Les instruments d’Erdogan : les extrémistes turcs de droite en Allemagne

Les relations entre l’Allemagne et la Turquie sont étroites et variées, mais aussi compliquées. Durant plusieurs années, ces relations ont connu des tensions croissantes. Les raisons de cette tendance se trouvent principalement à Ankara, où un régime autoritaire s’est installé sous le président Recep Tayyip Erdogan. Environ 2,8 millions de personnes d’origine turque vivent en Allemagne. De nombreux Allemands savent que le gouvernement islamiste d’Erdogan essaie de les influencer à travers l’Association de la mosquée Ditib, par exemple. En revanche, les activités des extrémistes turcs de droite en Allemagne sont moins connues

Les Loups gris, comme les nationalistes turcs aiment se nommer, sont l’un des plus grands groupes d’extrême droite en Allemagne. Une nouvelle étude menée par la branche berlinoise de l’ONG American Jewish Committee (AJC) estime qu’environ 18.000 personnes appartiennent à l’organisation extrémiste. A titre de comparaison : le Parti national démocratique (NPD) d’extrême droite compte environ 3600 membres, l’aile droite du parti AfD, officiellement dissout en 2020 et évalué par les services de renseignement locaux allemands comme d’extrême droite, comptait environ 7000 membres.

Les jeunes en quête de leurs racines

L’une des évolutions de ces dernières années, c’est que de plus en plus de jeunes immigrés de troisième ou quatrième génération sont sous l’influence des idées des Loups Gris, explique l’auteur de l’étude. De cette façon, les jeunes ont pu avoir de nouvelles identités lors de leur recherche de leurs racines. Pour montrer comment les Loups Gris approchent de leur groupe cible. Les réseaux sociaux et les styles musicaux tels que le rap et le hip-hop jouent un rôle important à cet égard. Il est difficile de négliger ces textes en termes de clarté : « Kurde, tu es brisé, tu n’es rien, c’est une bande criminelle de rap turc », comme on le voit dans la vidéo, et dans une autre vidéo : « Vous voulez insulter mon pays, je vais te donner la balle de grâce ».

Il y a quelques épisodes notables dans l’histoire de l’extrémisme de droite turc et de ses relations avec l’Allemagne : l’un des exemples est la visite d’Alparslan Turkes, fondateur du Parti d’action nationaliste extrémiste (MHP), à Franz Josef Strauss en avril 1978. Là-bas, le démocrate-chrétien bavarois a promis à son visiteur de créer un « climat psychologique favorable » pour les Loups Gris en Allemagne. En choisissant des alliés étrangers, Strauss avait souvent peu d’inquiétudes, et les deux politiciens avaient le même objectif, de combattre le communisme.

Turkes, décédé en 1997, a également insisté sur la proximité idéologique de son parti avec le Parti démocrate allemand (NPD) néo-nazi à la fin des années 1970. En 2009, après que le MHP avait remporté un succès retentissant aux élections locales turques, le leader du Parti national démocrate (NPD) de l’époque, Jörg Krebs, a tenté de réanimer l’alliance. En revanche, il a été verbalement attaqué par des camarades d’extrême droite, qui considéraient les Turcs comme étant leurs ennemis. Il n’y a donc pas eu de coopération entre les extrémistes de droite allemands et turcs.

Les nationalistes sont devenus plus religieux et les islamistes plus nationalistes

Il y a actuellement trois organisations opérant en Allemagne qui peuvent être attribuées à l’idéologie des Loups Gris : la Fédération des sociétés idéales démocratiques turques en Allemagne (ADÜTDF), dont le nombre des membres est estimé à environ 7000 en 2020, et la Fédération turque. – Les Associations Culturelles Islamiques en Europe (Atib), auxquelles appartiennent environ 1200 personnes, ainsi que l’Association des Associations Culturelles Turques en Europe (ATB). Il y a des alliances entre ces trois organisations.

Les groupes se sont consacrés à l’Islam à des degrés variables. Atib est une branche islamique du Mouvement national turc. Surtout, elle représente le nationalisme islamique. Le rapport de l’American Jewish Committee (AJC) montre que le MHP met davantage l’accent sur les caractéristiques générales de la Turquie. Mais ces dernières années, les deux parties se sont rapprochées. Les islamistes sont devenus plus nationalistes et les nationalistes plus religieux. Cela reflète la situation en Turquie, où le MHP fait partie d’une alliance avec le Parti islamiste pour la justice et le développement d’Erdogan depuis 2018.

Les Loups Gris d’aujourd’hui visent une « formule turco-islamique ». Les extrémistes de droite sont « l’un des instruments de la boîte à outils d’Erdogan lorsqu’il s’agit d’influencer la diaspora », selon un expert en la matière. Herbert Rolle, ministre de l’Intérieur de Rhénanie du Nord-Westphalie, a parlé en novembre 2020 d’« un vaste réseau de personnes et d’organisations qui ne se contentent pas de façonner activement les opinions au profit du gouvernement turc ».

Certains rêvent d’un vaste empire turc

Les Loups Gris ont une influence indirecte sur la compréhension prédominante de l’islam en Allemagne : (Atib) est une association avec le plus grand nombre de membres au sein du Conseil central des musulmans et fournit l’un des neuf membres du conseil d’administration. Le Conseil central participe, de son côté, à la réunion du congrès islamique allemand, qui a été lancée en 2006 par le ministre allemand de l’Intérieur de l’époque, Wolfgang Schäuble. Cela a conduit à des frictions parmi les conseils d’intégration et les cercles du dialogue interreligieux : par exemple, l’Association des jeunes alévis en Allemagne s’est retirée du dialogue interreligieux. Avec environ 15 pour cent de la population, les Alévis sont le deuxième plus grand groupe religieux de la Turquie et conservent une compréhension libérale de l’islam.

Certains Loups Gris parlent d’une race turque ainsi que d’une conspiration juive mondiale et du rêve du grand empire de Touran, qui s’étendrait des Balkans à l’Asie centrale. Mais beaucoup semblent aussi modérés, du moins en apparence. « Vous êtes Turcs européens », a indiqué Alparslan Turkes devant son public lors d’un événement à Essen à la fin des années 1990. Cela a donné naissance au slogan « Soyez allemand, restez turc ».

Des menaces contre les politiciens allemands

Dans la politique locale et nationale allemande, il y avait effectivement des candidats parmi les Loup Gris, par exemple à Gelsenkirchen, le conseil municipal a dû démissionner en raison de ses liens avec les nationalistes, mais un homme politique démocrate-chrétien de Duisbourg a continué son mandat. Cependant, les partis allemands influents sont trop importants pour que les nationalistes turcs puissent s’y infiltrer.

Les services de sécurité allemands affirment que seule une minorité des Loups Gris utilise la violence. Après la tentative du coup d’État manquée des forces militaires turques en juillet 2016, des institutions kurdes et des partisans du mouvement du prédicateur islamique Fethullah Gulen, en exil aux États-Unis et en Allemagne, ont été attaqués et agressés. En mai 2020, un Kurde a été tué à Dortmund. Sur sa page Facebook, l’agresseur a montré un « symbole du loup », où l’auriculaire et l’index sont étendus et le majeur et l’annulaire sont placés sur le pouce. Des hommes politiques allemands comme le député Vert du Bundestag Jim Ozdemir, qui critiquaient les Loups Gris, ont été menacés par des membres de l’organisation.

Durant les combats du Haut-Karabakh, au cours desquels la Turquie a soutenu l’Azerbaïdjan contre l’Arménie, il y a également eu des attaques contre des Arméniens en Allemagne : en juillet 2020, une voiture appartenant à l’ambassade d’Arménie à Berlin a pris feu. Fin 2020, un évêque arménien résidant à Cologne a signalé des menaces contre lui et ses concitoyens. « Les loups Gris vont vous atteindre ! », a indiqué une lettre qui lui était adressée, comme l’a dit l’ecclésiastique au ministre de l’Intérieur de Rhénanie du Nord-Westphalie, Herbert Rolle.

Une interdiction n’est pas prévue actuellement

En France, les Loups Gris ont été interdits fin 2020, et en Allemagne, le parlement s’est prononcé en faveur de l’interdiction. Une telle décision n’est pas imminente immédiatement, comme on dit dans les cercles sécuritaires, également parce que la plupart des extrémistes de droite turcs se comportent avec sagesse, ce qui rend difficile pour les autorités de prouver leur inconstitutionnalité devant les tribunaux. Le fait que (Atib) ait été mentionné pour la première fois dans le dernier rapport de l’Autorité de protection de la Constitution pour 2019 assure que le problème est reconnu et discuté. En Autriche, ils ont interdit les symboles du mouvement tels que le « salut du loup », le symbole du loup hurlant et la bannière aux trois croissants.

Bien entendu, l’interdiction ne fait pas disparaitre le mouvement, mais du moins c’est un signe qu’ils ont mis le doigt là où ça fait mal. Avant tout, il y aura un besoin de plus de travail pédagogique afin d’éviter aux jeunes de se radicaliser.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA