Les ruines de l’Arabellion

La plupart des signes pointent vers une désintégration. La Syrie a été détruite et a saigné à mort, le Yémen extrêmement pauvre et battu par la guerre, la Libye marquée par des années de chaos, de conflits armés pour le pouvoir et le règne des milices. En Égypte, un régime militaire paranoïaque et meurtrier impose le silence des cimetières. Le Liban, où des millions de réfugiés syriens attendent, s’effondre. L’Irak est dans une crise qui pourrait déclencher une force destructrice encore plus grande. L’avenir semble encore plus sombre que le présent : les populations en plein essor sont confrontées à des économies en déclin, dans lesquelles très peu de personnes peuvent trouver de l’emploi. Des sociétés affaiblies et brisées font face à des élites armées qui s’accrochent au pouvoir et bloquent la voie de la sortie de cette misère. Le symbole du déclin en cours est le silo à grains détruit juste à côté la zone portuaire dévastée de la capitale libanaise Beyrouth comme un mémorial. Cette énorme explosion, résultat de l’arrogance et de l’indifférence de ceux qui étaient au pouvoir, a mené l’autodestruction en un mouvement rapide.

Le contraste entre le panorama de la désintégration qu’offre le monde arabe aujourd’hui. Et les scènes pleines d’espoir des soulèvements populaires qui ont secoué en 2011 ne pourrait guère être plus grand. Il y a dix ans, dans la ville du gouvernorat de Sidi Bouzid, un vendeur ambulant ayant pour nom Mohamed Bouazizi s’est aspergé d’essence et s’est immolé par le feu. Son acte de désespoir a réveillé son pays, puis toute la région, de manière totalement inattendue. Après des décennies d’apathie contre des régimes ossifiés, les sociétés se sont révoltées et en exigeant «du pain et de la dignité».

Ils ont renversé des dictateurs dont leur règne semblait gravé dans une pierre. D’abord Ben Ali en Tunisie, puis Hosni Moubarak en Egypte et Mouammar al-Kadhafi, et le dernier à abandonner fut le dirigeant yéménite Ali Abdallah Saleh. La tension a éclaté parmi la population de la région MENA : leurs pays n’appartiennent plus aux dirigeants de la tyrannie. Au contraire, les gens ont maintenant pris leur destin en main. Ils voulaient reprendre l’État qui ne leur apportait rien d’autre que des fonctionnaires corrompus et condescendants et un appareil de sécurité brutal.

La brève période d’espoir a été suivie par des années d’horreur, pour lesquelles rien n’est aussi bien que les conquêtes de «l’Etat islamique», du fanatisme religieux et de son pseudo-califat. Leurs stratèges ont utilisé le chaos pour une alternative pervertie aux États défaillants de la région. Néanmoins, la colère collective de l’Arabellion, qui à l’époque était naïvement transfigurée en «printemps arabe», n’a pas été en vain.

Les bouleversements historiques ne sont ni en ligne droite ni dans une seule direction. Qui que ce soit aurait fait le bilan de la Révolution française dix ans après la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 serait parvenu à une conclusion qui donne à réfléchir. D’abord, il vint  la terreur de la guillotine et une phase de restauration. L’efficacité du soulèvement à Paris et les idées de la révolution n’étaient pas devenues évidentes que des décennies plus tard.

L’Arabellion marque un tournant. Elle a brisé les incrustations ouvertes et a déclenché un mouvement. Les jeunes activistes parlent d’eux-mêmes comme faisant partie d’une génération politisée par les événements de cette époque. L’année 2019 a vu une deuxième vague de manifestations de masse. Elles contestaient désormais les régimes en Algérie et au Soudan, et les revendications des manifestants en Irak et au Liban allaient au-delà de celles de l’Arabellion. Les populations veulent que leurs pays soient rétablis en tant qu’États-nations modernes et mettent fin au système qui divise les pays selon des critères religieux et ethniques. Les processus de changement sont si profonds et complexes que les générations suivantes souffriront également de leur peine. Les identités nationales, la relation entre la religion et la politique et l’État, la relation entre l’individu et l’État et la participation économique doivent être clarifiées.

Il s’agit de nouveaux contrats sociaux arabes. Au temps de l’Arabellion, les gens ont fait preuve de solidarité et de courage civil. Ce sont les dictateurs qui ont ensuite attisé le chaos contre lequel ils avaient toujours mis en garde. Alors que le régime a laché des gangs de voyous sur les manifestants au Caire, des jeunes policiers ont enlevé leurs uniformes dans la rue, les résidents locaux leur ont donné de nouveaux pantalons, et une jeune femme a expliqué avec enthousiasme sur la place Tahrir que ses compatriotes ne s’étaient jamais souciés l’un de l’autre.

Dans la capitale libyenne Tripoli, les troupes de Kadhafi combattaient toujours en retraite lorsque des éléments de milices barbus se sont alignés à l’entrée d’un hôtel, ont placé des fusils d’assaut sur le scanner à bagages et ont fait contrôler leurs affaires. À Tunis révolutionnaire, des gaz lacrymogènes jetaient dans les rues et les tireurs d’élite du dictateur déchu Ben Ali étaient prêts à faire des bêtises lorsqu’un avocat a annoncé que dans ce chaos, il ne jetterait même pas son mouchoir par terre. «Je ne le fais pas parce que je suis un citoyen de ce pays», a-t-il déclaré. Mais ce n’est que dans son pays que les choses ont changé pour le mieux. Des conflits sanglants ont éclaté ailleurs. Il n’y avait pas de consensus pour une reconstruction conjointe.

L’échec de l’Etat avait poussé les gens vers la rue, la lassitude les avait unis. Parce que les Etats n’ont que la façade moderne. Les dirigeants autour de l’appareil militaire et de sécurité voient le pays comme une attribution et utilisent donc les ressources de l’État pour accéder aux ressources. La corruption est endémique en raison d’un manque de transparence et de responsabilité, et la répartition des revenus et de la richesse est aussi inégale que dans peu d’autres régions du monde parce que les gens se voient refuser une participation équitable. La gouvernance est mauvaise et les administrations sont terriblement inefficaces.

Cependant, les militants qui se sont opposés à tout cela ont été rapidement marginalisés. Ils n’avaient ni l’alternative applicable ni la force politique pour appliquer une. Et ils ont fait face à des régimes, dont beaucoup avaient sous-estimé la persistance. Un révolutionnaire égyptien le savait déjà : « Nous n’avons coupé que la tête du monstre ». Il leur manquait des alliés qu’Hannah Arendt aurait qualifiés de «révolutionnaires professionnels», c’est-à-dire des personnes ayant un poids politique mais des noms sans tâches, susceptibles de prendre «le pouvoir dans la rue».

Cependant, après des décennies au cours desquelles les dirigeants avaient redressé le discours politique, il n’y avait pas eu de débat politique digne d’être mentionné et pas de compétition d’idées. Seuls les Frères musulmans étaient organisés, ils avaient aussi une proposition alternative, celle de l’Islam politique. Ainsi, en 2012, en Égypte, un militaire et un candidat des Frères musulmans se sont affrontés lors du scrutin final de l’élection présidentielle. Ce dernier a gagné, mais les généraux ont remporté la lutte pour le pouvoir qui a suivi, et à l’été 2013, les forces de sécurité au Caire ont commis un massacre qui a fait plus d’un millier de morts lorsqu’ils ont pris d’assaut les camps de protestation des partisans du président déchu Mohammad Morsi.

Des années de répression sans précédent et de propagande irréaliste ont suivi, qui ont elles-mêmes blâmé les Frères musulmans pour les dommages causés à cause des tempêtes. En Tunisie, les islamistes, mais aussi les laïcs, étaient assez modérés et intelligents pour faire des compromis. Ce n’est pas la seule raison pour laquelle ils ont réussi là-bas ce qui a été échoué en Égypte, par exemple : un débat ouvert sur le rôle de la religion, des élections démocratiques, la participation politique. Le fondement social était également plus stable et plus large. Des organisations comme les syndicats ont joué le rôle de médiateurs. Un diplomate européen de haut rang s’est déjà étonné de tous les ateliers sur la démocratie du temps du gouvernement de transition, alors que la Tunisie a besoin avant tout d’une chose : aider à relancer l’économie et à créer des emplois.

L’Europe semble perplexe et sans stratégie commune face à la désintégration au sud de la Méditerranée. La France, accablée par son passé colonial, mène une politique d’élite et contribue à consolider la situation en Afrique du Nord. L’Allemagne est encore plus susceptible d’essayer de soutenir une transformation en renforçant les sociétés civiles, dans la mesure de possible. Cela se fait souvent selon le principe de l’arrosoir et trop peu avec des partenaires stratégiques qui pourraient montrer un succès notable, mais qui sont également difficiles à identifier. L’Europe sera affectée si la désintégration du monde arabe se poursuit. Les dernières années ont montré que si l’espoir de changement diminue, par exemple dans les pays du Maghreb, davantage de jeunes se dirigent vers le nord, y compris ceux qui sont nécessaires pour reconstruire leurs sociétés. L’Europe ne doit pas se laisser s’être trompée par des dictateurs comme Abdel Fattah al-Sissi : la coopération avec des régimes répressifs ne fait que créer un calme trompeur et à court-terme. À long-terme, cependant, ils font obstacle à la stabilité et constituent également une menace pour l’Europe.

Les généraux au Caire dépendent depuis longtemps de l’aide des patrons autoritaires du Golfe pour assurer leur règne. Depuis l’échec des puissances régionales arabes historiques, les Émirats arabes unis prennent de plus en plus le devant de la scène en faisant tout leur possible, même avec l’armée arabe la plus moderne, pour maintenir le statu quo face aux forces du changement, que ce soit avec des interventions en Égypte ou en Libye, au Soudan ou au Yémen.

Les riches monarchies du Golfe, quant à elles, offrent à leurs sujets la prospérité et une administration qui fonctionne, en échange, elles exigent l’obéissance et la loyauté, qu’elles appliquent également en utilisant les méthodes de l’État policier. Jusqu’à présent, cela a réussi parce qu’ils ont plus d’argent à distribuer et que la population est plus petite et beaucoup plus homogène que celles du Levant ou de l’Afrique du Nord. Mais eux aussi auront de plus en plus de mal à remplir ce contrat social.

L’Arabie saoudite n’est plus en mesure de fournir un emploi aux 400-000 jeunes qui entrent sur le marché du travail chaque année. Plus la pression du conflit des générationsaugmente, moins les dirigeants pourront offrir. Aujourd’hui encore, les jeunes, dont les histoires des anciennes élites ne sont plus prisées, portent les protestations.

L’ONU s’attend à ce que la population du monde arabe augmente de plus de 200 millions de personnes d’ici 2050. En Égypte, elle augmente de deux millions de personnes chaque année. L’armée égyptienne contrôle les deux tiers de l’économie du pays, ses entreprises ne paient pas d’impôts et créent à peine des emplois. La vague des jeunes chômeurs poussant le pays devant lui est de plus en plus grande. En outre, la pression démographique conduit également à un manque d’écoles et de logements, épuisant les infrastructures qui se dégradent considérablement. Le changement climatique rendra également la vie plus difficile. Les dictatures en Afrique du Nord et au Levant ne sont pas préparées à cela. Parce qu’ils sont injustes et inefficaces, et qu’ils divisent les populations afin de pouvoir mieux les contrôler. Mais en le faisant, ils détruisent les fondations d’une nouvelle construction. Les Libyens peuvent vous en dire une ou deux choses – et surtout les Syriens. Bachar el-Assad a dépassé les limites de l’humanité plus que n’importe qui d’autre.

À Damas, l’ancienne classe moyenne fait maintenant la queue pour acheter du pain, suppliant des médicaments et aspire fuir à l’étranger. Les mots avec lesquels un résident décrit les conditions en signes arabes : «Nous ne sommes que des zombies dans un paysage de ruines.»

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA