Les pieds-noirs de la guerre en Irak à la guerre en Ukraine…moins coûteux…plus efficaces

Il est probablement le titre qui exprime le mieux l’investissement des mercenaires à l’ère moderne. C’est l’expression de la privatisation des guerres, et l’une des conséquences de ce titre est de chercher des guerres moins coûteuses entre les parties en guerre, en enrôlant des combattants formés sur les combats avec des coûts inférieurs aux coûts des soldats réguliers, et peut-être plus efficaces. Et sans que cette exploitation entraîne des répercussions, notamment les salaires de retraite ou liés à l’indemnisation du décès. Et probablement que les deux sociétés russes Wagner et Blackwater seraient les deux sociétés les plus professionnelles dans ce domaine, avec ce qu’engendre de rejet théorique de cet investissement tandis que les guerres regorgent de ses investisseurs. A l’heure actuelle, le différend s’intensifie entre un groupe de pays occidentaux essayant de laisser une large place aux entreprises militaires et de sécurité privées afin qu’elles réglementent elles-mêmes leur travail, et les États-Unis Nations Unies, qui cherche à réconcilier les deux parties afin de limiter la privatisation des guerres et de stopper le phénomène d’impunité.

En fait, le mérite revient de provoquer le sujet brûlant et sensible de « l’exploitation contemporaine des mercenaires » au Centre Europe – Tiers Monde (basé à Genève), qui organisait dans la soirée du mardi 17 mai 2011 un panel de discussion dans laquelle il jetait la lumière sur « la situation des armées privées en Suisse et dans le monde ».

Les principales conclusions tirées de cette franche discussion étaient que le monde patauge aujourd’hui dans un vide juridique parce que le Traité international sur les mercenaires ne s’applique pas dans plusieurs cas parmi ceux que l’on appelle les « mercenaires contemporains», soit les éléments appartenant aux entreprises militaires et de sécurité qui sont devenues très populaires au cours de la dernière décennie, voire elles se sont imposées lors de la guerre en Irak (2003) et en Afghanistan (2001), et dans ce qui se passe aujourd’hui en Libye et dans un certain nombre de pays d’Afrique et d’Amérique latine. Et ce qui se passe aujourd’hui dans la guerre ukrainienne.

Les mercenaires… du non-dit à l’exprimé sans réserve :

Parmi ce qui a été révélé par la guerre en Ukraine, les mécanismes et le travail des gouvernements dans le recrutement des mercenaires pour combattre dans les guerres. Parler de cette affaire est devenu public après avoir été, il n’y a pas si longtemps, des propos non-dits et l’un des secrets des gouvernements et des ministères de la guerre, ou l’un des sujets de la théorie du complot par lequel est accusé celui qui ose contredire les récits officiels du gouvernement ou les médias mondiaux qui dominent l’information et l’actualité ou il connait diverses informations, publiées par des sites indépendants sur l’idéologie, l’orientation et même les déclarations de spécialistes des mêmes disciplines.

On lit aujourd’hui dans les quotidiens occidentaux et arabes comment la Russie et l’Ukraine recrutent des mercenaires et négocient la qualité des combattants, leurs salaires et leurs privilèges avec le gouvernement syrien. La même chose s’applique à l’Ukraine et sa demande des pays de l’Otan de lui fournir des volontaires combattant parmi les rangs de son armée ou parmi les rangs des combattants étrangers qui commençaient à débarquer effectivement en Ukraine depuis quelques jours, soit de la France ou du Canada, d’Israël, de Suède et d’autres. Toutefois on n’a pas entendu ou vu lors de l’invasion de l’Irak et de l’occupation et de la destruction de ses villes, en particulier la ville de Mossoul.

Dans l’expérience irakienne:

Lors de la guerre en Irak, les États-Unis, comme dans toutes leurs innombrables guerres et interventions militaires pendant des décennies, se sont appuyés sur des mercenaires, que le Pentagone appelle des « contractuels », un marché rentable et populaire assuré par des promoteurs y compris des politiciens, parmi ceux détenant de telles entreprises, dont le plus important est le propriétaire de la société « Blackwater » Eric Prince, un ami de George Bush et Negroponte, considéré comme l’un des plus importants fournisseurs de mercenaires du gouvernement fédéral lors des coups d’État ayant eu lieu en Amérique latine et en Amérique du Sud. Negroponte est celui qui a formé toute une armée de mercenaires de la Colombie et du Nicaragua et autres pour envahir l’Irak. Cette armée a atteint 200.000 de combattants et de contractuels selon le livre « L’Irak, terre des mercenaires » de l’officier Français, Georges Brisset de Vallon, pour fournir d’autres services liés à tous les services requis par la présence de l’armée alors qu’elle se trouvait en pays de guerre. Par contre, la société russe « Wagner » était devenue uconcurrente des deux sociétés américaines susmentionnées, et la question était toujours :

Quel rapport de la Russie avec elle ?

Pour en savoir plus sur la relation de la Russie avec « Wagner », il est possible de remonter en 2018, lorsqu’un mystérieux meurtre s’est produit en République centrafricaine, au cours duquel 3 journalistes russes ont été tués, pour montrer que personne ne voulait qu’ils réussissent dans leur mission.

Quelle était la mission des trois journalistes victimes de Wagner ?

La tâche consistait à recueillir des informations sur la compagnie militaire Wagner, qui gère un groupe de mercenaires russes et qui est active dans plus d’un pays, fondée par l’ancien officier du renseignement russe « Dmitry Utkin ». Le surnom d’Utkin dans le renseignement était « Wagner », vu son admiration pour le régime nazi qui utilisait la musique de Wagner dans la publicité.

Les mercenaires de Wagner sont apparus pour la première fois en Ukraine après l’occupation de la Crimée en 2014. Le financement et la gestion de l’entreprise restent un mystère, la plupart des médias disent que les services secrets russes la dirigent en secret, et d’autres associent Wagner à l’homme d’affaires Yevgeny Prigozhin, et il nie que le Kremlin ait une relation avec la société, au milieu d’accusations selon lesquelles ses services de renseignement la gèrent pour réduire les pertes officielles russes dans les opérations à l’étranger. Les mercenaires wagnériens sont présents partout où se trouvent les Russes : en Syrie, ils ont participé au contrôle de Palmyre et Deir ez-Zor, et sont récemment apparus en Libye pour soutenir les forces de Haftar, l’allié russe. Selon un rapport de sécurité divulgué, leur nombre en Libye pourrait atteindre environ 1.000, et qu’ils apportent un soutien technique aux forces de Haftar, ils participent aux réparations d’équipements et supervisent les opérations aériennes. Enfin, certaines sources surveillent la présence de « mercenaires wagnériens » dans d’autres pays, mais leur localisation n’a pas encore été déterminée.

Que se passe-t-il aujourd’hui ?

Les services de renseignement russes ont rapporté que l’Occident utilise des combattants du Moyen-Orient en Ukraine, et avant cela, le Wall Street Journal américain a déclaré que les Russes utilisaient des combattants de Syrie en Ukraine. L’homme fort tchétchène Ramzan Kadyrov, un ancien rebelle devenu allié du Kremlin, a publié des vidéos de combattants tchétchènes en Ukraine et a déclaré que certains d’entre eux avaient été tués au combat, a rapporté Sky News Arabia. Le même site a rapporté aussi le voyage de dizaines de milliers de volontaires en Ukraine pour rejoindre ses forces, sans préciser leur destination, selon le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba. La question est maintenant : en qui croyons-nous ?

Il y a une présentation qui peut nous aider à répondre à la question, qui est une question :

En qui croyons-nous ?

En revenant à l’histoire moderne, avec l’accession au pouvoir du président Obama, une phase dangereuse s’est ouverte dans la guerre régulière en Irak et en Afghanistan. Obama a été présenté à l’opinion publique comme un président noir contre la guerre en Irak, mais ce n’était rien d’autre qu’une propagande douce dirigée contre l’opinion publique américaine et internationale contre l’invasion parce que la vérité est qu’il était pire que George Bush. Son règne a été marqué par la mise en œuvre du plan de John Brennan, directeur du renseignement central. Il s’agit d’autoriser de tuer par les drones des civils. Ils ont d’abord été utilisés contre les Afghans et la formation d’unités spéciales d’assassinat pour liquider les opposants à l’occupation et à l’invasion en Irak, qui était mis en œuvre avec l’entrée de l’Etat islamique. Et pendant son règne aussi, l’opération militaire la plus dangereuse en Irak a eu lieu, à savoir le processus de destruction de Mossoul. On peut l’appeler une guerre cachée car elle reposait sur le recrutement de mercenaires pour contrôler Mossoul, qui refusait d’obtempérer mais elle était détruite par les bombardements de missiles de l’Atlantique et l’extermination de sa population civile, avec la participation des pays occupants de l’OTAN, aux côtés de l’Iran, du régime de Bachar al-Assad et de Nouri al-Maliki, le Premier ministre du processus d’occupation politique.

De la même manière que le recrutement de contractuels américains, les Russes le font aujourd’hui en Syrie, Daech ou l’Etat islamique s’est trouvé à Mossoul après l’introduction de mercenaires formés et expérimentés du régime syrien issus de l’armée et des milices sectaires pour suivre les dirigeants nationaux et les hauts généraux de l’armée irakienne et la résistance et localiser leurs résidences pour les assassiner. Puis, il s’agissait d’attirer les pauvres et les paysans à la campagne et les chômeurs avec des salaires pour les recruter et les engager avec des contrats sous des pseudonymes et les utiliser tout comme les mercenaires que les États-Unis recrutent pour combattre dans d’autres pays. À l’instar des États-Unis, le ministre russe de la Défense, qui s’est rendu à Damas avant le début des combats en Ukraine, a demandé à Bachar al-Assad d’engager des mercenaires, à condition qu’ils soient des officiers ayant une grande expérience de la guerre urbaine et de rue, et des combattants totalement expérimentés au combat, comme dans le processus de destruction de Mossoul, leur nombre n’est pas inférieur à trente mille combattants, tandis que la base russe de Hmeimim reçoit les volontaires et inscrit les noms de ceux qui remplissent les conditions requises pour combattre.

Tout comme Nouri al-Maliki et Qassem Soleimani qui ayant coopéré lors de l’opération de Mossoul, Bachar al-Assad envoie obligatoirement la jeunesse de Syrie, en particulier la jeunesse de la « Réconciliation », en vue de se débarrasser d’une faction qui avait participé à la révolution contre son régime.

C’est ainsi que les pays fabriquent des mercenaires et les organisations terroristes, et ils sont appelés selon les intérêts pour lesquels ils sont exploités, parfois de bons noms et parfois de mauvais. Dans certains cas, ils sont appelés terroristes, d’autres fois ils sont des combattants de la liberté et dans d’autres ils sont des terroristes islamistes ou volontaires courageux s’ils se rendent en Ukraine, comme les appellent généralement les médias français et occidentaux !

Tous les deux ne mentent pas

Selon ce qui précède, on doit croire les deux côtés, sans oublier que les informations à cet égard sont rares ainsi que la taille de la propagande occidentale et russe est très grande et qu’une partie de la bataille est médiatique dans laquelle tous les outils ont été utilisés, même Snapchat et l’application TikTok.

En effet, ce qui nous intéresse le plus, c’est l’histoire du transfert des combattants, leur description la plus précise, et peu importe les motifs « mercenaires », parce que notre région a longtemps souffert de ce mercenariat, sous différents slogans. Ce que l’Iran et ses mercenaires sont en train de faire dans nos pays arabes est largement suffisant, du Yémen à la Syrie en passant par l’Irak et bien sûr le Liban. Il suffit de mentionner que le chef du «Hezbollah» avait auparavant menacé d’utiliser 100.000 combattants prêts au combat, et pas seulement du Liban, où il a déclaré dans un texte : « Je ne vous parle que des Libanais ». Evidement, ils sont tous des terroristes, soit chiites ou sunnites.

Le plus important dans cette histoire de mercenaires, qu’ils soient avec l’Occident ou la Russie, c’est qu’elle mérite d’être suivie et surveillée ainsi qu’avoir plus de détails pour connaître leurs identités, leurs régions, leurs idéologies et leurs motivations. Et les expériences nous ont appris que le résultat inévitable sera leur retour dans la région après la fin de la guerre, ce qui signifie une nouvelle vague de terrorisme à venir dans la région, ou la déstabilisation d’autres pays arabes, et les motivations et les justifications sont déjà prêtes.

La conclusion :

La guerre en Ukraine révèle d’une manière claire que le recrutement de mercenaires et la création d’organisations terroristes ne sont pas de simples tâches et actions menées par des individus ou des groupes limités, comme le prétendent ces pays à propos des organisations terroristes attachées aux Arabes et aux Musulmans. C’est plutôt un travail mené par des sociétés spécialisées possédant des moyens énormes et des relations commerciales avec des gouvernements, ainsi qu’elles sont liées à ces derniers et à leurs plans militaires, comme les sociétés Blackwater, Black Watch britannique et Wagner russe. Toutes ces sociétés ont travaillé en Irak, en Libye et dans d’autres pays pour commettre des crimes graves et des assassinats des noms spécifiques proviennent des services de renseignement et des grands pays directement.

En Syrie et en Irak, nos jeunes sont exploités pour servir tout ce que les pays occupants et envahisseurs font dans nos pays. Ils sont conduits vers la mort, volontairement ou forcés, peu importe. Et même dans ces drames, les démons du commerce et du courtage apparaissent pour voler les jeunes condamnés à mort en leur demandant plus d’argent en échange de leur inscription sur les listes de combats comme s’ils allaient au paradis !

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA