million de Turcs / Kurdes vivent en Allemagne, dont 13 000 appartiennent au PKK. En 2016, Reuters a exprimé les craintes allemandes d’un conflit kurde / turc croissant sur son sol après avoir repéré des querelles entre les partisans du parti et les citoyens turcs qui soutiennent le phénomène Erdogan, car l’Allemagne considère que les Turcs / Kurdes présents sur le sol allemand comme un fardeau pour sa sécurité. Ils sont pris comme une excuse pour les activités d’espionnage présumées de la Turquie contre des parlementaires allemands.

Le 12 février 2019, l’Allemagne a décidé de fermer les maisons d’édition du PKK car l’Allemagne et l’Union européenne considèrent comme terroriste. (10)

Le rapport a été conclu à cet égard par une recommandation au décideur allemand selon laquelle l’Allemagne doit prendre des positions plus fermes à l’égard des activités de renseignement turques, et elle devrait également fournir une protection aux personnes et aux institutions ciblées par les renseignements turcs, et offrir plus des détails sur ces activités et en discuter par le Parlement afin d’informer le citoyen et la classe politique de l’ampleur  des activités de renseignement turques. Ainsi, le gouvernement allemand doit obtenir des garanties politiques ou juridiques du gouvernement d’Erdogan pour protéger les droits des citoyens allemands d’origine turque à la fois en Allemagne et lorsqu’ils se rendent en Turquie. (11)

Le danger de l’idiologie des Frères musulmans sur la jeunesse turque / européenne à la lumière du phénomène Erdogan?

En votant sur les amendements constitutionnels en Turquie, 63% des électeurs turcs en Allemagne ont voté en avril en faveur de la réforme constitutionnelle et du système présidentiel en Turquie, ce pourcentage vous donne une image claire de l’impact et la force du phénomène erdoganien, comme le décrit la journaliste Holia Ozcan Pilot dans son livre « In Mask Erdogan  » : La raison pour laquelle Erdogan désir radicaliser les Turcs allemands, est en relation avec son échec lors des dernières élections municipales en Turquie. (12)

La volonté de nourrir l’extrémisme doit être fondée sur une base idéologique agressive. Considérant que les turcs sont très intolérants au nationalisme turc, il est donc indispensable de trouver un autre facteur pour transformer le cas national turc en un cas plus extrême. Voici le rôle de l’islam politique dans ce domaine sur lequel se base la stratégie de Erdogan. Dans ce contexte, Erdogan a réussi à transférer l’appartenance du citoyen turc en Turquie et en Europe, d’une appartenance nationale purement chauvine, comme dans les décennies précédentes à une affiliation nationaliste / islamiste utilisant l’agenda des Frères musulmans comme approche; Comme on sait que le mouvement des Frères musulmans a deux objectifs principaux:

Le premier: la restauration du califat islamique, et cela recoupe beaucoup le rêve d’Erdogan.

Le second: l’islamisation des sociétés dans lesquelles ils vivent; Cela leur permet d’accéder plus facilement au pouvoir, même s’il s’agit d’un processus démocratique. Et a conquis Rome, comme le dit sa littérature traditionnelle.(13)

Ces deux objectifs sont désormais au service du phénomène erdoganien; Il est question d’une certaine coopération entre les institutions des Frères musulmans et les institutions turques de l’Union européenne; Nous devons savoir que les Frères musulmans sont présents dans l’Union européenne depuis près d’un demi-siècle. Ils ont leurs institutions, qu’ils gèrent avec la confrérie musulmane. Aujourd’hui, les Frères et les partis al-Erdogan se rencontrent, et chacun a ses fans sur le sol européen. Et ses institutions. Ils se sont mis d’accord sur ce rêve, sachant que les Frères musulmans, comme cela est bien connu dans leur littérature, ne se soucient pas de la question du calife arabe en termes de race; Cela convient à la passion et aux ambitions d’Erdogan. Ils restent parmi les plus ardents défenseurs du retour du califat islamique, et ce point de vue est partagé par le Parti de la libération islamique, qui est présent en quelques nombres différents dans l’Union européenne. (14)

Tout cela a créé des facteurs objectifs pour le rêve de Erdogan; Inclure l’expérience des Frères musulmans dans le travail organisationnel secret pendant près d’un siècle et la présence ancienne de la communauté turque en Europe, où elle est considérée comme l’une des communautés les plus anciennes, en plus du boom économique et du statut de semi-luxe atteint par le projet Erdogan et son attraction des jeunes turcs pour les inclure dans le chemin Erdogan / Frères musulmans dont nous avons parlé plus tôt, ainsi que le charisme de leadership dont Erdogan jouit, car elle n’avait pas la situation politique turque depuis longtemps, et Erdogan a investi cela avec la jeunesse turque à travers deux départements.

Le premier: à l’intérieur de la Turquie à travers des écoles et des instituts (Imam Khatib) qui produisent des générations diplômées dans le domaine de l’islam politique qui seront exploités pendant les élections. Ces instituts sont principalement une question politique et un sujet de grand désaccord entre le parti de Erdogan Justice and Development et l’opposition turque (15).

Le second: l’investissement du phénomène Erdogan dans la communauté turque en Europe en général, et en Allemagne et Autriche en particulier, en faveur de son projet islamique, soutenu par la tendance de l’islam politique sunnite et chiite.

Et nous pouvons constater cette extension du phénomène erdoganien en Europe à travers le référendum sur les amendements constitutionnels dans lequel Erdogan a réussi à mettre les articulations du pouvoir entre ses mains, sans oublier qu’Erdogan a fait campagne pour un référendum sur les amendements constitutionnels chatouillant les sentiments du nationalisme turc. Que ces amendements visent à bloquer la voie pour certains d’entre eux à diviser la Turquie.

Le tableau ci-dessous montre, à travers ses chiffres et ses pourcentages, comment le phénomène erdoganien a pu pénétrer le citoyen turc pour le soutenir, de sorte que la communauté turque était toujours l’œuf de Quban dans tout processus électoral ou référendum. (16)

Tableau

Nom du pays Nombre d’électeurs inscrits Nombre d’électeurs Pourcentage
Allemagne 1,43  Million 2015: 575564 (40,24%)
France 326378 2015: 142950 (43,80%)
Hollande 252864 2015: 114555 (45,3%)
Belgique 137675 2015: 56113 (40,76%)
Autriche 108565 2015: 43824 (40,37%)
Suisse 95266 2015: 41733 (43,81%)
Suède 37858 2015: 12588 (33,25%)
Danemark 34139 2015: 13629 (33,25%)
Italie 14200 2015: 5533 (38,96%)
Norvège 8081 2015: 2929 (36,24%)

Conclusion … et prophétie et une recommandation

Le caractère turc a généralement deux caractéristiques importantes que nous devons reconnaître et traiter:

Le premier: il chérit son turbanisme au point de le fanatisme.

La seconde: La formation psychologique de ce personnage est que si vous croyez en une idée qui la transforme en comportement qui ne se soucie pas de toutes les conséquences.

En d’autres termes, quand il rencontre la fierté nationale du Turc chauvin, avec sa croyance en l’islamiste politique, qui est affilié d’une manière ou d’une autre à l’agenda des Frères musulmans! En plus d’un autre problème, le phénomène ourdou-afghan a ravivé le rêve de la personne biaisée turque; Que la Turquie ottomane pourrait être ressuscitée et que le phénomène erdoganien avec de grands médias le pompe; Elle a fait de ce rêve un rêve de réveil pour le personnage turc; Et compatible avec les attributs qu’il porte que nous avons mentionnés ci-dessus.

Tout cela nécessite le développement d’une stratégie spécifique et urgente afin que le phénomène erdoganien en Europe ne se transforme pas en un phénomène violent qui va dans le sens du terrorisme.

L’Union européenne sera alors confrontée aux batailles les plus graves et aux défis les plus difficiles auxquels est confrontée la valeur des pays occidentaux.  La bataille sera-t-elle très ennuyeuse. Cela peut obliger les Européens à y gagner pour renoncer à une grande partie du bien-être dont ils jouissent, et surtout abandonner de nombreuses questions humaines et démocratiques. Ce serait un revers pour le saut civilisationnel européen et humain dont jouissent aujourd’hui l’homme et le droit européen. Cela signifie que le travail doit être effectué avant que la hache ne tombe dans la tête.

Index des sources et références

1_ Recep Tayyip Erdogan : Un certain nombre de ceux qui ont rencontré Erdogan le décrivent comme un personnage très sérieux, populaire, rapide et très œcuménique qui peut être provoqué rapidement, très proche du pouls de la rue. Son impression est en partie le produit de la route difficile qu’il a prise dans sa vie, les stations importantes et trimestrielles qui l’ont affecté quand il était jeune, quand il est devenu maire d’Istanbul (1994-1998) et quand il a été emprisonné pour un poème qu’il a livré en 1998. Bien qu’il ait obtenu son diplôme à la Faculté des sciences économiques et commerciales de l’Université Marmara à Istanbul, la phase précédente de cette phase semblait avoir eu le plus d’influence sur son comportement et ses impressions. Erdoğan est célèbre pour sa rhétorique et sa culture publique, et est un produit du lycée des imams maladroits, dont le sens organisationnel, managérial et administratif de la précision semble avoir été acquis de l’université. Il a développé sa pratique des postes réguliers et continus d’un membre du Comité des jeunes de l’Union nationale des étudiants dans les années 1970 jusqu’au poste de maire d’Istanbul, la plus grande municipalité de Turquie, en 1994.

2_ Centre européen d’études sur la lutte contre le terrorisme et le renseignement : www.europarabct.com/الإستخبارات-التركية-ألمانيا

3_ Référence précédente.

4_Oliver Beber : Quelle est la force de l’AKP en Allemagne ?

https://www.dw.com/de/wie-stark-ist-die-akp-in-deutschland/a-43836489

5_Référence : Avec une analyse de ses informations.

6_Turkish Intelligence … Spy networks under the eyes of German intelligence. Étude publiée par :

https://www.europarabct.com/%d8%a7%d9%84%d8%a7%d8%b3%d8%aa%d8%ae%d8%a8%d8%a7%d8%b1%d8%a7%d8%aa-2/

7_ Référence précédente.

8_ Les dossiers des opérations de renseignement turques en Allemagne, au Danemark, aux Pays-Bas et en Suède sont divulgués par le site Web de Kordik Monitor

https://www.nordicmonitor.com/2020/05/secret-files-reveal-turkish-intelligence-operations-in-germany-denmark-netherlands-sweden/

9_ Cita Research and Studies Center : https://sitainstitute.com/

10_ Turkish Intelligence … Spy networks under the eyes of German intelligence. Étude publiée par : https://www.europarabct.com/%d8%a7%d9%84%d8%a7%d8%b3%d8%aa%d8%ae%d8%a8%d8%a7%d8%b1%d8%a7%d8%aa-2/

11_Lien vers la recommandation :

www.dw.com/ar/برلين-تكشف-عن-ارتفاع-عدد-الألمان-الممنوعين-من-السفر-في-تركيا

12_Une étude intitulée How strong is the Justice and Development Party in Germany? publiée par Deutsche Filah : https://www.dw.com/de/wie-stark-ist-die-akp-in-deutschland/a-43836489

13_ Le Prophète (qu’Allah le bénisse et lui accorde le salut), les prédicateurs du califat, prêcher l’ouverture de Rome, ou l’Europe, et son nom, dit le monument : L’ouverture de Rome et le noble de la Fatih. Les partisans de la succession et de l’islamisme croient que cela est possible grâce au phénomène Ardoghaniya, surtout après la montée économique d’Erdogan en Turquie dans l’économie mondiale.

14_Hezb TahrirLe point principal de ceci est que le Parti islamique, qui est le retour du califat, est l’épine dorsale de son idéologie ; fondée par le début des années 1960 par le cheikh Taqi al-Din al-Nabhani ; après sa scission du mouvement musulman Ahwan. La base principale du travail du Parti de libération est le changement, dont le but est de : Reprendre la vie islamique, pour provoquer la renaissance de la nation islamique, et la nature de ce changement est qu’il s’agit d’un coup d’État radical et global, pas une révolution ou une réforme de régimes basés sur nonL’Islam, et comment amener ce changement est la création de l’État islamique. Le califat islamique est en train d’être rétabli et donc le sujet de ce changement est des actions qui détruiront les régimes existants dans le monde islamique, établir l’état islamique en place, changer le Al-Kafr pour devenir le Dar de l’islam, et unifier tous les musulmans sous l’égide de l’état califat. · Hezb Tahrir est active dans les domaines du plaidoyer politique, médiatique et islamique et, sur la base des publications du parti, prend des mesures politiques et intellectuelles comme moyen de faire son travail, en évitant ce qu’elle appelle des « actes matériels » tels que des actions armées pour atteindre son objectif. Il est répandu dans tous les pays du monde, en particulier en Turquie et en Angleterre.

15_ Écoles et instituts devant un orateur : Le but est de lever et de fournir des imams et des prédicateurs, qui sont considérés comme des « écoles professionnelles » dans le régime turc laïque pour diplômer les employés du gouvernement pour travailler dans les mosquées et les administrations religieuses islamiques, une extension de l’éducation religieuse dans l’État du califat ottoman, Erdogan a pu en faire un de ses bras, qui contiennent la jeunesse religieuse et une alternative aux écoles d’Abdullah Colin après le récent conflit. La « École des Imams et des Docents », combinée avec l' »École des prédicateurs » et l’ouverture de l' »École de Guidance » en 1913 et son abolition en 1924 par la chute du califat ottoman, peut être considérée comme la racine de l’extension des « écoles devant un locuteur secondaire » en Turquie contemporaine, sur laquelle Erdogan compte être présent dans les maisons et les mosquées. L’opposition turque considère ces instituts et ces écoles (devant un orateur) comme une question politique utilisée par Erdogan, qui fait l’objet d’un grand désaccord entre Erdogan et l’opposition turque.

16_– Les communautés turques en Europe. Chiffres et données. AFP et Al Jazeera Net :

www.aljazeera.net/encyclopedia/events/2017/3/17/الجاليات-التركية-بأوروبا-أرقام

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA