Les déménagements américains en Irak, dimensions et possibilités

De nombreuses sources rapportent que les troupes américaines intensifient leurs activités militaires en Irak.

Cette décision a des dimensions qui se chevauchent dans un pays qui est devenu un terrain d’affrontement global entre Américains et Iraniens et un lieu de règlement des comptes.

Le 1er avril en particulier, les troupes américaines ont intensifié leurs vols de reconnaissance, ce qui coïncidait avec la fin de ce que les factions chiites — affiliées à l’Iran — appelaient la date limite pour le départ des forces étrangères d’Irak.

Ces mouvements ouvrent la porte à deux possibilités :

La première est que Washington a décidé d’affronter l’Iran en Irak, ignorant toutes les pressions.

Et cette option est appuyée par de nombreuses indications, y compris le redéploiement, ce qui signifie que l’objectif des vols de reconnaissance intensifiés est d’envoyer des messages à l’Iran que les troupes américaines restent.

La seconde est que Washington retirant ses troupes et ses vols de reconnaissance doit sécuriser les forces qui se retirent, après l’évacuation de plusieurs bases militaires en Irak.

Une nouvelle base… Une nouvelle confrontation

Le journal espagnol Atalaya a publié un rapport d’enquête, déclarant que l’armée américaine envisage de construire une nouvelle base militaire dans l’ouest de l’Irak pour protéger les intérêts américains et attaquer la base d’Aïn al-Assad contre toute nouvelle attaque de l’Iran ou ses milices irakiennes, en particulier les Forces de mobilisation populaire.

Selon le rapport, l’armée américaine déploiera le système de défense antiaérienne Patriot, après avoir construit la base à Al-Anbar près de la frontière syrienne.

Les experts disent que la fixation du lieu de déploiement du système de missiles Patriot est un précédent en Irak, et ces mesures indiquent l’intention des États-Unis de rester dans leurs bases occidentales de l’Irak pendant longtemps, a ajouté le journal.

Évacuation ou redéploiement

Les forces de la Coalition internationale ont récemment évacué de plusieurs bases en Irak.

Les responsables américains ont justifié leur retrait par l’épidémie de coronavirus en Irak, bien que les États-Unis aient profité de leur retrait en faisant un prétexte pour les activités de leurs troupes.

Cependant, la raison cachée du déploiement de troupes dans un plus petit nombre de bases est de protéger les bases contre d’éventuelles attaques des forces alliées iraniennes en Irak.

Le 19 mars, les troupes de la coalition ont confié l’administration d’une base militaire établie à la frontière syrienne en 2018 aux forces de renseignement irakiennes, et c’est la première de nombreuses autres bases dont les médias parlent de l’intention de Washington de les remettre aux forces irakiennes, réduisant sa présence militaire en Irak.

Washington possède environ 14 bases aériennes et camps dans différentes régions de l’Irak, dont les plus importants sont al-Taji, 30 km au nord de Bagdad, Balad, 80 km au nord de Bagdad, al-Nasr près de l’aéroport international de Bagdad, Al-Takadum et Ain al-Assad à Anbar, Qayyara au nord, les palais présidentiels à Mossoul et la base de Harir à Erbil.

Quant aux soldats américains, leur nombre ne peut être connu avec précision, car des centaines d’entre eux ont quitté l’Irak en raison de l’épidémie de coronavirus, mais le nombre de soldats étrangers est estimé à 8 000, dont 5 200 sont américains, selon des sources officielles.

Pendant ce temps, des sources non officielles disent que plus de 16 000 soldats étrangers sont présents en Irak.

Ces forces devraient remettre leurs positions dans la base des palais présidentiels à Mossoul le 4 avril, après avoir officiellement remis la base de Qayara le 26 mars et une autre à Kirkouk le 29 mars, selon des responsables irakiens.

Des centaines de formateurs devraient également partir — temporairement — pour se protéger du coronavirus, selon le porte-parole de la coalition, Myles Coggins.

Les troupes restantes devraient être transférées vers des bases importantes plus sûres dans les provinces de Salah Addin et d’al-Anbar.

Iran… Fureur menaçant

Abbas Mousawi, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, a déclaré que les mesures prises par l’armée américaine étaient en contradiction avec les demandes officielles du gouvernement irakien et avec la position du Parlement irakien et du peuple irakien, indiquant — avec un ton difficile mêlé à la peur sous-jacente des changements récents — que Les mesures américaines pourraient entraîner la région dans plus de tensions et une situation catastrophique.

Le responsable iranien a appelé les forces américaines à respecter la volonté du gouvernement irakien et du peuple exigeant le retrait de ces forces du pays et à s’abstenir d’alimenter les tensions dans la région.

Plans iraniens et scène actuelle

D’un point de vue différent, le redéploiement des forces de la coalition dans trois grandes bases en Irak donnerait plus de place aux forces alliées à l’Iran pour lancer des attaques plus violentes sur ces bases, alors que les dirigeants des Gardiens de la révolution iraniens adoptent une tactique de tuer plus des soldats américains et obligeant l’administration américaine à retirer ses troupes.

Alors que l’Iran essaie d’utiliser ses forces alliées pour expulser les forces américaines d’Irak, les États-Unis insistent pour rester, faisant de l’Irak la base de ses efforts pour affaiblir l’influence iranienne dans la région.

Les milices irakiennes alliées à l’Iran craignent les « activités suspectes » des États-Unis, qui pourraient être considérées comme les premiers actes d’une opération militaire à grande échelle contre eux, alors que Washington exploite la préoccupation des milices face à l’épidémie de coronavirus, selon un communiqué par Kata’ib Hezbollah.

Le retrait militaire et politique des États-Unis pourrait aider l’Iran à étendre son influence et les capacités de ses forces alliées en Irak et dans la région, avec la possibilité de mener des attaques par le biais de ses alliés, la Mobilisation populaire irakienne et le Groupe yéménite Houthi, sur l’infrastructure énergétique d’Arabie saoudite et d’autres pays.

C’est ce que les États-Unis tentent d’empêcher par tous les moyens, car cela augmentera les tensions dans la région et aura une incidence négative sur l’économie mondiale.

Selon des analystes, le désarmement forcé des milices alliées à l’Iran et la publication de résolutions pour les démanteler pourraient les provoquer et les conduire à prendre le contrôle de la capitale et d’autres villes irakiennes, comme ce qui s’est produit au Yémen en 2014, lorsque les Houthis ont pris le contrôle de Sana « a, ce qui signifie un nouveau conflit armé en Irak.

Toute publication et rédaction sont conservées dans Centre de recherche et d’étude Mena