L’éducation religieuse islamique en Europe, problématiques et perspectives

Dès le début de la Da’wa islamique (invitation à rejoindre l’islam), l’éducation de la religion islamique et la compréhension de ses significations et décisions a constitué une affection coranique, et un «groupe» de croyants s’est spécialisée pour enseigner la religion, consolider ses fondements et répandre la religion islamique parmi les personnes, vu que les compagnons (Sahaba) ont appris le Coran du prophète à Mecque puis à la Médine de différentes manières comme l’affirmait Ibn Khaldoun.

Des hadiths du Prophète exhortent les Compagnons à utiliser les mosquées comme endroit pour enseigner le Coran et pour constituer le premier noyau des cercles de l’éducation coranique, pour recevoir les connaissances religieuses fournies par les spécialistes de la jurisprudence islamique et dans les «écoles coraniques», des mosquées et des mausolées, pour préserver l’identité de la «nation», et pour fournir des interprétations et des connotations religieuses des versets du Coran et des hadiths du Prophète, et d’autres pour les étudiants. Depuis l’expansion islamique, ces leçons ont été réglementées dans un cadre organisé et continu, sous le contrôle ou la tutelle des dirigeants.

À l’époque contemporaine, depuis le XIXe siècle et le XXe siècle, le concept de l’éducation religieuse dans de nombreux pays du monde islamique a commencé à se façonner sous sa forme «institutionnelle» parallèlement à l’éducation publique, et il est pratiqué d’un point de vue organisationnel dans le cadre de l’éducation formelle et officielle supervisée par l’État et une éducation informelle gérée par des associations et des organisations civiles et financée par les philanthropes.

Cette éducation, dans tous ses domaines, a fait l’objet d’une «critique» généralisée concernant la conduite du processus éducatif, la «pédagogie», avec sa dimension éducative, la «méthode didactique», ses objectifs cognitifs, l’absence de modernité dans ce que apprennent les étudiants en termes de religion, de la politisation en faveur des gouvernements et la constitution des lobbyings religieux permettant la diffusion de l’idéologie et des projets politiques. Cependant, ces critiques de l’éducation religieuse se sont transformés en véritables problèmes dans les pays européens, puisqu’ils sont parvenues il y a des siècles à neutraliser la question de l’éducation religieuse au cœur du conflit religieux et politique et ont adopté la séparation entre l’«espace public» et la pratique religieuse dans ses deux dimensions individuelle et institutionnelle, mais sans supprimer le rôle de la religion, de ses institutions et canaux traditionnels, d’une part;  et de l’’autre côté, de ce que constitue «l’éducation religieuse islamique» d’interférence avec la question de «l’identité religieuse» et avec la nécessité de l’intégration, et comment trouver un équilibre entre ces aspects, et comment créer un cadre clair, ouvert et chargé de valeurs humaines pour réduire l’isolement et l’extrémisme suite à l’intensification des opérations terroristes dans les sociétés européennes.

Pour que l’importance de repenser les méthodes et les mécanismes d’enseignement de la religion islamique constitue des interactions différentes dans les pays européens, en fonction de la culture politique et nationale qui y règne.

La réalité de l’éducation islamique et ses problématiques en Europe.

Avec la croissance de la présence de l’islam et le fait que ce dernier devient la deuxième religion, représentant 6% de l’ensemble de la population, soit environ 24 millions de personnes. Et en garantissant la liberté de croyance comme l’un des droits de la minorité musulmane dans les pays européens, la majorité des pays européens ont eu tendance, dans le cadre de l’égalité de traitement de toutes les religions, et garantissant les libertés religieuses et l’égalité des droits, à ouvrir la voie aux musulmans de tous les pays européens pour créer des écoles islamiques privées intéressées par la langue arabe et les sciences islamiques, ainsi que les sciences civiles enseignées dans le pays européen de résidence, et la formation des enseignants des méthodes modernes d’enseignement.

Certains pays enseignaient la langue arabe et les sciences islamiques dans leurs écoles publiques, et cet enseignement est assuré par des musulmans résidant dans des sociétés à majorité chrétienne, et la création de départements dans les universités pour enseigner la religion islamique, tels que: l’Allemagne, l’Autriche, le Royaume-Uni et le Suède. D’autres, comme la France, enseignent la religion islamique indirectement à travers «l’art, l’histoire et la littérature», avec la présence d’un certain nombre d’écoles islamiques «privées» gratuites, et la France a récemment créé des entités éducatives telles que la «Fédération nationale pour l’enseignement islamique privé», et ce afin de coordonner entre les écoles privées islamiques et le gouvernement français.

Cette souplesse en termes d’enseignement de la religion islamique de différentes manières n’a pas évité les «objections» des deux côtés, ni éliminé l’existence de nombreux «problèmes» liés à l’éducation religieuse islamique et aux méthodes suivies par les musulmans pour élever et éduquer les jeunes musulmans à préserver leur identité, et leurs effets multiformes, dont les plus importantes sont:

Premièrement : L’absence de consensus islamique: la différence de la pratique «religieuse» et la présence de musulmans de différents pays et de différentes tendances «sectaires» et portant dans leur caractère une dimension identitaire distincte, plaçant les pays européens devant l’un des problèmes importants de la question de «l’éducation religieuse islamique» liée à l’absence d’une identité islamique «englobant» tous les musulmans, et le désaccord islamique sur le contenu éducatif objectif que tout le monde suit s’est reflété dans toutes les méthodes d’enseignement, en prenant en considération d’éviter la «sensibilités des musulmans» dees uns envers les autres, et de suivre des programmes d’enseignement qui incluent la minorité musulmane avec tous ses spectres. En efffet, l’enseignement religieux est traité de deux manières: soit le présenter comme une éducation éthique fondée sur des fondements universels, ou soit choisir la «neutralité» pour éviter le sectarisme et éviter son approfondissement à travers le système éducatif général, au sens de l’application du principe du «silence» pour les sujets objets de désaccords, ou bien réduire l’enseignement des religions au minimum, selon le philosophe « Régis Dubreuil ».

Deuxièmement: la différence entre les valeurs islamiques et l’imposition de suivre les valeurs du consensus général:

Il y a plusieurs problèmes qui contreviennent aux Constitutions des pays ou aux principes et valeurs de base sur lesquels est fondée la société et qui ne peuvent pas être enseignés, tels que : la polygamie, la préférence des musulmans par rapport aux adeptes des autres religions et l’appel aux châtiments corporels. Ils ne peuvent pas être enseignés en dehors du cadre officiel dans les pays soit à l’enseignement privé ou informel. Cela nécessite un contrôle accru sur le contenu de l’enseignement et la mise en place d’un personnel éducatif «islamique» pour présenter des valeurs conformes au consensus général: le respect d’autrui, la tolérance, l’égalité, la liberté de croyance, etc., pour épargner aux enfants musulmans d’entrer en conflit d’identités, et d’incompatibilité entre ce qu’ils adoptent religieusement et ce qui est interdit au niveau de la société. En fait, la majorité des musulmans à ce jour n’ont pas cherché à créer un horizon différent en ce qui concerne la religion, sa signification et son objectif.

Troisièmement : Des problèmes liés à l’éducation religieuse dans les pays d’origine :

La séparation entre les «valeurs et les connaissances» et l’absence d’évaluation, de suivi et de développement continu des cours de religion, en particulier dans l’enseignement «parallèle» dans la plupart des pays islamiques a été ramené aux pays européens de différentes manières, surtout en cas d’importation de ces méthodologies basées sur « l’endoctrinement sans accorder une attention suffisante à l’analyse, au raisonnement, à la déduction et à l’espace approprié pour le dialogue. Cela crée une personnalité superficielle fermée qui ne reconnaît pas la différence ou la pluralité d’opinions. Le développement réalisé dans les pays européens devient- pour certains musulmans – une partie de l’imposition d’une réalité différente de ce qu’ils ont vécu, et qu’il repose sur le principe de la censure de ce qui est présenté et le résultat de l’obsession sécuritaire uniquement, au lieu de le voir comme étant un développement des programmes qui ne sont pas formulés selon une «didactique» correcte de l’éducation islamique.

L’éducation religieuse et le problème de l’intégration et du terrorisme

L’augmentation des actes terroristes, la crainte de la propagation de l’extrémisme islamique, les défis de l’intégration des musulmans dans les sociétés européennes et les problèmes de sécurité sociale qu’ils suscitent, ont constitué une raison directe de considérer toutes les questions islamiques, y compris l’éducation religieuse, à travers le institutionnalisation de la religion et à travers différentes méthodes et modèles qui tendent généralement à créer une réalité « pluraliste » n’acceptant pas l’autorité de la religion sur la vie sociale, mais il maintient son rôle de ressource spirituelle, morale ou culturelle, et parfois politique tout en respectant les libertés individuelles et le pluralisme démocratique, dans le sens de sortir l’identité religieuse restreinte vers les valeurs humaines communes. Néanmoins, cela n’a pas évité l’existence d ‘« islamistes » extrémistes violents pour diverses raisons dont l’éducation, parce qu’il interfère avec la conduite irrationnelle et l’absence de la compréhension correcte de la religion et de ses objectifs, la justifier par ce que le « cheikh-enseignant » présente et son rôle d’enfermer l’esprit du destinataire et d’enraciner « l’ignorance de la religion », mais sa réforme ne suffira pas à elle seule pour diverses raisons telles que:

Premièrement : il y a de nombreux axiomes qui ont été établis au fil du temps, à partir desquels les enseignants de la religion ont tiré leurs informations de «prédication» et leurs perceptions de la religion.

Deuxièmement: L’absence d’un consensus islamique en ce qui concerne l’interprétation des origines de leur religion et le sens commun de celle-ci, a créé un « pluralisme religieux » qui n’a pas été résolu au fil des époques, mais il a été enraciné sur la base de l’infidélité et du rejet de Musulmans entre eux, et par conséquent le paradoxe s’est formé que (tout le monde est musulman mais personne ne représente l’islam).

Troisièmement: Ce qui a été consolidé dans les questions de l’éducation religieuse islamique « objective » interfère avec un vaste marché régi par la circulation de l’information dans les moyens de communication, « l’amplification des caprices sectaires et irrationnels » et le flux de fonds et de personnes soutenues par des mouvements extrémistes, à investir dans la religion «islamique» à des fins diverses. Par conséquent, il ne peut pas être ancré dans les esprits, ni dans le mode de vie et d’interaction, et face à cette mobilisation et «les institutions gouvernementales ne pourront pas imposer à elles seules les règles du jeu et déterminer ce qui devrait être offert aux futurs citoyens ».

A cela s’ajoute le fait de ne pas neutraliser la religion des «politiques des pays» et qui se répercute sur les musulmans en Europe, car tout problème politique entre le pays hôte et l’État d’origine peut conduire à l’explosion d’un problème politico-religieux, fondé sur l’identité et l’existence. Cela fait de la question du ralentissement de la réforme de l’éducation en Europe très lent pour pouvoir réduire l’extrémisme religieux.

Tout cela nous met tous face à la question: quelles sont les perspectives des solutions? Et comment y accéder.

Perspectives et solutions

Le lien entre l’éducation religieuse islamique et tous les problèmes dans lesquels vivent les musulmans fait de l’adoption d’un programme objectif un impact direct sur les perspectives des solutions futures à de nombreux problèmes. Plusieurs études critiques et indicatives traitant la recherche dans les littératures pédagogiques variées afin de formuler un programme éducatif approprié à l’éducation religieuse, ainsi qu’elle a donné de nombreuses propositions sur ce qui pourrait être enseigné dans les études religieuses et l’utilisation de la réflexion en ce qui concerne les questions religieuses pour réduire l’extrémisme et consolider la coexistence à travers:

Primo : adopter le Coran au lieu de la religion des prédicateurs : prêter attention au Coran et aux principes humains dans la religion au lieu de prêter trop d’attention aux personnages historiques comme les cheikhs ou les imams et les considérer comme une référence pour l’islam, ainsi que l’adoption de «l’interprétation du Coran par le Coran» qui laisse la porte de la jurisprudence ouverte et permet la découverte de nouvelles méthodes de modernisation et des solutions appropriées basées sur la méthode de la preuve et de l’énoncé.

Secundo : sortir de la stagnation intellectuelle dans l’éducation:

Depuis le début de la Da’wa (invitation pour rejoindre l’Islam), les sociétés islamiques ont connu la diversité et le pluralisme, et ont pu coexister avec tout le monde, dans une certaine mesure, mais avec le temps elles ont consolidé une situation de stagnation intellectuelle et cognitive dont on a besoin de connaître l’autre avant de coexister avec lui, et la recherche de la convergence intellectuelle. Et cela peut être appliqué en étudiant toutes les autres religions, «le judaïsme, le christianisme, le bouddhisme et l’hindouisme…» à partir de leurs sources officielles et sur des bases communes pour parvenir à des conclusions de rapprochement entre eux comme un message unique pour tous, et pour surmonter les déviations alimentant les idéologies de la haine.

Tertio : faire de l’éducation religieuse un intervalle culturel « interactif »: et la considérer comme un moyen d’acquérir les connaissances, de posséder des compétences, et la capacité de penser et de débattre de manière critique à travers des débats et des dialogues, ou de s’engager dans une comparaison des religions basée sur la « reconnaissance » de la totalité de l’être humain, de sa dignité et de ses droits, en dépit de la diversité caractérisant les « Cultures et les systèmes de croyance », puisqu’ils contribuent à connaître et à reconnaître les cultures des autres, à apprendre la littérature du dialogue libre, dans le respect des opinions dissidentes et la persuasion objective, tout en consolidant le principe de la reconnaissance de la liberté religieuse et non religieuse pour tous, ainsi que renoncer à la croyance en la suprématie, pour consolider la décision personnelle de foi et permettre aux étudiants de se forger leur propre vision du monde. Et on considère les expériences religieuses comme une dimension de l’expérience humaine ainsi que considérer les religions comme un ensemble de faits reliés aux mêmes phénomènes, que nous partageons tous.

C’est une question importanet dans le monde islamique en raison de l’absence de tolérance entre les sectes islamiques et de l’ignorance généralisée des religions en dehors du christianisme et du judaïsme. Dans le monde occidental, l’approche des religions se fait à travers des réseaux de lecture unique sans distinction entre ce qui est inclus dans la section des croyances, et ce qui est inclus dans le thème de la connaissance et de la lecture sélective des religions.

Conclusion

Malgré les nombreux modèles de l’éducation de la religion islamique de manière objective, rationnelle et avec leurs avantages, la gestion des affaires religieuses islamiques et son enseignement aux générations futures dans des cadres cognitifs fondés sur la flexibilité de la religion resteront tributaires de la capacité des musulmans de constituer un pragmatisme religieux islamique et de trouver leur chemin vers une éducation religieuse réconciliée avec le monde, pour faire sortir des personnes capables de concilier leur identité religieuse avec leur vie pratique, et de trouver leur équilibre intérieur en lisant leur religion. Cela dépendra également du fait d’abandonner le monopole de la vérité, et en reconnaissant que les religions et les cultures sont des réalités dynamiques et changeantes, et que leur contenu et leur portée sont des sujets de débat, et parfois d’objections, et que leurs limites ne sont pas toujours tracées de la même manière par ceux qui y entrent ou ceux qui l’abandonnent.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA