Les mercenaires syriens en Libye et la tromperie d’Erdogan

المرتزقة السوريين في ليبيا

Les deux mémorandums d’accord adoptés par le parlement turc le 21 décembre 2019 et le 2 janvier 2020 et qui autorisent à la présidence d’envoyer des forces militaires en Libye pour soutenir le gouvernement de réconciliation ont permis un retour efficace de la Turquie en mer Méditerranée. En effet, elle a élargi ses frontières maritimes et a commencé des opérations d’exploration pour y trouver du gaz d’une part, et entraver les projets régionaux, dont le plus important était le « Le forum du gaz de la méditerranée orientale », qui avait été annoncé en janvier 2019.

L’accord juridique avec le gouvernement Al Wifak des Frères musulmans a également contribué à soutenir la position maritime turque dans la lutte historique et le différend sur la souveraineté sur certaines îles méditerranéennes avec la Grèce. Comme on pense que cet accord retardera le plan gréco-israélien-chypriote, et pourrait rendre cet accord inapplicable.

Dans le contexte européen, la présence turque en Libye renforce la position turque face à l’Union européenne, notamment dans les dossiers de l’énergie, de l’immigration et de la sécurité, ce qui s’est manifesté dans son émergence en tant que concurrent de la France en Méditerranée. Sa présence active à la conférence Berlin 2020 a renforcé la présence turque en Libye. L’arrêt de la compagne de Haftar sur Tripoli, a conduit au renforcement de la position turque face à la coalition arabe qui soutient un projet politique contre le projet turc dans la région.

Retour à la case départ; De la Libye à la Syrie?!

Dès que le régime de Kadhafi est tombé en Libye, l’organisation mondiale des Frères musulmans En coordination avec la Turquie et le Qatar, a commencé le transfert des combattants islamiques libyens pour combattre en Syrie. Ils ont également transféré d’énormes quantités d’armes de l’OTAN et de l’armée libyenne vers la Turquie et de là vers la Syrie; Plus tard, ils formeront le noyau de l’organisation la plus terroriste de Syrie, l’État islamique.

Depuis décembre 2011, et sous l’attention du Conseil national de transition libyen, le membre des Frères libyens Abdelkrim Belhadj coordonnaient le transport de la première faction de combattants libyens, qui comptait 3250 personnes à partir de 2012.

En le même temps, la Turquie a coordonné le transfert des armes de l’OTAN – qui avaient été fournies à l’opposition libyenne pour renverser Kadhafi – vers la Syrie et l’un de ses médiateurs était Haitham Rahma, un syrien suédois membre des Frères musulmans.

En Syrie, les Libyens ont formé des brigades séparées. Le plus célèbre d’entre eux est la Brigade Al-Battar et le Bataillon Vert, tous deux appartenant intellectuellement et politiquement aux Frères musulmans.

De la Syrie à la Libye

À la suite des accords turco-russo-iraniens sur la Syrie, la Turquie a demandé aux combattants libyens de rejoindre la Libye et de soutenir le gouvernement de Saraj. Sur les 9 650 combattants libyens en Syrie, moins de 2 000 combattants sont rentrés en Libye, et ils n’étaient pas suffisants pour repousser les attaques de l’armée nationale libyenne. Ainsi, à la fin de 2019, les services de renseignement turcs ont commencé à chercher des alternatives humaines pour combler le manque de combattants libyens et ont pris la décision d’envoyer des combattants syriens en Libye.

L’objectif de la Turquie est…

  • Aider le gouvernement de Sarraj à consolider son pouvoir, conduisant à la division de la Libye et à la création d’un État islamique dans un processus similaire à ce qui s’est passé dans le nord-ouest de la Syrie.
  • Se débarrasser des combattants syriens, dont le maintien en Syrie pourrait constituer une menace pour les projets turcs dans le pays, en particulier à la lumière des accords suspects turco / russe / iranien.
  • Se débarrasser du fardeau économique résultant de la présence de centaines de milliers de réfugiés Syriens dans le nord de la Syrie, à la suite des accords de déplacement et de changement démographique conclus par la partie turque avec des représentants du régime syrien dans les régions (Zabadani / Madaya / Qalamoun oriental / Qalamoun occidental / Ghouta / gouvernorat de Daraa et Homs).

Mise en œuvre du plan turco-qatari

Après avoir terminé la bataille (de Nabaa al-Salam) contre les Forces démocratiques syriennes, à la fin de 2019, les services de renseignement turcs ont décidé de commencer à envoyer les combattants syriens en Libye. Le 15 décembre les services de renseignement turcs ont appelé les factions combattantes syriennes à une réunion urgente. Abu Furqan a présidé la réunion en sa qualité de représentant personnel de la personne la plus puissante de Turquie (Haqqan Fidan), car Abu Furqan est le chef du Comité de coordination de la sécurité syro-turque depuis le début des événements en Syrie.

Une personne mystérieuse a également participé à la réunion, le colonel Ghazi qui dirigera plus tard le processus de traitement et d’expédition de la Syrie vers la Libye.

Le colonel Ghazi parle bien l’arabe, et il a participé en tant que chef aux opérations du bouclier de l’Euphrate, à la branche d’olivier et au printemps de la paix, et il a des longues relations historiques avec les djihadistes. Il était responsable d’une grande partie du processus d’entrée des djihadistes en Syrie, en particulier entre 2011 et 2015.

ne personne syrienne a également été présente, Mohammed Rhal (Abu Mu’aaz). La plupart des chefs des factions qui ont assisté à la réunion ont montré leur approbation, tandis que d’autres ont demandé un certain temps pour examiner les chefs des autres factions qui ont immédiatement  accepté à savoir:

  • La Légion du Cham
  • Brigade Al-Mu’tasim
  • Brigade du Sultan Mourad
  • Brigade du Sultan Souleiman Shah
  • Brigade de Samarkand
  • Effectif Al Hamza
  • Le front du Cham
  • Les libéraux orientaux
  • Armée de l’Est

Les factions initialement conservées sont:

  • Armée de l’Islam
  • Faucons du Nord
  • Légion Rahman
  • Légion Al Majd

Les chefs de faction ont reçu 1 million de dollars en récompense pour avoir lancé le processus de recrutement.

Le rôle du renseignement qatari dans le processus de recrutement

Au moment où les renseignements turcs se sont tournés vers les factions de l’opposition, les services de renseignement qataris, fortement présents dans le nord syrien, se sont tournés vers les factions islamiques les plus extrémistes, classées internationalement comme des factions terroristes, en raison de la forte relation entre les deux parties. A noter que les services de renseignement qataris recrutent et envoient des combattants d’Al-Qaïda depuis le début de l’année 2019, et leur nombre est de 185 combattants jusqu’au début de 2020.

Avec l’entrée des Turcs sur la ligne de recrutement fin 2019, les Qataris ont envoyé d’autres lots, le nombre approximatif de ses combattants – selon nos sources – est de 150 militants.

 Le rôle du Qatar ne s’est pas limité à cela, mais il a plutôt demandé à la machine médiatique des Frères musulmans d’inciter les jeunes au djihad en Libye et de soutenir la Turquie dans sa guerre contre les ennemis de la nation islamique.

Mécanismes de recrutement

Premièrement: le recrutement des unités militaires

Dès la fin de la réunion, les chefs de faction se sont dirigés vers leurs unités et ont commencé à diriger les combattants vers la Libye, suivant la politique de la carotte et du bâton.

Les tentations étaient:

  • Un salaire mensuel varie entre 1200 et 2000 dollars (selon la tâche).
  • 3 mois de service incluant les vacances.
  • La citoyenneté turque à la fin de la mission.
  • Soins sanitaires et sécurité sociale pour tous les blessés en Libye.

Quant à l’intimidation:

  •  Réduire les salaires de tous ceux qui échouent.
  • Levée de la protection turque de la faction qui refuse de participer aux opérations.

Cependant, les combattants n’ont pas reçu les salaires promis par les services de renseignement turcs, et nous n’avons pas non plus obtenu une seule information confirmant que l’un des rapatriés avait obtenu la nationalité turque.

Deuxièmement: les tribus

Le commandant de division Suleiman Shah et le commandant en chef des forces (l’Armée nationale syrienne) en Libye, Muhammad al-Jasim (Abu Amsha), a été chargés de communiquer avec le Conseil des tribus et des clans syriens soutenu par la Turquie, afin de créer une force militaire se dirigeant vers la Libye.

Il a été convenu d’envoyer des groupes de combattants, à 200 combattants, pour une période de trois mois, à remplacer par un nouveau groupe lorsque le premier termine ses tâches en Libye. Abu Amsha a exigé que sa faction reçoive 200 $ pour chaque salaire, et les responsables du clan ont accepté cela et ont commencé à envoyer des combattants.

Sous le commandement des renseignements turcs, Ahmad al-Hayes, commandant de la faction Ahrar al-Sharqiyya, en plus du capitaine « Abu Ali» Hussein Hammadi, ont contacté les combattants déplacés de Damas, et de Homs, en plus des combattants des clans à l’est de Hama. Ils ont formé des unités de combat composées chacun de 200 combattants, et ils ont été envoyés successivement en Libye à partir du milieu du dernier Ramadan.

Le commandant de la brigade Sultan Mourad a également recruté des combattants des clans du nord de la Syrie et a réussi à former une force militaire de 50 combattants dirigée par « Hamido Al-Juhaishi » et cette force a été envoyée pour participer aux batailles de Tarhouna.

Troisièmement: les camps

Le processus de recrutement dans les camps syriens est mené par les factions syriennes, en plus de la Fondation SADAT de sécurité turque, dont les experts parcourent les camps de réfugiés à la recherche des jeunes les plus puissants.

Les camps du Nord de la Syrie déployés dans le gouvernorat d’Alep et le nord-ouest du gouvernorat d’Idlib étaient la cible la plus facile, car quelque 8000 jeunes (y compris des enfants) ont été recrutés dans ces camps entre mars et mai 2019.

Itinéraire:

Les chefs de faction fournissent des noms aux services de renseignement turcs pour examiner.

Après approbation, les mercenaires sont rassemblés dans l’un des camps d’entraînement spécialement préparés pour la guerre de Libye, dont les plus importants sont:

  • Camp d’Al-Zarifa dans la campagne d’Afrine.
  • Camp occidental à Jarablus.

Pendant cette période, une formation est dispensée à l’utilisation des armes légères et des cours intensifs sont donnés en soutien moral (religieux).

Après avoir terminé le cours (et dans de nombreux cas avant), les combattants sont envoyés à l’aéroport de Gaziantep ou à l’aéroport d’Adana, d’où ils sont transportés vers la Libye.

Nous avons repéré l’hôtel Unver à Adana comme arrêt pour de nombreux combattants y sont restés avant de se rendre à l’aéroport.

Après l’arrivée en Libye

Les combattants sont répartis dans les camps dont les plus importants sont:

  • Camp de Bsis
  • Camp d’Al Sawani
  • Camp de Zara
  • Abu Qurain (Syrte)
  • Base d’Al-Hussein (Syrte)

Ensuite, ils sont dirigés pour se battre sur les fronts

Coordination militaire en Libye

Les officiers turcs commandent l’artillerie, les missiles et les drones.

– Les Syriens sont jetés aux premiers rangs sur les fronts, ce qui se reflète clairement sur les pertes parmi eux.

– Les mercenaires syriens prennent en charge les tâches d’inspection et de déploiement après la fin de l’opération militaire, et les Syriens ont pris la méthode du («claquement»), c’est-à-dire la saisie de tout ce qui était sous leur contrôle, pour être revendu plus tard sur le marché d’occasion de Tripoli.

– Il y avait de grandes différences entre les combattants libyens et syriens.

De nombreux combattants syriens ont été accusés de travail pour des corps hostiles, ce qui a conduit nombre d’entre eux à être renvoyés en Syrie.

Comportements des libyens avec les forces de l’armée nationale

– Les convaincre de vendre les armes qu’ils possèdent en raison de leur faible prix en échange d’armes en Libye.

– Des éléments d’Al-Wefaq ont répandu du cannabis et de la drogue parmi les éléments syriens de l’armée nationale, en grande partie.

– Participation des éléments syriens au pillage des maisons et se rendre dans un centre de vente, qui est (le marché d’occasion) à Tripoli, afin de vendre le butin.

– Le vol de voitures «pick-up» que les Turcs ont fournies aux combattants syriens après les avoir transportés à travers les barges turques, qui sont des voitures très modernes, dont certaines sont blindées et d’autres qui contiennent des ouvertures pour tirer dans la voiture, certaines voitures étant vendues 100 mille dollars.

Certaines prisons ont été désignées pour les Syriens dans les zones du gouvernement Al-Wefaq, qui sont:

  1. Une prison dans la région d’Al-Zawiya, et le responsable de la prison est une personne libyenne connue sous le nom de Souris, et Muhammad Salem Bahron est né à Al-Zawia.
  2. La prison de Maitika, située à l’aéroport de Maitika et contrôlée par les forces de dissuasion.
  3. Prison du Major général Sulayman Shah, près de l’aéroport.
  4. La prison du district d’Abu Salim dirigée par Abdel-Hamid Madhghouti et qui est en relation avec une personne nommée Ghaniwa (Abdel Ghani Kakali).

Un grand nombre de Syriens ont été emprisonnés en Libye. Certains d’entre eux ont été arrêtés alors qu’ils se dirigeaient vers l’Europe, et certains d’entre eux ont été accusés de traiter avec des renseignements égyptiens, et certains d’entre eux ont été accusés de traiter avec des renseignements américains à l’instar de capitaine Ahmed Abu Omar, né à Jisr Al-Shughour, accusé de traiter avec les Américains et emprisonné par les forces de dissuasion dans la prison de Maitika.

Les forces syriennes sont exploitées en Libye pour résoudre des différends internes entre les factions libyennes, par exemple cette affaire est apparue après les différends qui ont eu lieu dans la région de Zawiya au troisième mois entre Cheikh Ramzi, le responsable des renseignements libyens avec la soi-disant souris dans la région de Zawiya, et la souris l’a ensuite frappé, et Cheikh Ramzi a continué avec Muhammad Al-Jassem (Abu Amsha) lui en a parlé, alors Abu Amsha a ordonné à 400 combattants de se préparer à prendre d’assaut Al-Zawiya. En raison de cette menace, la souris a cédé par crainte que les combattants syriens l’attaquent.

Désaccords sur les compensations financières :

Après de nombreuses promesses, il a été décidé d’accorder les salaires suivants aux combattants:

  • Chef de faction : 1 000 $
  • Combattant : 600 $
  • Administratif (cuisinier / auto / nettoyage) : 300 USD

A condition qu’une partie du salaire du combattant soit déduite au profit des chefs de la faction qui en est responsable (elle varie entre 50 et 200 dollars).

Quelques jours avant la finalisation de ce document nous avons reçu des informations indiquent que les unités de l’armée nationale situées en Libye recevaient un salaire mensuel ne dépassant pas les 4 600 Livre turque.

Autrement dit, il équivaut à moins de la moitié du salaire convenu antérieurement. Cette situation s’expliquait par le fait que les fonds étaient insuffisants, ce qui a incité des dizaines d’éléments à demander (objection) et à retourner en Syrie. En effet, cela a été fait à partir des éléments du Front AL Cham et légion Al Majd, et tout ce qui a été reçu pendant qu’ils étaient en Libye a été livré et les armes ont été placées dans des fiducies en attendant leur retour en Syrie.

Trois voyages veulent rentrer en Syrie à l’ordre de 160 membres par voyage.

Selon les informations reçues, les chefs de l’armée nationale, et au vu de leur grande avidité pour obtenir les fonds, ont nommé des personnes nommées par les transporteurs et les changeurs de monnaie pour chaque faction.

Et ces changeurs d’argent transfèrent le reste de la subvention chaque mois des combattants à leurs familles en Syrie, avant de recevoir 20 dollars pour chaque opération de transfert d’argent.

Autrement dit, les dirigeants ont établi des bureaux de transfert physique afin d’obtenir des fonds des éléments, ils essaient d’obtenir de l’argent de quelque manière que ce soit.

La source dit que la corruption a pénétré les rangs de l’armée nationale d’une manière sans précédent. A la date du 5/11/2020 et lors du voyage prévu des en Libye, un groupe d’éléments du Front Cham a été intercepté en train de transporter des psychotrope à l’intérieur de leurs armes. Ils ont été immédiatement arrêtés dans la ville turque d’Aintab et une enquête a été ouverte.

La source affirme que la contrebande de drogue de la Syrie vers la Libye est une pratique largement répandue à l’aéroport de Mitiga par l’intermédiaire des forces de l’armée nationale.

Statistiques et chiffres

Observations

Chiffre

Description

De fin décembre/jusqu’au 1er décembre 2019 à fin juin 2020

14650

Nombre total de mercenaires

La plupart d’entre eux sont disséminés dans le sud de la Libye

environ 350

Nombre total de jihadis (envoyés par le Qatar)

Retour volontaire ou obligatoire

environ 7000

Le nombre actuel de mercenaires syriens en Libye

 

160 combattants

Nombre de Syriens dans les prisons libyennes

Ou caché de la vue

environ 200

Le nombre de ceux qui fuient vers l’Europe

 

456

Le bilan des morts

Plus de la moitié d’entre eux sont des incapacités permanentes

environ 1800

 Le nombre de blessés

Beaucoup d’entre eux ont été rendus plus tard

350

 Nombre d’enfants recrutés

Résumé

Certes, le soutien des forces Sarraj a été l’une des raisons les plus importantes qui ont poussé le régime turc à plonger les combattants syriens dans la guerre libyenne, mais la principale raison – selon ce que nous avons vu de l’un d’entre eux – qui a poussé les Turcs à prendre cette décision, est la formation de forces militaires pro-turques déployées parmi les factions libyennes. Cela a engendré des pressions financières, militaires et sécuritaires sur le gouvernement de Sarraj.

Ce qui précède confirme ce qui suit:

Les brigades de mercenaires syriens n’ont pas démontré leur efficacité au combat dans les hostilités en cours en Libye.

La plupart des mercenaires syriens en Libye n’ont aucune expérience du combat.

Le fossé entre les combattants libyens et syriens s’est élargi et la relation entre les deux parties est caractérisée par la haine, la peur et l’appréhension.

Les Libyens traitent mal les mercenaires syriens et les factions (en particulier les Forces du bouclier libyen) surveillent les mouvements des Syriens, arrêtent et liquident les personnes soupçonnées de loyauté à des parties étrangères.

Le régime turc ne tient pas les dirigeants des factions syriennes pour responsables des violations commises par leurs combattants en Libye contre les citoyens libyens et leurs biens, mais les pousse plutôt à faire davantage de ces actions.

Le régime turc reçoit des millions de dollars du gouvernement Al-Sarraj sous prétexte qu’il a recruté et formé des mercenaires syriens.

En plus de ce qui précède, les Turcs ont un autre objectif, qui est de se débarrasser des combattants syriens dans le nord syrien, car de nombreux Syriens déplacés (en particulier des régions de Damas, Homs et Deraa) tentent de communiquer avec les Russes ou le régime syrien afin de retourner dans les régions d’où ils ont été déplacés.

Alors qu’un autre groupe de combattants réclame constamment la nécessité d’ouvrir des fronts avec le régime ou les Iraniens au lieu de se battre avec les «Forces démocratiques syriennes».

Les estimations indiquent que les camps du nord syrien comptent pas moins de cent cinquante mille personnes capables de porter des armes, et la plupart d’entre eux sont des enfants de la génération qui sont nés sous la guerre syrienne, dans des conditions difficiles, et la plupart d’entre eux n’ont pas eu la possibilité de s’instruire ou de travailler.

En ces derniers, les Turcs et leurs partenaires (les Frères musulmans, le Qatar et al-Qaïda) voient un environnement fertile pour équiper une génération extrémiste ignorante dirigée, prête à la guerre partout et à tout moment au profit des ambitions turques ottomanes.

Copyright et électronique et copyrights réservés au Centre de recherche et d’études MENA ©