Les groupes de mercenaires en Syrie : mécanismes de formation et motifs d’opération

Par : Rasheed Hawrany

L’importance de cette étude tient au fait qu’elle met en lumière l’utilisation de mercenaires sous forme de milices organisées.

Ce phénomène est typique des conflits armés en général et en particulier en Syrie, où ces groupes ont été formés sur l’approbation officielle du régime politique en place et s’adressent à sa population.

Cette étude examine également le mécanisme de formation de ces groupes, leurs types et les motivations de leurs militants à travers les titres suivants :

  • La définition des groupes de mercenaires et ses mécanismes de formation
  • Les motifs des États à partir de groupes de mercenaires
  • Les groupes mercenaires militaires, sectaires, nationaux et idéologiques en Syrie
  • La nécessité pour les groupes de mercenaires russes en Syrie

Introduction

La révolution syrienne, qui a commencé le début de 2011, a clairement défini ses objectifs et envisagé son parcours parmi les Syriens, exprimant une instabilité sociale, politique et économique.

Ils ont suivi le mouvement révolutionnaire à la fois des problèmes existants et potentiels pouvant survenir du fait des procédures du régime d’Assad visant à motiver les contradictions identitaires à un stade précoce de la Révolution, annonçant ses principes clairs, à savoir renverser le régime d’Assad et respecter l’unité nationale et fonder une société sur l’égalité, la justice et la dignité, la liberté, et lutter contre la corruption qui domine la structure des institutions de l’État.

Les procédures répressives violentes comme les arrestations arbitraires, la torture, les meurtres, les enlèvements et les raids menés par le régime d’Assad ont poussé les gens à prendre les armes et à se défendre.

Ce fut le noyau de la formation de l’armée syrienne libre à un stade ultérieur. Il était associé à la défection de conscrits et d’officiers de l’armée syrienne.

Ces transfuges formaient des bataillons et ces bataillons étaient considérés comme un prolongement de la révolution pacifique en raison de leur solidarité nationale et sociale.

Ils ont défié les divisions ethniques et sectaires. L’armée syrienne libre a été créée à l’origine pour protéger les civils de la suppression de la sécurité et des forces militaires du régime.

Cette nouvelle armée met l’accent sur la solidarité et poursuit l’objectif de la révolution syrienne.

Cependant, le régime travailla dur pour militariser la révolution et politiquement intriguer pour renforcer l’intervention étrangère afin de pouvoir jouer à ce jeu en utilisant des pouvoirs déséquilibrés.

Cela a conduit à davantage de complications et d’interrelations entre la Révolution d’une part et les complications régionales et internationales d’autre part, qui ont affecté la mobilité pacifique en général et les objectifs de la Révolution en particulier.

La militarisation de la révolution a conduit à de nombreuses pratiques militaires et politiques, telles que l’intervention étrangère, qui ont contribué à changer le cours de la révolution en se basant sur un déséquilibre du pouvoir et en compliquant les changements révolutionnaires.

Cela a été clairement constaté dans les récents accords conclus entre le Nord et le sud de la Syrie. La militarisation de la révolution l’a rendue liée à une idéologie et à une ségrégation spectrale.

Le recours à des milices mercenaires a également contribué à renforcer la domination militaire sur le terrain.

L’armée syrienne n’a pas pu réprimer la révolution syrienne en raison de la faiblesse structurelle de cette armée et de l’expansion des conflits et des problèmes internes dus à sa corruption profondément enracinée et à sa non-appartenance.

Tous ces faits ont poussé le régime d’Assad à former des milices mercenaires tels que des comités publics et ce que l’on appelle des « shabehas ».

Le régime a eu recours à l’alignement sectaire et à la tentation de l’argent, comme dans le cas de (Al Wadi Militias dirigé par Besher Yazaji à Homs et de la brigade Hadar de Durzis à Suweida).

Après avoir constaté cela, l’Iran s’empresse de former ses propres milices sectaires et de les déployer dans tout le pays.

L’Iran avait deux objectifs principaux : premièrement, il voulait affaiblir l’institution militaire syrienne pour pouvoir influer sur la décision officielle du régime syrien.

Deuxièmement, l’Iran voulait provoquer des querelles sectaires. Les alliés du régime ont continué à utiliser des milices mercenaires, comme certaines milices de partis arabes. Chaque entité avait un objectif différent.

Des mercenaires russes ont été pris pour cible dans le nord-est de la Syrie par la Coalition internationale.

Définition des groupes de mercenaires et mécanisme de formation

En 1977, aux termes du Protocole n° 1 annexé aux Conventions de Genève 4, l’article 47 définissait les mercenaires comme toute personne qui :

  • est spécialement mobilisé localement ou à l’étranger pour combattre dans un conflit armé ;
  • participe réellement aux hostilités ;
  • est motivé par des motivations ou des avantages personnels et est payé par les parties impliquées dans le conflit ou leurs agents pour un montant beaucoup plus important que les militants occupant des postes similaires dans l’armée locale ;
  • n’est ressortissant d’aucune des parties en conflit ni citoyen de tout territoire dominé par l’une de ces parties ;
  • n’est membre des forces armées d’aucune des parties en conflit ;
  • n’est pas officiellement délégué par un pays qui n’est pas impliqué dans le conflit en tant que membre du personnel des forces armées.

Toutes les conditions mentionnées ci-dessus devraient être là pour considérer un militant comme un mercenaire.

Les mercenaires sont ceux qui sont recrutés pour se battre pour un autre État que le leur.

Ils le font pour des gains personnels qui n’ont rien à voir avec des intérêts humanitaires, moraux ou politiques.

La formation de groupes de mercenaires dépend des problèmes suivants :

La formation de mercenaires dépend d’une base idéologique et d’une mobilisation basée sur le sectarisme ou des partis politiques, comme dans le cas syrien où les chiites se sont alignés sur le régime d’Assad.

La majorité de ces mercenaires sectaires sont venus à la suite d’une propagande de mobilisation des mobilisateurs sectaires à l’aide de forums religieux soutenant le combat pour Assad en Syrie.

Les mosquées, les chaînes de Husseini, les chaînes satellites, les journaux et les magazines ont tous été utilisés pour cette propagande.

Les médias sociaux tels que Facebook, Tweeter et les forums ont également été utilisés.

Tous ces moyens de mobilisation dépendaient de l’appel direct au combat à travers des brochures, des chansons et des photos de scènes de combats. Sur certaines photos, Zainab, figure religieuse des chiites, portait un drapeau rouge.

En outre, Bashar Assad dépendait de combattants arabes de pays arabes dépendant de certains partis nationalistes comme le Parti social nationaliste syrien qui existe au Liban et en Syrie.

  • La tentation de l’argent et l’exploitation du statut social et économique ont poussé de nombreux Afghans, par exemple, à se joindre à la lutte, souffrant du chômage.

Ils ont été tentés par la possibilité de rester en Iran à la fin pour émigrer en Europe.

Certains d’entre eux se sont livrés au trafic de drogue à la frontière iranienne. D’autres accèdent au marché du travail iranien en dépit de toutes les difficultés que rencontrent généralement les émigrants clandestins.

L’Iran était plus intéressé par ces mercenaires et par leur besoin d’emplois et a réussi à en mobiliser un grand nombre pour la lutte pour Assad en Syrie.

Leur sensibilité religieuse a été provoquée en même temps que la tentation de l’argent. Un combattant afghan reçoit généralement entre 350 et 500 $ par mois en plus de la résidence permanente en Iran à son retour.

 Ils ont des privilèges qui ne sont pas attribués aux combattants iraniens.

Lorsque ces mercenaires étrangers non identifiés sont tués, ils ne coûtent jamais au gouvernement iranien de devoir financier comme les nationaux.

Le réseau syrien pour les droits de l’homme a documenté de nombreux cas dans lesquels le régime d’Assad a mobilisé des criminels condamnés à mort et autres détenus et les a envoyés au front avec la promesse de les libérer après avoir fini de se battre.

Magnum, un brigadier russe à la retraite, a déclaré que les salaires versés par Shivika, un groupe de mercenaires russes, s’élevaient à 80 000 $ par mois. Cela lui permet d’envoyer 1000 combattants par mois.

  • La psychologie des mercenaires :

Travailler en tant que mercenaire peut attirer ceux qui aspirent à s’enrichir ou ceux qui ont des tendances criminelles comme les anciens militants et le personnel de sécurité.

De telles personnes sont généralement issues de classes sociales évincées, d’opportunistes ou de personnes désespérées, faciles à influencer et à persuader à l’aide de doctrines répondant aux exigences du recruteur.

  • Les motifs des États qui forment des groupes de mercenaires

Conformément à leurs stratégies visant à atteindre leurs intérêts et à étendre leur domination, certains États ont recours à des solutions militaires pour mener à bien leurs plans en fonction de groupes de mercenaires, récemment appelés sociétés de sécurité.

Ces stratégies visent à atteindre deux objectifs:

  • Objectifs internes

La dépendance de Poutine vis-à-vis des mercenaires étrangers en Syrie, par exemple, est destinée à l’aider à repousser l’opposition interne, en particulier après avoir déclaré son intention de présenter sa candidature à l’élection présidentielle russe de 2018.

Disposer de statistiques sur les personnes tuées en Syrie aiderait l’opposition russe à se faire entendre.

De plus, les mercenaires russes qui combattent en Syrie ne sont pas officiellement admis par le gouvernement russe, bien que ces opérations militaires soient menées en collaboration avec des officiers russes travaillant en Syrie.

Certains autres mercenaires sont recrutés par d’autres pays, tels que les Émirats arabes unis, en tant que sentinelles ou gardes de sécurité internes pour des installations pétrolières, des gratte-ciel et des déploiements d’urgences en temps de crise.

  • objectifs externes

Les pays tiennent à préserver leurs intérêts économiques en dehors de leur pays.

Les mercenaires russes, par exemple, ont pris la responsabilité de protéger les testaments de pétrole et de pétrole libérés de l’Etat islamique en Syrie. La police européenne exerce ses activités illégales sous le titre de Wagner.

La Syrian Oil Company a signé un contrat de 48 pages avec les Russes, ce qui implique que la Russian Oil Company prendrait 25 % du pétrole et du gaz des testaments restaurés.

Les mercenaires russes ont joué un rôle clé dans la réalisation des objectifs de Poutine lors de son accession au pouvoir en 1999. Ils ont contribué à renforcer la position de la Russie sur la scène internationale en tant que puissance incontournable.

De même, des mercenaires recrutés par les Émirats arabes unis ont aidé les autorités émiriennes dans leurs tâches militaires au Yémen.

Généralement, les gouvernements recrutent des mercenaires uniquement pour échapper à toute conséquence juridique.

Par exemple, la loi russe n’autorise pas les entrepreneurs militaires à travailler à l’étranger, mais autorise les forces spéciales à protéger les installations, les personnes et les moyens de transport.

Le droit pénal russe ne permet à aucune entreprise militaire privée de participer à des opérations militaires ou à des activités mercenaires.

Les pays occidentaux accusent Moscou d’armer et de financer des militants de l’opposition en Ukraine et à Moscou, tout mercenaire russe est présent à titre individuel.

L’existence de mercenaires nuit aux peuples qui cherchent la liberté ou luttent contre l’occupation étrangère ou les tyrans. Entre-temps, ces pays sont confrontés à des problèmes de capacité à contrôler ces mercenaires et à coordonner leurs activités avec les forces armées formelles.

C’est la raison derrière de nombreux cas d’assassinat de dirigeants de groupes de mercenaires.

  • Les groupes de mercenaires en Syrie 

Des mercenaires motivés par l’idéologie, l’argent ou le sectarisme, comme les Iraniens et les Afghans :

La formation de groupes de mercenaires et de milices par le régime d’Assad a entraîné la destruction de la structure sociale de la Syrie.

Il a commencé à mettre en place des groupes de shabehas publics et des forces de défense « nationales », puis a encouragé plus tard d’autres groupes à être rattachés aux branches de la sécurité.

Cela a ouvert la porte aux milices iraniennes, à certains partis arabes et à des mercenaires russes pour qu’ils envoient leurs militants en Syrie.

En conséquence, le régime d’Assad a désespérément tenté de conserver une base solide de ce mélange.

En termes de motivation, les milices mercenaires peuvent être divisées en trois parties :

Milice

Milice

Milice

1

Hezbollah libanais

15

Corps d’Al Quds

29

Brigade Imam Ali

2

Brigade Al Redah

16

Asa’eb Ahal Al Hak

30

Bataillons Haydar Al Karar

3

Hezbollah irakien

17

Milice Sader

31

Mouvement Nujaba’a Hezbullah

4

Brigade Zu Al Fakar

18

Brigade Kafeel Zainab

32

Divisions Talae ’Al Kharasani

5

Baker Al Sadre- bader aile militaire

19

Brigade Asadullah Al Ghalib

33

Brigade Al Ma’soum

6

Al Wa’ad Al Sadek

20

Brigade Al Mua’amal

34

Brigade Al Hassan Mujtaba

7

Régiment d’intervention immédiate

21

Al Abbas Battalion

35

Régiment de raids émergents

8

Bataillon Al Zahra’a

22

Brigade Imam Husein

36

Bataillons Sefeen

9

Bataillon Qamar Bani Hachem

23

Brigade Zainabyoun

37

Brigade Ammar Ben Yaser

10

Brigade Fatemyoun afghane

24

Shaheed Al Mehrab Bataillon de Bulbul en Syrie

38

Brigade Lutef

11

Bataillons de Sayed Al Shuhada’a

25

Le jour promis Brigade d’Irak

39

Parti Al Da’wa de Nouri Al Malki

12

Brigade afghane Baket Al Laah

26

Wali Al Amer Corps

40

Hurras Al Akeeda d’Irak

13

Brigade Sa’da du Yémen

27

Brigade Al Hamd d’Irak

41

Mouvement Ibdal

14

Armée du Mahdi irakienne

28

Abu Al Fadel Abbas

 

 

Il est à noter que lorsque les Afghans sont capturés par les rebelles syriens, le régime d’Assad ne paie jamais de rançon ni ne réclame de prisonniers.

Lorsqu’il a contacté Suhail Al Hassan, un haut responsable de l’armée syrienne, à propos de six Afghans capturés par les rebelles, l’un des dirigeants des rebelles, qui a dirigé les négociations avec le régime, a déclaré que cet officier lui avait dit de faire ce qu’il voulait avec les six prisonniers et qu’il pourrait les tuer s’il le souhaitait.

Certains mercenaires sont venus en Syrie en raison de leurs idéologies ou de leurs nationalismes, telles les milices des partis arabes, bien que leur participation fût symbolique et peu efficace. Cette lacune était due à un manque de coordination, a déclaré A’asem Kanso, membre du parlement libanais du parti Ba’ath.

Milice

Milice

Milice

Al Jaleel Forces palestiniennes

11

Gardes nationalistes arabes d’Égypte

6

Parti arabe tawheed — Wear’an Wahab

1

Parti démocratique arabe — Refa’at Eid

12

Tendance Arabi de Shaker Berjawi

7

Al Baath Pary – Asenm Kansou

2

Association du travail de Zaher Khateeb au Liban

13

Parti socialiste nationaliste syrien du Liban

8

Mouvement Amal du Liban

3

Front public pour la libération d’Iskandaroun — Ali Kayali

14

Divisions de la Défense de Mustafa Hamdan — Liban

9

Parti nationaliste arabe — Liban

4

Front de libération publique — Ahmad Jebreel

15

Brigade palestinienne Al Quds à Alep

10

Front public de lutte des Palestiniens syriens

5

Des mercenaires motivés par l’argent comme des mercenaires russes, comme indiqué dans le tableau ci-dessous :

Milice

Milice

Milice

Groupe russe Nuran

3

Groupe Wagner qui correspond à Black Water des États-Unis d’Amérique

2

Corps de Slovénie — établi par des officiers retraités russes

1

La plupart des mercenaires russes sont des extrémistes nationalistes qui exigeaient de punir toutes les anciennes Républiques islamiques de l’Union soviétique dans le nord du Caucase.

Ces républiques souffrent du manque d’aides sociales fournies par le gouvernement russe. Les extrémistes nationalistes disent qu’ils ne veulent pas que les djihadistes tchétchènes reviennent chez eux.

Ils devraient être tués en Syrie. Un autre objectif est de restaurer le rôle de la Russie en tant que puissance de souper et de mettre fin à la polarité mondiale.

En plus des combats en Syrie pour des raisons commerciales telles que le lis noir à emmener en Grèce ou des chasseurs de gazole, certains groupes de mercenaires ont commis de nombreux massacres, notamment des massacres sectaires.

Un réseau syrien pour les droits de l’homme a documenté 1147 Syriens tués par ces mercenaires sectaires depuis qu’ils ont commencé à se battre pour le régime d’Assad en 2015.

  • La section 1 de l’article 359 de la loi pénale russe stipule que toute personne qui soutient, finance ou entraîne ou utilise des mercenaires dans le cadre d’un conflit armé ou d’une action militaire sera condamnée à une peine de quatre à huit ans d’emprisonnement.

La section 3 du même article indique également que tout mercenaire prenant part à un conflit armé ou à une action militaire sera condamné à une peine de trois à sept ans d’emprisonnement.

Mais, en novembre 2016, un nouvel article a été délivré pour permettre aux étrangers de servir dans les soi-disant missions de lutte contre le terrorisme ou de maintien de la paix sans que le Parlement russe ait à les ratifier.

La Russie a modifié la loi sur le service militaire à la fin de l’année dernière. Cet amendement donnait aux experts militaires la possibilité de signer des contrats à court terme avec le ministère russe de la Défense afin de renforcer la présence militaire russe en Syrie.

À la suite des frappes aériennes américaines qui ont visé les milices russes le 7 février 2018, la discussion de cette question a éclaté.

La Russie utilise généralement ces groupes pour des opérations offensives à haut risque telles que l’attaque de Palmyre, ou pour renforcer l’influence de la Russie et les intérêts nationaux sans la participation directe et formelle du gouvernement russe.

Cela a permis à la Russie de se sentir fière de ne pas avoir beaucoup de victimes ou de morts parmi ses troupes par rapport aux États-Unis en Afghanistan et en Irak, et d’éliminer son rôle en Syrie.

Le ministère russe de la Défense a affirmé ne pas connaître ces mercenaires et leurs activités. Cette politique a été dictée par de hauts responsables du Kremlin lorsque le ministère de la Défense a parlé des mercenaires russes dans l’est de la Syrie et de son plan visant à capturer les ressources naturelles syriennes.

Les groupes de mercenaires suivants sont les plus importants en Russie :

  • Le groupe Wagner est un établissement militaire fondé par Demetry Autkin. Demetry Autkin est un ancien officier de sécurité ukrainien qui travaillait pour le renseignement militaire soviétique. Il s’est battu contre les séparatistes ukrainiens dans l’est de l’Ukraine en 2014.

Son établissement s’appelle Wagner et Yevgini Pregozhin, un homme d’affaires du Kremlin, est le principal soutien et fondateur de Wagner. Il est connu comme le cuisinier de Poutine. Il est le parrain de la tromperie électronique.

Les sociétés militaires privées n’étant pas autorisées en Russie, Wagner a été enregistré en Argentine. Environ 2000 combattants travaillent en Syrie. Cela équivaut à la moitié des forces russes en Syrie.

Ces mercenaires ont été entraînés dans un camp d’entraînement à Krasnodar, dans le sud de la Russie. Ce centre de formation appartient au ministère russe de la Défense.

Les mercenaires russes poursuivent leur formation en Syrie sous la supervision d’officiers russes et chaque mercenaire est payé 5 000 $. Ils sont équipés de véhicules blindés et de missiles avancés. Presque tous les mercenaires étaient des membres du personnel des forces terrestres, de la marine, de la défense aérienne et des forces spéciales russes.

En 2016, Yevgini Pregozhin a créé un autre groupe de mercenaires nommé europolice. La tâche principale de ce groupe est de se battre en Syrie pour obtenir le testament pétrolier en faveur du régime d’Assad.

Outre les mercenaires tués le 7 février 2018 par les frappes aériennes américaines, 32 mercenaires de la police européenne ont été tués et environ 80 autres ont été grièvement blessés lors des combats en Syrie. Le 30 juin 2017, des mercenaires Wagner sont apparus dans une vidéo alors qu’ils torturaient un jeune homme syrien.

Dans cette vidéo, la musique et la langue russes étaient clairement visibles. Une bande sur le bras d’un mercenaire disant : « Je veux juste vous faire très mal » a été vue dans la vidéo. Ce groupe a activement participé aux opérations militaires à Palmyre et à l’élimination des mines à Alep et à des batailles dans l’est de la Syrie.

  • Corps slovène :

C’est une entreprise de sécurité créée par des officiers russes et ukrainiens à la retraite. Il fournit des services de sécurité aux ambassades, aux missions diplomatiques, aux aéroports, aux ports de mer et aux entreprises privées.

On leur assigne généralement des opérations militaires de qualité, comme des raids rapides.

En Syrie, ils ont été déployés autour des aéroports et des bases militaires en raison de la nature de leurs tâches, telles que l’élaboration de scénarios pour les zones à haut risque, la planification, l’élimination des mines, la collecte de données et les opérations de renseignement.

  • Groupe mercenaire Turan :

C’est un groupe de mercenaires russes qui a été révélé par l’un des mercenaires combattant en Syrie lorsqu’il a parlé des groupes de mercenaires Wagner et Turan. Ces deux groupes n’ont aucun lien formel avec les institutions militaires russes malgré la nécessité d’une coordination pour mener à bien les plans de Poutine en Syrie.

Le mercenaire a ajouté que l’objectif de venir en Syrie était d’obtenir de l’argent. Lors de leur mobilisation, les mercenaires ont été informés qu’ils allaient protéger les entreprises de télécommunication, les postes de contrôle, les grues de traitement du pétrole et la reconstruction d’usines. Ils ont donc été surpris de se voir assigner des tâches de raid avec le bataillon qui a deux branches, l’une en Syrie et l’autre en Irak.

Conclusion

Lorsque les forces d’Assad ont reçu l’ordre de réprimer une révolution publique, elles sont devenues de plus en plus faibles et ont donc nécessité l’intervention de leurs alliés. Afin d’atténuer les pertes de forces militaires formelles, des mercenaires ont été recrutés.

Ces groupes de mercenaires ont évolué pour devenir des sociétés de sécurité bénéficiant de plus de pouvoir et de pouvoir pour la prise de décision et les politiques du pays hôte.

Bashar Assad a promulgué le 8 août 2013 son décret n° 55 pour délivrer des licences aux entreprises de sécurité. C’était une étape claire qui intégrait ces mercenaires dans l’armée d’Assad et dans les Shabehas.

Cela a ouvert la porte à davantage de violations et de crimes qui affecteront négativement la cohérence sociale de la société syrienne.


Copyright © 2019 The Middle East and North Africa Media Monitor.