L’héritier de la «décennie noire», «le mouvement Rachad» suscite les inquiétudes autour d’un éventuel retour des islamistes en Algérie

Le mouvement «Rachad islamiste» est revenu dernièrement aux devants de la scène politique en Algérie, quand un groupe d’avocats appelait à classer le mouvement comme une «organisation terroriste», et des accusations ont été lancées autour du rôle de la Turquie dans le soutien des Frères musulmans et des mouvements islamiques en L’Algérie, alors que le Hirak continue son mouvement en appelant à des changements radicaux.

Le débat s’est concentré sur le mouvement «Rachad», la réouverture de la porte du passé et de la «décennie noire» dont ont souffert les Algériens, quand le gouvernement menait une guerre brutale contre des «extrémistes» cherchant à s’emparer du pouvoir. En effet, environ 200.000 personnes ont été tuées à l’époque.

Un groupe d’avocats algériens a appelé, hier dimanche, le ministère de la Justice dans la capitale à classer le «mouvement Rachad» une organisation «terroriste» en Algérie, tandis que la présidence de la République a adressé au mouvement «Rachad» comme un (mouvement avec une référence proche du terrorisme), des accusations avec des termes fermes d’avoir exploité les marches hebdomadaires pour lancer des appels «séditieux et de violations».

Entre la décennie noire et la Turquie

Le président algérien «Abdelmadjid Tebboune» a donné lors d’une réunion du Conseil suprême de sûreté la semaine dernière «ses ordres pour la mise en œuvre immédiate et stricte de la loi et de mettre un terme à ces activités pernicieux et aux dépassements sans précédent contre les institutions de l’Etat et leurs symboles et qui tentent d’entraver la voie de la démocratie et du développement.

Il est à noter que le Hirak est revenu dans les rues d’Alger et d’autres villes, à partir du deuxième anniversaire du mouvement, le 22 février, un an après la fermeture causée par le virus, au milieu des craintes que le mouvement «Rachad» puisse exploiter la «révolution du sourire» du Hirak pour son propre agenda.

Alors qu’un certain nombre d’activistes du Hirak populaire algérien considèrent que les autorités cherchent à diviser les manifestants en encourageant la peur du mouvement «Rachad», des accusations sont adressées contre la Turquie d’avoir soutenu le mouvement en tant que «mouvement des Frères musulmans» et une extension du Parti « Front islamique du salut », qui pendant des années causait le chaos et était derrière la décennie noire.

Une note confidentielle française a révélé que des cadres du « mouvement Rachad » avaient été secrètement reçus par les services de renseignement turcs à Antalya et à Istanbul, ainsi que les envoyés du mouvement obtenaient des promesses d’aide financière et de soutien logistique pour renforcer leurs activités de propagande afin de séduire la rue algérienne.

La note, qui a été divulguée des services de renseignement français, indique que «les Turcs se sont efforcés d’assurer des contacts pour les cadres du mouvement algérien avec d’autres opposants islamistes dans d’autres pays arabes qui dirigent des médias diffusés depuis la Turquie».

Par ailleurs, des experts du centre français de Global Watch Analysis pour les études géopolitiques, basé à Paris, ont estimé que «le but de ces visites secrètes des islamistes d’Algérie en Turquie est de collecter des fonds pour lancer une nouvelle chaîne de télévision basée à Londres ou à Istanbul, pour valoriser le discours du mouvement et mobiliser la rue algérienne avec un langage et un style influent ».

Qu’est-ce que le mouvement Rachad?

Les membres du mouvement « Rachad », basés en Europe n’ayant pas une identité claire, et les membres n’annoncent pas leur présence. Cependant, les autorités algériennes qualifient le mouvement « Rachad » comme un mouvement « avec une référence proche de terrorisme », car les fondateurs du mouvement depuis 2007 et les activistes qui y sont issus sont des anciens dirigeants du Front du Salut interdit, à l’instar de son coordinateur général,  « Mourad Dhina », recherché par la justice algérienne pour terrorisme et il est condamné par contumace à 20 ans de prison.

Ces descriptions sont en référence à ceux qui soutiennent le mouvement à l’étranger, car les autorités estiment qu’ils avaient des positions ambiguës envers les groupes terroristes, tels que le théoricien du mouvement Abbas Aroua, Omar Qaidoum et Rachid Mussali, Yousef Najadi, ainsi que d’anciens officiers dissidents de l’armée et les services de renseignement tels que l’officier Mohammad Samrawi (s’est retiré du mouvement il y a des années) et le diplomate dissident Mohammad Larbi Zitout. Tous sont des résidants dans des capitales occidentales telles que la France, la Grande-Bretagne, la Suisse, l’Allemagne et d’autres.

En outre, les autorités algériennes affirment que «le mouvement prend le coup d’État mené par l’armée sur le processus électoral du 11 janvier 1992, après la victoire du Front islamique du salut (interdit depuis mars 1992) comme un point principal et un déterminant de son activité politique».

Mais le mouvement « Rachad », qui possédait autrefois une chaîne de télévision émettant de l’étranger, « Al-Asr », nie avoir des tendances à utiliser la violence ou l’incitation, et il annonce dans ses chartes et ses littératures qu’il « adopte la non-violence comme un moyen de changement », et se définit comme un« mouvement algérien qui a initié sa création et son plaidoyer un groupe d’Algériens qui étaient connus pour leur opposition de principe au régime qui a abouti au coup d’État du 11 janvier, 1992, en tant qu’indépendants ou affiliés à d’autres cadres.

Le mouvement se définit comme «un vaste espace pour tous les Algériens, quels que soient leurs points de vue et la diversité de leurs orientations, et il rejette l’extrémisme sous toutes ses formes, et rejette toutes les pratiques d’exclusion et de discrimination».

Le mouvement « Rachad » affirme sur son site Internet qu’il a participé aux rassemblements du mouvement depuis sa création début 2019, et affirme qu’il « élimine toutes les formes d’extrémisme … et appelle à la non-violence ».

Les symboles de la décennie noire

« Mourad Dhina », le directeur exécutif de l’Organisation Alkarama pour les droits de l’homme basée à Genève et le deuxième dirigeant du mouvement « Rachad », est l’un des dirigeants les plus éminents du Front islamique du salut en Algérie, et malgré son évasion en Suisse, cela n’a pas empêché le défunt ministre français de l’Intérieur, Charles Pasqua de l’accuser de l’implication dans le trafic d’armes vers l’Algérie en 1993 à partir de la Suisse et du Soudan où il a vécu à l’époque du président évincé, Omar el-Béchir.

En 2003, la justice algérienne a émis un mandat d’arrêt international à l’Interpol à son encontre, en l’accusant d’être impliqué dans le soutien du groupe islamique armé, qui a commis des dizaines d’attentats terroristes et de massacres en Algérie et en France également, pour être ensuite condamné dans la même année par contumace de 20 ans de prison.

En 2004, après la libération des dirigeants du Front islamique du salut, Abbasi Madani et Ali Belhadj, il a décidé de quitter la direction du Front à l’étranger et a refusé la réconciliation nationale en Algérie. En 2006, il a explicitement appelé à « l’action armée légitime contre l’Etat ».

L’Etat algérien a poursuivi un certain nombre de personnalités affiliées au mouvement « Rachad » et, fin mars dernier, le tribunal d’Alger a émis des mandats d’arrêt internationaux contre 4 personnes accusées d’appartenir au groupe terroriste, dirigé par Mohammad Larbi Zitout, l’un des leaders du mouvement, et le blogueur Amir Boukhars, dit «Amir DZ, qui cause de gros ennuis au gouvernement, l’ancien journaliste bien connu Hicham Abboud et une quatrième personne nommée Mohammad Abdallah.

Zitout est considéré comme l’un des fondateurs les plus importants de Rachad en 2007, après avoir longtemps travaillé dans le corps diplomatique et de renseignement algérien, en Libye jusqu’en 1991, avant la scission et de partir vers Londres en 1995.

De même, la plateforme Wikipédia présente le mouvement comme «un mouvement algérien d’opposition au régime algérien (né suite au coup d’État du 12 janvier 1992). Le mouvement Rachad a été créé en 2007. Il s’agit d’un groupe d’Algériens qui étaient connus comme indépendants ou affiliés dans d’autres cadres, à savoir (Mourad Dhina, Mohammad Larbi Zeitout, Mohamed Samrawi, Abbas Aroua, Rachid Musalli). Après des années d’opposition, ils ont décidé de se rassembler au sein d’un mouvement qui servira de moteur et d’un cadre regroupant les forces de changement global en Algérie.

C’est un mouvement de résistance, mais il ne croit pas à l’utilisation de la violence comme moyen pour atteindre ses objectifs, mais il adopte plutôt la méthode des manifestations pacifiques, y compris la désobéissance civile. Les objectifs du mouvement selon ses termes : un changement fondamental global en Algérie, un changement qui met un terme à la tyrannie du souverain et de ses natures, aboutissant à la construction et à mettre en place les fondements d’une gouvernance sage. Il redonne au peuple son honneur et sa sécurité, et à la patrie sa sainteté et son intégrité, et à l’être humain – avant cela – sa liberté et sa dignité.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA