Les objectifs stratégiques iraniens de la conversion de la zone syrienne de l’Euphrate en chiite

Les objectifs stratégiques iraniens de la conversion de la vallée syrienne de l’Euphrate en chiite ne sont pas liés aux conséquences du conflit en Syrie qui dure depuis sept ans. L’objectif iranien s’inscrit dans le cadre d’un ancien plan stratégique à travers lequel le régime théocratique de Téhéran a travaillé dans les pays arabes voisins.

Les campagnes de prédication visant à répandre la doctrine chiite se sont concentrées sur la campagne de l’est de Deir Ezzour, principalement à Hatla et Murat, Al Bu Kamal et les zones environnantes proches de la frontière irakienne. Cela devait faire partie d’un vaste processus de conversion de la doctrine chiite conduit par le régime iranien.

Ce processus de conversion des gens en chiisme remonte à 1987, alors qu’il avait commencé avec un nombre limité de prédicateurs. La stratégie a été basée sur la tentation de séduire les pauvres par l’argent. Ils voulaient simplement jeter les bases d’une communauté pro-iranienne. Les Iraniens ont suivi des méthodes culturelles et économiques implicites pour propager la doctrine chiite chez les résidents d’Al Rakkah et de Deir Ezzour avant le début de la révolution syrienne.

On peut dire que la doctrine chiite s’est répandue dans certains villages de Deir Ezzour des années avant la Révolution et qu’elle était très dominante dans deux villages, Hatla dans la campagne nord et Al Jafra dans la campagne orientale de Deir Ezzour dans laquelle 80 % la population s’est convertie à la doctrine chiite, alors que dans d’autres villages tels que Sa’awa et Al Kasra, environ 10 % de la population s’est convertie à la doctrine chiite.

La conversion des gens en chiites a d’autres objectifs non couverts que nous allons éclaircir en montrant les risques qui menacent l’unité de la société syrienne et l’indépendance de l’État syrien.

Objectifs politiques de la conversion à la Shia’a

Les objectifs cachés de l’Iran de convertir des personnes en chiite dans la vallée de l’Euphrate reposent sur leur stratégie visant à séparer les habitants d’Al Rakkah et de Deir Ezzour de ceux d’Al Anbar, en Irak.

L’intention principale de l’Iran est de diviser ces deux zones qui ont la même identité confessionnelle, c’est-à-dire sunnite. Selon le plan iranien, le fait de disposer de cette bande Shiite constituera une barrière entre les sunnites vivant au nord de Bagdad et la province d’Al Anbar, d’une part, et les sunnites syriens vivant dans les grandes villes à l’est de la Syrie, de l’autre part.

L’Iran y travaillait silencieusement en raison des mauvaises conditions de vie qui pesaient sur la population de la vallée de l’Euphrate avant la Révolution. L’Iran travaille toujours dur pour atteindre ses objectifs.

L’Iran était sur le point de mener à bien son projet visant à créer un creuset public local destiné à s’allier à l’Iran comme ce qui s’est passé au Liban et au Yémen avant son expulsion de la Syrie par la communauté internationale.

L’Iran a déployé des efforts considérables pour créer une nouvelle situation politique dans la vallée syrienne de l’Euphrate. Cette conversion sectaire créera une base pro-iranienne facilitant la prise en charge de son croissant chiite qui s’étend de Téhéran à la Méditerranée en passant par l’Irak et la Syrie.

Le Liban, la Syrie et l’Irak seront reliés à une seule administration politique à Téhéran, ce qui restaurera en quelque sorte la gloire du nouvel empire persan.

Selon cette perspective, le processus de conversion se déroule de nombreuses manières différentes dans la vallée syrienne de l’Euphrate.

L’Iran exploite la colère publique contre l’État islamique en Irak et Sham ISIS, ainsi que le besoin de la population d’aides humanitaires, d’éducation et de soins de santé, pour promouvoir son idéologie.

Les milices iraniennes et leurs alliés se sont mêlés parmi les civils pour mettre en œuvre le projet iranien en possédant des biens immobiliers et en accordant à ses mercenaires des documents de propriété syriens et en tenant les pauvres de se convertir à la doctrine de chiite.

Ces procédures peuvent nous aider à comprendre l’importance des changements démographiques en Syrie et en particulier dans la vallée de l’Euphrate. Nous pouvons également comprendre comment ces changements démographiques jouent un rôle clé dans la domination de la Syrie. L’Iran dépend de la disponibilité de l’argent, du cadre logique de son projet, de l’empire persan, en plus de la vision idéologique globale utilisée pour la domination politique et économique. Tous ces éléments sont cachés sous un seul titre, à savoir la conversion à la doctrine chiite.

Le projet iranien fait partie intégrante de la stratégie d’exportation de la révolution définie par le guide suprême, l’ayatollah Khamenei. Les dirigeants successifs de l’Iran ont toujours couvert cette théorie par des concepts illusoires tels que la résistance, l’unité du monde islamique et la guerre contre Israël. Ils le font pour maintenir les bases du jeu politique dans la région arabe et pour tordre ces concepts au service du projet de l’empire iranien.

Les efforts de l’Iran pour créer le croissant chiite signifient faire de ce passage géographique qui s’étend de Téhéran à la Méditerranée en passant par l’Irak, la Syrie et le Liban, une bande qui est inhibée par une majorité chiite.

Un observateur neutre du comportement politique et militaire de l’Iran qui comprend les objectifs des dirigeants iraniens peut facilement conclure que l’Iran travaille d’arrache-pied pour édifier son empire perse nationaliste. La restauration de la gloire de l’Empire perse ne peut être ressuscitée qu’en dominant l’Irak, la Syrie et le Liban.

Objectifs économiques de la conversion à Shiite

L’Iran ne peut pas atteindre ses objectifs de domination économique dans ces trois pays, l’Iraq, la Syrie et le Liban, sans protéger son croissant chiite. Ainsi, l’économie joue un rôle clé dans le renforcement de la domination iranienne. Depuis que l’Ayatollah Ali Khamenei est arrivé au pouvoir, l’Iran tient à créer ses propres cantons économiques au sein des pays arabes. Ces cantons sont destinés à se développer progressivement grâce aux lobbies économiques iraniens qui contrôlent l’économie de ces trois pays arabes. Ce projet est clair en Syrie, dans la mesure où l’État de Faqih prévoit de conquérir le plus possible les territoires syriens par des moyens militaires. Les Iraniens ont récemment acheté des biens immobiliers, notamment à Damas et à Alep.

Pour être réalisables, les objectifs économiques de l’Iran ont besoin de moyens militaires, politiques et idéologiques. Par conséquent, l’Iran tente avec ferveur d’avoir le dessus sur les ressources énergétiques en Syrie, y compris mais sans s’y limiter, les phosphates, le pétrole et le gaz, car la plupart de ces ressources se trouvent dans la partie orientale de la Syrie, la vallée de l’Euphrate et ses zones nomades.

L’Iran, qui cherche à dominer politiquement la Syrie, sait que la domination économique contribuera à rendre la Syrie hypothéquée politiquement par la volonté politique de Téhéran. C’est ce qui ressort clairement de nombreuses déclarations de responsables iraniens se déclarant profondément préoccupées par le régime syrien qui n’envisage pas les sacrifices consentis par l’Iran pour le défendre. Les Iraniens ont été irrités par les privilèges économiques éminents accordés aux Russes par le régime syrien. Ces déclarations révèlent la volonté de l’Iran d’exploiter les ressources économiques syriennes en soutenant un régime criminel répressif en échange de la pleine domination de la Syrie. L’Iran investit clairement dans l’éducation, la santé et d’autres services sociaux.

Ces investissements, qui ont été concentrés sur les zones pauvres qui souffrent du manque d’éducation dans certaines zones de la campagne de Deir Ezzour, constituent la base pour convertir les gens en doctrine chiite. Cela s’est produit dans des villages comme Jedeed Bakara, Al Harmoushia, Al Huseiniah, Sour, Hatllah, Murat et Sa’awah.

Le projet iranien de conversion en chiites, mis en œuvre à Deir Ezzour et Al Rakkah, dans l’est de la Syrie, vise à créer un statut démographique qui facilite toutes les activités idéologiques, militaires et politiques concourant à la réalisation de l’objectif fondamental de domination économique. Ce projet est la clé pour établir l’empire persan, un rêve pour les dirigeants iraniens. Il a été présenté pour la première fois par l’ayatollah Ali Khamenei, dirigeant de la Révolution islamique en Iran.

Les privilèges économiques accordés à l’Iran en Syrie peuvent être facilement retrouvés pour voir en quoi ces privilèges ont renforcé sa domination politique sur le pays en cas de retraite militaire sous la pression internationale. En conséquence, l’Iran a bénéficié d’investissements rapides et avantageux, tels que la troisième génération de services de télécommunication mobile, l’investissement stratégique de phosphate dans les mines de Khnaifees et le contrat de construction d’une raffinerie de pétrole près de Homs d’une capacité de 140 000 barils par jour.

Le rêve de l’empire iranien et ses obstacles

Le chemin menant au rêve iranien d’un empire perse s’étendant de Téhéran à la Méditerranée n’est pas pavé de roses. Ce projet se trouve au cœur de conflits ouverts à de nombreuses possibilités et impasses. La réalisation d’un tel projet nécessite des conditions matérielles, géographiques, démographiques et politiques. Ce projet tente d’utiliser les conflits internes qui submergent les zones ciblées. Si ces conflits sont réglés, si les projets nationaux progressent et si les intérêts nationaux sont prioritaires, le rêve iranien risque de s’effondrer.

Il y a des puissances régionales et internationales qui travaillent dur pour faire avorter le projet iranien parce que ces puissances ont des intérêts qui contredisent le rêve iranien d’un empire persan. Les États-Unis d’Amérique, par exemple, surveillent de près l’évolution des activités de l’Iran tant à l’intérieur qu’à l’étranger. En fin de compte, les États-Unis d’Amérique savent que l’Iran œuvre pour ses propres intérêts et son projet d’empire sur le terrain en Syrie et dans d’autres parties du Moyen-Orient.

Israël, qui a également été alerté et surveille de près la tactique iranienne, considère le repositionnement militaire et économique de l’Iran comme une menace stratégique pour l’existence d’Israël.

En conséquence, les lignes rouges israéliennes ont été soulignées en faveur de la domination militaire de l’Iran en Syrie, mais Israël s’occupe de ce projet selon ses propres perspectives et son agenda privé. Israël a travaillé en corrélation avec les rôles russe et américain en Syrie simplement pour empêcher toute stabilité militaire des forces iraniennes et de ses milices en Syrie.

Les dirigeants israéliens sont persuadés que l’intervention iranienne n’est pas seulement destinée à empêcher l’effondrement du régime d’Assad, mais également à atteindre d’autres objectifs, notamment de préserver ses milices et de renforcer les milices syriennes pro-iraniennes qui exécutent les ordres de l’Iran.

On peut affirmer que l’Iran ne sera pas en mesure de préserver son influence dans des pays du Moyen-Orient comme l’Iraq, la Syrie et le Liban sans son long bras du Croissant Shiite. L’accomplissement du Shiite Crescent est donc au cœur de la stratégie de l’Iran dans la région. Cela nous aide à indiquer dans quelle mesure l’Iran est allé de l’avant avec le Croissant Shiite et les réflexions politiques, économiques et de sécurité au cas où ce projet échouerait.

La création d’un passage vers la Méditerranée vient s’ajouter aux priorités de l’Iran en faveur d’un équilibre militaire avec Israël et du maintien de son existence géographique croissante et de son influence politique via la Syrie sous le régime d’Assad aux dépens de ses rivaux sunnites, notamment de l’Arabie saoudite.

Les obstacles auxquels se heurte le projet d’empire iranien perse dans la région sont trop nombreux. L’un des obstacles les plus importants est l’attitude hostile du public à l’égard de la conversion à la Shiite, qui est la principale préoccupation de l’Iran dans la vallée de l’Euphrate en Syrie. Les communautés locales dans ces régions s’opposent fermement à l’existence de l’Iran et à ses tentatives ferventes d’imposer la conversion de la population en chiite. Les opérations militaires contre les Iraniens et leurs alliés prouvent que l’Iran ne peut pas atteindre la stabilité dans la vallée de l’Euphrate. Cette attitude odieuse est basée sur la vision nationale des Syriens qui considèrent les Iraniens comme des envahisseurs et des colons.

Pour ces raisons, de nombreux efforts sont déployés pour saboter le projet iranien en dépit de l’attitude de certaines personnes et de minorités telles que Cheikh Nawaf Al Basheer de la tribu Al Bakara. Il a été renversé par sa tribu parce qu’il avait rejoint le projet iranien pour ses intérêts personnels. Ces cas de résistance contre l’influence iranienne prouvent la tromperie des Iraniens que des ancêtres de la communauté locale retournent dans la famille du prophète pour justifier l’alliance de ces communautés avec le dangereux projet iranien sous prétexte des intérêts étroits de ces communautés.

Le journal français Le Figaro a écrit le 27 novembre 2017 : « Al Bu Kamal est la dernière force du croissant chiite qui a pris son essor à la suite de l’accord sur le nucléaire conclu en 2015 qui donnait l’impression qu’il visait à restaurer l’empire persan. »

Les futures perspectives de la conversion à Shiite

Les efforts de conversion de la population en chiites, réalisés par l’Iran comme une puissance militaire et économique dominant la vallée de l’Euphrate, n’ont pas cette influence sur les communautés locales. Les communautés locales de la vallée de l’Euphrate considèrent le comportement iranien comme une tentative de les séparer de leur identité sociale et confessionnelle. Bien que l’Iran ait essayé d’attirer les communautés locales par le biais de l’éducation, des moyens de subsistance et des services de santé, ses efforts sont vains parmi les civils.

Par conséquent, l’Iran a installé des familles chiites dans la région, bénéficiant de liens entre certains habitants et ce projet. Cependant, cette équation est liée à la nature du conflit et à ses implications, ainsi qu’aux pouvoirs régionaux et internationaux. Par exemple, Israël n’acceptera jamais une présence militaire iranienne en Syrie. La chance pour l’Iran de poursuivre son projet est donc en train de reculer, ce qui laisse présager un échec dévastateur de sa stratégie.

La conversion à la doctrine chiite fait partie d’un projet iranien plus vaste de domination économique et politique de la région. Ce projet tente de survivre dans un environnement hostile où règnent des puissances rivales. Il existe des entités hostiles à l’intérieur de l’Iran, dans la région et dans le monde, ce qui évoque la possibilité d’un échec de la conversion sectaire en chiite, l’épine dorsale de la stratégie de l’Iran pour la domination du Moyen-Orient.

Le phénomène actuel de conversion à la doctrine chiite dans la vallée de l’Euphrate est lié à des conditions objectives et subjectives temporaires prévalant dans la région, le conflit politique n’ayant pas encore pris fin.

Certains indicateurs montrent que l’avantage ne sera pas iranien ou russe dans les coulisses. Au lieu de cela, il pourrait s’agir d’un accord international pour le partage de la domination des principales superpuissances impliquées dans le conflit, et l’Iran ne fera pas partie de ces superpuissances.

Selon cette vision, la résistance au projet iranien augmentera et de nombreuses entités lutteront contre la conversion à la doctrine chiite pour empêcher l’Iran de jeter les bases sociales de son projet politique dans la vallée syrienne de l’Euphrate. Cette résistance nécessite de nouvelles stratégies nationales qui considèrent la présence de l’Iran comme une force d’occupation et considèrent également que tout individu coopérant avec le projet iranien est un ennemi national des Syriens.


Copyright © 2018 The Middle East and North Africa Media Monitor.