L’empreinte iranienne identifiée : l’assassinat d’un opposant iranien au Kurdistan

Les autorités de sécurité de la région du Kurdistan irakien ont annoncé samedi soir le meurtre d’un opposant iranien, en précisant que la victime était membre du Parti démocratique du Kurdistan, opposant au régime iranien, et il est actif dans la région du Kurdistan.

Dans le même contexte, la Direction de la sécurité publique dans la capitale de la région du Kurdistan irakien a affirmé que les autorités compétentes ont diligenté une enquête immanente pour lever le voile sur les circonstances de l’incident.

Par ailleurs, le Parti démocratique du Kurdistan a tenu les forces de sécurité iraniennes pour responsable de l’assassinat de Moussa Babakhani, en ajoutant que la victime de 39 ans avait été kidnappée jeudi dernier par deux personnes appartenant à l’Iran.

Il convient d’indiquer dans ce sens que des organisations iraniennes ont accusé les autorités iraniennes d’avoir arrêté près de 400 membres des partis d’opposition et des forces politiques kurdes à l’étranger.

Le parti a expliqué que les autorités kurdes ont retrouvé son corps avec des signes de torture à l’intérieur d’un hôtel à Erbil, la capitale de la région du Kurdistan irakien, en disant dans un communiqué : « Des signes graves de torture sont identifiés sur le corps de la victime ».

De leur côté, des médias iraniens proches du régime iranien et des Gardiens de la révolution ont commenté l’assassinat, en indiquant qu’il ciblait l’un des leaders du groupe terroriste kurde à Erbil, en ajoutant que l’assassinat a été commis par des « personnes non identifiées ».

Par ailleurs, d’autres médias iraniens ont mentionné qu’ « un groupe armé a pris d’assaut la pièce habitée par Babakhani dans un hôtel du gouvernorat d’Erbil et ils l’ont liquidé ».

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA