L’échec des négociations de Vienne et le rôle des ailes iraniennes dans l’attaque terroriste contre Abou Dhabi

L’Unité d’évaluation des politiques à l’Observatoire MENA

Décryptage d’une position

La stabilité de la région du Golfe arabe constitue une question fondamentale et vitale dans l’équation de la paix mondiale ainsi que pour le cycle de l’économie mondiale souffrant d’ores et déjà de nombreux problèmes causés par la pandémie de Coronavirus. Cela s’explique aussi de l’importance de la région du Golfe et par l’alliance  qui a eu lieu dans la région pour mettre un terme à la rébellion houthie au Yémen constituant une véritable menace au flanc du Golfe arabe du coté du Royaume d’Arabie saoudite.

Pour cette raison, Cette alliance était pour maintenir cette stabilité étant donné son importance majeure pour la paix mondiale et pour le dynamisme de son économie. Cependant, le soutien militaire iranien aux rebelles houthis, le soutien de l’axe iranien aux Houthis, soit à travers le Hezbollah ou le régime syrien, ont beaucoup contribué à la dégradation de la situation sécuritaire, de prolonger la durée de la guerre avec un soutien caché pour régler des comptes en faveur de l’axe iranien. Celui-ci est devenu une menace pour le Golfe arabe vu son importance politique et économique, et en même temps, il est devenu un danger pour la paix mondiale. En effet, l’attaque des Houthis contre Abou Dhabi s’inscrit dans ce cadre.

Dans un pas dangereux dans ce sens, Les milices houthies ont attaqué Abou Dhabi par des drones. Par la suite, un conseiller politique du gouvernement houthi, Abdul Ilah Hajar, a indiqué à l’AFP : « Nous avons déjà adressé des messages à la coalition mais il semble que les Emirats Arabes Unis n’ont pas saisi le message d’avertissement. Par conséquent, nous leur avons envoyé un message d’avertissement clair ». Pour pouvoir se défendre et défendre le Yémen ! Avec ces prétextes indiquant une évolution dangereuse qui menace la paix mondiale, les milices houthies ont annoncé leur hostilité terroriste flagrante contre l’Etat des Émirats Arabes Unis.

L’événement dangereux !

Selon des sources rapportées par l’Agence de presse des Emirats (WAM), les enquêtes préliminaires indiquent l’observation de petits objets volants, peut-être des drones, dans les deux régions, et ceux-ci pourraient être derrière l’explosion et l’incendie. Les autorités compétentes ont été dépêchées et l’incendie est en cours d’être maitrisé.

En parallèle, la police d’Abou Dhabi a affirmé le déclenchement d’un incendie lundi matin. Cela a causé l’explosion de trois pétroliers transportant des carburants de pétrole dans la zone Musaffah (ICAD 3), près des réservoirs de ADNOC. Un autre incendie moins important s’est produit dans les nouvelles installations à l’aéroport international d’Abou Dhabi.

Divers médias ont confirmé lundi la maitrise totale des deux incendies dans la région de Musaffah et à l’aéroport d’Abou Dhabi.

Toutefois, ce message houthi/iranien porte des signes très dangereux pour la région. Cela ne peut pas être considéré comme un événement ordinaire étant donné le danger qu’il constitue pour la paix mondiale et son économie d’une part, comme nous l’avons évoqué. Par ailleurs, il s’agit d’une évolution dangereuse pour la rébellion des Houthis soutenus par l’Iran. Et devra affronter et punir celui derrière cet incident dans le but de préserver la stabilité et la sécurité dans la région. En revanche, les médias houthis ont révélé sa barbarie et sa grossièreté lorsque la télévision yéménite Al Masirah, appartenant aux Houthis, a annoncé que les « forces armées » se préparent à mener une opération militaire typique dans la profondeur émiratie.

Pourquoi les Houthis ont-ils attaqué les Émirats arabes unis ?

C’est la première fois que la profondeur émiratie est visée par les attaques des Houthis depuis que les Émirats arabes unis ont commencé leur retrait de la guerre au Yémen, il y a plus de deux ans. Mohammed Al-Bukhaiti, membre du bureau politique du groupe Ansar Allah Houthi, a indiqué à Al-Jazeera que : « les Émirats arabes unis avait exprimé leur volonté de se retirer du Yémen et nous leur avons offert un retrait en toute sécurité et leur avons permis de sauver la face, mais ils sont revenus à l’escalade et à l’intensification de leur agression contre nous, et ce fut le début de notre réponse ».

Al-Bukhaiti a fait référence aux évolutions sur le terrain enregistrés au Yémen ces derniers jours, en particulier après que les forces gouvernementales internationalement reconnues soutenues par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite ont pris le contrôle du gouvernorat de Shabwah. Il s’agit de la victoire remportée par les Brigades des Géants appartenant à la ceinture de sécurité soutenue par les Émirats arabes unis et au Conseil de transition du Sud au Yémen. Autrement dit, comme l’a dit Al-Bukhaiti, c’est une revanche contre les Emirats ! Et c’est une accusation  d’être revenus à la guerre yéménite en soutenant les Forces Al-Hazm, faisant partie du Conseil légitime de transition du Sud ?!

Les forces yéménites pro- coalition, y compris les Brigades des Géants, avaient repris avant une semaine le contrôle de certaines parties d’Usaylan à Shabwah et elles ont avancé vers Beihan. Deux sources militaires ont déclaré à Reuters que des dizaines de personnes ont été tuées des deux côtés, tandis que trois autres sources militaires et tribales ont indiqué que les combattants pro-gouvernementaux ont également repris le contrôle de certaines zones des banlieues sud et ouest de la ville de Ma’rib.

Le général de division, Turki Al Maliki, porte-parole officiel de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite à Shabwah, avait annoncé « le lancement de l’opération de la libération du « Happy Yemen » (le Yémen Heureux), en référence au changement de la position saoudienne, et à la tendance vers une étape de résoudre et de mettre fin à la guerre militairement.

Al-Bukhaiti, porte-parole des Houthis, a expliqué clairement l’expansion de la guerre, comme il l’a dit : « L’attaque d’aujourd’hui contre les Émirats arabes unis est le début ». Et il a menacé d’autres attaques « si les Émirats arabes unis choisissaient la voie de l’escalade ». Le même message a été confirmé par Yahya Sare’e, le porte-parole militaire des Houthis, dans un tweet en disant qu’ils cibleront la « profondeur émiratie » avec plus d’attaques.

Quelle tournure vont-ils prendre les événements après l’agression des Emirats Arabes Unis ?

L’escalade après l’attaque contre les EAU dépend principalement de la façon avec laquelle les EAU répondent à cette dangereuse escalade de la part des Houthis. Soit Abou Dhabi va recourir à une réponse militaire en lançant des attaques massives par avions sur des cibles telles que l’aéroport de Sanaa dont les drones qui ont attaqué Abou Dhabi auraient été lancés selon la coalition, ainsi que d’intensifier le soutien aux forces combattant actuellement les Houthis à Ma’rib.

Soit les Émirats arabes unis feront preuve de retenue, selon certains analystes stratégiques, en recourant à l’apaisement, en s’appuyant sur des canaux dans les coulisses et en entant en contact avec l’Iran, qui soutient les Houthis, surtout qu’Abou Dhabi a tendance dernièrement à ouvrir une « nouvelle page » des relations avec Téhéran. Bien que les Houthis nient que leurs pas militaires soient coordonnés avec Téhéran, le gouvernement saoudien affirme que le mouvement rebelle chiite est considéré comme l’un des bras de l’Iran dans la région – comme les Hachd al-Chaabi en Irak et le Hezbollah au Liban.

De l’attaque contre les Emirats aux négociations de Vienne !

Si nous élargissons le champ d’analyse de l’attaque des Houthis contre les Émirats Arabes Unis vers des dimensions internationales, nous constaterons qu’elle n’est pas seulement liée à la participation des forces entraînées par les EAU au Yémen (les Géants – la ceinture de sécurité) dans les batailles de Shabwah et de Ma’rib, mais aussi aux évolutions liées aux négociations autour du dossier nucléaire iranien dossier qui se déroulent dans la capitale autrichienne Vienne, et les relations avec Téhéran plus largement.  C’est le point manquant dans l’analyse.

Le porte-parole stratégique de l’Observatoire MENA a indiqué la semaine dernière dans une interview à Al-Hurra TV autour de ce sujet sur la base d’informations obtenues par le Centre  MENA pour les études, que les négociations sur le dossier nucléaire avec l’Iran qui se déroulent à Vienne, la capitale autrichienne, ont atteint un point critique et charnière. Et il a ajouté que : « peut-être l’Iran procède à travers ses bras à l’étranger à l’instar du Hezbollah libanais  et les milices houthies à mener un certain dans la région aidant à améliorer la position de l’Iran dans les négociations ; C’est sa stratégie habituelle quand il fait face à des difficultés dans les négociations. En s’appuyant ainsi sur ses griffes illégales pour l’obtention des cartes de négociation adoptant la méthode des gangsters et de la mafia. En fait, c’est ce qui s’est passé, selon une analyse dans laquelle le porte-parole de l’Observatoire MENA  a mis en garde  contre ce genre de scénarios la semaine dernière.

Y a-t-il un rôle syrien dans cette attaque contre les EAU ?

Des sources ayant préféré garder l’anonymat ont indiqué à MENA que cette attaque houthie contre les Émirats arabes unis n’était pas improvisée, mais plutôt les milices houthies ont été entrainées sur ce genre d’agressions avec l’aide du régime syrien dans le désert de Palmyre. Ont contribué à ces exercices des éléments spécialisés du Hezbollah libanais. Un entrainement a été effectué spécialement pour mener des attaques contre des points vitaux dans le désert de Palmyre.  En se basant sur ces données, la source n’a pas écarté la relation du régime syrien et du Hezbollah avec cet acte terroriste et un éventuel rôle dangereux joués par ces deux derniers, surtout que les deux parties veulent que les cartes soient rebattues pour obtenir des points en leur faveur après la détérioration des conditions de vie en Syrie et au Liban, et parce que le régime iranien a son mot à dire pour les deux côtés – le régime syrien et le Hezbollah. Cela a poussé les analyses et les informations dans ce sens  ainsi que les difficultés iraniennes dans les négociations nucléaires de Vienne.

Au final

L’attaque houthie/iranienne contre Abou Dhabi doit être traitée d’une façon sage mais ferme. C’est ce dont le gouvernement des Émirats arabes unis est capable de faire. Mais la communauté internationale a le plus grand rôle à jouer dans ce dossier. Les puissances internationales mondiales doivent être fermes et décisives dans leur réponse pour que ces gangs et ces griffes iraniens ne continuent pas à galoper dans la région en mettant en application leurs agendas sans prendre en considération les conséquences. Les Arabes disaient : « En l’absence de punitions, on se conduit mal ».

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA