L’éducation sexuelle au sein de la famille

Le mot «sexe» dans la perception commune de la société musulmane est un terme qui se rapporte au péché. C’est ce qui en a fait un tabou et l’une des interdictions qui ne devraient pas être exprimées librement et clairement. Cela a engendré un manque de connaissances appropriées chez les enfants sur les questions sexuelles et les privent de les découvrir d’une manière appropriée.

Une connaissance correcte aide à préparer l’individu à la vie. Ainsi, son besoin des perceptions sexuelles devient essentiel, tout comme son besoin d’apprendre, de se faire soigner et de guider son développement physique, mental, moral et social. Peu importe à quel point on sera prudent pour garder les questions sexuelles à l’écart des individus de tout âge, ils vont recourir à d’autres sources pour découvrir les connaissances qui leur ont été cachées et il sera inévitable que les connaissances du sexe se fassent de cette manière. Une cause de la déviation et de la dégénérescence congénitale. Dans cette optique, nous avons soulevé la question de l’éducation sexuelle au sein de la famille musulmane, en essayant d’apprendre davantage sur certains aspects de cette éducation et les principes et fondements que les familles adoptent à travers le processus d’endoctrinement de leurs enfants, où la famille joue un rôle important dans le transfert du modèle social à ses enfants à travers les multiples fonctions qu’elle exerce dans le processus de socialisation; C’est l’étreinte dans laquelle l’individu est élevé de l’enfance à l’âge adulte, et de laquelle il tire son expérience sociale. En fait, la famille représente l’élément constant dans la formation de la personnalité de l’individu, contrairement à d’autres facteurs représentés par les amis ou l’école, qui sont incarnés dans le «devoir d’éducation physique, émotionnelle, morale, religieuse et sexuelle à toutes les étapes par lesquelles passe l’individu ; «sa personnalité dépend de la formation des parents et de la nature du milieu social et culturel.  En outre, l’éducation sociale dans la construction de la famille est considérée comme un processus important et un pilier nécessaire dans la normalisation des enfants avec les traits connus et socialement acceptables.

La famille arabe est généralement connue comme une famille étendue, ce qui signifie que des relations proches existent non seulement entre parents et enfants, mais elles s’étendent également aux grands-pères, grands-mères, petits-enfants, frères, sœurs, oncles et tantes… etc. On veut dire par une famille étendue que trois générations résident ensemble sous un même toit, et leurs relations se superposent, et leurs intérêts et propriétés se chevauchent.

Cependant, ce sens littéral a évolué et fait également référence aux relations proches et à l’interdépendance des intérêts entre parents, ainsi qu’aux loyautés et aux attentes qui les accompagnent, dans lesquelles le non-respect constituerait un départ de la famille.

Et le mouvement général de modernisation a évolué aussi suite à une rencontre entre l’Orient et l’Occident, et le développement qui l’a accompagné dans les domaines de l’éducation, de l’industrialisation, de l’expansion des villes et de la diffusion d’un certain nombre de valeurs fondées sur les droits des individus, y compris les valeurs d’égalité, de mobilité, d’indépendance, de justice et d’ouverture de la société, et en plus de cela, le système de services, d’emploi et de migration de la campagne vers la ville s’est encore développé.

De son côté, la famille musulmane a connu de profondes transformations en termes d’aspects sociaux, politiques et économiques, de comportement public et de modèle de pratique culturelle qui est devenue un mélange d’héritage culturel et de pensée libérale. Cela signifie que ce développement et cette transformation «sont un double contrôle social par rapport aux traditions, une aspiration à la modernisation et un esprit libertaire».

En conséquence, les multiples visions de la famille musulmane font désormais partie des traditions. C’est ce qui nous a poussés à se pencher sur certaines de ses caractéristiques, aspects et étapes de développement, car le père s’accapare l’autorité, et si le grand-père est là, il est le chef spirituel, il est consulté dans tous les aspects et questions, et il a le dernier mot.

Mais ce concept a évolué et la question de la prise de décision est prise d’une façon plus démocratique, et parfois l’opinion du père n’est pas prise en considération, mais uniquement consultée par respect et appréciation de la réputation du père. Là, vient le concept de l’«autorité parentale». Cela signifie que la décision de la famille revient, après le père, au fils, puis le petit-fils – et la femme est toujours liée au mâle. Cependant, ce concept n’est pas resté inchangé, car la mobilité sociale a donné aux femmes une plus grande liberté et elle a commencé à imposer son statut au sein de la famille.

La famille est également considérée comme une cellule sociale basée sur une division et une répartition des rôles qui reflètent des concepts et des valeurs sociaux, culturels et économiques à la lumière des transformations que traverse aujourd’hui la famille algérienne. Les rôles familiaux ont subi plusieurs changements au niveau de la composition et des relations.

Le travail de la femme à l’extérieur de la maison et son rôle dans le changement du modèle parental

Le travail des femmes et le fait de s’imposer dans le milieu du travail ont constitué l’un des facteurs importants ayant conduit au développement du rôle des femmes dans la maison. Celui-ci a conduit de son côté au changement des rôles des maris et des enfants en raison de l’interaction de ce phénomène avec des facteurs sociaux, culturels et autres. A cela s’ajoute le facteur technologique, par lequel les usages quotidiens de ces moyens technologiques conduisent cette catégorie à adopter de nombreux types de comportements, de représentations et de valeurs. Cela veut dire que ce facteur entre en concurrence avec la famille, l’école et les institutions communautaires dans leur ensemble dans le processus de la socialisation.

Cela a conduit le musulman à adopter un ensemble de valeurs étrangères, dans la plupart des cas incompatibles avec l’héritage culturel et le système de valeurs, en changeant la personnalité de l’être humain, perturbant les relations familiales, modifiant le système des valeurs ainsi que marginalisation de la culture locale et nationale est le produit de cet élan culturel entrant, en acceptant la culture de l’autre et en se précipitant vers elle. Cela représente désormais des symboles spatiaux enracinés dans l’action de la force circulant en l’absence du système immunitaire intérieur.

Les jeunes et les cultures étrangères

Les jeunes sont exposés à des pressions et à des défis en raison de la culture traditionnelle et de son conflit avec la nouvelle culture, et du fossé culturel entre l’ancienne et la nouvelle culture et ses effets sur la structure sociale. Ces données représentent des défis et des enjeux auxquels la famille est confrontée afin de préserver les éléments de son identité et ses racines dans l’esprit des jeunes.

Pour y parvenir, il faut adopter une politique intellectuelle consciente avec des objectifs basés sur les fondements de la culture algérienne, en phase avec les variables de la situation actuelle sans se laisser se dissoudre et se décomposer dans l’autre culture. La véritable conscience est celle critique capable de révéler la réalité, de l’exposer et de révéler sa base civilisationnelle. La réalité ne peut être changée qu’en dévoilant sa vérité, et ce processus de divulgation n’est rien d’autre qu’un processus de connaissance critique visant à la changer. En d’autres termes, la famille musulmane doit prendre conscience de la vraie réalité et de l’existence de ses membres et soutenir tout ce qui est positif pour l’individu et la société.

Il faut aussi se tenir debout et pénétrer profondément les phénomènes et les comportements qui ont des répercussions négatives ou incohérentes avec les valeurs et le système éthique algériens menaçant la stabilité de la structure sociale et se mêlant dans un conflit entre l’authentique et le moderne, et le sentiment d’aliénation ainsi que la perte de l’identité et de la vie privée algériennes. Tout en essayant de les changer pour le mieux et en tenant compte de l’aspiration de ce groupe à se développer et se moderniser en fonction du niveau mondial, mais cette équation est difficile à réaliser à cause de cette dualité (authenticité et modernité), la première signifie l’auto-préservation, ce qui signifie le retrait du monde et de la civilisation, tandis que la seconde signifie l’engagement dans une civilisation appelant au rejet de soi.

C’est ce qui résume l’essence de cette nation et ce qu’elle est, et cela reflète clairement le retard civilisationnel vécu par ces sociétés. C’est l’une des caractéristiques des sociétés qui ont perdu leur civilisation et qui accusent un retard civilisationnnel, vu que la culture varie selon la civilisation, où la demande d’identité serait en conflit avec la demande de la modernité.

Éducation sexuelle

Cette narration porte sur la famille musulmane et sa vie privée en général, car ce qui nous préoccupe c’est l’effet de cette spécificité sur l’éducation sexuelle et ses orientations. L’autorité au sein de la famille algérienne est le pouvoir patriarcal et la consolidation de la domination masculine dans l’esprit des jeunes générations, ce qui signifie que les relations entre les membres de la famille dans ce modèle sont caractérisées par le contrôle clair du mâle non seulement en tant que symbole vivant du pouvoir, mais en tant qu’idée dominante sur les perceptions et les pratiques des individus, représentant ainsi toute tentative de rompre avec sphère patriarcale dominante. Une menace directe non seulement au modèle dominant des relations de pouvoir, mais aussi pour représenter une menace pour un symbole fondamental, qui est le «moi connaisseur» qui prétend posséder la vérité ou la pure connaissance de toute distorsion ou erreur.

Dans une telle situation, l’éducation sexuelle au sein de la famille musulmane est exclue du dialogue et de la persuasion de l’argument, pour être remplacée par l’ordre et l’interdiction, et la nécessité d’obéissance et de soumission. Ceci est pour préserver ce modèle de pouvoir et de relations de pouvoir fondé sur la légitimité de prétendre monopoliser la vérité.

L’éducation en général est un processus que l’individu acquiert à travers les valeurs et les normes sociales et culturelles dirigées vers son comportement au sein de la société à laquelle il appartient, et à travers elle les rôles sociaux et les modèles de comportement déterminés par la société en fonction du sexe de l’individu sont appris dans le but de préserver la survie de cette société et le maintien de ses particularités culturelles ainsi que de ses coutumes, traditions et croyances.

C’est pourquoi l’éducation est considérée comme le processus social le plus complexe, car elle englobe tous les aspects de la vie car elle contribue fortement dans la formation de l’individu équilibré et complet dans ses aspects physique, mental, psychologique, social, sanitaire et sexuel. Par conséquent, chaque aspect parmi ces derniers a été choisi pour l’éducation spéciale, et il est clair que tous ces aspects sont présents dans la communauté musulmane à l’exception de l’éducation sexuelle. Et la raison est qu’au sein de cette société elle est considérée comme sujet tabou et que les individus n’ont pas le droit de l’aborder, comment peut-on donc le représenter dans le cadre de l’éducation et l’enseigner aux enfants des sociétés arabes qui souffrent fortement d’un manque de connaissances et d’intérêt pour la question de l’éducation sexuelle des enfants?

Par conséquent, nous constatons des comportements très dangereux de la part des mères et des pères lorsqu’ils sont confrontés à leurs enfants, car certains pensent que ces questions ne conviennent pas aux enfants. Mais il faut être convaincu que cette ouverture technologique et cognitive a rendu les enfants plus vulnérables à la délinquance par rapport à tout autre moment. Si les parents n’assument pas la responsabilité de parler de ces questions à leurs enfants et à faire en sorte que l’enfant se sente en sécurité lorsqu’il en parle et qu’il s’agit des questions naturelles en lui fournissant un espace sûr pour poser des questions sur tout ce qu’il entend, voit et lui vient à l’esprit il y aura donc une alternative que nous ne maitrisons pas, voire nous ne connaissons pas sa nature. Cela pourrait être un film pornographique, un ami pervers ou de fausses informations!

Si l’éducation sexuelle est le processus d’acquisition d’informations et de formation d’attitudes et de croyances sur la sexualité, l’identité sexuelle et les relations affectives, elle vise à développer les compétences des individus afin d’obtenir des informations correctes. Elle donne également des faits sur le sexe et aide les individus à se protéger contre l’exploitation, le viol, les relations illégales et les maladies sexuellement transmissibles dont le sida, et à améliorer la qualité des relations, en développant les capacités des individus à prendre des décisions dans tout ce qui concerne leur vie.

Par conséquent, l’éducation sexuelle cherche à atteindre un certain nombre d’objectifs, notamment :

  • Fournir à l’individu les informations nécessaires et correctes sur l’activité sexuelle et lui apprendre les informations scientifiques liées aux organes génitaux, afin d’avoir des attitudes saines envers les questions sexuelles, en accord avec les relations humaines et naturelles et les principes du développement de la personnalité.
  • Assurer d’établir de relations saines entre les sexes basées sur une compréhension précise et des orientations correctes, avec une pleine appréciation de la responsabilité personnelle et sociale pour le comportement sexuel, et la protection de l’individu contre les dangers d’expériences sexuelles irresponsables et illégales, soit de santé, psychologiques, ou sociales.
  • Le développement d’une bonne conscience vis-à-vis de tout comportement sexuel d’un individu; pour qu’il soit conforme aux enseignements religieux et aux normes éthiques, et d’une manière qui réalise le respect de soi et ne nuit pas à l’autre.
  • Corriger les fausses informations, idées et tendances vers certains modèles de comportement sexuel.

Dans cette lignée, notre objectif est de connaître la réalité de cette éducation à la lumière des particularités de la communauté musulmane, de ses coutumes et traditions. Nous nous concentrons sur la famille car c’est le premier environnement dans lequel l’individu vit, interagit et en tire ses valeurs, ses normes et ses premières tendances. Ainsi, elle est considérée comme étant le principal pilier du processus de l’éducation, particulièrement celle sexuelle.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA