Les politiques et lois européennes existantes sont-elles efficaces pour combattre le terrorisme?

Résumé: La notion de terrorisme en elle-même englobe bien plus qu’un simple acte terroriste, un attentat au couteau, un attentat à la bombe ou avec un fusil. Dans cette optique, il est impossible de supposer que l’auteur est né en tant que terroriste afin de mener une attaque au cours de laquelle des civils innocents seront assassinés. Le terrorisme naît des idées et des croyances et, en tant que tel, il a des circonstances, des causes, des théoriciens, des exploiteurs et des exécuteurs. De même, le monde a connu de nombreux conflits, dont certains avaient des liens directs avec le terrorisme tandis que pour d’autres, le terrorisme était un prétexte. Etant donné la douleur que subissent des civils innocents, y compris des musulmans, à cause des attentats terroristes, il est essentiel de s’arrêter un moment pour se demander s’il pouvait être mieux combattu. En d’autres termes, «les bonnes décisions sont-elles prises pour mieux lutter contre le terrorisme?».

Objet : il serait bénéfique de viser un changement de mentalité chez les djihadistes potentiels et de leur orientation, afin d’éviter le lavage de cerveau qui conduit au fanatisme religieux. Dans un scénario idéal, ils pourraient même se transformer de destinataires de l’extrémisme en militants contre ce fléau. Il ne fait aucun doute que ces groupes doivent être convaincus que les politiques et les lois existantes promulguées par l’Union européenne (UE) ne sont ni contre la religion de l’Islam ni contre les musulmans.

Problématique : comment la politique anti-terroriste de l’UE ne parvient-elle pas à lutter contre le terrorisme et son idéologie, un phénomène traversant les frontières par le biais d’idées et non de bombes ?

Et donc ? : Pour avancer encore plus, on a besoin d’effectuer des réévaluations complètes des lois anti-terroristes, des politiques d’intégration au sein de l’UE, du rôle des médias et de la transformation des migrants en une marchandise commerciale politique. En conséquence, le discours de la haine, les mosquées, les associations religieuses, les imams dans les mosquées et la santé mentale des parents et des enfants, parmi d’autres facteurs, doivent être pris en compte.

Un manque commun de compréhension

Comme dans une spirale, les législateurs de l’UE adoptent constamment des lois et des politiques pour lutter contre le terrorisme et la création de telles organisations. Cependant, mesurer le succès de ces lois et politiques est assez difficile, surtout lorsqu’ils sont confrontées à la question « de telles politiques peuvent-elles éradiquer le terrorisme et la pensée extrémiste ? ».

Il est important de souligner l’ambiguïté qui accompagne le mot terrorisme. Selon les Nations Unies (ONU), il n’y a pas de compréhension internationale commune du terme « terrorisme ». [1] Sa définition diffère selon les États, les organisations et les entités [2]. Les attentats terroristes opérés dans les pays de l’UE sont en augmentation. Rien qu’en 2020, la France a enregsitré quatre attaques djihadistes, le Royaume-Uni trois et l’Autriche une. Ces attaques ont été extrêmement traumatisantes pour la communauté internationale, l’UE et la communauté autrichienne en particulier, étant donné que l’Autriche a réussi à éviter les turbulences politiques et terroristes au fil des années. [3] En somme, le résultat des attentats en Europe a été d’au moins 10 morts et 27 blessés. [4]Tous les morts et blessés étaient directement liés aux attaques djihadistes.

Cet article cherche à présenter une perspective alternative à partir des politiques adoptées à travers le monde en général et au sein de l’UE en particulier. Bien que personne ne soit en mesure de présenter une définition unique du terme terrorisme, il est communément connu que le djihadisme, l’extrémisme et le terrorisme commencent tous par une idée, une théorie et une fatwa (règle générale de la loi islamique). Par conséquent, toute nouvelle politique ou initiative doit commencer par contrer l’idée par laquelle les djihadistes sont convaincus que mener de telles attaques et tuer des innocents les conduiront vers leur paradis promis. La cause profonde de ces attaques réside dans la haine envers le soi-disant Occident, et l’idée de tenir l’Occident pour responsable, selon une fatwa (invalide), est une mise en application de la loi de Dieu. Elle est basée sur la fausse croyance que préserver l’unité et l’intégrité de la religion passe avant tout par le transfert de la bataille à l’Occident. [5]

L’intégration

Pas un seul gouvernement ou organisation européenne n’a été en mesure d’identifier des critères clairs pour mesurer le succès des politiques d’intégration parmi les nations européennes. Une caractéristique commune aux programmes d’intégration les plus réussis est qu’ils sont motivés par une idéologie politique, des souhaits personnels et des motivations d’immigration. De même, il ne faut pas négliger le fait que les pays européens ont fourni l’environnement et les terrains appropriés à l’intégration. Néanmoins, leurs lacunes peuvent être soulignées de manière concise. Ils soulèvent des questions telles que : «Pourquoi n’ont-ils pas obtenu ce qu’ils souhaitaient ?», et «Pourquoi certains ont-ils réussi à s’intégrer tandis que d’autres ont pris la voie de l’extrémisme ?».

On ne peut pas généraliser et conclure que les politiques d’intégration et les lois qui en découlent ont changé le dogme existant des musulmans radicaux, par exemple la conviction que les gouvernements occidentaux ciblent l’islam. Par déduction, la domination de telles croyances indique que, si elles ne sont pas traitées, il est possible de recueillir des partisans plus militants. Par conséquent, selon le Djihad, il doit y avoir une revanche contre l’Europe, l’Amérique et tout ce qui entrave la propagation de l’Islam.

Non seulement il est difficile de mesurer le succès des politiques d’intégration, mais évaluer le succès des politiques en vigueur pour lutter contre l’extrémisme et le terrorisme est aussi compliqué comme la lutte contre les pensées et l’idéologie.

Notre bataille, par où commençons-nous ?

La lutte contre le terrorisme doit avant tout commencer par combattre l’idée, son financement, ainsi que les personnes qui facilités d’opérer des attentats djihadistes. Il faut commencer par le bas et non par le haut de la pyramide, ce qui était sans doute l’erreur commise avec les assassinats d’Oussama ben Laden, Abou Moussab al-Zarqaoui et Abou Bakr al-Baghdadi à titre d’exemple. Cela ne mettra pas fin au Djihad. En effet, les attentats terroristes ne sont pas uniquement exécutés par le chef ou le théoricien d’un groupe terroriste. Un tel membre est là pour planifier et préparer, pas pour mettre en œuvre ou micro-gérer des opérations.

En termes de solutions, voir si possible de modifier l’état d’esprit d’un potentiel djihadiste, de le contre-diriger, d’empêcher le lavage de cerveau ou même d’en faire un défenseur plutôt qu’un extrémiste. L’objectif final serait de convaincre ledit djihadiste potentiel que les lois et politiques de l’UE ne sont pas en désaccord avec la religion de l’islam et des musulmans. Pour une meilleure illustration, de telles approches pourraient inclure des campagnes vidéo expliquant les termes et les fondements des sociétés modernes qui ne sont pas  en désaccord avec l’islam ou les musulmans, il y a en fait un principe de respect. Ces campagnes pourraient également être élaborées sur la base de la démocratie, de l’État civil, du parlementarisme et des contrats sociaux, entre autres. La raison est que les principes et les bases mentionnés ci-dessus de toute société moderne font également partie intégrante de la religion islamique. Pour soutenir cet argument, des preuves du Coran, de la Sunna (enseignements islamiques) et des événements survenus pendant la vie du prophète Mahomet et des quatre califes après lui peuvent être également utilisées.

Plus important encore, ces campagnes pourraient servir à convaincre un potentiel terroriste que la religion islamique n’appelle pas à tuer, à bombarder ou à attaquer avec une épée, mais plutôt à la tolérance. Les mêmes outils sont souvent utilisés par les émirs (ici, chef d’une organisation terroriste) et les théoriciens des groupes terroristes. Comparativement, ils devraient être appliqués différemment, de telle sorte que les versets coraniques, les discours prophétiques, les interprétations et les explications utilisées par les extrémistes pour justifier leur terrorisme soient les mêmes outils utilisés pour combattre leur terrorisme. Ce sont les responsabilités des ONG, en particulier celles dirigées par des immigrés. De même, les responsabilités incombent également aux autorités religieuses musulmanes de l’Union européenne.

En conclusion, il est crucial d’expliquer aux groupes cibles que les règles qu’ils apprennent sont probablement de la propagande extrémiste. En outre, il serait utile de souligner que les lois d’intégration de l’UE sont conçues pour les aider à vivre dans une société fondée sur l’égalité, le respect et des valeurs nobles qui leur garantissent une vie digne. Avant tout, ils doivent savoir que toutes les lois susmentionnées respectent l’Islam et offrent une liberté totale de pratiquer les enseignements de la religion islamique.

Mohammed Qudmany est le directeur exécutif du MENA Research & Study Center. En tant qu’ancien diplômé de l’Université de Damas en Syrie, ses domaines d’intérêt sont les études de stratégie, d’illumination et de lutte contre le terrorisme. Les publications et les efforts antérieurs de M. Qudmany ont été exploités au profit du Centre de recherche et d’études MENA aux côtés du Département d’économie de l’Université de Damas. Il va sans dire que les opinions contenues dans cet article n’engagent que l’auteur. Pour cette raison, ils ne doivent pas être attribués à tort au MENA Research & Study Center.

Références

[1] Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, « Droits de l’homme, terrorisme et lutte contre le terrorisme », Fiche d’information 32, 5-6. (https://www.ohchr.org/documents/publications/factsheet32en.pdf).

[2] Page n°5 https://www.un.org/sc/ctc/wp-content/uploads/2017/01/2006_01_26_cted_lecture.pdf.

[3] Malgré les horreurs à Vienne et à Paris, le djihadisme a diminué, https://www.economist.com/europe/2020/11/03/despite-the-horrors-in-vienna-and-paris-jihadism-has -refusé, le 07 novembre 2020.

[4] https://www.europol.europa.eu/activities-services/main-reports/european-union-terrorism-situation-and-trend-report-te-sat-2020.

[5] Shaykh-il-Islam et Muhammad Tahir-ul-Qadri, Fatwa sur le terrorisme et les attentats-suicides (Publications Minhaj-ul-Quran, 2010), passim.

la source: The Defence Horizon Journal