Les réfugiés syriens en Europe : billet aller sans retour aux ruines

Cela pourrait être la dernière occasion dans laquelle se réunit la famille syrienne au Danemark. L’appartement est décoré pour le mois islamique du Ramadan, sur l’un des murs est accroché une image encadrée de la Kaaba, le sanctuaire sacré de La Mecque. «Nous ne retournerons jamais aux régime qui a tué mon père, mes deux cousins ​​et de nombreux membres de ma famille. Bachar al-Assad n’a pas gagné de guerre et n’a en aucun cas apporté la sécurité », a dit Mohammed Ahmed al-Ata, né à Damas, la capitale syrienne. Il a 18 ans. Mohamed est arrivé jusque-là, dans ce petit appartement de la ville danoise de Vejle, à deux bonnes heures de route de Copenhague. Sa mère, son frère aîné et ses deux jeunes sœurs sont assis autour de Mohammed sur des matelas colorés. Le 25 mars ils ont reçu une lettre les informant que les permis de séjour de la mère et des deux filles n’ont pas été renouvelés. Toutes les trois doivent retourner en Syrie, leur ancienne patrie.

«Je n’ai aucun souvenir de la Syrie. Nous n’avons pas aucun ami là-bas », a indiqué Chahd, 10 ans, parlant couramment le danois. «Tous mes amis sont ici à Vejle», a ajouté sa sœur Tasnim, âgée de douze ans.

Selon les estimations des autorités danoises, les deux frères risquent le service obligatoire dans l’armée syrienne s’ils reviennent un jour. C’est pourquoi ils sont autorisés à rester. Cela ne s’applique pas à la mère Sabria et ses filles, dont le mari aurait été tué en 2012 par un tireur d’élite du régime d’al-Assad. La famille vit ensemble au Danemark depuis 2016. Aujourd’hui, après l’écoulement de 5 ans, ils sont menacés de séparation.

Le gouvernement danois rompt avec un consensus européen disant que : toute personne comme Al-Ata, qui a fui la Syrie vers l’UE du régime d’al-Assad, était au moins à l’abri de l’expulsion parce que les combats continuent et il n’y a pas de sécurité pour les revenants.

Maintenant, le Danemark suit une voie différente, un pays qui est connu pour sa politique d’immigration libérale depuis des décennies. Les sociaux-démocrates au pouvoir resserrent le cap sur la question de la migration depuis des années et ont remporté un énorme succès lors des élections. Ce que l’on sait jusqu’à présent : le Danemark n’est pas le seul pays à se préparer à des expulsions vers la Syrie. Le gouvernement allemand travaille sur des plans similaires.

La famille Al-Ata est originaire de Darayya, une banlieue de la capitale syrienne. Le Conseil danois pour les affaires des réfugiés a qualifié la région de Damas de «sûre» en février. Suffisamment sûr pour renvoyer les gens là-bas. Depuis un certain temps, il n’y a plus de combats autour de la capitale, les civils ne subissent pratiquement plus de violence arbitraire. C’est l’argument du Conseil, qui est considéré comme une autorité indépendante, mais qui est subordonné au ministère des Etrangers et de l’Intégration à Copenhague. D’ici la fin de l’année, 500 réfugiés syriens au Danemark pourraient être concernés par la nouvelle réglementation.

Bien que les autorités de l’immigration n’aient pas prolongé les permis de séjour de Sabria et de ses deux filles, elles ne peuvent pas simplement être embarquées dans un avion vers la Syrie, à l’instar des demandeurs d’asile refusés d’Afghanistan et d’Irak. Car si le gouvernement danois considère que la zone autour de Damas est sûre, il ne veut pas rétablir seul de relations diplomatiques avec le régime d’al-Assad sans ses partenaires européens. Cependant, il ne peut y avoir de rapatriement sans entrer en contact avec une personne en Syrie.

Pour cela, l’avenir d’une partie de la famille Al-Ata réside dans un centre d’expulsion très éloigné de leur domicile à Vejle. La mère et les filles ne sont pas autorisées à quitter le centre pendant la nuit, et les filles ne sont plus autorisées à aller à l’école, pour une durée indéterminée. «Pourtant, il vaut mieux qu’ils soient en sécurité ici, afin que nous puissions au moins leur rendre visite. Si notre mère est expulsée, elle risque d’être arrêtée et torturée», a expliqué Mohammed al-Ata.

Ce que Mohamed et sa famille subissent actuellement a ses origines dans un «changement typique» décidé par les sociaux-démocrates danois en 2019 avec plusieurs partis de droite au parlement. Avec leur position ferme sur la politique d’immigration, les sociaux-démocrates du Premier ministre Mette Frederiksen ont contribué à réduire de moitié le nombre de sièges du Parti populaire danois de droite lors des dernières élections législatives. Les sociaux-démocrates danois considèrent la combinaison de l’isolement et de la politique sociale classique comme une nouvelle formule de réussite. Les nouveaux plans d’expulsion représentent la prochaine étape.

Aujourd’hui, environ 44.000 Syriens résident au Danemark. En Allemagne, en revanche, 654.000 personnes originaires de Syrie ont demandé l’asile ces dernières années et qui obtiennent généralement l’approbation. Les taux de reconnaissance étaient souvent bien supérieurs à 90%, car il était clair pour toutes les personnes impliquées : la guerre civile est une vraie raison de fuir, et la situation en Syrie constitue toujours une menace pour leur vie.

Cependant, les recherches révèlent maintenant que le gouvernement allemand travaille également à l’expulsion des réfugiés syriens vers leur pays d’origine. Il devrait d’abord concerner les criminels condamnés et les menaces islamistes. Dans les cercles gouvernementaux de Berlin : le consensus  social selon lequel les expulsions vers la Syrie doivent être catégoriquement rejetées. Selon les estimations maintenant, il y a actuellement plusieurs milliers de Syriens «légalement contraints de quitter l’Allemagne».

C’est le cas d’Abdulla H. qui a lancé le débat actuel. Le jeune Syrien a attaqué un couple homosexuel à Dresde avec un couteau le 4 octobre 2020, tuant l’un des deux hommes et blessant gravement l’autre. Abdulla était déjà connu des autorités comme un partisan de «l’État islamique». Une attaque terroriste. Qui (pas pour la première fois) a soulevé les questions suivantes: pourquoi quelqu’un comme Abdulla H. est-il toujours là ? Un terroriste présumé comme H. n’a-t-il pas perdu le droit d’asile en Allemagne ?

Au lendemain de l’attaque de Dresde, le congrès des ministres de l’Intérieur en Allemagne a autorisé de mettre un terme à l’interdiction d’expulsion des réfugiés syriens en décembre 2020. En théorie, des expulsions sont possibles depuis. Jusqu’à présent, cependant, il n’y a pas eu de soutien politique pour cela.

Un rapport confidentiel de 37 pages du ministère allemand des Affaires étrangères, daté de décembre 2020, servira d’aide pour la décision des autorités intérieures des États fédéraux en matière d’expulsion. À un moment donné, on dit que «la menace pour la sécurité individuelle reste le plus grand obstacle au retour» et qu’elle n’est «en principe pas limitée à certaines régions du pays». Cela signifie qu’une expulsion vers la Syrie ne serait guère compatible avec les conventions de Genève sur les réfugiés : personne ne peut être pas expulsée vers un pays dans lequel il est en danger en raison de son appartenance ethnique, de son sexe, de sa religion ou de son orientation politique. Le tableau que présente le rapport est déchirant. Dans toutes les régions de la Syrie – indépendamment de qui y règne – de graves violations des droits de l’homme sont à l’ordre du jour. Arrestations arbitraires, des meurtres et des recrutements forcés ont lieu dans les zones contrôlées par le régime d’al-Assad. Toute personne, même celle considérée comme faisant partie de l’opposition, risque d’être torturée ou de disparaître. La protection contre la violence étatique et arbitraire est «considérablement diminue». Le régime mène une guerre criminelle contre la population civile tandis que l’EI se consolide. En effet, la solution politique n’est pas « prévisible».

Néanmoins, les ministres de l’Intérieur du parti conservateur allemand CDU en particulier font pression sur le ministre allemand de l’Intérieur Horst Seehofer et son équipe pour qu’ils présentent enfin des propositions sur la manière dont les Syriens, qui ont commis des infractions pénales, pourraient être expulsés du pays.

Interrogé, le ministère a répondu vaguement: «Après l’expiration de la période d’arrêt de l’expulsion par le congrès des ministres de l’Intérieur allemands, on examine actuellement comment les criminels et les menaces islamistes avec un passeport syrien peuvent être expulsés. De cette manière, les responsables veulent passer d’une interdiction générale de l’expulsion à un examen de chaque cas individuellement pour les criminels et les personnes à risque». Cependant, de nombreuses conversations avec des fonctionnaires au niveau des États et au niveau fédéral donnent une image plus détaillée. De cette manière, seul un statut provisoire des délibérations se pose. Mais cela prouve que les plans d’expulsion du gouvernement fédéral ont progressé plus qu’on ne le pensait auparavant.

Au cours des derniers mois, les responsables ont examiné les différentes régions de la Syrie pour déterminer si une expulsion y était possible. Ils ont dû admettre que pratiquement aucune partie du pays n’est un choix approprié. Al-Assad règne dans le sud-ouest de Damas, et le gouvernement allemand, comme le danois, ne veut pas coopérer avec lui. La région d’Idlib au nord-ouest est toujours sous le contrôle des milices terroristes islamistes, hors de question de coopérer avec elles. Dans le nord, la Turquie contrôle une bande de 30 kilomètres de large sur les frontières avec son propre territoire national – mais le prix politique d’un accord avec Ankara sur les expulsions dans cette partie de la Syrie est trop élevé pour les Allemands. Le seul, bien que très petit groupe de personnes dont on puisse se débarrasser presque sans problème, sont les partisans du régime d’al-Assad ont été découverts en Allemagne et qui n’auraient probablement rien à craindre dans les régions correspondantes. En ce qui concerne tous les autres groupes – et c’est principalement lié à leur sujet – seul le nord-est sur la frontière avec l’Irak contrôlé par les Kurdes syriens, même si l’influence du régime d’al-Assad s’est récemment accrue. Au début de l’année, les Allemands ont exploré la situation dans les régions kurdes avec l’aide d’officiers de liaison de la police criminelle allemande à Istanbul. Ils sont arrivés à la conclusion préliminaire que des expulsions ici pourraient être possibles. Un ministère de l’Intérieur dirigé par la CDU a également rapporté que les zones kurdes du nord de l’Irak et de la Turquie sont actuellement envisagées pour l’expulsion de Syriens.

Étant donné que les menaces islamistes comme l’assassin de Dresde Abdulla H. sont souvent déjà en prison en Allemagne, les responsables envisagent d’offrir aux criminels munis de passeports syriens une peine plus courte en Allemagne s’ils acceptent volontairement de quitter le pays en retour. Le code de procédure pénale en offre les possibilités juridiques. Ces derniers mois, cependant, il y a eu différentes déclarations sur le pays cible possible d’une telle action: les personnes menacées ne doivent pas nécessairement se rendre en Syrie, où elles risquent la torture et la peine de mort sous le régime d’al-Assad. Au lieu de cela, des pays tiers tels que la Turquie pourraient également être envisagés; à condition que les autorités y acceptent une telle affaire.

Le porte-parole allemand des Affaires étrangères, Omid Nouripour, est indigné par les plans du gouvernement allemand : «Depuis trois ans, al-Assad et ses partisans russes font campagne pour que le pays soit à nouveau en sécurité parce que le régime a gagné. Si le ministère de l’Intérieur fait polémique de la même manière, ils vont blanchir al-Assad et ses atrocités.

Il n’est pas encore clair quelles idées spécifiques présentera le ministère allemand de l’Intérieur aux États fédéraux en juin. Mais il est devenu évident que le Danemark n’est pas seul dans sa décision : les expulsions vers la Syrie ne sont plus un tabou pour l’Allemagne aussi.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA