Les réfugiés syriens au Liban: victimes de discrimination

Human Rights Watch (HRW) a condamné les restrictions discriminatoires imposées aux réfugiés syriens par 21 municipalités libanaises dans le cadre de leurs efforts pour combattre le Covid-19.

HRW a considéré que de telles pratiques compromettaient la réponse de santé publique du pays et réduisaient les efforts d’impact exercés contre le virus.

L’organisation a accusé les municipalités libanaises d’imposer des restrictions discriminatoires qui ne s’appliquent pas aux résidents libanais : « La municipalité de Kfarhabou, dans le nord du Liban, a imposé un couvre-feu aux réfugiés syriens entre 15 heures. et 7 h, heure locale », rapporte HRW, notant que la municipalité de Darbaashtar a « interdit » aux Syriens de quitter leur domicile ou de recevoir des visiteurs sans aucune exception.

L’organisation affirme que les mesures discriminatoires à l’encontre des réfugiés ne sont pas nouvelles, ce qui indique qu’au cours des dernières années, de nombreuses pratiques et restrictions strictes ont été imposées aux réfugiés telles que les couvre-feux, les forçant à nettoyer les rues, en plus de mener des raids injustifiés dans leurs maisons.

Au moins 18 municipalités de la vallée de la Bekaa ont imposé des restrictions autres que des couvre-feux qui ne ciblent que la population réfugiée, dit-il.

D’un autre côté, HRW a appelé les municipalités à informer les réfugiés syriens qu’ils peuvent obtenir des soins de santé sans aucune sanction s’ils ressentent des symptômes similaires aux symptômes du coronavirus, quel que soit leur statut de résidence, car de nombreux réfugiés ont exprimé leurs préoccupations sur le fait de ne pas avoir accès aux soins de santé et de manquer d’informations sur la façon de se protéger des infections à HRW.

Par ailleurs, le ministère libanais de la Santé a annoncé le 3 avril que 14 nouvelles infections par le coronavirus avaient été confirmées, portant le nombre de cas confirmés à 508 cas dans tout le pays, tandis qu’un nouveau décès a été enregistré, portant le nombre de morts à 17.

Cela a coïncidé avec l’avertissement de l’armée libanaise de violer le couvre-feu en se rassemblant sur les routes et les places, soulignant qu’il est obligatoire de rester à la maison.

Depuis le début de la propagation du virus au Liban, le HCR a lancé des campagnes de sensibilisation dans les camps de réfugiés et distribué des désinfectants.

Le Liban, dont la population ne dépasse pas 4 millions d’habitants, accueille plus d’un million de réfugiés syriens ; la majorité d’entre eux ont fui leurs maisons à la suite des campagnes militaires du régime Assad qui les ont ciblés.

La Direction de la sécurité publique libanaise travaille au rapatriement des réfugiés syriens, en coopération avec le gouvernement de Damas.

Fin 2019, le gouvernement libanais a publié une résolution stricte, déclarant que les réfugiés syriens résidant dans la ville frontalière d’Arsal devaient démolir leurs maisons en béton à l’aide d’un équipement léger.

Selon de nombreuses sources identiques, le gouvernement libanais l’a fait sans fournir aux réfugiés des solutions d’urgence, bien que ces maisons soient leur seule arme contre le froid et la chaleur.

Des dizaines de réfugiés syriens ont démoli leurs maisons conformément à la résolution du gouvernement de démolir les maisons en béton des réfugiés.

Tous les droits de la publication et les droits de l’auteur sont réservés au Monitor MENA