Les équations géopolitiques dans l’Euphrate oriental, défis et potentialités

Par : Dr Jamal Al Shufi

Pendant huit ans de conflit en Syrie, les équations politiques dans la région de l’Euphrate oriental ont changé de nombreuses fois, à commencer par le retrait des forces d’Assad de vastes zones pour revenir à des poches de sécurité étroites éparpillées ici et là, puis l’expansion des factions militaires d’opposition syrienne qui contrôlait de vastes zones entre Deir Ezour et Rakkah en 2013.

La région de l’Euphrate oriental est rapidement devenue un point focal et une cible précieuse pour les principales puissances internationales dirigées par les États-Unis d’Amérique.

Plus tard, les Forces démocratiques syriennes ont capturé la région avec le soutien des États-Unis d’Amérique après que ces forces ont libéré de nombreuses régions de l’État islamique en Irak et de Daesh ISIS.

Les Forces démocratiques syriennes ont reproduit leurs politiques locales avec un consensus arabo-kurde représenté au sein du Conseil démocratique syrien (CDS).

La dernière décision de Donald J. Trump de se retirer de Syrie a donné lieu à de nombreuses contradictions et complications.

Cela a dérouté les entités militaires et politiques influentes en Syrie.

De nombreuses attentes mènent à une question clé : qui va combler le vide créé par le retrait américain ?

Cette question restera sans réponse en raison de l’implication de l’Iran et de la Turquie en tant que parties en conflit. La Russie, de son côté, surveille de près la situation.

Par conséquent, la zone reste sous l’effet d’équations géopolitiques et géomilitaires pour lesquelles les Syriens paieront encore et encore.

Dans le cadre de cette étude, il y a une question importante, non seulement sur l’économie de la région riche en sources naturelles comme le pétrole, le gaz et les terres fertiles, mais aussi en termes de possibilité de refléter ces changements géopolitiques sur le plan national, le cas du pays.

Pouvons-nous profiter de la contradiction entre le projet de la Russie et de ses alliés l’Iran et la Turquie en tant que partenaires des accords d’Astana, et le projet américain ?

Y a-t-il une possibilité de rapprochement entre les entités arabes et kurdes de la région avec leurs homologues dans d’autres régions de la Syrie pouvant conduire à des accords temporaires dans le cadre du projet national syrien ?

Ou bien, la zone restera emprisonnée par ces équations notoires ?

Introduction

La zone de l’Euphrate oriental, qui comprend trois provinces, Deir Ezzour, Al Rakkah et Al Hasaka, a été l’axe le plus important dans la densité des conflits régionaux et internationaux.

Les équations géopolitiques ont fluctué entre un groupe d’alliances politiques et militaires, qu’elles soient affiliées à la Russie ou aux États-Unis.

Ces deux alliances ont des outils sur le terrain, notamment des Arabes, des Kurdes et d’autres groupes ethniques comme les Charkas et les Turkmènes.

Cela a commencé après que la boussole nationale ait été déviée du projet national de création d’un État moderne.

Toute la géographie de la Syrie est devenue une arène de conflits régionaux et internationaux qui pourraient éclater toute la région d’une part, et mettre fin au projet national qui devrait vraisemblablement commencer par un changement démocratique.

Dans une précédente étude approfondie du centre d’études Haramoun, la stratégie géopolitique générale russe a été identifiée avec sa référence théorique, connue sous le nom de « Quatrième théorie politique » par Alexander Dugin.

Dugin s’est inspiré du « Centre d’études Katikhyoun », qui a identifié les mécanismes politiques permettant à la Russie de restaurer sa position internationale en rétablissant son équilibre dans son environnement vital entre l’Asie et l’Europe.

Il convient de mentionner que les résultats de ces études sont une entreprise politique et intellectuelle.

Ces études géopolitiques avaient longtemps été considérées comme des péchés car elles étaient à l’origine des deux guerres mondiales catastrophiques.

Ils sont basés sur la défense du racisme expansionniste au détriment de la diversité géographique et humaine et des stabilités des petits pays.

C’est ce que Dugin a appelé « les sphères mineures » sous un titre large « confronter la géopolitique américaine à l’ère moderne » comme le justifiait la politique raciste russe en Syrie qui est le sujet de cette étude en général et de la région de l’Euphrate oriental en particulier.

Selon ce qui se passe sur le terrain en Syrie depuis 8 ans, et le contexte géopolitique et les alliances actuelles, la crise syrienne est devenue un problème international dont toutes les parties impliquées tentent de bénéficier pour leurs positions internationales à la lumière de l’Amérique.

La domination mondiale et la tentative de la Russie de conserver une position aux dépens de la Syrie et de son projet national.

L’Euphrate oriental est l’une des zones les plus importantes et les plus compliquées. Ce qui va se passer dans ce domaine aura un grand impact sur les solutions qui vont se présenter.

Ce pourrait être l’un des indicateurs les plus importants pour la prochaine étape et son contexte.

La répartition des pistes géopolitiques

Personne ne peut prédire les mécanismes de changement des politiques des deux superpuissances, les États-Unis et la Russie, dans la région, d’autant plus que Vladimir Poutine s’efforce d’imposer son pays comme une puissance mondiale pour le souper.

Donald J. Trump, pour sa part, dispose de sources financières éminentes. Cependant, l’indicateur le plus important dans la région est la ligne de front réprimandée entre ces deux super pouvoirs, comme nous l’avons mentionné ci-dessus, tout comme de nombreux autres analystes qui croient en la nécessité d’éviter toute confrontation entre les deux puissances.

Cela coïncide avec la division de la domination dans le monde et dans la région.

Par conséquent, le pari sur l’Euphrate oriental est lié aux gains recherchés par les puissances régionales comme la Turquie et l’Iran d’une part et les puissances locales comme les Kurdes et les Arabes de l’autre.

Selon les pistes actuelles dans une zone aussi limitée en Syrie, la zone représente un lien géographique entre l’Iran et la Turquie à travers l’Irak, et sous les auspices de la Russie face à une position stratégique américaine qui vise à bloquer ce lien. Les pistes stratégiques sont également attribuées à la richesse en pétrole, en gaz et en terres fertiles de la région de l’Euphrate oriental.

Depuis le début de la révolution syrienne, les États-Unis ont tenu à travailler par le biais de lignes parallèles pour gérer la crise syrienne en menant par-derrière et en limitant les interventions directes en cas de besoin.

Cette stratégie américaine pourrait nécessiter une étude indépendante et des recherches approfondies liées à cette stratégie et à ses mécanismes en Syrie et au Moyen-Orient après son impasse en Irak.

Cela a été illustré dans « Le monde tel qu’il est », un livre de Ben Rhodes, conseiller à la sécurité nationale sous le règne de Barak Obama.

Dans ce livre, Rhodes dit que les politiques américaines n’ont rien à voir avec le printemps arabe et que cela n’a aucune influence sur ce qui se passe.

Le Moyen-Orient, avec sa structure tribale, n’est pas responsable des réformes et des changements démocratiques.

Pourtant, les États-Unis d’Amérique se sont mis à déployer dix bases militaires dans une zone géographique limitée à l’est de l’Euphrate. Cette stratégie a consacré les Kurdes en tant que seule puissance qui a établi les Forces démocratiques syriennes.

Cette nouvelle entité militaire est devenue par la suite le Conseil démocratique de Syrie, une entité politique qui se concentre sur la décentralisation administrative et la possibilité de gouverner la région avec l’aide des États-Unis d’Amérique et en collaboration avec la Russie et le régime d’Assad.

De nombreux analystes et chercheurs ont considéré cette expérience comme une étape bénéfique pour les Kurdes et la Syrie en général.

Selon l’Institut du Moyen-Orient, cette expérience garantit que la Syrie ne reviendra jamais à une administration centralisée.

L’Institut du Moyen-Orient affirme que les États-Unis peuvent aider à renforcer un système de gouvernement fédéral dans toute la Syrie et une autonomie kurde dans le nord et le nord-est du pays au sein d’une Union fédérale.

Cette union fédérale bénéficiera non seulement aux États-Unis et aux Kurdes, mais aussi à d’autres composantes ethniques et aidera également à anticiper le retour de la dictature et de l’administration centrale.

Cependant, ces efforts n’ont pas réussi à atteindre les moindres conditions de stabilité notamment avec la possibilité de suspension du soutien américain suite au retrait des forces américaines décidé par Donald J. Trump fin 2018 et début 2019.

Les déclarations de l’administration américaine sont contradictoires ; une fois qu’ils disent que c’est un retrait immédiat, une autre fois ils menacent de suspendre le retrait et d’établir des zones tampons dans le nord de la Syrie.

Une fois de plus, ils l’ont associé à la fin de l’État islamique en Irak et à Sham ISIS.

 Selon Reuters, Donald J. Trump, a déclaré que les États-Unis d’Amérique se retireraient sur une longue période.

Une fois de plus, les États-Unis ont évoqué la possibilité de suspendre leur soutien aux Kurdes et de permettre une zone tampon dans le nord de la Syrie.

À d’autres occasions, le retrait américain a été programmé en fonction de la fin de l’État islamique dans la région.

Donald J. Trump a déclaré que les États-Unis d’Amérique retireraient leurs forces de la Syrie sur une longue période.

Il a également déclaré qu’il n’avait jamais alloué de plan de retrait de quatre mois.

Aujourd’hui, les signaux contradictoires américains et l’absence potentielle de ses forces embarrassent la région dans de nombreuses directions.

Le Conseil démocratique syrien, par exemple, s’est retrouvé sans soutien, comme l’a déclaré explicitement Riad Darrar qui a déclaré que les Forces démocratiques syriennes SDF ne pouvaient pas affronter des armées organisées comme l’armée turque qui a l’intention d’entrer dans la région de l’Euphrate oriental après le retrait américain.

Darrar a publié cette déclaration lors d’une visite à Paris.

La Turquie essaie de préserver sa position géopolitique à côté des États-Unis et de la Russie sans s’impliquer dans des différends essentiels avec l’une des deux puissances du souper.

Les relations turco-américaines ont traversé des moments difficiles et de nombreux différends à la suite de la tentative de coup d’État militaire en 2016, soupçonnée d’être complotée par Fatehallah Gulen, soutenue par les États-Unis.

Un autre différend a été la coordination turque avec la Russie pour les arrangements de domination géopolitique et militaire dans le nord de la Syrie à travers des réunions successives d’Astana qui se sont terminées par l’accord de Sotchi qui a été signé par Rajab Tayyab Erdogan et Vladimir Poutine fin 2018.

Ce dernier accord, qui est lié à la situation à Idlib et au nord d’Alep, a réussi à anticiper toute invasion de la zone par les forces d’Assad et leurs milices alliées.

Les États-Unis ont accueilli chaleureusement l’accord et ont appelé toutes les parties à s’en tenir à l’accord.

Entre-temps, les États-Unis d’Amérique ont conclu des accords avec la Turquie sur la situation à Munbej et l’existence kurde dans la ville.

Un accord a été conclu pour fournir le système de la défense aérien « Patriot » à la Turquie comme alternative aux accords S300 et S400 avec la Russie.

La coordination complète entre les États-Unis et la Turquie pour la situation dans la région de l’Euphrate oriental et Munbej est toujours en cours.

L’Iran insiste pour obtenir un passage au sol dans les profondeurs de la Syrie après l’intensification de l’accord américano-russe sur l’expulsion de l’Iran de la Syrie.

Cependant, l’Iran oscille toujours autour de la présence russe pour en tirer le meilleur parti en raison de sa pénétration dans les forces d’Assad.

Cette pénétration donne à l’Iran la capacité de manœuvrer pour maintenir ses forces terrestres en tant que partisan des forces d’Assad.

Mais ces manœuvres ne suffisent pas à dépasser les lignes du consensus international.

Le différend entre l’Iran et la Russie au sujet des zones de domination sur le terrain et le consentement international font que la Russie ferme les yeux sur les frappes contre les forces iraniennes à l’intérieur et au sud de Damas par les forces aériennes israéliennes.

L’absence des États-Unis dans l’Euphrate oriental constitue une opportunité pour l’Iran de dominer un large passage terrestre à travers Al Bukamal et Deir Ezzour en tant qu’application de la théorie géopolitique russe de la connexion entre l’Asie et l’Europe via les accords d’Astana.

Ces accords ont réuni la Turquie et l’Iran en Syrie sous l’égide de la Russie. Le Centre d’études de Katikhyoun a mis ce titre en gras au moment de la bataille d’Al Bukamal en 2017 qui devait relier Moscou à Beyrouth.

Par conséquent, Al Bukamal était considéré comme un point stratégique auquel l’armée d’Assad devait parvenir pour ouvrir un bolivar à travers Moscou, Téhéran, Bagdad, Damas et Beyrouth.

Ce bolivar stratégique peut exploiter l’antagonisme américain par des moyens militaires et économiques , car il peut développer une activité économique mondiale qui fait que le chemin de fer et le métro de Moscou atteignent Beyrouth à travers les territoires des alliés de la Russie.

Les soi-disant forces de soutien et les milices iraniennes ont mobilisé leurs forces très près de la région de Munbej dans le but de se tenir au courant de ce qui va se passer avec le retrait américain, ce qui peut induire toutes les parties dans une guerre multiple.

Du côté russe, la Russie a réparé ses différends avec les Turcs après que l’avion russe a été abattu au début de sa campagne contre la Syrie.

Néanmoins, la Russie a profité du différend entre la Turquie et les États-Unis pour renforcer ses politiques en Syrie selon la référence théorique pour l’établissement de l’Eurasie comme le disait Dugin.

De plus en plus, la Russie est encline à renforcer l’accord avec la Turquie par le biais d’accords économiques, notamment un accord sur le tourisme et les gazoducs appelé « Turk Stream ».

Cela a continué jusqu’à ce que la Turquie soit impliquée dans l’Accord d’Astana début 2017 à la suite des batailles bien connues à Alep qui ont renforcé la domination de la Russie avec l’Iran et la Turquie.

Ces trois pays se sont partagé les rôles en Syrie après l’affaiblissement des factions militaires de l’opposition.

Pour faire face au retrait américain potentiel et à l’espace provoqué par ce retrait et à la possibilité d’imposer une zone tampon, la Russie a commencé à désactiver le rapprochement entre la Turquie et les États-Unis et à ressusciter les accords d’Adana signés en 1998 par les gouvernements turc et syrien.

Les accords d’Adana ont autorisé la Turquie à mener une action militaire à l’intérieur des territoires frontaliers syriens et à poursuivre des membres du PKK.

En vertu des accords d’Adana, la Syrie a rendu le territoire d’Iskenderun à la Turquie qui a obtenu une justification légale pour traverser la frontière pour combattre les Kurdes.

La résurrection de cet accord visait à ouvrir une voie de sécurité ou même militaire entre le régime d’Assad et la Turquie sous les auspices de la Russie.

Les défis géopolitiques auxquels les États-Unis et la Russie sont confrontés

Les États-Unis et la Russie s’efforcent d’éviter une confrontation directe en employant leurs affiliés régionaux dans le but de fixer leurs alliances géopolitiques et géomilitaires.

Cette situation a placé la Turquie dans une situation critique après avoir adopté la « politique zéro problème » avec ses voisins ; une politique qui a contribué à la prospérité économique et industrielle de la Turquie accompagnée d’activités culturelles et artistiques.

Istanbul a été choisie comme capitale de la culture européenne en 2009. La Turquie est récemment revenue sur cette thèse par la porte russe pour atteindre les objectifs suivants :

  • Saper toute entité kurde menaçant la Turquie ;
  • Se débarrasser du fardeau des réfugiés syriens et travailler dur pour les transférer dans la zone frontalière du côté syrien ;
  • Engager l’institution militaire turque qui a des problèmes à l’extérieur de la Turquie pour régler les différends internes résultant de la tentative de coup d’État ratée ;
  • Ouverture de canaux de sécurité et peut-être politiques avec le régime d’Assad à travers les Russes pour une coordination liée aux Kurdes en premier lieu, puis à Hayat Tahreer Al Sham à Idlib, et enfin à la solution finale de la crise syrienne basée sur la résolution 2254 de l’ONU qui était adopté en 2015 ;
  • Maintenir une politique de non-hostilité avec la Russie et les États-Unis d’Amérique et utiliser l’importante position géographique de la Turquie dans la région en vue d’un rôle plus important après l’expulsion de l’Iran de Syrie.

Le défi géopolitique réside dans la division des rôles dans la région de l’Euphrate oriental, d’autant plus que l’Iran et la Turquie sont désireux d’empêcher toute entité kurde indépendante dans cette région.

Les deux pays retardent leurs différends sur la domination au plus profond de la Syrie sous le contrôle total du russe.

Pourtant, ils gardent un œil sur le rôle clé américain dans ce domaine stratégique.

Le défi le plus important est la capacité des Kurdes à faire face à la diversité syrienne malgré toutes ses contradictions.

Ils sont bons pour conclure des accords locaux avec les habitants non kurdes et avec le régime d’Assad, ou même le gouvernement de transition à venir. Pourtant, l’autonomie, ou du moins l’administration décentralisée restent une exigence majeure des Kurdes.

Par conséquent, ils ont des liens avec toutes les entités d’opposition. Le rapprochement avec l’opposition est aussi important pour eux que le rapprochement avec le régime d’Assad.

Cela interprète les déclarations contradictoires faites par Ilham Ahmad, chef du Conseil démocratique syrien, dans lesquelles elle souligne l’importance du rapprochement avec le régime d’Assad, tandis que Riad Darrar a fait une déclaration depuis Paris dans laquelle il a appelé à l’ouverture avec l’opposition.

« Nous pouvons former une entité d’opposition avec l’opposition et négocier à Genève et participer au processus politique », a déclaré Darrar.

Cependant, la coordination russe et américaine restera le principal facteur de coopération des Kurdes avec l’opposition.

Conclusion

La région de l’Euphrate oriental semble être la partie la plus compliquée de la crise syrienne en termes de géopolitique.

Il s’agit d’un dilemme aux dimensions politiques et militaires complexes en raison des nombreuses interventions et contradictions des parties concernées.

Chaque parti essaie de se coordonner avec un autre parti avec l’existence d’un antagonisme au plus profond de chaque parti.

Les Kurdes, le régime d’Assad, les milices sectaires, les factions de l’opposition syrienne se sont tous retrouvés à la croisée des chemins avec différents partisans, les États-Unis et la Turquie, tandis que la Russie et Daesh continuent de suivre la séquence des événements.

Selon ce portrait compliqué de la situation actuelle, il existe de nombreux scénarios possibles :

  • Des conflits d’intérêts remarquables liés à la domination et au contrôle, ce qui signifie une possible guerre régionale avec des alliances changeantes dans un délai relativement court ;
  • La Russie refroidit toutes les questions militaires en manœuvrant au-dessus de la zone tampon avec la légitimité des accords d’Adana et en faisant pression pour une nouvelle conférence sur la question syrienne conformément à son modèle politique établi à Sotchi.
  • Intensification du rapprochement multipartite, syro-turc et syro-kurde, et la fin de toutes les voies de négociation possibles comme la résolution n° 2254 de l’ONU, et une approche militaire du règlement à Idlib en collaboration entre la Russie, la Turquie et le régime syrien.
  • Renforcer le rapprochement entre le régime syrien et l’opposition kurde d’une part et les parties turque, européenne et américaine d’autre part pour pousser à une solution générale de la crise syrienne conformément à 2254 et l’inclusion d’une administration décentralisée qui commence dans l’Euphrate oriental puis s’étend à d’autres régions de la Syrie ;

Cet accord avec l’accord russo-américain avec le soutien européen dépend de la répartition des rôles en Syrie à l’exclusion de l’Iran après que la Russie a abandonné le passage d’Al Bukamal en échange de l’autoroute Alep — Idlib qui peut conduire à des zones en profondeur.

Cela va de pair avec les intérêts des Amériques, des Russes et des Israéliens.

Toutes les options restent sur la table en attendant le signal des États-Unis d’Amérique pour démarrer leurs mécanismes en Syrie et au Moyen-Orient conformément au « Deal du siècle » qui sera révélé dans un avenir proche.

Une question revient souvent à l’esprit de tout Syrien : que se passe-t-il si la polarisation actuelle est violée en ce qui concerne qui est pour et qui est contre, et que toutes les factions de l’opposition syrienne et les Kurdes parviennent à un consensus national et à un dialogue national qui débouchera sur des consensus ?

Cela conduira certainement à :

  • Anticipation de toute tentative de Daesh ou des milices sectaires iraniennes de remplir l’espace et de dominer à nouveau la région ;
  • Abolition du concept de gain politique grâce à la puissance militaire et élimination des conséquences du conflit sur la région dans son ensemble ;
  • Ajout d’un saut important vers un dialogue syrien basé d’abord sur les intérêts syriens et la nécessité de passer des intérêts locaux étroits, qu’ils soient ethniques ou sectaires, à l’identité nationale et à la nécessité de discuter du changement politique démocratique en Syrie.

Cette question politique reste la question clé pour la Syrie dans son ensemble, même si la Russie et les États-Unis sont les acteurs clés pour déterminer le destin du pays à travers leur pouvoir éminent.

Pourtant, le Syrien peut jouer un rôle dans l’activation de solutions au problème et aider une partie à prendre le dessus.

Cela est vrai si nous prenons en considération les préoccupations turques concernant les Kurdes et la frontière nord de la Syrie.

Nous devons garder à l’esprit que la Turquie veut revenir à une politique de « zéro problème » qui peut aider à mettre fin à l’impasse en Syrie en général et en particulier dans la région de l’Euphrate oriental qui est riche en sources naturelles et son importance géopolitique pour l’expansion de l’Iran en Syrie.

La présence de l’Iran en Syrie est devenue le problème central de la Russie et des États-Unis.


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, ce n’est pas nécessairement l’opinion de l’Centre de recherche et d’étude Mena.

Toute publication et rédaction sont conservées dans Centre de recherche et d’étude Mena