Les barons de la drogue à Damas

Lorsque les autorités de sécurité saoudiennes ont annoncé un coup spectaculaire contre le trafic de drogue il y a environ un an, des emballages en papier que presque tout le monde en Syrie connaît sont apparus sur les photos: le maté du «Kabour International Group». Quand les enquêteurs cagoulés sur les affaires de drogue ont déchiré les sacs d’où suintaient non pas les feuilles extrêmement populaires du maté importé d’Amérique du Sud, riches en caféine, mais des comprimés de l’une des drogues synthétiques les plus populaires au monde : le Captagon. Les enquêteurs saoudiens ont trouvé 44,7 millions de pilules. La cargaison avait été acheminée vers le Golfe depuis le port syrien de Lattaquié – une route fréquente pour le stupéfiant interdit.

Quand Adib Kabour, le chef de l’entreprise familiale syrienne, parle de ces images, il avait l’air perplexe. «Je n’ai rien à voir avec ça», dit-il. Des hommes d’affaires syriens connus sont convaincus de son innocence et affirment qu’Adib Kabour est «propre». Il dit qu’il ne sait pas comment les comprimés sont entrés dans ses sachets de maté. Les papiers des boites de maté imprimés sont importés d’Espagne et il ne peut pas se rappeler si certaines d’entre elles ont disparu. «Les machines de notre usine qui injectent le maté dans l’emballage réduiraient les comprimés en poudre», dit-il. «Le seul moyen serait d’ouvrir les boites à part, de les vider, de les remplir avec les comprimés et de les refermer». Cela est possible car son maté est également vendu en grande quantité sur les marchés de gros du pays.

Mais elles demeurent juste des théories. Adib Kabour s’est tourné vers les autorités syriennes pour avoir des faits, mais il n’existe pas de numéro de référence pour l’affaire. Réponse laconique de la police: les photos d’Arabie saoudite doivent être fausses. La, l’histoire du roi syrien de maté arrive à un point où il n’en parle plus. Il veut innocenter son nom, mais il doit garder le silence sur ceux que les enquêteurs et les autorités occidentales considèrent comme les principaux suspects de trafic de drogue en provenance de Syrie : la piste mène encore et encore à des cercles puissants du régime syrien et du clan du président Bachar el-Assad. Le fait de pointer de doigt de telles personnes peut facilement vous coûter la vie.

À maintes reprises, les autorités de sécurité occidentales et arabes découvrent des cargaisons de drogue en provenance de Syrie. Et encore une fois, la destination finale devrait être les États arabes du Golfe, en particulier en Arabie saoudite, qui est l’un des plus grands marchés pour le Captagon. Là, il y a une armée de consommateur, en particulier les jeunes, qui veulent s’échapper de la détresse sociale à l’aide de ces substances chimiques. De grandes quantités de pilules de Captagon sont régulièrement confisquées dans le royaume, qui ne coûtent que quelques centimes chacune à produire mais sont vendues à plusieurs euros ; il y a des marges bénéficiaires extraordinaires. Récemment, les autorités saoudiennes ont de nouveau saisi neuf millions et demi de pilules qui étaient cachées dans une cargaison de bois de parquet. Des ressortissants saoudiens et syriens ont été arrêtés. Au début, il n’a pas été possible de déterminer d’où provenait la cargaison.

Du Haschisch dans des paquets de lait du cousin de Bachar el-Assad

Dans plusieurs cas, il existe des connexions avec la ville portuaire syrienne de Lattaquié. Il est situé au cœur des Alaouites, le groupe de population du puissant clan d’el-Assad, près de son village natal. En juillet 2019, les gardes-côtes grecs et les enquêteurs sur la drogue ont saisi 33 millions de pilules de Captagon en Syrie – d’une valeur marchande de plus d’un demi-milliard de dollars. En avril de l’année dernière, les douanes égyptiennes ont trouvé environ quatre tonnes de haschich sur un navire de Lattaquié, cachées dans des paquets de lait d’une société appartenant au cousin de Bachar el-Assad, Rami Makhlouf, qui a nié toute liaison avec cette affaire.

Les enquêteurs italiens ont indiqué que la découverte la plus spectaculaire à ce jour était en juillet dernier: 14 tonnes de pilules Captagon, 84 millions de pièces avec une valeur de vente d’un milliard d’euros, somptueusement cachées dans d’énormes rouleaux de papier et des rouages avec l’hauteur d’un adulte ne pouvant être extraits qu’avec de lourds équipements. Même si les autorités italiennes soupçonnaient initialement de l’organisation terroriste «État islamique», les enquêteurs et les observateurs syriens sont bien informés du dossier syrien et les hauts responsables du régime derrière impliqués dans cette affaire.

Il y a un schéma : les médicaments sont expédiés du port de Lattaquié. En cas d’escale, une nouvelle feuille de route est organisée pour déguiser l’origine. Les services secrets occidentaux relient plusieurs sociétés de transport en Syrie avec les affaires de Captagon et en même temps avec le clan el-Assad ou des appareils gouvernementaux syriens. Les commentaires de plusieurs informateurs du monde des affaires syrien sur les noms des entreprises sont clairs: ils appartiennent à l’orbite de la 4e division de mauvaise réputation, commandée par Maher el-Assad, le frère du président syrien. La force est loin d’être la force d’élite qu’elle est connue depuis longtemps. Le groupe de travail s’enrichit de toutes sortes des opérations sombres, allant d’imposer des redevances et du pillage au trafic de drogue.

Les activités de la 4e division, qui fait partie des forces iraniennes en Syrie, inquiètent également les pays voisins. Les drogues sont passées en contrebande de Syrie vers l’Arabie saoudite non seulement par bateaux. Il existe également une route via la Jordanie, avec une frontière terrestre difficile à sécuriser. Les hauts fonctionnaires du gouvernement jordanien tirent la sonnette d’alarme parce que la 4e division de l’autre côté de la frontière est une unité militaire lourdement armée protégeant le trafic de drogue. Selon des études non publiques des gouvernements occidentaux, basées sur un vaste réseau en Syrie, le Hezbollah domine le trafic de drogue dans le sud de la Syrie, dans lequel plus de 120 groupes sont impliqués. Selon ce rapport, l’organisation chiite libanaise peut utiliser les bénéfices pour payer sa présence militaire là-bas et envoyer de l’argent à la patrie. A cet égard, ils font avant tout un business en commun avec les services de renseignement militaires syriens et aussi avec la Quatrième division possédant ses propres laboratoires de Captagon en Syrie.

Pour Damas détruit par la guerre, l’argent de la drogue est important, sinon vital pour la survie du régime. «Le commerce de la drogue est depuis longtemps devenu une source importante de revenus pour le régime – en particulier lorsqu’il s’agit de devises occidentales fortes», a indiqué Jihad Yazigi, rédacteur du site «Syria Report», un portail d’Internet consacré à l’économie syrienne. Le dollar est une marchandise précieuse et extrêmement rare dans l’empire ruiné et écrasé d’el-Assad. L’économie est brisée, la valeur de la monnaie locale a chuté. Mesuré par rapport à la valeur du marché noir de la livre syrienne, le budget syrien pour 2021 n’est que de 2,2 milliards de dollars.

Il n’y avait jamais aucune crainte de contact avec le commerce de la drogue sous le règne d’el-Assad. Lorsque le régime syrien a occupé le Liban, Damas a fait des fortunes en cultivant le haschisch dans la plaine de la Bekaa. «Le trafic de drogue vers l’Arabie saoudite était parfois plus, parfois moins – selon la relation entre Riyad et Damas», explique Malik al Abdeh, observateur et conseiller politique syrien. «Mais au cours des dix dernières années, la Syrie est devenue un État narco comme celui d’Amérique latine». Etant donné sa situation géographique, la Syrie est quelque chose comme le «Mexique du Moyen-Orient»: un pays de transit vers les marchés riches de la région avec une production intérieure croissante.

La survie du régime dépend du trafic de drogue

«Le trafic de drogue croissant en Syrie est le résultat direct de la stratégie de survie du régime. Il est en faillite, mais il veut continuer à se battre jusqu’au bout », poursuit Malik al Abdeh. «La solution consiste à encourager indirectement et officieusement la culture et le trafic de stupéfiants par les milices et les clans affiliés au régime, au lieu de payer des salaires». Ses observations ont été confirmées par plusieurs sources dans les zones contrôlées par le régime syrien, qui ont voulu garder l’anonymat pour leur sécurité. «Les autorités de sécurité permettent aux agriculteurs qui luttent pour leur survie économique de cultiver du haschich – en retour, ils attendent le calme et la loyauté», explique l’un d’eux.

El-Assad abandonne de plus en plus de contrôle à petite échelle pour maintenir son régime. Une grande partie des frontières syriennes est désormais contrôlée par des milices appartenant à leurs parrains étrangers, l’Iran et la Russie, ou à travailler pour leur propre compte. Les patrons de la mafia, les seigneurs de guerre et les barons de la drogue construisent leurs petits empires. L’effondrement progressif de l’État et les ventes de drogue effrénées sapent son autorité. Le mécontentement de la population augmente. À Sweida, une province du sud de la Syrie qui est une plaque tournante du trafic de drogue en Jordanie, cette colère se reflète même dans des slogans des opposants tagués sur les murs. «Ce n’est pas important que le pays s’effondre, il est important que Bachar reste dans son fauteuil», disent-ils ironiquement. Le Hezbollah et les services secrets sont connus sous le nom de «gangs». Les résidents de la province rapportent que l’Iran est en train de former des passeurs locaux pour qu’ils deviennent des vassaux influents. On parle d’un «empire sombre». Selon ces rapports, la consommation de haschich augmente, tout comme les flambées de violence en état d’ébriété. Et il y a des plaintes à propos de la Russie selon lesquelles elle ne prend pas assez au sérieux la menace posée par cette infiltration.

Moscou n’a fondamentalement rien contre le fait de faire des affaires de ce genre, mais elle est gênée par les efforts iraniens pour établir un royaume sombre qui lui est propre au-delà des institutions syriennes. Les dirigeants russes essaient d’envoyer des messages à leurs alliés iraniens nominaux. Au début de l’année, selon les rapports des services de renseignement occidentaux et des observateurs syriens, il y a eu des affrontements dans la zone frontalière syro-libanaise lorsque des douaniers syriens, avec le soutien de la Russie, ont attaqué des passeurs proches du Hezbollah. La Russie a également exercé des pressions sur le président pour qu’il fasse quelque chose au sujet du trafic de drogue de la 4e division. À Sweida, Moscou tente de renforcer l’emprise de la Russie sur la frontière depuis la fin de l’année dernière. Là aussi, il y a un conflit avec les intérêts de Maher el-Assad et de la 4e Division.

Adib Kabour, l’importateur de maté, engage une action en justice contre les articles de presse qui le rapprochent du frère du président de mauvaise réputation. «C’est une contradiction amère», déclare un homme d’affaires syrien qui se porte garant de la sincérité de Kabour. «Adib est censé collaborer avec ceux qui veulent voler son travail». Les gens de Maher el-Assad ont même contacté ses fournisseurs en Argentine. Il y en a peut-être d’autres du régime protégeant Adib Kabour, qui est également vice-président de la Chambre de commerce de Damas et des environs. Personne en Syrie ne peut faire de grandes affaires de commerce sans avoir des contacts. «Pour le monde des affaires, tout le monde doit payer».

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA