Les femmes combattantes, un rétablissement du pouvoir ou un autre type de capitulation

Par : Hawazen Khadaj

L’idée d’une implication féminine dans les combats n’est pas étrangère à ce dont les générations ont toujours hérité, tel qu’elle a été tissée après les mythes.

La mobilisation des femmes à travers le monde est en corrélation avec cette culture héritée.

Cependant, il y a toujours une marge entre le rôle controversé des femmes, tout en essayant de surmonter la discrimination fondée sur le sexe et le patriarcat, la nécessité de sortir de certaines philosophies pragmatiques qui emprisonnent les femmes pour des questions familiales et domestiques.

Cet empêchement du rôle féminin au sein des minorités orientales fait partie intégrante de la structure intellectuelle, qui se laisse aller à de nombreuses contradictions, aboutissant à la tolérance des femmes avec des armes et leur implication dans le meurtre et se faire tuer.

Le meurtre est une exception et non un avantage dans lequel le statut historique des cages autour et à l’intérieur des femmes devrait être reconsidéré et géré à tous égards.

La Cour d’infériorité de la femme ne considère pas avoir présenté ses compétences en tant que combattante sur un pied d’égalité avec les hommes, mais qu’il s’agit d’un autre travail soumit au droit des hommes.

Introduction :

Depuis le premier primitif, les femmes ont dû lutter contre toutes les composantes de la nature, dans l’équation de la guerre de survie du plus fort et de la guerre de chaque homme contre tout autre homme.

Lors de la première formation de communautés agricoles, les femmes n’ont pas perdu leur force en tant que parallèle à l’existence et à la continuation des deux sexes.

Bien que le primitivisme ait disparu de l’évolution humaine pour devenir un sujet anthropologique ne faisant que chercher et enquêter sur le cadavre d’une société par des membres d’une autre société, le nouveau n’a pas complètement éliminé le rôle des femmes combattantes.

L’inventaire culturel et ses liens avec les mythes ont permis aux femmes de vivre tous les aspects de leur existence, avant d’être modelées et domestiquées en faveur du triomphe de la masculinité dans les sociétés patriarcales, de conférer à leur rôle de combattant sélectif et limité le pouvoir des deux sexes et de s’organiser dans le cadre de la société civile.

Soumis à des systèmes complexes de légalisation, des lois de la masculinité et de ses nombreux paradoxes et possibilités de controverse aux lois du combat et à la présence de combattants sur les fronts et dans les milices armées, non pas en tant que force active, mais en tant que force revitalisée.

Histoire des femmes combattantes

En l’absence de gouvernements à l’époque des sociétés primitives, la gestion des affaires des peuples est devenue une question liée à Dieu, que ce soit en temps de guerre ou en temps de paix.

À cette époque, Ishtar devint une déesse représentant l’amour et la guerre, le féminisme et le pouvoir.

Les Amazighes de Numidia avaient l’habitude de se couper la poitrine afin d’améliorer leurs compétences en tir à l’arc.

Dans les pays de la Gaule, seules les femmes vierges choisies pour la guerre et les femmes atteintes ont atteint la ménopause, alors que les femmes en âge de procréer restent à la maison.

À toutes les étapes de l’histoire, il y a eu des cas de femmes qui combattaient et commandaient leurs troupes, hommes et femmes.

De nombreux noms de reines ou de femmes menant des guerres sont apparus au cours de l’histoire.

L’ère préislamique n’était pas différente, car la société à cette époque était très nomade, régie par des conventions tribales. Les rôles des hommes, des femmes et de la communauté étaient interdépendants.

En tant que composante sociale principale, les femmes peuvent être les dirigeantes d’un certain mouvement ou d’une communauté, voire d’une femme d’affaires. Une telle société n’en était pas isolée et entourait des civilisations aux systèmes à la fois paternel et maternel.

Une femme a été nommée déesse de la tribu Thakif à Al Taeif, en Arabie Saoudite, et elle contrôlait la ville.

Munat, une dame vénérée par deux tribus – Al Aus et Al Khazeaj – qui vivait à Yathreb, connue plus tard sous le nom de Al Medina avec l’avènement de l’islam.

À la Mecque, il y avait aussi une dame nommée Ezzah, qui devint la déesse de Kuraish, la plus grande tribu de la région.

Cette déesse avait un grand rôle dans les guerres car on croyait que chaque dieu ou chaque déesse se battait avec son propre peuple. C’est pourquoi Abu Sufian a emmené Al Lat et Ezzah avec lui à la bataille d’Auhud contre le prophète Muhammed.

Malgré tout ce qui a été dit sur les femmes en tant que domaine public de la prostitution et sur le fait que certaines tribus enterraient leurs filles en vie, la présence de femmes dans les batailles était très importante pour encourager les combattants à se battre avec acharnement et les empêcher de fuir la bataille de la peur laissant les femmes à être violées par leurs ennemis.

Au début de l’islam, l’implication des femmes dans les guerres était un phénomène normal, qui s’est prolongé jusqu’à l’époque des califes Rashidi.

Les femmes se battaient et donnaient même des ordres aux combattants, elles les encourageaient à combattre hardiment leurs ennemis.

Nasibah, fille de Ka’eb, connue sous le nom de Um Amara, a défendu le prophète Muhammed lors de la bataille d’Authud. Um Hakim, fille d’Al Hareth Ben Hisham, a participé à la bataille d’Al Yarmouk contre l’Empire romain.

Le début de la domination masculine a commencé avec la dynastie des Omeyyades, suivie par l’âge Abbasi.

La notion de supériorité de l’homme et son droit de mettre fin arbitrairement au mariage étaient clairs.

La société islamique n’était prête à accepter aucune femme dirigeante ou reine et la plupart des musulmans estimaient qu’« aucun peuple ne peut réussir, quand une femme le dirige ».

En conséquence, les femmes étaient exclues de toute mission militaire dans les empires islamiques successifs.

À un stade ultérieur de l’histoire, certaines femmes ont pris le relais et ont joué un rôle de premier plan dans leur pays.

Shajar Al Durr, succéda à la mort de son mari, dernier sultan Ayoubi en 1249. Ses décisions militaires et politiques ont eu un impact considérable sur la guerre en Égypte contre les Croisés. Elle a jeté les bases de l’état Al Mamaleek.

En fait, elle n’était pas la première dame du monde islamique à gouverner : Arwa, fille d’Ahmad Al Sulaihi, dirigea le Yémen entre 1098 et 1138.

Quel que soit le statut obtenu par les femmes au cours de l’histoire, un aspect était toujours le même : jouer le rôle des hommes. Les anomalies ne peuvent jamais être considérées comme des normes.

Néanmoins, les combattantes resteront sous le contrôle des hommes, qu’elles combattent dans des armées formelles ou informelles.

Elles resteront dans un statut inférieur susceptible de discrimination en raison du rôle de la femme dans les structures patriarcales, et cela restera une question controversée pendant longtemps et à tous les niveaux.

Les femmes dans les armées arabes

Les colonisateurs européens de l’arabe ont incité les femmes à participer aux guerres, en particulier avec l’apparition de tendances patriotiques et de mouvements nationaux.

Ces nouvelles tendances ont légalisé le mépris des critères qui faisaient de la défense de la patrie une responsabilité masculine.

Les femmes ont participé à des batailles dans de nombreux pays. L’Algérie est le pionnier à cet égard. Fatima Nasumer, fille d’un cheikh soufi, a formé sa propre armée de 7 000 combattants.

Ils lui ont obéi et elle s’appelait « Jeanne d’Arc Jarjara ». Elle a également été nommée Khawla Jarjara d’après le nom de Khawlah Bent Al Azwar.

Jameleh Buhaired est également une femme combattante algérienne. En Palestine, Dalal Al Maghribi était un membre célèbre de l’Organisation de libération de la Palestine. Nazek Al Abed en Syrie et Duraih Shafeek en Égypte est d’autres exemples de femmes combattantes dans le monde arabe.

Les femmes ont été enrôlées dans les armées de nombreux pays arabes, comme les Émirats arabes unis, Syrie, Jordanie, Maroc, Liban et Algérie.

En Algérie, les femmes dans l’armée ont été promues aux postes les plus élevés possibles dans la guerre pour l’indépendance.

En 2006, l’armée algérienne a mis en place un cadre égalitaire, augmentant le nombre de femmes qui ont rejoint l’armée.

La Jordanie a également élaboré un plan de renforcement des capacités des femmes pour leur permettre de rejoindre l’armée. La stratégie jordanienne a été mise en œuvre entre 2006 et 2016.

Elle visait à former les femmes à l’armée, où elles pourraient occuper des postes de commis civils ou de soldats sur un pied d’égalité avec les hommes en ce qui concerne le poste, le salaire et la durée du service.

Au Liban et en Tunisie, les armées ont placé les hommes et les femmes sur le même pied.

Fin 2018, le ministre tunisien de la Défense a déclaré que la Tunisie devrait envisager le service militaire obligatoire des femmes, au même titre que les hommes.

Le Maroc a également promulgué une loi sur la conscription des hommes et des femmes en août 2018, le ministère irakien de la Défense et le ministère de l’Intérieur ont approuvé la création d’une armée de femmes irakienne : 10 000 jeunes femmes ont été admises dans l’armée et la police fédérale en 2015.

Cette nouvelle force militaire féminine était destinée à soutenir les forces Al Hashed Al Sha’bi, qui combattaient aux côtés de l’armée irakienne.

En Syrie, la première force de commandos a été créée par le régime des gardes républicains d’Assad en 2013, lorsque le président Bashar a approuvé cette nouvelle entité militaire.

Elle se compose de 800 femmes combattantes et elles ont été activement impliquées dans la lutte contre les forces d’opposition dans de nombreuses régions de la Syrie.

L’Arabie saoudite a également ouvert la conscription volontaire aux femmes âgées de 25 à 35 ans.

Il est à noter que la participation des femmes aux combats n’a pas été limitée aux armées officielles, mais elle a également été impliquée dans des milices.

Au cours de la guerre civile libanaise, de nombreux groupes militaires libanais et palestiniens au Liban ont été impliqués dans des combats contre Israël.

Il existait une course entre milices sectaires et idéologiques, qui jouait un rôle important dans la guerre et dans la vie politique.

Sana’a Al Mehaidly a été la première femme à lancer une attaque suicidaire contre les forces israéliennes au Sud-Liban.

Elle était membre du parti social national. Ces attaques ont été parrainées par des groupes armés d’origines idéologique, sectaire et religieuse. La sunna et les chiites ont été impliqués dans cette stratégie.

Au total, 67 femmes palestiniennes ont perpétré des attentats suicidaires entre 2002 et 2006.

Le féminisme militaire entre controverse et discrimination

Après que l’Orient ait été — longtemps — condamné pour sa discrimination fondée sur le sexe et son état de capitulation, les gouvernements arabes ont ouvert de nouveaux horizons aux femmes et leur ont donné la possibilité de faire partie d’institutions militaires.

Cependant, cette nouvelle avancée ne suffisait pas pour atténuer la discrimination fondée sur le sexe à d’autres niveaux. La présence des femmes dans les armées n’est rien de plus qu’une étape de propagande prétendue qui est inférieure au droit des femmes de participer à la vie publique et politique de leurs sociétés.

L’implication des femmes dans les armées de six pays arabes et la promotion de leur adhésion n’ont jamais mis fin à la discussion sur le rôle des femmes ou la réduction de la discrimination fondée sur le sexe.

C’est un fait élémentaire, bien que le droit des femmes de s’associer à des armées fût inclus dans les constitutions de ces pays en tant que principe d’égalité dans l’éducation, le travail et la prise de responsabilités dans les sociétés de ces pays.

La conscription des femmes et l’assignation de tâches militaires ont ouvert une large discussion sur les niveaux politique et social dans les sociétés arabes, parce que cette étape a de nombreuses connotations, en contradiction avec les conventions sociales et la façon dont la société considère les femmes et leur rôle.

La société considère les femmes du point de vue de la différence physique et émotionnelle.

Pour les sociétés arabes et musulmanes, le combat, le pouvoir et la force ne sont associés qu’aux hommes.

Par conséquent, la participation des femmes aux affaires militaires est considérée comme un coup porté aux coutumes et aux valeurs sociales.

Cette implication des femmes dans la lutte représente une rupture des barrières entre les deux sexes.

Ces obstacles ont été dans l’esprit des gens depuis des siècles.

Les gens considèrent ces lois équilibrées entre les sexes comme une atteinte à la suprématie des hommes sur les femmes en termes de capacités physiques, d’une part, et de manque de confiance dans les capacités des femmes, d’autre part.

Pour ces personnes, les femmes ne peuvent jamais être des décideuses, en particulier dans les affaires militaires, car elles sont généralement monopolisées par les hommes.

En raison de ces attitudes stéréotypées héritées du passé, le rôle des femmes a jusqu’à présent été limité aux postes administratifs et médicaux les moins impliqués dans une véritable lutte.

Un emploi approprié

La plupart des femmes dans les sociétés arabes considèrent que la nouvelle politique en matière de genre ne correspond pas à leurs moyens physiologiques et biologiques.

La culture de la société a poussé les femmes vers des emplois appropriés, tels que les écoles, les hôpitaux et les pharmacies, avec moins d’heures de travail, afin de leur permettre de consacrer plus de temps à leurs obligations domestiques.

Pour ces raisons, les femmes ont été hésitantes dans le choix de leurs emplois dans l’armée, car ce type d’emplois les alourdirait encore davantage et les mettrait également face à une société répugnante.

Les femmes n’ont aucune raison de s’affirmer dans la société, qui considère les femmes militarisées comme davantage des hommes que des femmes.

Cette entreprise exclut les femmes de leur grandeur sociale et affecte leurs traits féministes. Le féminisme physiologique n’est jamais suffisant s’il n’est pas associé à la délicatesse, à l’élégance et à l’attrait.

Ces femmes, qui ont pris l’initiative et assumé des tâches viriles, se sont converties en une femme sans avoir la suprématie de l’homme.

Elles se sont donc perdues : elles ne sont plus reconnues comme des femmes attirantes et, en même temps, elles n’ont pas acquis le statut social des hommes.

Une femme en uniforme militaire ne signifie pas qu’elle peut échapper à la discrimination.

Beaucoup de femmes ont brisé les barrières sociales et choisi l’armée comme profession. Pourtant, elles souffrent toujours de discrimination fondée sur le sexe dans les armées arabes.

La vie militaire ne consiste pas seulement en un uniforme, elle dépend également de l’entraînement physique, de l’expérience de combat et des compétences d’organisation.

Obtenir une promotion dépend de l’expérience pratique des combats, qui ne sont pas disponibles pour les femmes dans l’armée puisqu’elles travaillent comme secrétaires, infirmières, traductrices, techniciens et ingénieurs.

Par conséquent, ils ne peuvent pas occuper des postes élevés dans la hiérarchie de l’armée et par conséquent, l’intégration entre les sexes échoue. Il n’est pas encore possible de considérer les femmes comme qualifiées pour combattre.

On ne peut éliminer cette discrimination en augmentant le nombre de femmes dans les institutions militaires.

Les hommes et les femmes ne se sont pas écartés de la hiérarchie traditionnelle basée sur l’oppression et la soumission malgré toutes les tentatives d’abandon du rôle traditionnel de la femme.

Ce qui a été fait jusqu’à présent n’a jamais transformé la relation traditionnelle entre hommes et femmes en une relation complémentaire. La relation controversée, pleine de suspicion, est toujours présente.

Terrorisme féministe et milices d’horreur

Les guerres et les conflits armés constituent une stimulation pour les individus et les communautés. Dans la plupart des conflits, la femme est une icône de la protection.

Par conséquent, sa présence parmi les combattants revêt une grande importance, en particulier lorsque les conflits se transforment en guerres civiles et que les milices combattent côte à côte avec des armées formelles.

Dans ces cas, les taux de violence augmentent avec la propagation des groupes terroristes.

En raison des questions controversées relatives aux femmes, on a toujours eu tendance à faire passer les femmes d’une vie délicate à une vie militaire, comme ce que les Frères musulmans ont fait quand ils ont créé le Corps des sœurs musulmanes sous la direction de Hassan Al Banna en 1932.

Ce mouvement était chargé du prosélytisme et des activités sociales et politiques.

En 1944, la première commission exécutive des sœurs musulmanes a été créée. Ensuite, le rôle des membres de ce mouvement a pris différentes formes, selon les besoins de chaque période.

C’était le point de départ pour laisser les femmes se livrer au cycle de la violence. Bien que les talibans aient hésité à mobiliser les femmes en raison du désaccord sur leur rôle, ils ont commencé à les impliquer dans des activités de prosélytisme du salafisme à travers le monde.

C’était en 2003, et il était prévu de confronter la présence occidentale dans le monde islamique et arabe.

Lorsque l’État islamique en Irak et Sham ISIS a été créé, il s’agissait de l’un des systèmes de gouvernement les plus brutaux jamais connus pour préparer les populations à la violence et aux horreurs nécessaires pour asservir leurs ennemis.

Le « djihad » est au cœur de cet État califal. Quiconque s’oppose à cet État islamique est un ennemi qui doit être tué. Le djihad féminin est passé de prosélytisme volontaire à une utilisation formelle des femmes par l’État islamique sur ses territoires.

Dès le début, ISIS était consciente de l’importance de l’existence des femmes d’un point de vue stratégique. Les femmes atteintes d’ISIS sont importantes pour attirer et inciter de nouveaux combattants.

Les femmes sont très douées pour persuader les auteurs d’attentats suicides de se lancer dans des attentats suicidaires comme moyen le plus rapide d’atteindre le paradis.

Femmes combattantes, affaire syrienne

La guerre en Syrie a donné lieu à beaucoup de confusion en décrivant le statut de la femme en tant qu’être humain fragile, impuissant et sexuellement exploité. Certaines autres femmes syriennes ont été exploitées pour se battre.

La guerre a engendré un large éventail de femmes impliquées dans cette guerre. De nombreux groupes de femmes combattantes ont émergé :

  • « Unités de protection des femmes » est une entité militaire formée par les Peshmergas kurdes pour combattre l’État islamique en Irak et Sham ISIS. Cette entité militaire était l’équivalent des « Unités de protection des Kurdes ». Ils ont remporté de nombreuses victoires dans leur guerre contre ISIS.
  • « Unités de protection de la Mésopotamie » est une autre entité militaire féminine composée de jeunes femmes assyriennes, dont le devoir est de protéger leurs propres zones.

Ce groupe fait partie du Conseil militaire assyrien connu sous le nom de « Sutur » et allié aux forces de défense « forces démocratiques syriennes ».

  • Le bataillon Al Khansa’a est une entité militaire créée par l’ISIS.

Il est composé de nombreuses femmes et filles syriennes et étrangères, dont la tâche est d’observer le comportement des filles et des femmes dans les territoires de l’État islamique.

Ils peuvent punir les filles et les femmes qui ne respectent pas les règles islamiques strictes imposées par l’État islamique. Ils participent parfois à des combats ou lancent des attaques suicidaires.

Les femmes combattantes, un rétablissement du pouvoir ou la capitulation

Apparemment, il n’est pas facile de saisir toutes les implications et tous les indicateurs de l’existence de femmes combattantes en Syrie, simplement à cause du contraste entre les femmes de l’État islamique et celles du SDF.

Ils ont attiré l’attention des médias bien qu’ils aient deux doctrines différentes, des objectifs et une expérience différente.

C’était un mélange d’inclination à obtenir la liberté et l’égalité avec l’influence de ce qui se passait dans le pays, en particulier dans le cas des femmes combattantes kurdes.

Du côté opposé, les femmes ont défendu le système patriarcal, qui les prive des droits fondamentaux de la personne soutenue par les femmes d’ISIS.

Quoi qu’il en soit, le point commun entre ces deux tendances est que les deux se sont livrées à la guerre.
L’implication des femmes dans la guerre n’était pas fondée sur la conviction de la nécessité de leur liberté, dans le cadre de leur affirmation de soi et de la prise de conscience de leurs droits et de leur capacité à jouer le meilleur rôle possible.

L’implication des femmes dans les guerres n’était pas associée à l’indépendance, mais bien à la nécessité d’un tel rôle. Parfois, des motivations religieuses peuvent motiver certaines femmes à exprimer leur sentiment d’injustice à l’égard de certains événements religieux historiques.

Ces deux scénarios se produisent généralement pendant les guerres.

L’alternance d’indulgence en temps de guerre a connu des fluctuations variables et a été provoquée par la discrimination fondée sur le sexe.

La participation des femmes au combat est conçue comme une humiliation de supériorité masculine dont la plupart des hommes en Orient sont fiers.

Les combattants de l’État islamique ont toujours eu peur d’être capturés par des femmes militantes des Forces démocratiques syriennes. De plus, l’existence de femmes dans l’armée ou les milices attire de nouveaux appelés.

Le sadisme féminin a un attrait pour le public ; par conséquent, de nombreuses armées et milices concentrent leurs médias sur la participation des femmes dans leurs rangs.

Ainsi, malgré toutes les raisons pour lesquelles les femmes s’intéressent à l’armée, elles n’ont jamais été promues, elles ont été exposées à un autre type de capitulation.

Ils ont été impliqués dans des valeurs de violence et d’effusion de sang. Cette implication dans la lutte n’a pas contribué à atténuer leur statut sous-estimé dans leurs sociétés. Ils sont restés emprisonnés par des sociétés axées sur les hommes.

Conclusion

Au cours de l’histoire, les femmes ont toujours été impliquées dans des guerres et des conflits. Pourtant, leur participation n’a pas permis de combler le fossé qui les sépare des hommes au Moyen-Orient.

Une telle culture en Orient met les femmes devant deux choix, soit pour prouver leur puissance, soit pour s’intriguer dans le cycle de la violence des guerres sales.

Les femmes ont pris les armes et se sont battues avant de briser l’ascendant de la fraternité. Les femmes ont passé de la soumission aux hommes à d’autres types de subjugation, dans lesquelles elles sont à la fois actrices et victimes de la violence.

L’égalité entre les deux sexes ne peut être atteinte en prenant les armes comme un événement éphémère.

C’est un long processus culturel et social. Il est inutile que les femmes s’appuient sur ce saut symbolique dans un domaine plein de violence et d’assujettissement, alors qu’elles recherchent l’égalité dans une société formellement institutionnalisée sur le genre.


Copyright © 2019 The Middle East and North Africa Media Monitor.