Le plus corrompu … l’énigme de la «ligne rapide » du Hezbollah au port de Beyrouth

L’Agence France-Presse a révélé dans son rapport que le port de Beyrouth était un foyer de corruption, y compris la contrebande, l’évasion fiscale, les pots-de-vin, les bénéfices des appels d’offres, les enchères publiques douteuses et les salaires fictifs au profit d’employés de haut niveau affiliés aux forces politiques.

Dans le port, il y a aussi une «ligne rapide » pour le Hezbollah, lui permettant de faire passer tout ce qu’il veut sans supervision, et des accords qui profitent aux fonctionnaires et aux employés affiliés aux forces politiques qu’une grande partie des Libanais ont exigé leur départ. Parmi ces forces figurent le Mouvement patriotique libre dirigé par le président Michel Aoun et le Mouvement du futur dirigé par l’ancien Premier ministre Saad Hariri, selon ce que disent les gens qui suivent le dossier du port. «Le port est l’une des installations les plus corrompues», a déclaré le chercheur Mohamed Shams El-Din du «Centre international d’information» qui a publié plusieurs études sur la corruption et l’évasion fiscale au Liban, ajoutant: «Il n’y a pas de contrôle effectif de la part du gouvernement sur celui-ci, que ce soit pour collecter ou dépenser de l’argent ».

Le port de Beyrouth a été créé en 1894 et était géré par une société française, puis une société privée à partir de 1960. Au début des années 90, avec la fin de la concession de la société, un comité officiel provisoire a été nommé pour le gérer et il est toujours en place aujourd’hui.

Comme dans toutes les institutions étatiques, les membres du comité sont choisis en fonction de leur affiliation sectaire: un président sunnite, et six membres représentant les principales sectes, et les privilégiés sont soutenus par les partis politiques les plus en vue.

Mohamed Shams El-Din dit : « Le même système de quotas dans l’Etat s’applique au port. »

Le Hezbollah, la force politique la plus importante au Liban, utilise le port pour acheminer des marchandises pour lui ou au profit d’hommes d’affaires qui lui sont affiliés, selon plusieurs sources.

L’ancien chef du Conseil d’Etat, le juge Chokri Sader, a déclaré: « On sait qu’il y a des marchandises destinées à la Résistance (Hezbollah) passant par le port et l’aéroport », en dehors des postes frontaliers. Il a ajouté: «Dans le port comme à l’aéroport, il a une ligne militaire à travers laquelle les marchandises passent sans inspection ni surveillance», expliquant: «Cette ligne de résistance est le résultat d’un accord implicite avec les autorités que personne ne s’en approche».

En 2019, le département du Trésor américain a imposé des sanctions à un haut responsable du Hezbollah, Wafik Safa, pour avoir exploité «les ports libanais et les points de passage des frontières à des fins de contrebande et de facilitation des voyages au nom du Hezbollah». Selon ce qui a été déclaré dans un communiqué de l’ambassade américaine à l’époque.

Le communiqué a cité un exemple en disant: «Le Hezbollah a fait usage de Safa pour faciliter le passage de matériaux, y compris des drogues et des armes illégales, à travers le port de Beyrouth au Liban».

Après l’explosion, qui a tué plus de 190 personnes et blessé plus de 6 500 autres, certains ont parlé d’armes et d’autres matériels illégaux stockés par le Hezbollah dans le port, mais le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a nié toute relation avec son parti avec le port de Beyrouth.

Un rapport préparé par un appareil de sécurité il y a quelques mois nomme au moins cinq employés du détachement des douanes du service d’inspection des marchandises, «il est interdit de les remplacer», selon ce qu’il dit. Il détaille leur subordination aux fonctionnaires affiliés aux forces politiques (le Mouvement patriotique libre, le Hezbollah, le mouvement Amal dirigé par le président du Parlement Nabih BerriLe Mouvement du Futur, Parti des Forces Libanaises).

Le rapport détaille comment eux-mêmes et d’autres employés du port ont payé des pots-de-vin en échange des procédures de retrait des marchandises du port. Les experts ne savent pas si ces revenus illégaux profitent directement aux parties ou uniquement aux salariés qui leur sont affiliés.

Le comité temporaire de gestion du port est dirigé par Hassan Quraitem, affilié au Future Movement, depuis 2002 avant d’être arrêté avec 24 autres personnes, dont le directeur général des douanes Badri Daher, affilié au Free Patriotic Movement, dans le cadre de l’enquête en cours sur l’explosion résultant, selon les autorités, d’un incendie qui s’est déclaré dans l’entrepôt de Khaznat. Il contenait 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium pendant plus de six ans, sans aucune mesure de protection. Bien que les responsables portuaires de tous les postes, les responsables politiques, judiciaires et de sécurité étaient conscients de la gravité de ce stockage, aucune mesure n’a été prise pour éviter la catastrophe.

Jusqu’à l’explosion, le Liban comptait pour la plupart de ses opérations commerciales sur le port par lequel transitent plus de 70% des marchandises importées dans un pays qui dépend principalement des importations.

Les revenus annuels de l’administration portuaire s’élèvent à environ 220 millions de dollars, dont 60 millions seulement vont au Trésor public, selon Mohamed Shams El-Din, qui explique que le reste est censé être utilisé pour les salaires et traitements et pour le développement d’un port, « mais nous ne savons vraiment pas où cela va ».

Du côté des douanes, la fraude douanière annuelle, dont la majorité depuis le port, est estimée entre un milliard et deux milliards de dollars dans un pays où le déficit budgétaire est épuisé. Au cours des deux dernières années entre cinq et plus de six milliards de dollars.

Au fil des ans, des scandales de corruption sont sortis au public à plusieurs reprises, et bientôt leurs dossiers ont été remis dans les tiroirs, sans que personne ne soit tenu pour responsable.

Mohamed Shams El-Din dit que les forces politiques de premier plan usent de leur influence pour employer des personnes qui leur sont affiliées dans le port ou pour nommer des fonctionnaires qui ferment les yeux sur les opérations de contrebande douanière pour les hommes d’affaires qui soutiennent tel ou tel parti, ou pour influencer les contrats de nombreuses entreprises avec l’administration portuaire, «comme contrat de travail consensuel et tout le monde en profite. »

Mohamed Shams El-Din indique que les opérations de contrebande se déroulent la plupart du temps «par le biais de fausses associations caritatives qui obtiennent un décret du gouvernement les exonérant des droits de douane… alors que tout le monde connaît la vérité».

Le rapport de sécurité montre que les employés du port, des plus jeunes aux plus âgés, et les membres des services de sécurité qui y travaillent également, reçoivent des pots-de-vin qui varient en fonction des marchandises qu’ils accélèrent leur passage, réduisent leurs frais de transit, ou leur ferment les yeux.

Par exemple, selon le rapport, le chef de chaque division supervisant l’entrée principale du port facturerait deux cent mille livres pour une voiture d’occasion pour faciliter sa sortie. D’autres à la douane reçoivent également leur part de la voiture d’occasion, et leur tâche est de réduire sa valeur dans le processus d’évaluation, réduisant ainsi le coût de la taxe sur celle-ci.

Quant à ce qui est plus dangereux que cela, c’est la «contrebande» des armes et des drogues, par exemple, qui sont parfois introduites en contrebande dans des voitures d’occasion, selon le rapport.

L’ironie est que le seul détecteur de rayons X dans le port, « Scanner », est en panne.

Le scanner est hors service depuis avril 2019 en raison d’une panne technique », a déclaré une source douanière, qui a refusé d’être nommée, indiquant qu ‘ »il est trop ancien et le coût de réparation et de changement des pièces dépasse son prix. » L’administration portuaire ne l’a pas changé en raison d’un différend à l’intérieur. Le gouvernement a décidé de l’accorder, et l’arrêt du scan signifie que les inspections ne sont effectuées que manuellement, ce qui facilite les violations. Les paiements des droits et les sorties de marchandises se font toujours sur papier et manuellement.

Le plus gros pourri

Le journaliste d’investigation Riad Kobeissi, qui a accordé pendant des années une attention particulière au dossier de la corruption dans le port, estime que « le service des douanes est le plus corrompu, et sa plus grosse opération a lieu dans le port. » Kobeissi parle de «la vente de produits abandonnés dans de fausses enchères publiques et des bénéfices secondaires qui en découlent». Lors des enchères publiques, les biens que leurs propriétaires ont laissés dans le port sont vendus pour diverses raisons, notamment leur incapacité à payer leurs droits.

Dans une cassette vidéo publiée par Kobeissi cette année, Daher apparaît debout devant des conteneurs d’appareils électroménagers, et des gens se rassemblent autour de lui en hurlant de manière aléatoire et désorganisée lors d’une vente aux enchères dans le port. L’un d’eux propose à Daher un «accord» qui prévoit de payer environ la moitié de moins que le plus offrant en échange de l’oubli de la question des 23 motos manquantes dans un conteneur qu’il a acheté il y a quelque temps lors d’une autre vente aux enchères et qui était censé contenir 93 vélos.

C’est un exemple simple de ce que nous décrivons comme une fausse vente aux enchères, car en réalité, une fois que le montant minimum a été approuvé, cela signifie qu’aucune vente aux enchères n’a eu lieu. » Beaucoup remettent en question la capacité de l’enquête de l’État libanais à atteindre la vérité sur la question de l’explosion en raison du manque de confiance des institutions sur la question de l’explosion. Sa différence. Par conséquent, certains exigent une enquête internationale.

Il ajoute: «Quelle que soit la qualité du juge d’instruction, et il est, comment pouvons-nous croire en une enquête qui repose sur les services de sécurité et quiconque les dirige» des forces politiques?

Tous les droits d’auteur et de publication sont réservés à Centre de Recherche et d’Études MENA.