Les Frères musulmans en Europe

Personne ne voit rien, personne n'y peut rien contre eux

Il ressemble à un intéressant musée de passionnés d’ethnologie et de religion: le «Musée des civilisations islamiques» à La Chaux-de-Fonds, en Suisse. La directrice du musée montre son visage enveloppé dans un voile. Il y a une bibliothèque pour les personnes intéressées, et l’entrée montre une affiche avec le slogan : « L’islam n’a rien à voir avec le terrorisme ».

Les invités du musée, qui l’ont visité par pur intérêt, étaient plutôt irrités. Peut-être, ce n’est qu’une coïncidence si une attention particulière a été accordée aux cerveaux idéologiques des Frères musulmans. Cependant, la bibliothèque contient également un grand nombre d’ouvrages antisémites, la salle d’exposition affiche des textes exaspérant « les mensonges des sionistes » et « le nettoyage ethnique » d’Israël.

L’un des textes est d’une organisation proche du Hamas dont le président a récemment déclaré que l’État d’Israël est un parasite : « Il suce le sang des Etats-Unis». Un islam «positif» et «pluraliste» doit être montré à La-Chaux-de-Fonds, « sans aucune revendication politique».

Le musée peut être considéré comme un excellent exemple de la propagation d’un islam politique qui apparaît tolérant et moderne, mais qui finalement met en danger la démocratie et les droits fondamentaux. La propagation de ce phénomène préoccupe la plupart des pays d’immigration de l’Europe occidentale, et inquiète les services secrets, les scientifiques et les musulmans libéraux.

L’islamisme dit légaliste représente probablement la plus grande menace à long-terme que les djihadistes barbus qui sème les troubles ouvertement parmi les infidèles et applaudissent les actes de terrorisme.

Quelle stratégie adoptent-ils ces islamistes ? À l’intérieur, ils disent aux gens « Nous sommes différents, nous avons nos propres valeurs et la société ne veut pas de nous ». Au monde extérieur, ils se présentent comme étant une minorité tolérante mais discriminée ayant besoin de l’argent de l’État. Certains d’entre eux poussent cette différence très loin en exploitant le symbole de genre, recherchent des contacts avec des associations juives et se font prendre en photo avec des militants LGBTQ+. « Le lendemain, ils invitent un prédicateur qui prône la violence contre les femmes et justifie la lapidation des homosexuels », a expliqué un partisan.

Le mouvement international le plus important qui lutte pour l’islamisation légale des sociétés occidentales est celui des Frères musulmans. Ils propagent une troisième voie entre le capitalisme et le socialisme : la population musulmane doit être ré-islamisée, libérée des impérialistes et des colonialistes et nettoyée des mauvaises influences.

Persécutés dans de nombreux pays arabes, les partisans des Frères musulmans se sont installés en Europe depuis les années 1950 et ont tissu de nouveaux réseaux, qui sont désormais promus principalement par le Qatar et la Turquie. Il s’agit d’un réseau décentralisé de mosquées, d’associations, de fondations, de partis, d’instituts, de groupes de réflexion et d’universités qui sont liés les uns aux autres à travers des rapports personnels, ou financièrement et parfois simplement idéologiquement. Selon des scientifiques et des rapports des services secrets, ce réseau inclut la Fédération des organisations islamiques d’Europe (FIOE, Conseil des musulmans d’Europe depuis 2020) et l’Organisation internationale de secours, Islamic Relief, qui a également collecté des dons en Allemagne, en Autriche et en Suisse.

Grâce à leur rôle autoproclamé de victimes, les partisans et sympathisants des Frères musulmans réussissent à plusieurs reprises à être perçus dans la politique et les médias comme des partenaires antiracistes ouverts au dialogue et ayant besoin d’être soutenus dans leur lutte pour le voile et contre les préjugés.

L’influence des Frères musulmans peut être vue, entre autres, dans le Musée suisse mentionné ci-dessus. Là, la réalisatrice et son mari militent depuis des années pour un islam conservateur et séparatiste, censé libérer l’Occident moralement dégénéré, auquel les médias accordent beaucoup d’intention. Elle a expliqué qu’il n’y a de place pour la nudité que dans le mariage et qu’il faut séparer les filles et les garçons dans les piscines, et que l’homosexualité est «l’affaire des pays riches » parce que : « si tu n’as rien à manger, tu ne penses pas à l’homosexualité ».

Toutefois, beaucoup pensent que ce musée montrera une «vision positive de l’islam» apolitique. Entre-temps, on en sait beaucoup sur le contexte idéologique et financier du projet. En 2019, des journalistes français ont publié des relevés bancaires et des documents dans le livre « Qatar Papers ». Selon ce dernier, des organisations qataries liées à l’État en Europe ont investi plus de 100 millions d’euros dans des institutions proches des Frères musulmans. Selon «Qatar Papers», le couple suisse a reçu environ 1,4 million de francs du Qatar pour le musée. Le Centre de recherche MENA a déjà publié un rapport sur ce sujet.

Les services secrets français ont classé le mari en tant que militant islamiste : il était proche des Frères musulmans et agissait comme trésorier de leurs organisations. Les services secrets sont arrivés à cette conclusion après l’avoir arrêté aux frontières françaises avec 50.000 euros en liquide dans ses bagages.

Tous les deux ont indiqué publiquement que deux personnes ont considérablement façonné leur pensée et leurs croyances : Tariq Ramadan et Sheikh Al-Qaradawi.

Ramadan est le petit-fils du fondateur des Frères musulmans, Hasan al-Banna. Il est considéré comme le pionnier d’un islam formellement modéré mais essentiellement incompatible avec les droits démocratiques fondamentaux. Depuis qu’il a été accusé de viol en France, il se pose en victime d’une intrigue sioniste et se bat contre l’Occident soi-disant islamophobe.

Malgré qu’il ait pris ses distances, Al-Qaradawi est l’un des pionniers les plus importants des Frères musulmans modernes. Le chercheur, qui vit au Qatar, a atteint un public de millions de personnes avec ses programmes sur Al Jazeera. Il est également le président de longue date du « Conseil européen pour la fatwa et la recherche », fondé en 1996. Comme Tariq Ramadan, Al-Qaradawi est souvent considéré à tort comme un islamiste modéré parce qu’il s’oppose aux mutilations génitales féminines et condamne les attentats terroristes, au moins quand ils ne frappent pas Israël, où la terreur est la bienvenue.

Son livre « Le licite et l’illicite en Islam » montre également que « modéré » est un terme flexible. Dans ce livre, qui est également lu dans certaines écoles islamiques d’Europe, Al Qaradawi condamne tout, de l’épilation des sourcils aux tatouages, en passant par les femmes nues et non dévoilées. Il parle d’égalité dans le mariage, mais accorde à l’homme, en tant que chef de famille, le droit de frapper la femme si elle « se rebelle ouvertement ».

La fornicatrice et le fornicateur sont chacun punis de cent coups de fouet, tout comme les homosexuels, pour lesquels la peine de mort est également justifiée. Sanctions sévères, concède Al-Qaradawi, mais nécessaires pour garder la communauté propre des «éléments déviants». Le savant égyptien a un jour parlé des Juifs dans un discours télévisé. Ils ont subi, a-t-il dit, une « punition divine » de la part d’Adolf Hitler. Ses méthodes étaient « peut-être exagérées », mais : «Il a renvoyé les Juifs à leur place».

Les conséquences des idées propagées par les Frères musulmans se font sentir dans les pays musulmans, mais aussi dans certaines villes européennes. Là, les manifestants ont scandé «la mort aux Juifs» et « Hamas, Hamas, tous les Juifs dans les chambres à gaz ». Les juifs et les homosexuels sont agressés à plusieurs reprises par de jeunes hommes issus de cultures arabes, et il y a également eu des morts et des blessés graves.

Il serait d’autant plus important que les institutions gouvernementales et les associations islamiques prennent clairement leurs distances avec les tenants de cette idéologie. Plusieurs pays – dont l’Allemagne, les États-Unis et les Pays-Bas – ont mis un terme à leur coopération avec Islamic Relief, après que ses dirigeants ont publiquement exprimé leur antisémitisme.

Même dans les grandes associations islamiques, il y a une volonté limitée ou – selon l’interprétation – des moyens limités de démarcation. C’est un problème pour les musulmans libéraux en particulier : puisque ces associations se considèrent comme elles représentent tous les musulmans, elles façonnent l’image de la population musulmane, même si les enquêtes montrent que la population est beaucoup moins religieuse et conservatrice.

Les associations islamiques en Europe propagent un islam dominant et se distancient souvent publiquement de l’extrémisme et de l’usage de la violence. Dans la pratique, cependant, la question de savoir où finit le dogmatisme religieux et où commence l’extrémisme politique reçoit souvent une réponse très généreuse.

Toutefois, des représentants d’associations islamiques sont fréquemment apparus lors d’événements et de collectes de fonds organisés par l’organisation humanitaire, Islamic Relief, ces dernières années. Ils annoncent même régulièrement des webinaires ou des cours d’initiation avec des universitaires appartenant au milieu universitaire des Frères musulmans.

Le sujet des Frères musulmans et de l’extrémisme est sensible pour les communautés et les associations concernées. Parce qu’ils veulent être l’interlocuteur privilégié des autorités en matière d’islam, de dialogue interreligieux, de l’accompagnement pastoral, de radicalisation et de prévention contre l’extrémisme. En conséquence, les représentants des associations réagissent avec sensibilité aux critiques. Des accusations sont rapidement portées selon lesquelles ils veulent diaboliser tous les musulmans et les placer sous la suspicion générale.

Ce n’est donc pas une contradiction que dans ses statuts et ses déclarations il se prononce contre l’extrémisme et pour un « islam du milieu » tout en tolérant des positions radicales dans parmi ses rangs, car le concept d’un islam du milieu n’exclut pas l’ouverture aux positions radicales et extrêmes. Au contraire : elles ont été largement développées par Al-Qaradawi, dont les positions ne sont pas l’expression d’un socialiste du centre.

Pour Al Qaradawi, l’islam du milieu signifie seulement qu’il rejette les tendances libérales de l’islam tout autant que les « exagérations » des terroristes djihadistes. En effet, « intermédiaire» sonne bien mieux que Frères musulmans, le concept est très populaire auprès de ses militants et sympathisants.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA