L’extrémisme religieux et l’islam politique dans un contexte historique et politique — une violation brutale de la religion

Par : l’unité de la lumière au MENA Monitor

Introduction :

Beaucoup de gens demandent comment on peut faire partie d’un groupe, qui est prêt à mourir pour leurs idées sur la base de leur forte conviction qu’ils sont le représentant d’une idée islamique, qui devrait prévaloir sur terre.

Est-il possible que peu de personnes se transforment en législateurs qui attirent des centaines de milliers de personnes sous prétexte qu’elles tentent d’initier un nouveau califat islamique ?

  • Comment les adeptes de ces groupes peuvent-ils croire à cette illusion, alors que beaucoup d’entre eux sont cultivés et éduqués ?
  • Comment se fait-il qu’ils abandonnent la réalité et rejoignent le monde de l’horreur ?
  • Comment peuvent-ils appartenir à un monde où les instructions et les commandes remplacent les questions et les demandes de renseignements ?

La formation d’une identité instable

La transparence et les portes ouvertes constituent la seule politique qui permet aux gens d’interagir avec les autres et de trouver de meilleures façons de les gérer.

C’est la première chose à laquelle les extrémistes prêtent attention lorsqu’ils isolent leurs partisans du monde qui les entoure. Ils le font sous prétexte qu’ils veulent les protéger des turbulences.

Ensuite, ils commencent le lavage de cerveau par différentes méthodes avec différents aspects :

  • La première et la plus importante étape consiste à centraliser l’importance du groupe auquel ils appartiennent,
  • Puis ils convainquent les partisans que ce groupe islamique est totalement différent des autres existants.
  • La troisième étape, la plus dangereuse, consiste à trouver les justifications de cette distinction par rapport aux autres groupes.

Cela se fait grâce à l’endoctrinement que d’autres groupes similaires sont sur la mauvaise voie de l’histoire, de sorte que chaque adepte se sent très chanceux d’être membre de ce groupe particulier. Il appartient maintenant au meilleur groupe sur terre.

Pour finaliser l’idée d’une composante djihadiste dans la personnalité du membre du groupe et sa structure psychologique, les dirigeants de ces groupes extrémistes commencent à interpréter des textes religieux qui appellent à l’antagonisme en Occident ou même aux non-musulmans en général.

Cette stratégie aide à attirer de nouveaux adeptes à travers une thèse qui contredit totalement ce qu’Allah dit dans le Coran : « Nous vous avons réparties en peuples et en tribus pour que vous vous reconnaissiez mutuellement. »

Mais ils travaillent dur pour établir la mentalité djihadiste sur le concept d’antagonisme aux autres et le rejet total de tout dialogue avec eux.

Ce déni de dialogue s’applique même à d’autres groupes religieux comme nous l’avons vu avec des groupes islamiques en Syrie quand ils justifiaient de s’écouler le sang.

Par conséquent, nous pouvons dire que le début de la pensée djihadiste commence principalement par l’isolement des djihadistes des autres composantes de la société afin de reformuler leur identité et leurs traits personnels en tant que membres de la communauté instables et distraits, membres d’une communauté qui n’a pas d’intellectuel capacité à prendre des décisions ou même à comprendre ce qui se passe. Ils deviennent inhumains sans libre arbitre.

Le domaine des organisations islamiques est complètement introverti et égoïste, tandis que le domaine de l’extrémisme est une véritable manifestation de cette idéologie.

Le monde est plein de sectes religieuses égoïstes et leurs pensées égoïstes les mettent généralement dans un isolement complet.

Cependant, le dilemme commence lorsque l’un de ces groupes extrémistes décide qu’il est autorisé et affecté à imposer ses pensées et ses interprétations religieuses à la société dans laquelle il vit.

La situation empire lorsque ces groupes prennent la responsabilité de changer directement la société elle-même, en utilisant des moyens extrêmement violents. Un bon exemple est le cas de la secte Aum Shinrykio au Japon (1994-1995).

Pourtant, ces groupes sont limités en nombre. Il existe des facteurs sociaux et psychologiques liés à l’émergence de ces groupes extrémistes et à leur mentalité qui les poussent à commettre des crimes dépassant le cadre de la pensée logique.

Parfois, la guerre et l’instabilité politique provoquent l’émergence de tels phénomènes, lorsque l’identité nationale est perdue et remplacée par l’identité religieuse.

Le conflit entre l’Inde et le Pakistan, par exemple, est l’une des tragédies les plus marquantes de l’ère moderne.

En outre, la guerre en Bosnie-Herzégovine a affecté la mentalité des djihadistes arabes, de sorte que beaucoup d’entre eux ont rejoint Al-Qaïda par la suite. L’une des nombreuses conséquences néfastes de ces guerres est l’idée d’une « identité djihadiste transfrontalière ».

Les sociétés arabes n’étaient pas conscientes des dangers de ce nouveau concept de Jihad mondial. Nous aurions dû prévoir les terribles conséquences de ces guerres.

Le problème de l’identité sectaire et religieuse est l’un des problèmes les plus dangereux auxquels tout pays est confronté, peu importe que ce pays ait un héritage culturel, social et politique profondément enraciné.

Le résultat final de toute guerre de religion est une catastrophe humaine pour les gagnants comme pour les perdants, car les séquelles des guerres de religion ne peuvent jamais s’éteindre et elles peuvent resurgir encore et encore.

Connaissance

Il y a toujours des gens qui ont peu ou pas de connaissances, il est donc très facile pour des puissances extrémistes influentes dans une société d’affecter ces personnes.

C’est le cas dans nos sociétés, car ils ne savent pas ce qui se passe derrière les portes closes des gouvernements.

Les armées, les services de renseignement, les médias et même les institutions académiques sont tous sous l’effet d’un manque de connaissance totale ou parfois de mensonges.

Les dirigeants de nos pays sont toujours désireux de cacher ce qui se passe dans les palais et les cercles politiques.

Par conséquent, peu de générations récentes ignorent les faits.

Cet écart par rapport à la connaissance a toujours fait que ces générations glorifient leurs dirigeants.

Pour garantir l’absence de connaissances, les élites talentueuses ont été brisées ou neutralisées en raison de l’interdiction de toute autre façon de penser.

Ainsi, les régimes au pouvoir ont opprimé leurs adversaires d’une part, et ont induit en erreur d’autres composantes de leurs sociétés en concevant des programmes d’éducation pour être au service des régimes au pouvoir comme le faisait le parti Al Ba’ath en Syrie, quand il contrôlait tous les aspects de la vie, y compris tous niveaux d’éducation.

Cette politique a produit des élites inspirées par le parti Al Ba’ath et ce noyau solide est devenu l’épine dorsale du régime d’Assad, le soutenant malgré toutes les oppressions et les crimes commis par le régime.

Ces élites, qui ont été injectées dans l’idéologie, ont toujours présenté le régime d’Assad et ses figures comme symboles sacrés.

Avec l’avènement de la révolution syrienne, le régime d’Assad a pris l’initiative de déconnecter la société du pays et a créé des conflits sans précédent au sein de la société pour rester au pouvoir.

Le destin de cette élite est indissociable du destin du régime lui-même.

Le régime d’Assad dépend profondément d’une majorité de Syriens, qui travaillent dans l’armée, la police, les services de renseignement, l’administration et la religion.

Par conséquent, la naissance d’une nouvelle élite dirigeante est devenue impossible en dehors de ce groupe.

Quant aux groupes et organisations islamiques, la rareté des connaissances et l’influence de l’idéologie ont été soigneusement manipulées, et les stratégies de chaque groupe ou organisation diffèrent des autres.

Avec les soufis, par exemple, le cheikh est la référence principale à laquelle les disciples sont attachés, et ils n’ont d’autre choix que d’obéir.

En plus des contradictions internes qui existent au sein de la communauté soufie et avec d’autres tendances et écoles islamiques, le mouvement soufi est resté entre les mains des cheikhs, qui, par sa propre base idéologique, est en fait une poupée entre les mains des dictateurs à travers les instituts religieux.

Les Syriens n’avaient pas besoin d’écoles et d’institutions telles que les « Instituts Al Assad pour l’enseignement du Coran », qui ont emmené les soufis de leurs coins obscurs de cérémonie au domaine de l’influence politique en faveur du régime au pouvoir.

Avec le soutien du régime, le soufisme s’est déplacé des mosquées, des écoles et des instituts vers les maisons par le biais du mouvement Kubaisyat et d’autres.

En conséquence, la Syrie faisait face à une génération qui ne se soucie pas de la politique, et cette composante sociale a sapé l’élan révolutionnaire pendant la révolution syrienne.

La « connaissance » est une question essentielle, qui est profondément enracinée dans l’esprit des membres du parti Al Ba’ath et de la plupart des personnalités de l’islam politique.

Le dilemme dans nos sociétés est que l’idée de partis politiques est nouvelle et que les jeunes générations n’ont pas été conscientes de leurs besoins et de leurs objectifs.

Il n’était pas clair pour ces générations ce qui est exigé du membre qui adhère à un parti et quelles sont les conséquences positives et négatives d’une affiliation avec lui.

Ce dilemme devient clair lorsque les jeunes sentent que quelqu’un les écoute et qu’ils sont désormais en mesure de participer à la vie politique de leur pays.

Ce faux sentiment était un piège tendu par les partis islamiques pour attirer les jeunes.

Au lieu d’écouter ces jeunes générations, les partis islamiques ont rapidement commencé le lavage de cerveau alors qu’ils réussissaient à contrôler spirituellement et psychologiquement les jeunes. Les partis et organisations islamiques bénéficient de l’atmosphère politique de leur société.

Les membres des organisations extrémistes islamiques sont coincés dans un dilemme très compliqué, car ils vivent dans des domaines différents et ils sont emprisonnés par des scripts religieux hérités.

Ils ne pensent jamais au-delà des fatwas qui leur sont proposées par leurs organisations. Par conséquent, nous constatons qu’il n’y a aucune différence dans la performance de ces organisations.

En aucun cas, un soufi, par exemple, n’a qu’un seul cheikh et il ne sera jamais autorisé à prêter allégeance à un autre cheikh.

Les partisans du djihadisme n’écoutent que la voix de leurs organisations. La caractéristique commune de ces organisations est qu’elles ne disposent que d’un espace limité de discussion et de logique, et qu’elles se tiennent à la pointe de la connaissance, attendant que l’interprétation et la fatwa viennent de la référence de leurs organisations, tant sur le plan politique que religieux.

L’obéissance au cheikh a modifié toute possibilité de pensée analytique ou de logique, et l’obéissance aveugle est un signe de piété et d’engagement.

Si nous suivons le mouvement soufi à Damas, nous pouvons facilement comprendre comment il a soutenu le régime d’Assad et qu’il ne peut pas être considéré comme une institution religieuse autant que politique avec un avant-plan religieux.

Ce mouvement fausse les faits et isole les gens, les empêchant de faire leurs devoirs envers leur peuple. Il transforme ses partisans en serviteurs silencieux qui promeuvent et adorent la politique d’Assad.

« À la limite de la connaissance » est une politique par laquelle les jeunes sont rééduqués d’une manière qui les garde avec une quantité spécifique de connaissances. L’organisation islamique joue le jeu en convainquant les jeunes qu’ils sont au bon endroit et au bon moment dans la progression de l’histoire.

C’est le point crucial pour priver ces jeunes de leur libre arbitre. Les adeptes du soufisme, qui se considèrent comme de véritables représentants des musulmans, croient fermement qu’ils ont la bonne version de l’islam. Ils affirment avoir un véritable projet pour un Islam puissant, qui attend depuis une résurrection.

La fin des écoles de jurisprudence islamiques

Au tout début de l’islam, le premier concept était l’horreur de l’athéisme, et le second concept adorait un seul Dieu. En d’autres termes, la doctrine islamique était tellement limitée, dédiée au rejet du polythéisme et elle appelait à l’unification de plusieurs dieux.

Pour la première génération musulmane, la religion se limitait à un ensemble de rituels d’adoration. Mais plus tard, cela n’a pas été suffisant, lorsque les musulmans ont commencé à se concentrer sur la réanalyse des versets du Coran en utilisant la logique et la raison.

Pour ce faire, ils ont créé de nouvelles écoles de jurisprudence comme Al Ashaa’era, Maturidiyya, Al Al Mua’tazelah et d’autres simultanément avec la formulation des quatre principales doctrines de l’islam. Ces variations n’ont plus aucune importance pour les nouveaux islamistes.

Selon l’idéologie des islamistes, la première chose requise est de prouver que la doctrine de l’individu est la principale et que les quatre principales doctrines de l’islam doivent être ignorées.

Par conséquent, l’islam a été soudainement transformé en un ensemble de nouvelles doctrines, et chaque doctrine est associée à un cheikh ou une organisation différente.

Un musulman est censé croire en l’une de ces doctrines, qui prévalent dans son domaine et dominées par l’un de ces nombreux groupes aux doctrines différentes.

Les musulmans devraient adhérer à chaque détail des prières, des talismans, de la manière de se tenir debout dans les prières, les célébrations et autres activités religieuses.

Mais la caractéristique la plus courante de toutes ces nouvelles doctrines est d’accuser les autres d’apostasie et d’exclusion. Cette idéologie est représentée par une accusation verbale d’apostasie qui mène à la punition, c’est-à-dire au meurtre.

Le dirigeant en charge de la distribution des certificats de foi et des accusations d’apostasie est celui qui est appelé le chef de la charia ou la référence de la charia. Il contrôle le destin des gens avec ses jugements.

Lorsque le système judiciaire est entre les mains de ceux qui sont à la limite des connaissances sociales ou religieuses, le résultat sera catastrophique car les connaissances sociales et religieuses sont une partie essentielle du système de jurisprudence islamique.

L’essentiel est que le but de soulever cette question de la correction de la doctrine par les groupes islamiques se réfère à leur intention de monopoliser la doctrine islamique et de placer l’islam sous leur tutelle. L’islam a été réduit à une seule interprétation étroite.

Par là, l’argumentation intellectuelle, qui prévalait aux premiers stades de l’islam, a pris fin.

Cette argumentation s’est développée en une nouvelle théorie d’exclusion, classant les musulmans comme vrais ou apostats.

Au lieu de cela, le dialogue s’est déplacé vers les champs de bataille ! La différence n’est plus acceptée, car les écoles de jurisprudence islamique ont été neutralisées sous le titre d’une doctrine ultime et ceux qui s’opposent à cette seule lecture de l’islam devraient être tués.

Il est devenu très courant d’accuser un musulman d’apostasie pour une raison simple, ce qui signifie qu’il devrait être tué, alors que dans les étapes précédentes de l’islam, l’argumentation était basée sur les quatre principales doctrines de l’islam.

Ces quatre écoles islamiques s’intéressaient aux cultes et aux rituels de l’islam. Cela a continué jusqu’à ce que la nouvelle école d’aliénation ait substitué les quatre doctrines principales et se considère comme le projet islamique ultime et comme un choix alternatif qui peut attirer plus d’avocats et les préparer à la mise en œuvre de ce projet.

Gagner plus de défenseurs

Tous les groupes islamiques, qu’ils soient modérés ou extrémistes, sont très désireux de gagner plus d’avocats. La véritable image de ces groupes est claire dans la contradiction entre ce qu’ils disent et la façon dont ils se comportent sur le terrain.

Ils disent qu’ils travaillent pour Allah et l’Islam, alors que la vérité est qu’ils font le contraire, lorsque chaque groupe essaie de gagner plus d’avocats au détriment des autres. Cela a été fait pendant longtemps et se fait toujours aux mêmes fins.

Les mosquées ont été très importantes pour attirer des avocats avec l’aide de prédicateurs très éloquents.

Abu Al Ka’aka, qui était un prédicateur religieux dans l’une des mosquées d’Alep, représente un échantillon de ce phénomène.

Cette nouvelle technique a été lancée par le régime d’Assad et a bénéficié d’Al-Qaïda à un stade ultérieur, en fait, c’était dans l’intérêt mutuel du régime d’Assad et d’Al-Qaïda.

Assad a voulu activer les djihadistes pour un rôle politique ultérieur à jouer par lui comme ce qu’il a fait avec l’émergence de l’organisation Fateh Al Sham.

 Al-Qaïda voulait établir sa succursale en Irak après sa défaite radicale en Afghanistan. Il voulait une voie ouverte pour que les djihadistes arabes traversent la Syrie.

Les mosquées ont été le meilleur moyen d’attirer et de mobiliser les djihadistes, car cela économise du temps et des efforts.

Aucune entité politique ne peut avoir un grand nombre de personnes en une seule fois et en un seul endroit comme dans la mosquée, même si cela fonctionne pendant des mois avec la plus forte propagande.

Il est très facile pour n’importe quel groupe de premier plan religieux d’attirer les esprits et les cœurs des gens et même de les faire chanter.

Le concept d’obsession, qui a commencé dans les coins des mosquées avec les points de rassemblement soufis et salafistes, a été le noyau de la nouvelle génération d’islamistes, qui a proposé le concept d’un projet alternatif islamique ou de l’islam alternatif.

À ce stade, chaque musulman associé à ce nouvel islam axé sur le parti a commencé à abandonner les quatre théories traditionnelles de l’islam et a rejoint une nouvelle version de l’islam, basée sur un parti étroit à orientation politique, l’islam a été converti en projet politique.

Ces partisans d’un « nouveau projet islamique » ont changé d’allégeance et le résultat est qu’il est devenu très compliqué de séparer la politique de la religion.

D’un autre côté politique, lorsqu’une personne adhère à un parti spécifique, elle sera emprisonnée par ses nouvelles condamnations liées à sa nouvelle appartenance politique.

C’est ainsi que les partis nationalistes et de gauche ont été établis, et l’islam politique n’a pas fait exception, car il a suivi les mêmes processus, mais parce qu’il est saint, il n’est pas facile d’admettre ce fait.

C’est une extension des précédents mouvements islamiques à travers l’histoire.

Mais lorsque nous regardons attentivement de l’intérieur l’islam politique, nous découvrons qu’il a la même structure politique qui régit les autres partis politiques.

Cette structure politique de l’islam politique l’exploite, et la religion n’est plus qu’un masque et un front à travers lequel les esprits des gens sont manipulés et falsifiés à la suite de l’obsession.

Le programme politique de l’islam politique, qu’il s’agisse d’Al-Qaïda ou de l’État islamique en Irak et de Sham ISI, n’est rien d’autre qu’un ensemble complet de scripts religieux couvrant tous les aspects de la vie.

Mais tous ces textes religieux ne doivent couvrir que les projets politiques de ces organisations.

Les scripts religieux ne sont qu’un cadre qui incube les objectifs politiques, surtout lorsque nous savons que les interprétations de ces scripts religieux sont toujours susceptibles de changer selon les intérêts et les manœuvres politiques à venir.

Abu Baker Al Baghdadi, chef de l’État islamique en Irak et Sham a rétabli l’esclavage, des femmes esclaves ont été vendues dans les rues juste pour satisfaire les convoitises des militantes et en attirer de nouvelles.

Au lieu de maintenir la présence de chrétiens sur les territoires de l’État islamique comme ce qui s’est passé aux premiers stades de l’islam, alors qu’ils étaient connus sous le nom de « Ahel Al Zemah » et ont obtenu leurs propres droits, Al Baghdadi n’a recherché que le pillage de leurs richesses.

Sous prétexte artificiel d’affiliation à des pouvoirs extérieurs. Cependant, la principale question demeure :

  • Comment les dirigeants de ces organisations peuvent-ils convaincre leurs partisans et leur public que ces ensembles de comportements sont identiques aux scripts de la charia islamique ?

L’histoire peut être résumée comme suit : les partisans de l’islam politique ont sorti l’islam de sa perspective de culte à sa perspective politique.

Ensuite, ils ont tenu des scripts religieux et les ont transformés en fragmentations déconnectées qui sont finalement devenues la constitution de ces organisations islamiques radicales.

Ce faisant, ils peuvent projeter les fragments de cette « constitution » sur n’importe quelle question ou conduite qu’ils souhaitent justifier.

Le califat et la permanence du Jihad

L’idée de restaurer le califat islamique à nouveau et de le relier à l’idée du djihad permanent est une question très compliquée et problématique, car de nombreuses générations de musulmans n’ont jamais rien appris de ce qui s’est passé pendant plus de mille ans de conflits pour le pouvoir sous le titre de califat islamique.

Tout ce qui a été enseigné à ces générations concerne les batailles héroïques et les incursions de musulmans dans les territoires d’autres nations.

Rien n’a été enseigné sur ce qui a résulté de ces guerres, toujours délibérément ignoré par les instituts d’enseignement religieux.

Ces institutions, qui diplôment des centaines d’étudiants chaque année, sont toujours soucieuses d’isoler ces étudiants des aspects politiques de l’époque califale.

Ce type d’éducation a créé une image agréable mais fausse de ces guerres dans l’esprit des apprenants.

Les défenseurs de ces écoles ont voulu restaurer cette image falsifiée, ce qui a été fait intentionnellement au cours de la guerre en Afghanistan qui a joué un rôle clé dans la résurrection de cette culture.

Cette culture s’est étendue à l’Algérie lors de la soi-disant guerre civile des « Dix noirs » en Algérie.

Le Mouvement islamique palestinien, le Hamas a vécu la même expérience lors du deuxième soulèvement palestinien, lorsqu’il a gagné beaucoup de sympathie dans le monde arabe et islamique en raison de l’importance de la Palestine pour les Arabes et les musulmans.

À cette époque, le concept d’un projet militaire islamique était profondément enraciné dans l’esprit de nombreux musulmans et les jeunes générations ont commencé à s’égarer.

Ces nouvelles générations n’ont pas pu reconnaître la différence entre une action militaire limitée et une guerre de longue durée que même l’Union soviétique a abandonnée en raison de grandes pertes.

Cette guerre en Afghanistan n’a pas créé un État islamique ; au contraire, elle a ouvert la voie à une longue guerre.

En d’autres termes, la question peut être posée comme ceci :

  • L’interprétation sélective du Jihad est-elle due à une mauvaise compréhension du Jihad défensif lorsque son pays est attaqué ?

Si le concept de Jihad permanent était vrai, les premiers musulmans n’auraient dû signer aucun accord de réconciliation avec les non-musulmans et les guerres se seraient poursuivies depuis l’époque du prophète Mahomet.

Ce problème nous ramène à la conversion des textes religieux en mosaïque à présenter comme des fatwas en accord avec les intérêts des organisations islamiques et leurs projets.

Cette situation difficile est que l’établissement d’un califat est devenu la responsabilité de la société, de la famille et des individus, ce qui signifie la militarisation de toute la société par les défenseurs de ces organisations islamiques.

La discussion des conditions économiques et de la dictature comme raisons directes de l’extrémisme sans enquêter sur d’autres questions essentielles sera une approche inexacte pour comprendre ce phénomène compliqué.

La pauvreté et l’oppression peuvent pousser des individus à des vols ou à d’autres délits similaires, voire à la création de gangs criminels.

Conclusion

Le problème central des islamistes déviants ne concerne pas seulement leur déviation par rapport aux scripts religieux comme ce qu’a fait Khawarej, mais aussi l’origine de l’idée elle-même.

Ces nouveaux islamistes ont légalisé et justifié les attaques terroristes et les crimes contre l’humanité en Occident et visant toutes les sociétés civiles sans aucune discrimination.

Cette idéologie a finalement produit une pensée sanglante et extrémiste à partir de l’Afghanistan et s’étendant ensuite aux pays asiatiques et africains, y compris les régions arabes, dont les capitales sont désormais aux mains de l’Iran.


Toute publication et rédaction sont conservées dans MENA Media Monitor