Les clans de l’est de la Syrie

Par : Usama Aghasi

Une étude sur le rôle révolutionnaire et politique des clans dans l’est de la Syrie, avant et pendant la révolution syrienne.

L’accent sera mis sur les questions suivantes :

  • Le concept de clan et son rôle social et politique
  • Le rôle du clan dans la mobilité pacifique
  • Le rôle des clans dans l’épisode militaire de la révolution syrienne
  • L’effet de la société civile sur la culture tribale
  • Le clan déchiré entre loi et conventions tribales
  • Le rôle futur des clans

Introduction :

La région orientale de la Syrie, qui comprend de nombreux gouvernorats tels que Der Al-Zour, Al-Raqa et Al-Hasaka, est considérée comme l’un des riches territoires syriens en ce qui concerne l’eau irriguée et l’agriculture pluviale, en particulier les cultures de plein champ comme le coton, le maïs, le blé et l’orge, l’élevage d’animaux et l’élevage.

Ainsi, cette zone profite des fleuves Euphrate et Khabur ; avec un peu d’intérêt concernant le Tigre qui imprègne la région près d’Al-Malekia.

Quant à la rivière Al-Khabur, elle prend sa source à Ra’as Al-Een, qui est située à la frontière syro-turque, et elle se déverse dans l’Euphrate, en particulier à Al-Busaira dans Der Al-Zour.

Cependant, son bassin d’eau a été soumis à une utilisation excessive sévère ; c’est la raison pour laquelle il n’a plus surgi.

La région orientale est classée comme la zone la plus riche du pays en pétrole et en gaz car la majorité des puits de ces ressources se trouvent là-bas.

Quant à sa taille, la région orientale de la Syrie est d’environ 76,1 mille kilomètres ; ainsi, elle représente au total 41,1 % de la superficie totale de la Syrie, et cette zone est habitée par 4 millions de citoyens ; ce qui signifie que sa population représente 17,1 % de la population totale de la Syrie.

La région orientale se caractérise par le fait que les communautés tribales, en ce qui concerne ses habitants, coexistent les unes avec les autres au cours du temps.

Ces tribus, en particulier les Arabes, ont des échos régionaux et une extension qui impliquent leurs zones résidentielles historiques qui ont été soumises à la division à la suite des accords de Sikes-Picot.

Chaque fois que nous voulons définir le concept de « clan », nous pouvons dire que c’est « un groupe de personnes qui se réunissent parce qu’ils sont des parents, où ils se réunissent parce qu’ils partagent un ancêtre réel ou supposé même si la relation de cet ancêtre n’était pas suffisamment détaillée être connu ».

Les membres de la tribu pourraient reconnaître le membre fondateur ou l’ancêtre primitif, et ces considérations pourraient être fondées sur une relation symbolique ; puisque la tribu partage un certain ancêtre qui est considéré comme un symbole de l’uniformité de la tribu.

Pour comprendre la structure d’une tribu ou d’un clan, nous devons faire la lumière sur le développement des communautés humaines à travers les schémas de leur production agricole et nomade.

Ces deux schémas unissent les foules humaines qui appartiennent à une seule origine au sein d’un style social préservant les attributions de leurs ancêtres et leurs intérêts économiques, tout en leur assurant une protection en cas de danger.

Pour le rendre plus clair et facile à comprendre, on pourrait dire que « la tribu capture une image primitive de la foule humaine ; et elle, en tant que concept, est attribuée à un groupe de personnes partageant soit des liens de parenté, soit l’ensemble dit d’origine solitaire.

Ces deux illustrations sont généralement liées à leurs individus appartenant aux mêmes rituels, à leur même propriété, se soumettant à la coopération et à la solidarité communautaires à de nombreuses occasions comme ; célébrations, se venger de leurs ennemis, et unité militaire qui est représentée par la composition d’une équipe militaire compacte et robuste.

Une tribu est plus petite qu’un clan, en termes de nombre et d’individus, dans laquelle ce dernier se compose généralement d’un groupe de tribus partageant des ancêtres et des parents.

En d’autres termes, la tribu, qui est la forme singulière des tribus, désigne certaines personnes qui appartiennent à un père ou un grand-père.

Il est mentionné dans le dictionnaire Jame’h Al-Ma’any que la tribu de l’homme désigne les membres de la famille qui viennent de la famille et de la tribu de son père.

De plus, la tribu est une petite communauté humaine qui partage une propriété et coopère pour se venger de ses ennemis.

Cependant, cela présente un peu d’intérêt par rapport à la tribu.

Le concept de clan et son existence

Les clans de la région orientale de la Syrie sont considérés comme le mélange social qui capture les sociétés là-bas.

Au cours de l’histoire de la région, en particulier depuis la domination ottomane, les gouvernements successifs ont fait beaucoup d’efforts, respectivement, pour trouver une certaine relation avec les tribus et les clans afin d’étendre leur autorité sur les tribus et les clans et de procéder à la collecte des impôts.

La tribu et le clan sont importants car ils constituent tous les deux les cadres de l’organisation sociale de leurs individus.

Ainsi, ils créent tous deux la fidélité personnelle avant l’émergence de l’État national, pour ainsi dire.

Tout au long de ces périodes, une personne a toujours admis ses attributions Shammi (Damas) ou Hijazi (La Mecque), ou il a dit qu’il venait de tribus Tay ou Shummer ou de toute autre tribu arabe.

Ainsi, cette attribution n’est pas seulement sociale, mais elle déclare une identité politique dérivée de ces communautés humaines.

Tout au long de la domination ottomane sur l’Orient arabe, la tribu a maintenu des relations strictes avec les centres civiques de l’autorité ottomane et elle a également maintenu ses relations avec ses partisans dans les campagnes.

Principalement, La présence du clan en un seul endroit fixe le paradigme de sa production économique.

Ainsi, on pourrait supposer qu’un groupe humain caractérisé par sa parenté n’habite socialement dans une zone que dans un souci de protection.

De plus, ce groupe humain est organisé par un axe économique et dynamique qui est lié soit par l’élevage qui s’appuie sur la gestion des terres pastorales qui s’appelle le code nomade, soit sur la production agricole qui conduit toutes les relations des nomades.

C’est-à-dire que la terre se répartit entre les individus du clan et de la tribu, autant qu’il y a une personne qui règle la relation à l’intérieur de cette composition sociale.

En outre, une famille issue des familles de la tribu ou du clan occupe la position de leader dans cette petite communauté conformément à la formulation de l’échelle sociale dominante envers chaque personne.

Un clan est un groupe humain constitué par la relation qui se construit sur le lien de sang issu d’un grand-père primitif.

Le clan est composé de plusieurs familles qui s’installent généralement dans une même maison en les embrassant.

De plus, ces familles ont un accent, une culture, des habitudes et des traditions. Les clans de la région orientale de la Syrie existent à Deir Ezor, Hasakeh et Al-Raqqa près des rives de l’Euphrate, d’Al-Khabur, du Tigre et des zones pluvieuses.

Les principaux clans de Deir Ezor sont composés du clan Al-Ekedat, qui comprend un énorme mélange de tribus coopéré, de la tribu Al-Bakkarh, des clans Al-Busaraya et d’autres clans qui habitent dans les centres des villes.

La majorité des clans Al-Ekedat habite dans les rives de l’Euphrate à l’est de Deir Ezor en direction de la frontière irakienne.

Quant à Al-Bakkarh, il existe dans une série de villages situés sur la rive gauche de l’Euphrate jusqu’à l’ouest de Deir Ezor.

À Hasaka, il existe de nombreuses tribus ; comme Tay et Shammar et certains clans d’Al-Bakkarh et d’Al-Ekedat.

Alors que la majorité des clans kurdes s’installe dans la bande frontalière à côté de la Turquie à partir d’Al-Malkia « Deryek ».

À Al-Raqqa, Al-Bushaban Al-Zubeidia est le principal clan d’où proviennent la plupart des tribus arabes d’Al-Raqqa.

Ces clans officialisent la plus grande majorité des personnes qui s’installent à Al-Raqqa.

Comme nous l’avons mentionné plus tôt.

La présence de ces clans est systématisée soit par la production économique qui capture le mode chèrement nomade, soit par la production agricole telle qu’elle a été adoptée par la suite.

Le tribalisme avant la révolution ; politiquement et socialement

Les conditions de comportement ou de position du clan dans la région orientale de la Syrie pourraient être comprises tout au long de la compréhension du développement politique, économique et social du pays.

Il ne pourra jamais négliger l’impact d’un tel changement dans la tribu et la structure du clan ; concernant les communautés tribales et nomades de cette région charnière.

Ainsi, après l’invasion française de la Syrie en 1920, une fragmentation des clans s’est produite et cet incident s’est accompagné d’un rôle décroissant du plus grand clan et d’une augmentation du rôle des tribus et des cheikhs qui avaient été moins influents.

Ainsi, nous sommes en mesure de comprendre la relation entre les manières du clan et de la tribu, et l’ampleur du développement politique, économique et social.

Chaque fois que les structures économiques et leurs styles productifs progressent, il y aura des pouvoirs politiques qui diffuseront les nouvelles dimensions économiques, dans une certaine mesure.

Ensuite, ce mouvement avancé imprègnera les structures sociales déjà existantes dans la société.

Ainsi, lorsque la production industrielle et agricole a augmenté dans le pays, les structures sociales qui se sont livrées au processus de production ont été sous l’effet de ce développement dans les domaines industriel et agricole.

Par conséquent, toutes ces structures ont été modifiées et leurs relations de coordination ont été modifiées.

Avant l’indépendance en 1946, les clans constituaient le cadre politique systématique de la structure sociale dans la région orientale et les individus du clan considéraient que leur identité politique était l’identité de leurs clans.

Après l’indépendance et la formation des partis politiques, le rôle des clans s’est affaibli politiquement au profit de ces structures (représentées par les partis politiques).

Par conséquent, les idéologies politiques ont passé au-dessus des structures sociales fournies par une double drogue de l’éducation ; de plus, on peut facilement voir différentes visions politiques et plusieurs attributions politiques au sein d’un même clan.

Après cela, lorsque Hafez Al-Assad est arrivé au pouvoir en 1970, il a remis la plus haute considération des normes tribales concernant les chefs tribaux.

En conséquence, de nombreuses personnes tribales qui ont immigré en Irak et en Arabie saoudite, ont été réinstallées dans leur pays d’origine, la Syrie, et ont obtenu des postes élevés dans l’État et le Parlement syrien.

Ainsi, Hafez Al-Assad a réordonné les tribus après avoir été combattues par les gouvernements nationaux après l’indépendance et les premières années du gouvernement du parti Al-Ba’ath.

La relation entre les chefs de clan dans la région orientale de la Syrie et le régime pendant la présidence de Hafez Al-Assad a été fondée sur l’octroi à ces dirigeants de postes dans l’État et, des facilités et de nombreux privilèges.

Simultanément, le système du régime a soutenu les pouvoirs au sein de ces clans afin de créer une relation politique particulière diminuant le rôle du leadership des clans de manière indirecte et mettant leur autorité en danger en cas de nécessité.

Ainsi, la tyrannie politique en Syrie et le régime d’un seul parti ont affaibli le rôle politique du clan, de sorte que les clans ont perdu leur impact précédent autant qu’ils ont, à l’inverse, ressemblé à la base charnière soutenant la structure du régime politique actuel.

Cela dit, ceux qui ont refusé de capturer ou de jouer ce rôle en faveur du gouvernement se sont satisfaits du silence politique ; ils jouaient pourtant encore un certain rôle dans l’activité économique et sociale des clans.

Cette progression instable dans la structure des clans qui résulte des développements politiques et économiques a fait que les individus du clan se sont rendu compte du pouvoir de l’État et de son autorité politique par rapport à la faiblesse du clan et à son ralentissement politique.

Le système tribal n’a donc pas été suffisamment en forme et délié en raison de la diffusion des connaissances dans ses sphères autant que de l’abondance des capacités mentales de chaque clan.

De plus, la région du clan a été soumise à l’impact urbain et la région a été mondialisée avec une variété humaine, la présence de l’État fort actuel qui est régi à la fois par la constitution et par la loi de la mentalité du clan.

En bref, les traditions civiques et la nouvelle pertinence ont été placées à la place de ces autres anciennes.

Pourtant, quelques relations ont été maintenues entre les dirigeants des clans et des tribus et l’autorité politique.

De telles relations ont préservé pour ces chefs, dans une certaine mesure, leur rôle social au sein de leurs clans ou tribus.

Ce statut est clarifié ; par exemple, dans la langue du cheikh du clan Al-Bou Faraj, descendant de la tribu Al-Ekedat, affirmant que la relation entre l’autorité et la tribu en Syrie avant le soulèvement syrien en 2011 était très bonne ; néanmoins, même lorsque les positions des cheikhs des clans ont manqué de leur intérêt ; pour ainsi dire, l’État a conservé la dignité du cheikh du clan et sa présence également.

Après avoir discuté des changements politiques dans le pays sur cent ans, on pourrait dire que le statut politique et social des clans est devenu un peu intéressant pour jouer un rôle politique principal.

Et ce statut de clan avait, encore, une petite influence sociale par rapport à son influence auparavant.

En tout cas, le clan a, à l’heure actuelle, exprimé la même vision politique pour ses individus.

Par conséquent, cette vision incertaine est capturée par les bénéfices politiques et économiques variables pour les individus qui appartiennent au clan, qui ne se sont jamais liés aux deux précédents paradigmes de production (la production agricole et le mode de vie nomade).

Par conséquent, tant que les bénéfices changent, les attitudes et les loyautés changent.

Le rôle clanique dans la mobilité pacifique

Le mouvement pacifique dans la région orientale a été plus activé par les élites politiques que par l’activité politique clanique, c’est pourquoi les centres-villes de la région orientale ont été l’arène du mouvement politique lors du soulèvement de 2011.

La mobilité pacifique dans la région orientale a été capturée avec des exigences particulières concernant les problèmes de libération de la liberté politique et de cessation de toute formule de discrimination ; qu’il s’agisse de discrimination politique ou non politique.

Pourtant, ce mouvement était suffisamment éloigné pour être en dehors des villages et des villes rurales qui ne participaient pas au mécanisme du mouvement.

Ainsi, les manifestations pacifiques ont été la manière dont les pouvoirs qui ont guidé ces manifestations ont diffusé leurs manifestations.

De manière réactive, le régime a eu recours à l’activation du rôle des cheikhs des clans afin d’affronter ce mouvement dans le but d’empêcher l’engagement de ces clans dans le soulèvement actuel.

Cependant, le régime d’Assad, il y a des décennies et dans le cadre de ses concepts totalitaires à travers les deux phases de la première et de la deuxième Al-Assad (Hafez et Bachar), semblait oublier sa politique qui visait à détruire et à briser le rôle social et politique des tribus et des clans syriens ; et cela a également empêché les tribus et les clans d’exprimer leur propre intimité tribale.

En dehors de cela, il a finalisé le leadership social des clans arabes et a fondu ces derniers dans la subordination liée à la sécurité.

Étant donné que le mouvement pacifique est civil caractérisé par un caractère beaucoup plus national que la structure clanique, nous trouvons clairement que le mouvement pacifique dans les centres des villes de la région orientale est beaucoup plus que la campagne ou des villes qui appartiennent encore à une structure clanique, en grande partie, sans identité politique.

À la suite du soulèvement de 2011, le régime syrien a perdu son propre contrôle sur une immense partie orientale de la Syrie ; la partie habitée principalement par les tribus.

Une telle perte résulte de la dépendance du régime vis-à-vis des faibles dirigeants claniques de son environnement.

En outre, ces dirigeants ne pouvaient pas représenter leurs clans en termes de respect politique car ils liaient leurs intérêts privés (familiaux et personnels) à la dimension du régime au lieu de les relier aux intérêts propres de leurs clans.

Ainsi, on pourrait dire que le temps avec lequel les cheikhs de la tribu avaient la capacité de conclure la convention avec des pouvoirs extérieurs au nom de chaque personne de sa tribu s’est évaporé et a disparu, pour ainsi dire.

Le rôle du clan dans la phase militaire de la révolution

Les impulsions basées sur les clans dans la région orientale pour armer et constituer leurs propres escouades pourraient être comprises en termes de légitime défense en raison du retrait du régime au pouvoir qui est devenu une cible militaire pour le soulèvement.

Le conflit avec le régime a réveillé les communautés claniques pour prendre soin de leur propre sécurité et de leurs besoins liés à la sécurité.

C’est la raison pour laquelle les clans se sont concentrés sur la nécessité de protéger leurs communautés locales.

Ainsi, plusieurs brigades et escadrons militaires ont été créés dans la plupart des régions orientales afin de défendre leurs territoires en fonction du soutien reçu des pouvoirs régionaux.

De plus, ces puissances régionales se sont précipitées pour soutenir ces brigades et escouades pour leurs propres objectifs.

Les puissances extérieures ont fait de leur mieux pour polariser le soutien tribal pour atteindre leurs objectifs politiques et militaires depuis le début du soulèvement syrien en 2011.

Ainsi, ces pouvoirs se sont alliés aux cheikhs des tribus et ont investi l’entité tribale pour composer des unités combattantes.

En outre, la fragmentation de la loyauté des clans et leurs petits intérêts dans la région orientale ont conduit à une absence totale de l’action militaire unie pour soumettre la richesse pétrolière, en particulier à Deir Ezor, sous l’autorité du clan.

Le militarisme du clan capture une sorte de défense des intérêts économiques, en particulier ceux liés à la richesse pétrolière de la région.

Les clans, qui ont subi des ruptures structurelles tout au long de leur histoire, n’ont pris aucune autre mesure sérieuse pour constituer une armée locale dans les gouvernorats d’Al-Raqqa et de Deir Ezor afin de remplacer l’armée du régime qui s’était déjà retirée de ces deux gouvernorats.

Par conséquent, les brigades militaires basées sur les clans sont devenues des cibles si fragiles et des proies faciles pour de nombreuses puissances militaires organisées dont les objectifs semblaient être beaucoup plus clairs et précis tout comme l’État islamique en Irak et Sham, ISIS ou « Daa’ash ».

Pendant ce temps, le Parti de l’Union démocratique kurde à Hasaka a réussi à fonder son bras militaire qui n’était pas, dès le début, fondé ou soumis à une base clanique.

Un certain nombre de parties et d’entités impliquées dans le conflit syrien ; y compris le régime Assad, des groupes islamiques extrémistes, des Kurdes et des puissances régionales, ont tenté de fusionner les dirigeants des clans avec le programme politique de ces partis en supposant que les clans suivraient leurs cheikhs et leurs dirigeants.

Pourtant, ces partis semblaient oublier que ces cheikhs ne possédaient actuellement aucun type d’autorité qui leur appartenait autrefois.

Le conflit actuel a montré que les clans ont changé de boussole vers leurs propres affaires et intérêts privés ; c’est la raison pour laquelle leur entité a été affaiblie ou décomposée.

Ainsi, le clan n’a obtenu aucune décision, car les visions et les considérations à l’intérieur des sphères du clan ont varié et contrasté en raison des interférences politiques et régionales utilisant leur programme et leurs intérêts.

Par conséquent, ces côtés qui se chevauchent ont des partisans dans la plupart des clans.

Ensuite, après l’étape de l’Armée syrienne libre, le Front Al-Nusra ou « Jabhet Al-Nusra », qui est issu du corps d’Al-Qaida, bien connu sur le plan international, a contrôlé un large éventail d’escouades de la campagne dans le région orientale.

Lorsque « Daesh » est apparu dans la région, il a combattu le front Al-Nusra et ce qui restait de l’armée syrienne libre.

Par conséquent, la plupart des équipes de campagne ont réalisé qu’elles devaient se retirer de la région ou prêter allégeance à l’État islamique et reconnaître son autorité sur tous.

Ce changement d’allégeance montre l’appartenance réelle aux intérêts privés limités, c’est-à-dire extrêmement prénationaux, qui imprègnent largement la campagne syrienne, en particulier l’est.

En fait, ces intérêts limités privés ont conduit à la destruction du fond et de la base tribale primitifs, et ont divisé ces derniers en entités plus petites ; et, ensuite, a provoqué des dichotomies à l’intérieur de ces entités en utilisant les discriminations politiques et économiques afin de décomposer la base tribale primitive.

Une telle situation a fourni une abondance de loyautés interchangeables en faveur de différents pouvoirs dont les agendas politiques sont paradoxaux.

Quant à ce cas, on peut dire que le clan, qui est considéré comme un ingrédient social, politique, économique et prénational, a manqué son rôle politique et économique à travers de nombreuses phases.

En outre, sa norme sociale a récemment été combattue par une dissociation et une érosion qui ont coïncidé avec la création d’avant-gardes d’une nouvelle société civile.

La loyauté changeante des clans entre le Front Al-Nusra, « ISIS » et « Kassad » a montré que cette loyauté est limitée par la réalisation de certaines conditions.

Par exemple, premièrement, l’entité qui contrôle politiquement devrait accepter de laisser quelques bénéfices et intérêts à ces clans.

Deuxièmement, il devrait y avoir des points communs et partagés entre les deux parties pour les deux ; même si ce service est à son plus bas niveau.

Cependant, cette fidélité variable est régie par l’horizon national ; et il montre une rupture interne dans une telle base qui était autrefois un principe social fiable dans les périodes de l’État prénational en 1946.

L’effet de la société civile et de sa culture sur la culture tribale

L’origine de la société civile syrienne sous sa forme moderne n’est pas nouvelle ni induite par l’indépendance et les développements qui ont suivi. À la fin de l’Empire Othman, les sociétés civiles politiques, sociales et culturelles syriennes sont apparues dans la société syrienne.

Voici une liste de ces sociétés qui ont vu le jour avant 1908 :

  1. L’association scientifique syrienne fondée à Beyrouth en 1847.
  2. L’association secrète de Beyrouth qui a donné naissance plus tard au Mouvement nationaliste arabe. Cette association a été fondée en 1875. La plupart de ses membres sont diplômés de l’Université américaine de Beyrouth.
  3. La conférence de Damas en 1877 qui a appelé à l’indépendance de la Syrie de l’Empire d’Othman
  4. « L’association de la préservation des droits de la nation arabe » est une association fondée en 1881 avec un credo arabe.
  5. La charitable association à Damas. C’est une association de charité islamique qui a travaillé en politique. Il a été fondé par Taher Al Jaza’eri à la fin du XIXe siècle.
  6. L’association de Fraternité Arabe-Othman.
  7. Le Forum littéraire fondé en 1909.

Les commissions et sociétés sociales indépendantes peuvent être considérées comme un moyen de servir ses membres.

Auparavant, il s’agissait d’une sorte d’institutions coopératives et caritatives ou de sociétés civiles comme les syndicats, les clubs littéraires, etc. Une société civile est basée sur des personnes ayant des modes de vie économiques différents.

Elle a une racine profonde dans le concept de citoyenneté, de constitution unifiée et de loi unifiée.

Les expressions sociales sont généralement formulées sur la base d’une constitution qui permet la création de sociétés telles que les partis politiques, les syndicats, les sociétés culturelles, scientifiques et sociales s’intéressant aux enfants, aux femmes et aux jeunes.

Ces expressions sociales sont généralement exploitées d’une manière qui sert le système politique au lieu de servir les objectifs fondamentaux de ces sociétés.

En utilisant leur structure culturelle, les sociétés civiles envahissent généralement différentes structures sociales moins développées comme les structures tribales.

Ces sociétés affectent la culture existante et poussent les membres de ces structures traditionnelles à s’impliquer dans des commissions nationales de plus en plus nombreuses qui ont une base plus large. Ces commissions pour nouveau-nés sont protégées par le droit national.

La relation qui relie l’individu à sa tribu ou à son clan se replie face à sa relation avec des entités nationales plus grandes qui sont plus capables de répondre à ses besoins croissants.

Nous sommes face à un changement économique qui entraîne un changement dans les structures politiques, sociales et culturelles.

Cela fait reculer l’allégeance tribale à mesure que les sociétés civiles se développent.

Pour clarifier les choses, nous pouvons dire que la société civile en Syrie a commencé en tant que puissance influente avec l’avènement de manifestations et de manifestations civiles comme ce qui s’est passé à Al Maydeen, que ce soit de manière organisée ou aléatoire.

La prévalence du droit et les conventions tribales

La formation complète d’un État de citoyenneté dépend de la construction de tous ses piliers sociaux, politiques et économiques sur la base d’une loi intégrée qui régit son existence.

Cette loi constitue une base commune qui compose toutes les composantes de l’État, y compris la composition historique tribale.

La prévalence de la loi peut être définie comme un principe de gouvernance dans lequel tous les citoyens, les institutions, les entités et les secteurs publics et privés, y compris l’État lui-même, sont tenus responsables en vertu de la loi qui est publiée, promulguée et respectée par tous les individus et entités publiques.

Toutes les parties prenantes font référence à un système judiciaire indépendant et sont conformes aux règles et normes internationales des droits de l’homme.

Lorsque la loi est entière, complète et publique, toutes les autres conventions privées et locales précédentes reculent.

Cela inclut les loyautés tribales et sectaires ou toute autre convention pré-étatique.

La prévalence du droit est un principe constitutionnel.

Cela implique qu’aucune autorité publique existante ne peut gouverner ou agir selon la loi sans avoir rédigé des lois écrites selon des procédures constitutionnelles conformes à la constitution du pays.

Le but de ces limitations est d’anticiper tout jugement arbitraire déterminé individuellement.

Au contraire, les conventions tribales sont des principes qui sont acceptés par les membres du même clan et d’autres clans, y compris les habitudes, les conventions et les traditions auxquelles ils sont habitués dans leur vie quotidienne.

Ces conventions sont considérées comme la référence pour tous les membres du clan.

Ils considèrent ces conventions comme le principal credo dont ils dépendent pour résoudre leurs problèmes, aider leurs rêves à se réaliser et régler leurs différends par la réconciliation, l’arbitrage ou les litiges conventionnels.

La convention tribale est une loi verbale mémorisée par des juges tribaux nommés qui se sont engagés à respecter les conventions du clan pour résoudre les différends et les conflits de tous les clans et tribus vivant dans le gouvernorat.

Du fait du développement de la société et de la responsabilisation de l’autorité du gouvernement central et de sa domination sur les aspects économiques, sociaux et politiques de la vie, et de l’existence d’un ensemble de lois auxquelles tous les citoyens sont soumis, les conventions tribales se retirent et la structure tribale est démantelée.

Son rôle est presque effacé.

Cela permet la domination générale, mais pas ultime, des lois.

Les conventions tribales sont toujours vigoureuses dans certains cas dont les procédures judiciaires sont jugées prolongées et prennent beaucoup de temps pour les membres du clan, alors ils recourent à des conventions tribales sur lesquelles ils sont tous d’accord.

Les clans de la région de l’Est et leur futur rôle

Aucune autorité politique, quelle qu’elle soit ne peut pas effacer le rôle d’une composante historique de la société syrienne.

La région orientale de la Syrie est un assemblage de clans. La durabilité des concepts tribaux dans ce domaine a provoqué une négligence économique, sociale et politique de la part du gouvernement central.

Hafez Assad a joué un rôle dans le renforcement de la concurrence et de la dichotomie au sein de chaque clan pour affaiblir l’autorité du chef du clan.

Hafez Assad ne voulait pas effacer cette composante majeure de la société syrienne.

Au lieu de cela, il voulait faire le meilleur usage de ces clans au nom de la domination de cette composante sociale majeure.

Si la guerre s’arrête et que la paix règne, la partie orientale de la Syrie a besoin d’efforts persistants pour guérir les blessures liées à la guerre et anticiper tout conflit interne.

Les clans sont considérés comme une soupape de sécurité pour le processus de paix et la transition politique.

Cela ne signifie pas que la reproduction de ces tribus et clans est une nécessité historique inévitable.

La société devrait passer sans heurt de la protection tribale à la protection de la loi, et la culture tribale devrait être remplacée par une culture nationale unificatrice.

L’allégeance devrait changer de tribu à patrie dans laquelle tous les citoyens sont égaux sous l’égide de la constitution et des lois nationales.

Pour cette évolution dans un environnement de stabilité, de nouveaux liens seront renforcés dans la nouvelle société civile ; sociétés pour les femmes, les jeunes et les travailleurs.

Cela devrait s’accompagner du recul de la pensée tribale au profit de la pensée politique nationale avec tous ses différents programmes politiques et idéologies.

C’est ce qui s’est produit après l’indépendance de la Syrie en 1946, avant que le parti Al Ba’ath prenne le relais et entame une nouvelle ère de tyrannie et de domination d’un parti qui inhibe toute diversité de pensée et de tendances politiques.

Le parti Al Ba’ath a écrasé toute tentative de mettre fin à son régime permanent. Cela a rendu toutes les composantes de la société syrienne pré nationaliste sous la forme de tribus et de clans, et a favorisé des intérêts limités au détriment des intérêts publics.

La prochaine étape sera le moment pour la société civile syrienne où toutes les composantes se fondent dans un creuset national en raison du développement de la vie sous tous ses aspects, y compris tribal.


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, ce n’est pas nécessairement l’opinion de l’Observatoire MENA.

Toute publication et rédaction sont conservées dans MENA Media Monitor