L’EI attaque le régime d’Assad avec des missiles iraniens

L’organisation terroriste ISIS a utilisé des armes iraniennes lors de ses récentes attaques contre les forces du régime Assad dans le désert syrien, rapporte des organisations syriennes.

Parallèlement, un site Internet spécialisé dans le domaine des armes « Calibre Obscura » a confirmé que les missiles utilisés par l’État islamique lors de ses récentes attaques en Syrie et même en Irak étaient de fabrication iranienne, notant que les tailles et autres indications qui figuraient sur les photos publiées par des comptes proches de l’État islamique, indiquent clairement que les missiles sont d’origine iranienne.

Calibre Obscura a souligné que les dates de production clairement visibles sur les photos indiquent qu’elles sont nouvellement fabriquées, et non des armes capturées par l’État islamique dans les bases militaires irakiennes à l’été 2014, notant que les armes étaient probablement détenues par des milices irakiennes soutenues par l’Iran, déployées dans des régions distinctes de la Syrie.

Simultanément, les observateurs et les experts disent que le plus important est de savoir comment les armes iraniennes sont parvenues à l’organisation extrémiste, malgré les déclarations de responsables iraniens qui confirment la position de leur pays contre l’organisation et son engagement à la combattre, faisant référence au rôle iranien pour aider l’État islamique à contrôler de vastes étendues en Syrie et en Irak.

Des affrontements violents ont récemment eu lieu entre les forces du régime d’Assad et leurs milices loyales contre l’État islamique dans le désert d’Al-Sukhnah dans la campagne orientale de Homs, où des sources locales ont signalé que les affrontements avaient entraîné la mort de 18 membres des forces du régime et des miliciens et 11 membres d’ISIS.

Au cours des derniers mois, l’État islamique s’est fortifié dans les zones situées entre Homs et Deir Ezzor, d’où il mène des opérations et des attaques soudaines contre les forces d’Assad au long du désert syrien, avec une priorité pour capturer des armes et des munitions.

Les réseaux d’information locaux, y compris le réseau al-Khabour, ont rapporté que la police militaire russe avait envoyé des renforts aux lignes de contact avec l’armée nationale soutenue par la Turquie près de la campagne nord d’Al-Hassake.

De même, la police militaire russe a effectué une patrouille le 13 avril dans la campagne nordique de Hasaka. Des sources locales ont souligné que la Russie avait envoyé des renforts pour établir un nouveau poste militaire près de la ville de Tal Tamar à Hassaka.

Cela est survenu après l’arrivée d’un convoi de camions appartenant à la coalition internationale, accompagné de véhicules blindés militaires vers l’une des bases militaires américaines à l’ouest de Hassaka.

Il est à noter que l’organisation ISIS en Irak et en Syrie a subi de lourdes pertes qui ont conduit à sa défaite.

Cependant, l’organisation a maintenu des cellules actives dans les deux pays, limitant son contrôle à la région désertique, à l’ouest de Deir Ezzor, qui ne représente pas plus de 2 % du total du territoire syrien.

Fin 2019, le Comité de défense du renseignement du Congrès a déclaré que « Daesh a profité de l’incursion turque et du retrait américain du nord de la Syrie pour reconstruire ses capacités et ses ressources à la fois à l’intérieur de la Syrie à court terme et sur le plan international à plus long terme ».

Toute publication et rédaction sont conservées dans Centre de recherche et d’étude Mena