L’Europe face aux défis de récupération des enfants des combattants de l’Etat islamique

نساء داعش

Comité de rédaction

Dans un article paru récemment sur le journal américain le New York Times, le problème des enfants des combattants de l’Etat islamique d’origine européenne en Syrie a été de nouveau soulevé. L’article en question a mis le point sur les défis qui qui se précisent en Europe face à cette question très délicate. Notant que le nombre de ces enfants touche les 900.

Selon la même source, les pays occidentaux refusent de récupérer ces enfants. Originaires de plus de 30 pays, ils sont détenus dans des camps de réfugiés dans le nord-est de la Syrie. Abandonnés à leur propre sort entre la dureté de la détention et le refus de leur patrie, y compris les pays européens. Dans ce sens, le journal a exprimé son étonnement face à la manière dont les pays européens traitent avec des citoyens européens et de la méthode qu’ils suivent pour gérer les conditions, en particulier des enfants qui ont perdu leurs parents dans les combats.

Le New York Times a indiqué dans son rapport que la France avait envoyé un avion médical le mois dernier. Il avait transporté une fillette française de 7 ans qui était sur le point de mourir parce qu’elle n’avait pas reçu de soins médicaux urgents et avait laissé sa mère, ses deux frères et sa sœur, en référence à la capacité des pays européens à récupérer leurs enfants lorsque ils veulent.

Une menace pour la santé mentale et physique

Pour sa part, la chercheuse de Human Rights Watch, Lita Tyler, a critiqué le comportement français en déclarant: « En ce qui concerne les réponses de gouvernements, comme la France, qui parle toujours des droits de l’homme, pourquoi le gouvernement français a récupéré la fillette et a abandonné les autres membres de sa famille

Par ailleurs, des organisations de la société civile travaillant dans le domaine des droits de l’homme ont constaté que l’abondant des enfants en Syrie menace leur santé mentale et physique et risque de leur enseigner l’idéologie de l’État islamique, en plus du manque de nourriture et d’eau potable.

Les maladies infectieuses sont monnaie courante, car neuf enfants de parents européens sont décédés des suites de maladies évitables. Certains pays comme la Russie, le Kosovo, la Turquie, l’Ouzbékistan et le Kazakhstan, ont récupéré certains de leurs enfants, tandis que le reste des gouvernements occidentaux hésitaient à récupérer les enfants d’origine européenne.

À cet égard, un réseau de militants et d’avocats en Europe et en Amérique du Nord pousse les gouvernements à renvoyer les enfants chez eux sous prétexte qu’ils n’ont pas choisi d’aller en Syrie et qu’ils ne devraient pas porter la culpabilité de leurs parents.

Bombes à retardement

Selon des déclarations de responsables de l’auto-administration du nord et de l’est de la Syrie, les chiffres confirment la présence de plus de 1 000 combattants étrangers affiliés à l’Etat islamique dans les camps de détention des forces syriennes, en plus de la présence de plus de 13 000 détenus dans les camps qu’ils opèrent dans le nord-est de la Syrie. Tous sont des combattants étrangers de l’organisation, des femmes et des enfants. Les responsables de l’administration ont averti que ces personnes, ainsi que des milliers de membres de leur famille, sont non seulement un fardeau pour l’autogestion, mais plutôt des bombes à retardement dont la présence peut être dangereuse à tout moment, en particulier avec l’augmentation des cas de rébellion, et des tentatives d’assassinat pour ceux qui refusent de se soumettre à nouveau. D’autant plus que les pays européens eux-mêmes ont déclaré que ces djihadistes et leurs familles sont l’un des défis les plus importants auxquels sont confrontés les gouvernements européens depuis l’annonce de l’élimination des derniers bastions du «Kalifa» dans la ville d’Al-Baghouz à Deir Ezzor, ou «l’organisation jihadiste» a établie en Syrie et en Irak.

L’Irak n’est pas une solution

Plusieurs sites et pages d’actualités locales et internationales, ont publié des informations sur la remise de plus de 150 combattants de l’Etat islamique, irakiens et étrangers, au gouvernement de Bagdad, selon un accord qui comprend un total de 502 combattants de l’organisation, car beaucoup d’entre eux au moment de la chute de Mossoul ont franchi les frontières syriennes.

Mais ce qu’il faut dire; Les forces de la coalition internationale sont pleinement conscientes des nombres et des noms des combattants. Cependant, les pays européens ont refusé de récupérer leurs citoyens qui se sont rendus en Syrie, pour se battre dans les rangs de l’Etat islamique pour les juger tout en argument ce choix par l’absence d’enquête sur le terrain et à l’absence de documents qui confirment la vérité. Des sources proches de l’Observatoire Mena ont confirmé que les européens ne disent pas la vérité.

La conférence internationale n’a pas atteint ses objectifs

La conférence organisée par le Centre « Rojava » d’études stratégiques en Syrie, au cours du mois de septembre 2019 a examiné un document de travail principal intitulé « Le Forum international sur l’Etat islamique » dans la ville d’Amouda, affiliée à la province d’Al-Hasakah géographiquement, les défis les plus importants de la période post-annonce pour éliminer la « succession supposée » de l’organisation, Après avoir éliminé ses dernières zones de contrôle dans l’est du pays.

Bien que la conférence ait réuni environ 200 participants, y compris des experts et des chercheurs résidant aux États-Unis et des avocats français en plus des responsables de l’auto-administration kurde, les résultats souhaités d’une affaire de cette importance n’ont pas été atteints, malgré le retour de beaucoup d’entre eux, mais la bombe à retardement existe toujours avec ces milliers en prison.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA