L’Election présidentielle en Syrie

Abdullah Salloum Abdullah est le nom du premier candidat à l’élection présidentielle en Syrie, qui se tiendra le 26 mai. Il est originaire du quartier huppé d’al-Mazraa dans la capitale Damas. Cela ressort de l’enregistrement avec la Cour constitutionnelle que le président du Parlement, Hammouda Sabbagh, lisait le lundi à la télévision de l’État.

Même en Syrie, personne ne connaît l’avocat et ancien député. Tout comme le deuxième candidat, Mohammad Firas Yasin Rajjouh, un architecte qui n’a pas été retenu en 2014, il n’aurait aucune chance, même s’il parvient à obtenir les 35 signatures de soutien nécessaires par les députés.

C’est vrai que le président Bachar el-Assad n’a pas encore officiellement annoncé sa candidature. Mais en fait le chef de l’Etat, au pouvoir depuis 2010, qui puisse être confirmé pour un nouveau mandat de sept ans, serait qualifié par sensation. Il n’y a pas de liberté de choix en Syrie depuis que son père, Hafiz el-Assad, arrivait au pouvoir en novembre 1970.

La candidature des opposants au régime à prendre au sérieux est déjà exclue parce que les candidats doivent avoir vécu en Syrie pendant les dix dernières années sans interruption. Il y a dix ans, el-Assad a commencé à réprimer de manière sanglante les manifestations contre son régime et a causé le déplacement des millions de personnes.

La violence peut refaire surface rapidement

De plus, les élections ne seront organisées que dans les zones contrôlées par le gouvernement. Cela va exclure des millions de Syriens qui vivent dans des régions du nord du pays, occupées par la Turquie et contrôlées par des milices kurdes, ainsi qu’à Idlib, la dernière région contrôlée par les rebelles, dans laquelle les groupes islamistes radicaux sont les forces les plus puissantes. Les Syriens à l’étranger peuvent s’inscrire dans les ambassades du pays pour qu’ils puissent voter.

Même si les fronts ont changé au cours de l’année écoulée, la guerre civile n’est pas encore terminée jusqu’aujourd’hui. La rapidité avec laquelle la violence pourrait refaire surface a été démontrée à maintes reprises à Idlib, mais aussi ailleurs. Les Nations Unies parlent d’une situation sécuritaire instable et imprévisible dans certaines parties du pays. L’armée de l’air russe bombarde des cibles dans le désert entre Palmyre et Homs. Des membres des milices terroristes de l’État islamique (EI) y auraient installé un camp d’entraînement et préparé des attaques avant les élections.

El-Assad a pu récupérer les agglomérations peuplées les plus importantes avec l’aide de la Russie et de l’Iran, en consolidant ainsi son règne. Mais cela ne veut pas dire une meilleure vie pour la population syrienne : la situation économique est catastrophique. Il faut faire la queue pendant des heures pour pouvoir acheter du pain, l’essence et le gaz sont devenus rares partout. Les coupures de l’électricité continuent toujours. Selon les Nations Unies, 13,4 millions de Syriens ont besoin d’aides humanitaires. 12,4 millions sont menacés de famine – soit 4,5 millions de plus qu’il y a un an.

Les billets, on les pèse, on ne les compte pas

La cause la plus importante : les prix des denrées alimentaires ont plus que doublé au cours des douze derniers mois, principalement en raison d’une inflation galopante. Bien qu’un dollar coûte 1000 livres syriennes il y a deux ans, il est passé à 4700 sur le marché noir – avant le début de la guerre civile, le cours était de 47 livres pour un dollar. La nourriture et le pain sont subventionnés par des bons, mais l’État a réduit les allocations.

Les achats plus importants doivent généralement être payés en dollars, ce que la majorité des Syriens ne peuvent obtenir que sur le marché noir. Si quelqu’un paie une voiture en monnaie locale, les liasses contenant des billets de 2000 livres sont désormais pesées et non comptées.

El-Assad a blâmé souvent les sanctions occidentales contre le régime pour cette misère. Cependant, même les médias et les personnalités proches du régime critiquent la corruption endémique qui alimente la crise, tout comme la contrebande et le marché noir, dont bénéficient principalement les hommes d’affaires de la région d’el-Assad et les milices. Ceci est bien connu en Syrie et a été de plus en plus dénoncé sur les réseaux sociaux ces derniers mois – les auteurs, y compris un célèbre présentateur de télévision, ont été immédiatement arrêtés par les services secrets.

La Syrie a également été durement touchée par l’effondrement du système bancaire au pays voisin, le Liban. De nombreux hommes d’affaires y avaient déposé leurs devises – elles y auraient dû être plus en sécurité qu’en Syrie. La semaine dernière, el-Assad a limogé le gouverneur de la Banque centrale. Ce dernier avait précédemment plafonné le montant maximal des retraits à  570 $ environ, en bloquant ainsi encore l’économie. Le dimanche dernier, la Banque centrale a dévalué la monnaie de moitié, le dollar coûte officiellement désormais 2512 livres. Le gouvernement espère que cela se traduira par un plus grand nombre de Syriens transférer des devises pour que le taux de change se stabilise.

Les États-Unis et l’UE ne veulent pas reconnaître l’élection

Par ailleurs, une amélioration fondamentale de la situation ne peut plus être attendue sans un progrès politique. Les États-Unis et d’importants États européens demandent une solution politique au conflit selon les lignes définies par le Conseil de sécurité de l’ONU. Celle-ci prévoit des élections libres et équitables auxquelles tous les Syriens peuvent participer. Et une «transition politique», donc au moins une participation de l’opposition au pouvoir.

Ils mettent cela comme condition pour financer la reconstruction systématique du pays – une attitude que les organisations humanitaires comme le Comité international de la Croix-Rouge critiquent aujourd’hui. Elles préconisent de réparer au moins l’infrastructure de base.

Cependant, el-Assad a jusqu’à présent sapé toutes les tentatives de l’envoyé spécial de l’ONU, Geir Pedersen, de réaliser des progrès au moins au sein du comité constitutionnel convoqué avec l’approbation de la Russie. Les élections ne lui donneront pas de légitimité du point de vue des États occidentaux – les États-Unis et l’UE ont déjà clairement indiqué qu’ils ne reconnaîtront pas le résultat. Pourtant, cela, en Syrie, devrait consolider l’équilibre des forces.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA