Les divisions frappe les groupes islamiques libyens … dissolution de l’organisation des Frères musulmans de Misurata

Il semble que le destin, de l’organisation des frères musulmans dans de différentes parties du monde, soit la dispersion, la division et la fragmentation.

Sur les pas de ce qui arrive à Ennahda en Tunisie, les Frères musulmans de la Libye connaissent le même sort. Ils ont étaient dominés par des divisions et des clivages sur fond de divergences entre ses branches et ses dirigeants soutenus par la Turquie et le Qatar.

Il y a à peine deux mois, des membres de l’organisation des frères musulmans ont annoncé à la branche de Zawia, à l’ouest de la capitale, Tripoli, que l’organisation avait été dissoute après une démission collective. La raison de la démission, selon le groupe, était à cause de retardement de la mise en œuvre des revues approuvées en 2015 pour donner la priorité à l’intérêt supérieur du pays et du citoyen.

À son tour, le chef du Conseil suprême d’État, Khaled Al-Machri, a présenté sa démission de la Fraternité l’année dernière, soulignant qu’il a franchi cette étape sur la base d’exigences nationales, intellectuelles et politiques et sortant d’un fossé avec conviction et clarté avec le citoyen libyen, et a indiqué qu’il entretient l’amitié et le respect de tous les membres de l’organisation.

Démission collective

Les dernières divisions au sein du groupe ont eu lieux avant-hier, ou des membres de la branche de la ville de Misurata, le plus grand bastion islamiste de Libye, ont annoncé leur démission collective de l’organisation, accusant les dirigeants de l’organisation à Tripoli d’ignorer les obligations convenues lors de la dixième conférence qui a eu lieu en 2015. Les analystes et observateurs de l’affaire libyenne ont estimé que la dissolution de l’organisation à Misrata est un acte équilibré et efficace, même s’il s’agit d’une manœuvrer qui vise à tromper les Libyens et de les faire croire qu’il existe une volonté de sortir de la domination d’al-Gharyani.

Les données indiquent clairement une compétition fébrile entre les dirigeants locaux et les dirigeants centraux de l’organisation pour se repositionner, que ce soit au sein du groupe dominant dans l’ouest de la Libye ou dans l’arène libyenne en général.

Les membres démissionnaires ont déclaré dans un communiqué publié par eux que leur décision signifiait la dissolution de l’organisation à Misrata, parce que la direction du groupe refuse de mettre en œuvre les révisions et les corrections apportées par les membres du groupe lors de leur dixième conférence tenue en 2015.

Ils ont indiqué que leur décision est le résultat des discussions et consultations, et que «le contexte temporel dans lequel le groupe est né, l’évolution temporelle de l’environnement et de la réalité, imposent de relire la scène, revoir et de corriger».

Et ils ont ajouté: «Les solutions d’hier peuvent ne pas répondre aux exigences d’aujourd’hui, et c’était le dixième congrès de la Communauté en 2015 au cours duquel ces examens ont été approuvés à la majorité absolue.

Le titre d’une nouvelle phase que nous souhaitions et tenions à sa naissance, mais la procrastination des dirigeants du groupe et l’obstruction à ces décisions nous ont appelés à prendre position en faveur de la procrastination.

Confondre le planificateur turc

Il est à noter que le guide spirituel de la Fraternité libyenne, est l’ancien Grand Mufti de la Libye, Sadik al-Ghariani, réside actuellement en Turquie, où le régime lui a fourni un havre de paix et des plateformes médiatiques de propagande pour organiser et commercialiser le projet turc dans la région.

Auparavant, le président turc est intervenu personnellement, en coordination avec les dirigeants qataris, pour réaménager d’urgence la maison des Frères musulmans en Libye et prévenir les divisions et les rivalités internes après que le chef du gouvernement de réconciliation, Fayez al-Sarraj, ait annoncé son intention de démissionner de son poste sur la base des résultats du dialogue libyen parrainé par le Maroc, qui a réalisé des progrès tangibles par consensus sur un accord sur le mécanisme d’attribution des positions souveraines. Par conséquent, la dissolution de la Fraternité à Misurata peut semer la confusion dans le plan turc dans la région et disperser les papiers d’Erdogan, car c’est l’un des plus grands bastions des groupes islamiques dont dépend le gouvernement d’accord (et la Turquie et le Qatar derrière lui) pour son soutien.

L’annonce par le groupe à Misrata de sa démission collective intervient à un moment où l’accueil international et occidental se poursuit, les résultats annoncés par la Mission des Nations Unies en Libye lors des pourparlers militaires de Genève entre les délégations de l’armée nationale dirigées par le maréchal Khalifa Haftar et les forces du Gouvernement d’accord national dirigé par Fayez al-Sarraj.

La ville de Misurata avait connu une grande tension ces deux derniers jours, en raison de l’arrestation de Mohamed Bayo, chef de l’institution médiatique gouvernementale, entre les milices de la capitale, Tripoli, et la ville de Misurata.

Contre-révolution « 

D’autre part, le Conseil de la Choura des Frères musulmans libyens a déclaré qu’aucun individu ou groupe dans aucune branche de la fondation n’a le droit de revendiquer le droit de dissoudre ou de geler la branche, soulignant qu’il s’agit d’une véritable juridiction pour gérer l’institution.

Dans une déclaration sur ce que l’institution traverse en interne et sur les démissions médiatiques annoncées, le conseil a déclaré que la démission individuelle, quels que soient ses motifs, son cheminement est connu, soulignant qu’il s’agit d’un droit garanti à chaque membre selon le statut de la fondation, et qu’il doit soumettre une demande formelle à l’administration sous son nom et sa signature.

Il a souligné qu’il n’y a pas de retard dans les décisions de la Fondation, soulignant que la mise en œuvre différée de ces décisions, qui se sont succédées dans plusieurs départements, était pour des raisons objectives, et d’autres urgences connues dans les couloirs du groupe et il est documenté par des registres officiels et des référendums internes.

Il a souligné qu’aucune décision n’a été prise par les institutions du groupe de dissoudre le groupe, expliquant quelles décisions ont été rendues qui s’inscrivent dans le cadre de l’amélioration et du développement des travaux et suivent le rythme des changements qui se poursuivent encore jusqu’à présent.

Le conseil a affirmé que le groupe travaillait depuis sa création et travaillait toujours avec toutes les bonnes personnes de la nation, dans l’intérêt du pays, compte tenu des campagnes de dénigrement auxquelles le groupe est exposé à cause de ce qu’il a qualifié de « contre-révolution », est un acte trompeur destiné à semer la discorde parmi les gens de la même nation. .

Le conseil a conclu sa déclaration en notant que le lieu de travail et le service à la nation accueillent tout le monde, et qu’il exige tous les efforts sincères qui contribuent à la construction de patries.

Tous les droits de publication et copyrights sont réservés au Centre de recherche et d’études MENA