L’hostilité envers les musulmans en Allemagne

Les faits et les contes de fées

Les chiffres et les statistiques sont utilisés pour «faire de la politique» – à la fois positivement et négativement. L’exemple frappant de cela, ce sont les études sur «l’hostilité envers les musulmans», «l’hostilité envers l’Islam » et «le racisme antimusulman ». La discrimination dans ce domaine serait en augmentation d’une année à l’autre. Mais y a-t-il des preuves empiriques pour cela ? Les données sont-elles enregistrées adéquatement ? Et la religion joue-t-elle vraiment un rôle important comme le prétendent les acteurs religieux musulmans ?

Le point de départ était une simple révision et un examen des données sur les hostilités antimusulmans en Allemagne. En travaillant sur le sujet, cependant, il est devenu clair que dans le ces dix dernières années, la discussion sur la discrimination et l’hostilité envers les musulmans a pris une certaine direction, qui a pu l’emporter politiquement et financièrement, mais ne résiste pas à un examen empirique critique. De nombreuses études dans ce domaine ne permettent pas une vision non déformée des conditions sociales, mais plutôt une vision idéologiquement déformée des perspectives de ceux qui mettent en œuvre leur propre agenda sociopolitique avec ces études. Le fait qu’elles soient souvent soutenues par les institutions étatiques montre clairement comment les cercles politiques responsables manquent largement de compétences en sciences sociales. Cela sera démontré dans ce qui suit avec quelques exemples.

La base juridique

Dans la Constitution allemande, l’article 3, paragraphe 3, il est stipulé pour l’action de l’État que personne ne peut être désavantagée ou préférée en raison de sa religion ou sur la base d’autres traits personnels.

« GG Art 3 (3) Nul ne doit être discriminé ni privilégié en raison de son sexe, de son ascendance, de sa race, de sa langue, de sa patrie et de son origine, de sa croyance, de ses opinions religieuses ou politiques. Nul ne doit être discriminé en raison de son handicap ».

Cela stipule que l’État doit se comporter de manière neutre en matière de religion ou d’idéologie. Ce point de vue est confirmé par la formulation fréquemment citée par la Cour fédérale constitutionnelle de 19651 et elle précise que seul un État idéologiquement neutre peut être un «foyer de tous les citoyens».

« La Loi fondamentale établit par l’article 4 (1), l’article 3 (3), l’article 33 (3) GG ainsi que l’article 136, paragraphes 1 et 4, et l’article 137, paragraphe 1, de la WRV en jonction avec l’article 140 GG sur l’État comme foyer de tous les citoyens indépendamment de la personne, la neutralité idéologico-religieuse».

Depuis 2006, la loi générale sur l’égalité de traitement (AGG) – qui traite de la possibilité de sanctionner la discrimination en droit privé – a nommé d’autres caractéristiques dans l’article 1.

« § 1 But de la loi: l’objectif de cette loi est de prévenir ou d’écarter les traitements inégalitaires en raison de la race, de l’origine ethnique, du sexe, de la religion ou des convictions, d’un handicap, de l’âge ou de l’orientation sexuelle».

L’AGG (également connue sous le nom de «Loi anti-discrimination») est basée sur la «directive du Conseil 2000/43 / CE du 29 juin 2000 sur l’application du principe de l’égalité de traitement sans distinction de race ou d’origine ethnique» de l’Union européenne. Cette directive et la «Loi anti-discrimination» sur laquelle est fondée sont des tentatives de mise en œuvre de l’article 1 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme «les hommes naissent et demeurent libres et égaux en dignité et droits »). Malheureusement, certaines organisations qui, pour des raisons idéologiques, ne peuvent pas être entièrement d’accord avec ces dispositions antidiscriminatoires (par exemple, en ce qui concerne l’égalité entre les hommes et les femmes ou entre les personnes homosexuelles et hétérosexuelles) ont utilisé ces règles antidiscriminatoires pour créer les leurs (ne veut pas dire non-discriminatoires) plus efficace pour être en mesure de mettre en œuvre.

Les associations et les organisations

Les organisations qui espèrent bénéficier du retrait de la «carte de discrimination» incluent les initiatives qui peuvent être attribuées à «l’islam politique légaliste». Ces organisations se sont rendues compte très tôt que c’était un domaine politique valable pour elles. Un bref aperçu sur les activités des dernières années, au cours desquelles une évolution croissante de travail de discrimination à la propagande islamiste peut être observée :

2003: afin de se conformer à la « Directive européenne 2000/43 / CE » et les efforts de garantir l’égalité de traitement, le « Réseau anti-discrimination de Berlin » (ADNB) est fondé en tant que projet de la Fédération turque à Berlin-Brandenburg eV (TBB). « L’ADNB du TBB est financé par le Bureau d’État pour l’égalité de traitement contre la discrimination (LADS) dans le cadre du programme de l’État contre l’extrémisme de droite, le racisme et l’antisémitisme du Sénat de Berlin. «L’objectif est de fournir des conseils et des relations publiques en ce qui concerne tous les aspects de la discrimination spécifiés dans la loi ».

Dans ses travaux et ses activités de conseil, l’ADNB du TBB a par exemple veillé sur la discrimination concrète et vérifiable. Dans les rapports anti-discrimination du TBB, des exemples sont donnés dans le droit commercial (2003), l’extrémisme de droite (2005), les Sinti et Roms (2006), la recherche d’un logement (2009 et 2011) et services d’emploi (2016). Cette discrimination, comme sur le marché du travail, est également documentée ailleurs : «Les candidats qualifiés avec des noms turcs et un voile sont désavantagés».

2006: Conformément aux exigences de la loi générale sur l’égalité de traitement, une agence fédérale de lutte contre la discrimination est mise en place. Il est confié au ministère fédéral de la Famille, des Personnes âgées, des Femmes et de la Jeunesse la tâche principale et de fournir des conseils juridiques en cas de discrimination.

2010 : En août, l’organisation de lobbying islamique Inssan eV a fondé le «Réseau contre la discrimination et l’islamophobie ». C’est le premier projet Inssan à recevoir un financement étatique. Le projet ne vise pas principalement la discrimination dans ses différentes dimensions, mais il met l’accent spécifiquement sur ce qui est religieux.

« Le Réseau contre la discrimination et l’islamophobie a été fondé en août 2010 pour lutter activement contre la discrimination à l’égard des musulmans dans notre société. L’objectif est de sensibiliser les personnes concernées qu’elles sont citoyens de cet État avec des droits égaux et leur montrer des options d’agir en cas de discrimination. Nous allons dans les mosquées et les institutions musulmanes. Sur la base des expériences des participants, nous fournissons des informations sur la base juridique des événements sur place, afficher les options d’action et de apporter des informations sur l’infrastructure de soutien et de conseil existante ».

2018 : Suite à cette focalisation, le « CLAIM – l’alliance contre l’islamophobie et la haine antimusulmane » est fondée en juin – sous la direction d’Inssan – avec 47 organisations membres (à partir de mars 2021). La focalisation passe progressivement de «l’islamophobie et la haine antimusulmane au «racisme antimusulman».

2020: En janvier – sous la direction d’Inssan / CLAIM et en coopération avec le groupe de travail de la jeunesse protestante en Allemagne – le «Réseau de compétences antimusulmane et haine antimusulmane »sera publiquement reconnue et promue. Objectif : « Racisme antimusulman ».

«L’objectif du Réseau de compétences est de regrouper et de développer davantage l’expertise

se rapportant à l’islamophobie et à l’hostilité antimusulmane et antiracisme musulman et le mettre à la disposition de l’éducation, de la politique, de l’administration et la société civile ».

Financement initial du gouvernement allemand pour les années 2020-2024 : 1,05 million d’euros.

Une description officielle du Réseau de compétences indique que «l’islamophobie devrait être également rendu plus visible en termes de chiffres ». «  L’un des objectifs de travail est de compléter la discours sur l’Islam avec des récits positifs. De plus, le problème d’Islamophobie devrait également être rendue numériquement plus visible et encourager l’engagement diversifié pour la protection et la réalisation des droits des Musulmans ».

Empirisme, partie 1

Si l’objectif est de «rendre le problème de l’islamophobie également plus visible en nombre», on peut s’attendre à des données et analyses empiriques. Les rapports anti-discrimination du TBB documentent le nombre d’incidents signalés au fil des ans : en 2019, par exemple, étaient à 4242.

Mais comment la religion joue-t-elle un rôle dans cette discrimination ? Le rapport de l’Agence européenne des droits fondamentaux de l’Union européenne «Enquête de l’Union européenne sur les minorités et la discrimination »(2011), dans laquelle des Africains et des Surinamiens ont été interrogés, semble faire référence à cela. Les répondants des pays européens participants (hors l’Allemagne) considèrent la religion comme la deuxième caractéristique la plus importante de la discrimination. Cependant, cela concerne les hypothèses de ces groupes de répondants, et non leurs expériences réelles. En outre, il y a des immigrants avec confession religieuse chrétienne et musulmane considèrent leur foi comme très importante (p. 119).

En ce qui concerne la question de la discrimination à l’égard des musulmans, cette enquête n’aide pas, en ce qui concerne les attentes et les hypothèses et, notamment que l’Allemagne n’y figure pas. L’importance de la religion en tant que motif de discrimination peut cependant être déterminé par les rapports cités par l’Association turque de Berlin-Brandebourg (TBB).

Triée en fonction des motifs de discrimination, l’importance particulière du terme «raciste-discrimination» (qui serait probablement mieux connue sous le nom de « discrimination ethnique ») est montré, bien qu’elle diminue (dans le cas de réponses multiples), mais en 2019, elle est toujours mentionnée pour environ 50 pour cent de tous les rapports.

Le rôle de la « religion » en tant que motif de discrimination diminue (avec des réponses multiples) en 2019, seulement 9% de tous les rapports.

Cela semble contredire le fait que dans le «Rapport sur le projet de coopération», Réseau contre la discrimination à l’égard des musulmans »entre ADNB des TBB et Inssan eV (2010-2013) «La religion se voit attribuer un rôle plus important. Hakan Tosuner a écrit dans ce rapport (pages 26-35) : «La discrimination quotidienne contre les musulmans. L’évaluation des questionnaires de 2010 à 2011. «Une analyse factuelle de la discrimination quotidienne contre les musulmans peut être constatée.

Cependant, une telle évaluation n’a pas lieu. Seul un aperçu des «origines ethniques des discriminés » et quatre camemberts sont présentés, selon « le sexe des discriminés», le « domaine de la discrimination (réponses multiples possibles), «l’âge de la personne discriminée »et le « trait de la discrimination (plusieurs réponses possibles)» avec les caractéristiques «Religion» (61%),« Groupe ethnique »(24%) et « Autre ». Il indique :

« Le phénomène de la discrimination multiple devient également clair ici, parce que musulman (religion), Turc (ethnique) femme portant un voile (apparence extérieure), femme (sexe) sont exposés à de multiples discriminations. Environ deux tiers des musulmans touchés estiment que leur religion ont joué un rôle dans la discrimination dont ils ont été victimes, tandis qu’un cinquième ont déclaré que leur origine ethnique était la raison de la discrimination. Dans les questionnaires, de multiples raisons de discrimination étaient possibles, e. B. la religion, origine ethnique, apparence extérieure, langue, âge, sexe, handicap, identité sexuelle, statut social ».

Cela a été suivi par cinq pages d’«études de cas» qui se rapportent en grande partie au sujet de port du voile qui, au sens scientifique du terme, ne doit pas être considéré comme des indices anecdotiques. C’est empiriquement faible – bien que Hakan Tosuner, qui est aussi le directeur général de «Avicenna-Studienwerk» (organisation de soutien pour les Musulmans) fondée en 2013, soit un assistant de recherche (avec Nina Mühe, la Coordinatrice du projet CLAIM) à la chaire de recherche comparative culturelle, sociale et anthropologique à l’université Viadrina, Francfort / Oder (Prof. Werner Schiffauer) était qualifié et aurait dû maîtriser les techniques de base du travail scientifique.

A cet égard, il aurait dû également savoir que la plus grande importance de la religion dans les rapports Inssan découle du fait que Inssan e. V. est principalement informée à propos de la discrimination dans les communautés de mosquées et encourage à signaler les musulmans les plus religieux qui vont aux mosquées. Leur plus grande pondération de la religion est inévitablement aussi reflétée dans les résultats. Cela a peu près la même logique que de demander dans une boulangerie le matin ce que les gens achètent habituellement en ville et (dans le cas de réponses) on reçoit principalement la réponse «petits pains».

Dans le «Rapport annuel 2019», l’Agence fédérale de lutte contre la discrimination cite les faits et les chiffres de ses demandes de conseils en arrivant à des résultats significativement différents que Hakan Tosuner: Même avec des réponses multiples (environ 5%), la proportion les demandes de conseils sur la discrimination basée sur la religion sont (de 2016 à 2019) à l’échelle nationale constante de 6 à 7 pour cent.

La discrimination basée sur l’origine ethnique, le sexe, le handicap et l’âge est mentionnée plus fréquemment comme motif de demande d’avis que l’attribut « religion ».

Éventuellement, ces distributions pouvaient déjà être observées dans un rapport de 2013 du Parlement allemand3.

Compte tenu du débat de longue date sur le voile, la faible pertinence du facteur «religion» dans le domaine de la discrimination peut être surprenant. Néanmoins, l’Agence fédérale contre la discrimination aborde ce sujet en détail. La publication « La diversité religieuse sur le lieu de travail » affirme que le voile est un élément essentiel de la religion: (p. 8)

« La plupart des demandes d’avis que l’Agence fédérale anti-discrimination reçoit en matière de religion des femmes musulmanes qui portent des voiles. Elles sont souvent rejetées lors de la candidature à des stages, postes d’études et des apprentissages ».

Excursus: le voile

Le port du voile au travail est un sujet controversé depuis des années. L’Agence fédérale anti-discrimination a écrit : « La loi générale sur l’égalité de traitement protège contre les désavantages dans le domaine de la vie professionnelle, entre autres. Dans ce contexte, il n’est pas rare que les gens se tournent vers l’Agence fédérale de lutte contre la discrimination qui se sentent qu’ils sont désavantagés en raison de leur religion. Dans de nombreux cas, cela affecte les femmes musulmanes qui portent un voile pour des raisons religieuses. La question de la mesure dans laquelle les employeurs peuvent restreindre ou même interdire le port du voile sur le lieu de travail est une préoccupation constante des tribunaux ».

Le rapport de recherche de Sonja Haug, Stephanie Müssig et Anja Stichs : «La vie des Musulmans en Allemagne » (2008) est également consacrée au thème du voile en détail (pp. 193- 216) et présente, entre autres, ce qui suit : seulement 28% des femmes musulmanes portent un voile, tandis que 72% n’en portent pas.

Même si 92% des femmes portant un foulard considèrent le foulard comme un devoir religieux, cela ne correspond qu’à environ 26% et non à la grande majorité des femmes musulmanes religueses qui ne portent pas du tout du voile. Parmi les femmes musulmanes qui se décrivent «très religieuses», seules 41% portent un voile. Il existe également une répartition par âge claire parmi les femmes musulmanes qui portent le voile. Dans le groupe d’âge 16-25 ans, 22 pour cent portent un voile et, avec les groupes d’âge supérieur, le chiffre est de 50 pour cent chez les 66 ans et plus.

L’affirmation selon laquelle le port du voile en public est «un devoir religieux largement reconnu» d’un musulman n’a aucune preuve empirique et ne correspond donc pas à la réalité des femmes musulmanes.

À cet égard, il est étonnant de voir à quel point ces résultats sont présentés de manière incorrecte dans des textes scientifiques. Naika Foroutan, Coşkun Canan, Sina Arnold, Benjamin Schwarze, Steffen Beigang et Dorina Kalkum ont écrit dans : «L’Allemagne post-migration. Société, religion, identité. Les premiers résultats »(2014) – une publication du Berlin Institute for Empirical Integration and Research (BIM) à l’Université Humboldt (p. 39) :

« Le motif dominant du port du voile est qu’il s’agit d’un devoir religieux. Ceci est indiqué par 92,3% des femmes musulmanes interrogées. En second lieu, cité par 42,3 pour cent, Le voile donne Sécurité. Troisièmement, le désir d’être reconnaissable en tant que musulman. Attentes des familles et / ou des partenaires d’autres personnes, d’autre part, jouent un rôle secondaire et ils sont mentionnés par environ 6 à 7% de ceux qui porter le voile (Haug et al. 2009: 205–206). Pour la plupart des femmes musulmanes, le voile est un acte d’expression religieuse autodéterminé ».

L’erreur initiale est qu’il ne s’agit pas de 92,3 des femmes musulmanes interrogées, comme écrit dans le texte, mais 92,3 pour cent des 28 pour cent de femmes musulmanes qui portent un voile.

Cela donne-t-il lieu à de fausses représentations scientifiquement et politiquement citées ?

Terminologie

Multidimensionnalité

Puisque la « religion » – même en comptant plusieurs cas de discrimination – ne joue qu’un rôle marginal en termes quantitatifs, il semble approprié aux activistes religieux de «l’intégrer» dans un contexte plus large : la multidimensionnalité.

Selon Canan Korucu (dans sa contribution « Aspects de la discrimination multidimensionnelle envers les femmes musulmanes portant le voile », dans : «  L’Islamophobie –les observations de la discrimination quotidienne des musulmans à Berlin »), le point de vue de la dimensionnalité de la discrimination remonte à Judy Gummich.

«L’étude de la discrimination multidimensionnelle ou intersectionnelle a débuté aux États-Unis à la fin des années 80 et au début des années 90. «Des étudiantes noires ont été trouvées que les femmes noires aux États-Unis sont confrontées à des formes spécifiques de discrimination que les hommes noirs ni les femmes blanches ne vivent pas et cela découle de l’interaction des facteurs individuels (noir et femme)». Le concept de multidimensionnelle ou intersectionnelle discrimination suppose que chaque personne a une identité à plusieurs niveaux, constituée des traits de personnalité du genre, identité sexuelle, origine ethnique, âge, religion, état de santé, etc., d. H. chaque personne a une identité multicouche (= intersectionnelle) composée de différents aspects. En conséquence, il peut également y avoir la discrimination sur la base des traits variés de personnalité, par lesquels la personne ne doit pas nécessairement être discriminée sur la base d’un seul trait de personnalité.

«La discrimination est liée à un ou plusieurs traits de personnalité. Mais ce n’est pas les traits de personnalité réels, supposés ou construits eux-mêmes, mais les attributions qui sont associées à ces traits de personnalité essentielles pour la discrimination.

Ces déclarations peuvent être comparées à l’essai de Mario Peucker : «La discrimination sur la base de l’appartenance religieuse islamique dans le contexte du travail, les expériences de la vie, les questions et les recommandations d’action. Les résultats de la recherche sur la science sociale et recommandations d’action». (Une publication de l’Agence fédérale pour l’anti-discrimination) Mario Peuker a écrit que la situation de la recherche sur la discrimination est très faible, mais qu’il y a aussi un problème général avec l’appartenance religieuse en tant que facteur individuel.

« D’autre part, l’analyse empirique de tels processus de discrimination contre les musulmans est particulièrement difficile en raison de divers motifs indissolubles de discrimination, de la religion et la l’origine ethnique au sexe, peut-être aussi à l’âge et au statut social. Enquêter sur le rôle de l’appartenance religieuse islamique dans ces formes de discrimination multidimensionnelle, détachée d’autres facteurs – se révèle très souvent impossible et, en outre, contribue rarement à une meilleure compréhension de ces mécanismes spéciaux de discrimination ».

La religion peut également être «cultivée» différemment dans une approche multidimensionnelle. Dans l’élaboration par Maureen Maisha Auma : « Racisme: une définition de la pratique quotidienne », elle le dit dans « Le racisme moderne 2 » (p. 7) que les critères biologiques sont remplacés par la culture :

« L’idée qui avait prévalu depuis les Lumières jusqu’au 20e siècle est que les gens pouvant être divisés en  « races » et clairement séparées selon les critères biologiques ont été systématiquement rejetés d’un point de vue scientifique. Avec cela, cependant, le système d’affirmation du racisme n’est en aucun cas devenu un superflu. En fait, le sujet du marquage raciste n’a fait que changer: Aujourd’hui, les différences d’origine biologique ou même le terme « race» sont rarement utilisés. Au lieu de cela, le concept de « culture » est utilisé pour créer, souligner et corriger les différences. […] Les formes culturelles de pratique – y compris, par exemple, les pratiques religieuses pratiques, les formes d’éducation, les styles vestimentaires ou les arrangements de genre – sont conçus des inconciliables, imparfaits et déficients opposés à la culture dominante ».

Cela signifie que la religion n’est pas intégrée. Et quand Maureen Maisha Auma a écrit «les ensembles de propriétés», ils ne sont pas utilisés comme base, mais comme attribution, c’est-à-dire. H. vu comme conséquence. (P. 8)

« Cette perception [du voile] est également basée sur l’attribution d’un ensemble négatif de propriétés, qui est également utilisé comme marque de différence pour tout un groupe – dans ce cas les femmes marquées comme «musulmanes»: les personnes en question deviennent potentiellement passives, fondamentalistes, arriérées et montrées supprimées ».

Cette élaboration a été faite dans le cadre des publications du «Regionalen Arbeitsstellen für Bildung, Integration und Demokratie (RAA) e. V. », pour laquelle la présidente du conseil d’administration d’Inssan eV travaille comme conférencière ».

Islamophobie et hostilité envers les musulmans

Dans de nombreuses publications, il est devenu courant de mentionner «l’hostilité envers l’islam et les musulmans » en même temps. Dans le 12e rapport d’intégration (2019, p. 69), l’équation a été présentée.

« L’islam et les musulmans comme une unité homogène sont très souvent l’objet de débats sur des sujets tels que l’immigration et l’intégration et se donnent des traits négatifs collectifs et problématiques. La dimension de l’hostilité envers les musulmans et l’islam est restée à un niveau élevé depuis la dernière période étudiée».

La référence est faite au 11e rapport d’intégration, dans lequel, cependant, aucun chiffre ne peut être trouvé.

C’est également le cas d’Andreas Zick, par exemple: «L’attitude anti-islam et antimusulmane de la population. Un rapport sur les résultats de l’enquête » pour la Conférence allemande sur l’islam (DIK). Cependant, l’étude traite en grande partie des opinions des musulmans sur la base Bielefeld Etudes sur l’hostilité liée au groupe (GMF). Le pourcentage de ceux qui son d’accord avec ces attitudes de la population antimusulmanes dans l’enquête GMF de 2003 à 2011 (p. 38) se situe dans une fourchette de 25 à 40 pour cent.

En revanche, la Fondation Bertelsmann nommée dans le Religionsmonitor (2019) en ce qui concerne la question de savoir si l’on considère l’islam comme menace 52% de la population générale l’approuve. Cependant, le responsable du programme «Living Values» du Religion Monitor, Yasemin El-Menouar, a indiqué : «Le scepticisme envers l’islam ne signifie hostilité envers l’islam ».

«Beaucoup de gens expriment des réserves sur l’islam, mais on n’en tire aucune demande politique ou opinions anti-démocratiques de leur part. «Seule une minorité des citoyens montrent une vision clairement anti-islamique et exigent, par exemple, que l’immigration de musulmans soit arrêtée. Selon Religionsmonitor, la proportion de personnes ayant une attitude islamophobe a globalement diminué au cours des dernières années : alors qu’il était de 20% en Allemagne en 2017, il était seulement à 13% en 2019. Les analyses montrent également que les personnes avec des positions islamophobes rejettent souvent non seulement les musulmans mais aussi d’autres minorités et représentent une vision du monde qui est généralement contre la diversité ».

Ces références indiquent déjà que «Islam» et «Musulmans» sont deux catégories différentes dont la mention et la connexion simultanées avec «et» ne sont pas justifiées par les termes de contenu. Important dans ce contexte: le terme «musulman» désigne les personnes qui peuvent être personnellement affectés par la discrimination. Cependant, il n’y a pas de «Monsieur Islam »ou« Madame Islam » qui pourrait être victime de discrimination. En principe, il peut donc y avoir des doutes par rapport à la question de savoir si «l’islamophobie» – par opposition à «l’hostilité musulmane» – représente deux catégories différentes complètement. Parce que les systèmes d’idées ne souffrent pas lorsqu’ils sont gravement attaqués, mais ce sont toujours les gens qui souffrent de telles attaques.

«Le terme « islamophobie » souffre également du fait que « l’islam » n’existe pas dans cette forme singulière. Parce que «l’Islam» est – comme le christianisme – un ensemble de règles, avec les variantes les plus variées (et les écrits sacrés des hommes), auxquelles les gens voient un ensemble de règles comme une vérité contraignante et exclusive (peuvent) se référer, justifier leurs actions. Les variantes, interprétations, écoles de droit, similitudes nationales et les différences au sein de l’islam sont multiformes et colorées. Le plus frappant est probablement l’existence d’une «faction de guerre» et d’une «faction de paix» au sein de l’islam. À cet égard, il est compréhensible que lorsqu’on les interroge sur la menace posée par l’islam, environ 60% des personnes interrogées perçoivent l’islam comme «menaçant» et non comme «enrichissement» lorsqu’ils regardent les atrocités en Syrie et en Irak et les attentats terroristes à New York, Paris, Londres, Nice, Berlin etc. et que la faction de guerre de l’Islam – qui aussi incluent Al-Qaïda et l’EI.

Isabell Diekmann a également abordé cette question de terminologie dans : «Islamophobie ou l’hostilité musulmane? L’analyse de données empiriques différencie entre deux phénomènes». Les répondants ont livré divers jugements d’une part sur «l’islam» et, d’autre part, sur les «musulmans».

«Il y a beaucoup à dire sur la distinction entre l’hostilité envers les musulmans et hostilité envers l’islam, de sorte qu’une manipulation plus sensible de ce concept ainsi que de son opérationnalisation et la dénomination peuvent être nécessaires. Pour les musulmans en tant qu’êtres humains, les conséquences de la dévaluation et de la discrimination peuvent être différentes de celles de l’Islam. Alors que sa dévalorisation et les sentiments de menace de l’islam sont particulièrement intéressants et importants en matière d’intégration, les conséquences pour les musulmans en tant que personnes concernées par la dévaluation peuvent également être de nature sociale, psychologique et de nature sanitaire ».

Cependant, à quel point les deux termes sont mélangés, ce qui également montré par une contribution des Service des médias d’intégration avec le «Document d’information sur le racisme antimusulman en Allemagne. Les faits et les chiffres » dans lequel les résultats de l’enquête sur « l’attitude antimusulmane sont présentés sous le sous-titre « Les préjugés contre «l’islam» sont répandus ».

Empirisme, partie 2

Un acteur musulman majeur dans ce domaine est Inssan eV susmentionné dans un résumé sur les rapports de 2016-2018, sa conclusion doit être approuvée.

« La situation sociale et politique rend la documentation, les conseils et l’action par et contre la discrimination, l’hostilité et les agressions particulièrement indispensables en ce moment ».

La question, cependant, est de savoir comment cette documentation est enregistrée, évaluée et publiée.

« Depuis 2016, le point de contact enregistre systématiquement les insultes, les hostilités, la discrimination et les agressions physiques contre les musulmans et les personnes marquées comme telles. Il s’agit d’un moyen standardisé de collecter des données sur les plaintes. Les nombres des cas sont rapportés par des personnes touchées. Le centre de documentation ne fonctionne pas comme un centre de recherche et de surveillance. Les rapports sont principalement soumis au point de contact par écrit en utilisant le formulaire d’inscription ou via le lien du rapport ».

Il s’agit donc d’un vaste domaine – même s’il est qualifié de «systématique» – tout un ensemble d’«insultes et d’hostilité»  constaté à l’égard des «attaques physiques contre les musulmans et les personnes marquées comme telles ».

Dans le questionnaire en ligne du « Réseau contre la discrimination et l’islamophobie (Inssan eV) », des questions sont posées sur « les caractéristiques externes pertinentes pour l’incident » et les réponses possibles sont données: voile / Niqab / Abaya / barbe / turban / couleur noire de peau, cheveux, yeux / accent / « nom non allemand ».

Il y a aussi une question sur : « Les motifs présumés de discrimination » avec la réponse-spécifications et réponses multiples possibles: origine ethnique (attribuée) (par exemple en raison du nom, pays d’origine présumé ou couleur de peau) / religion (attribuée), idéologie (par ex. la pratique religieuse ou les vêtements) / le sexe, par exemple la discrimination à l’égard des femmes / l’identité sexuelle, l’orientation (p. ex. homophobie, trans-hostilité) / handicap (p. ex. accès refusé en raison de déficiences mentales ou physiques) / âge (par ex. accès refusé en raison de la vieillesse) / statut social (par exemple en raison de la façon de parler, des connaissances générales, du comportement, du style vestimentaire, des revenus) / autre.

Cette quantité d’informations, qui – au moins pour les cas signalés – permettrait une image différenciée en fonction des raisons de la discrimination, n’est pas traitée systématiquement. Au lieu de cela, un graphique avec des cercles qui se chevauchent est affiché.

Non seulement la non-évaluation dans de simples tableaux bidimensionnels mais aussi la description du sujet donne des raisons de s’interroger sur les compétences en sciences sociales.

« Inssan eV a enregistré une situation préoccupante à Berlin avec 265 incidents en 2019, soit une augmentation de 88 incidents par rapport à 2018 ». Ceci est également montré dans un graphique.

C’est quoi le problème avec cela ?

  1. Il ne s’agit que d’incidents signalés, mais la formulation dit («situation alarmante»)

C’est la réalité du nombre d’incidents réels («nombre de cas»)

  1. L’indice de l’augmentation en pourcentage suggère que le «racisme antimusulman» est hausse chaque année et a doublé depuis 2016 (+ 140,9%). Le fait que plus d’incidents sont signalés après des leçons des communautés de mosquées, le travail de relations publiques intra-musulmanes sur la discrimination, informations sur les options de signalement, le rapport en ligne est également possible depuis 2019, etc. peut être considéré comme un succès de ce travail des relations publiques, mais certainement pas en tant que preuve scientifiquement dans de tels incidents.

Inssan / CLAIM publie le sujet d’une manière plus émotive et frappante – pas seulement quand il décrit un «état inquiétant» – mais aussi quand il dit: «Encore aujourd’hui. – La semaine de l’action contre le racisme antimusulman fait des attaques quotidiennes et de la discrimination le sujet. « Ou, comme dans la présentation des numéros de cas pour 2019 avec l’intitulé : « L’intensité des attaques contre les musulmans est beaucoup plus effrénée. « Cependant, il n’y a aucune preuve pour cette déclaration factuelle ».

Le déséquilibre de l’approche méthodologique d’Inssan / CLAIM – à rechercher seulement dans les mosquées et les institutions musulmanes – et est également montré dans le fait que seule une minorité des musulmans en Allemagne régulièrement, visite une mosquée au moins une fois par mois. Selon une évaluation de la 32ème vague d’enquêtes par le SOEP (Socio-Economic Panels) en 2015, la proportion n’est que de 30%. En d’autres termes, Inssan / CLAIM se limitait délibérément aux musulmans religieux actifs, mais pas à tous les musulmans qui vivent en Allemagne. Il s’agit d’une distorsion politico-religieuse de la réalité des musulmans en Allemagne.

Il ne correspond en aucun cas aux exigences de la directive européenne 2000/43 /CE, dans laquelle la preuve d’actes de discrimination qui peuvent être vérifiés par un tribunal est prévue. Il appartient à la justice nationale ou à d’autres organes compétents d’évaluer les faits qui suggèrent la discrimination directe ou indirecte, conformément à la législation ou à la pratique nationales. En particulier, ces règles nationales peuvent prévoir que la discrimination indirecte peut être détectée par tout moyen, y compris des preuves statistiques ».

Dans une évaluation du Registre de Berlin pour les années 2015 à 2017, les chiffres du racisme et de l’anti-gitan musulman sont classés sous le thème du racisme et ne sont pas montrés séparément. Ceci s’applique également au rapport de Registre pour 2019. En raison d’une demande, avec la demande de présenter les chiffres sur le racisme antimusulman séparément, ils ont été transmis.

Cette information signifie trois choses : d’une part, la nécessité de cet enregistrement, parce que chaque discrimination est une de trop. Deuxièmement, ce «racisme antimusulman» n’est qu’un sous-domaine du champ plus large du «racisme» et, avec une proportion relativement constante de 19 à 26 pour cent de tous les incidents de cette catégorie, ne représente qu’un problème mineur. Troisièmement, la «propagande» – avec 39 à 58 pour cent – en détient la plus grande part, et qui devrait en fait être enduré dans un pluralisme démocratique et politiquement repoussé contre elle. Si vous ajoutez les «événements» (dus aux démos de BärGida) à cette «Propagande», la proportion se situe entre 49 et 80 pour cent.

Même si les «revendications et les options de protection légales selon l’AGG » sont extensives, il y a comparativement très peu de poursuites, car il est supposé qu’«il y a de la discrimination au sein du sens de la loi ». Il est clair que le fait que l’un se sent «offensé» en tant que membre d’un certain groupe à cause de la propagande de tiers n’est pas encore une expression d’une discrimination inadmissible. Sinon, les personnes non confessionnelles, par exemple, auraient se plaindre constamment de la discrimination, puisque les Livres saints du christianisme et de l’islam menacent de les torturer dans le « feu éternel de l’enfer » après leur mort.

Une autre approche basée sur des résultats empiriques sur la discrimination fondée sur la religion en tant que musulman et est présentée dans les études et publications de l ‘«EU-MIDIS – Enquête de l’Union européenne sur les minorités et la discrimination »(2010) sur « La discrimination multiple ». Dans cette étude, les données d’une enquête EU-MIDIS auprès des groupes minoritaires et l’enquête Eurobaromètre sur la population. La perception de la discrimination est mentionnée plus fréquemment dans l’Eurobaromètre que dans l’enquête EU-MIDIS. La discrimination sur la base de l’origine ethnique est la plus souvent mentionnée (62 à 55 pour cent), suivie par l’orientation sexuelle (51 à 24 ans), âge (46 à 21 ans), religion ou croyance (45 à 33 ans), en raison de l’handicap (45 à 20 ans) et sexe (30 à 21 ans).

Les groupes minoritaires interrogés par l’EU-MIDIS déclarent que 63% n’ont pas expérimenté aucune discrimination au cours des 12 derniers mois, 23% ont cité une seule raison et 14 pour cent ont déclaré avoir été victimes de discrimination pour plusieurs motifs. Sur ces 14 pour cent de migrants, 93% se considèrent victimes de discrimination en raison de leur orientation éthique ou alors à cause de leurs backgrounds migratoires. 64 pour cent de ce groupe se voient victimes de discrimination en raison de leur religion ou de leur vision du monde (72% des hommes et 56% des femmes), ce qui signifie que 9% de tous les répondants se sentent victimes de discrimination pour motifs religieux.

L’enquête EU-MIDIS aboutit aux mêmes résultats dans une évaluation des musulmans. 10 par cent se sentent discriminés en raison de leur religion. «Le taux le plus élevé de discrimination a été enregistrée parmi les groupes musulmans interrogés, originaires de l’Afrique subsaharienne et l’Afrique du Nord». 79% des personnes victimes de discrimination n’ont pas signalé leur expérience de discrimination à une autorité compétente. 59 pour cent de ceux qui sont touchés ont déclaré que «rien ne serait fait ou changé de toute façon» et 38% ne voyaient aucun intérêt à signaler quoi que ce soit, car cette discrimination faisait «partie de leur vie quotidienne normale».

Et, essentiel pour notre question: « Porter des vêtements traditionnels ou religieux (par exemple un voile) n’a eu aucune influence sur les expériences de discrimination des musulmans sondés »

Concepts et constructions

Après que les informations faisant état de discrimination fondée sur des convictions personnelles demeurent marginales, les activistes religieux les ont élargis pour inclure plus de dimensions et les intégrer dans un autre concept de culture, pour lequel les preuves empiriques sont également rares.

Il était donc cohérent de renoncer à toute preuve empirique et conceptuellement ethniques «l’hostilité envers les musulmans» dans un premier temps et la «racialiser» dans un second temps. Le concept central est la construction du «racisme antimusulman».

Le précurseur du terme était «l’islamophobie», l’affirmation selon laquelle la critique de l’islam est un peur pathologique («phobie») de l’islam. C’est éclairant ce que Sanem Kleff (projet leader School without Racism – School with Courage) a écrit en 2005 dans «Islamophobie – Qu’est-ce que c’est ? » Dans le volume de la conférence «Islamophobie – Regards sur la discrimination quotidienne contre les musulmans à Berlin » : « L’islamophobie est une construction idéologique du mouvement politique de l’islamisme.

«Lorsque le terme islamophobie est apparu pour la première fois dans les débats publics en Allemagne, il était assez clair : après le 11 septembre 2001, les cercles islamistes avaient prétendu que les musulmans seront persécutés en masse en Allemagne, qu’ils seront physiquement agressés et que les femmes seront attaquées et leurs voiles arrachés de leur tête, toute la société est saisie par une phobie, islamophobie. Mais si vous vérifiez les faits, heureusement ces affirmations s’avèrent faux et font évidemment partie du vœu pieux des islamistes. Un vœu pieux car l’islamisme a nécessairement besoin d’un ennemi de construction pour déterminer son propre profil afin de légitimer sa position par rapport à l’autre. L’islamisme crée un sentiment de solidarité, en particulier à travers la démarcation avec «l’Occident», les non-musulmans. En tant que légitimation de son existence, l’islamisme a besoin non seulement de démarcation, mais aussi de mythe de son propre rôle de victime. Après tout, semblable aux processus d’établissement d’une nation, il s’agit de la mise en place d’une communauté virtuelle, la communauté de tous les musulmans, c’est-à-dire l’Oumma. Il y a une notification constante de danger imminent. Cela ne vise pas seulement à garder les partisans préparé d’une façon permanente et toujours prêts à combattre l’ennemi, mais surtout de motiver les potentiels sympathisants à les rejoindre ».

Racisme antimusulman

Selon la présentation de la chercheuse en migration Sandra Kostner: «Wissenschaft nach Agenda» (FAZ, 11/2020), la définition, « L’islamophobie est un racisme antimusulman », a été adopté par le groupe de réflexion britannique Runnymed Trust (1997) avec le rapport «Islamophobie. Un défi pour nous tous».

Dans son «Rapport sur le racisme» (page 11), Inssan a utilisé la définition suivante: «Contrairement au débat international et européen sur les droits de l’homme, qui parlent généralement d’islamophobie ou de discrimination et d’intolérance des musulmans, il y a un débat intense en Allemagne sur l’utilisation du terme «correct», qui ne peut être discuté en détail ici. Comme dans le rapport, la Conférence islamique allemande a décidé d’utiliser le terme « hostilité envers Musulmans dont le motif est que cela éliminerait toute ambiguïté, si l’attitude négative est liée à l’islam en tant que religion ou aux musulmans en tant que personnes touchées ». Cette position a été critiquée à juste titre par les chercheurs concernés, parce qu’il ne reflète pas adéquatement le « l’attitude de rejet parfois massif de la société majoritaire envers les musulmans ainsi que la dimension structurelle raciste ».

Comme preuve («… scientifiquement pertinent…»), un article de Yasemin Shooman est lié: «Islamophobie, racisme antimusulman ou hostilité envers les musulmans ? Commentaire sur le terme du débat de la Conférence sur l’islam allemand », publié par la Fondation Heinrich Böll.

Outre le racisme biologiquement soutenu, il existe une forme largement répandue du racisme qui s’inspire de la caractéristique de la  « culture » (et de sa «religion») et elle est prise en compte dans le rapport intérimaire du DIK. Le terme « antiracisme musulman »est rejeté car il ne peut être utilisé que pour «les attitudes négatives correspondantes graves » (rapport intérimaire, p. 3). L’incompréhension du racisme est exprimée ici, selon lequel le racisme est un phénomène social marginal qui se manifeste par des attitudes extrêmes divisées par les normes. Sur la base de la connaissance qu’il n’y a effectivement pas de « races » humaines biologiques, mais celles-ci représentent de puissantes construction sociopolitique, le terme « racisation » est compris dans la recherche sur le racisme pour le processus de course vers une position sociale dominante, les groupes sont construits comme des groupes naturels, étant donné les attributions collectives et positionnées dans un arrangement binaire pour former un endogroupe ».

Dans la « Convention internationale pour l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale » de l’ONU (1965), il est écrit dans la partie 1, article 1:

« Dans cette Convention, le terme « discrimination raciale » désigne toute distinction, exclusion, restriction ou préférence basée sur la race, la couleur de la peau, l’ascendance, l’origine nationale ou l’appartenance ethnique, qui a pour but ou pour effet d’obtenir une reconnaissance égale, jouir ou exercer les droits de l’homme et le plaisir, libertés fondamentales dans les domaines politique, économique, social, culturel ou dans tout autre domaine de la vie publique est contrariée ou altérée ».

Il n’y a aucune mention de religion ici.

Cependant, il y a l’adoption de l’expression «racisme contre les musulmans» dans les «Observations finales du 19e au 22e rapports étatiques de la République fédérale d’Allemagne » (2015) du Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale (p. 14).

« Tout en prenant note des préoccupations des parties légitimes concernées de l’État  des mesures qu’elle ont prises pour lutter contre l’antisémitisme, le Comité s’inquiète d’autres formes de discrimination raciale telles que le racisme institutionnel à l’égard des musulmans, la discrimination à l’égard des femmes appartenant aux groupes minoritaires et ne font pas adéquatement l’intersectionnalité entre la discrimination contre les lesbiennes, les gais, les bisexuels, les transgenres et les personnes intersexuelles et la discrimination raciale ».

En 2012, Yasemin Shooman a publié l’article: «L’interaction de la culture, de la religion ethnicique et le genre dans le racisme antimusulman» dans « From Politics and Contemporary History »(APuZ) de l’Agence fédérale pour l’éducation civique, en 2015 l’article « Qu’est-ce que le racisme antimusulman?

Sous le mot-clé « la racisation de l’appartenance religieuse », le terme est décrit comme suit:

« L’accent mis sur l’appartenance religieuse est le résultat d’un changement de perception et l’islamisation des débats autour des questions de migration et d’intégration, en conséquence de quoi les groupes de population qui étaient auparavant considérés comme des travailleurs invités ou des étrangers sont de plus en plus devenus musulmans.

En conséquence, l’appartenance religieuse est devenue éthnique, c’est pourquoi on peut aussi parler de racisme antimusulman. Il est basé sur la notion de musulmans comme un groupe homogène auquel certaines caractéristiques collectives (pour la plupart négatives) sont attribuées et qui sont considérés comme n’appartenant pas ».

En 2015, Yasemin Shooman s’est impliqué dans le débat sur le voile avec la déclaration : «Ma tête m’appartient» dans laquelle elle décrit «l’interdiction du voile comme un interdiction nationale ».

Cependant, il s’agit d’une perspective non scientifique et non historique, qui se reflète également dans le hashtag #professionalprohibition. L’interdiction professionnelle historique et politique est également connu sous le nom de «décret radical» – exclut toute activité professionnelle dans le service public, que ce soit en tant que cheminot, employé de poste, enseignant, etc., pour quiconque membre du DKP. Dans le débat actuel sur le voile, cela n’a pas même commencé à être mentionné.

Dans ce contexte, la publication du politologue Ozan Zakariya Keskinkilic (maître de conférences à l’Université Alice Salomon de Berlin), à qui l’Agence fédérale pour l’éducation civique en décembre 2019 a donné l’opportunité pour contribuer au thème «Prévention de l’extrémisme / la radicalisation». Là, il essaie d’ouvrir une dimension historique

 «[Le terme de racisme antimusulman] ne traite pas le phénomène comme un événement irrationnel dans le présent, encore moins comme un (droit) dans une situation exceptionnelle dans les sociétés démocratiques et égalitaires en Europe, mais en tant qu’aspect de la modernité européenne. Il met les débats actuels sur l’islam dans le contexte du développement historique de l’Europe et rappelle l’héritage du colonialisme européen ».

« Vouloir être raciste n’est pas une condition préalable pour penser et agir de manière raciste. Le racisme est un rapport de force social qui garantit les privilèges des «endogroupes» et justifie la discrimination de «l’autre». Le racisme n’est pas une contradiction avec la modernité et les Lumières. Au contraire, c’est son produit, historiquement développé et transmis socialement.

En juin 2019, le politologue Armin Pfahl-Traughber a également traité «l’antiracisme musulman» dans l’article « Islamophobie, islamophobie, critique de l’islam – un guide à travers la jungle des termes », qu’il décrit comme un « contenu ambigu et une catégorie peu sélective ».

«Le racisme antimusulman» est considéré comme une forme spéciale [une biologie linguistique de la culture], dans laquelle la catégorie « musulmans » est incluse dans l’ethnie. Ceux qui sont censés ne peuvent pas échapper à la discrimination, parce que les gens des régions islamiques sans affiliation religieuse islamique sont également signifiés. Les adeptes de cette compréhension du terme par conséquent, ne voient pas réellement de «race» chez les musulmans. Ils veulent ceux qui sont touchés de se construire en un groupe homogène basé sur leur valeur réelle ou de leur actuelle ou précédente religion. Tout ce qui est discutable peut être déduit de leur  « être un Musulman ».

Dans ce document, Armin Pfahl-Traughber confirme ce qu’il a dit dans l’article: «racisme antimusulman – catégorie analytique ou slogan polémique ?  « En référence à un «Relativisme discutable des droits de l’homme».

« Puisqu’il s’agit toujours de se défendre contre la critique de la culture des groupes ou des communautés religieuses, il y a un risque d’une idée collectiviste de l’identité. Un relativisme douteux des droits de l’homme n’est pas loin ».

En ce qui concerne la création d’un «bureau d’enregistrement du racisme antimusulman» (en

Mars 2020) à l’administration intérieure de Berlin, le groupe de travail fédéral de l’associations des migrants a publié ses préoccupations concernant cette désignation.

«Autant nous saluons la création de registres pour enregistrer les crimes de haine et le racisme, autant que nous nous opposons au racisme et à la discrimination, nous sommes préoccupés par le fait que le concept et le terme associé de « racisme antimusulman » reçoit le soutien et la reconnaissance des administrations et des ministères.

[…] Nous comprenons le racisme comme des idéologies d’inégalité qui se réfèrent à la biologie pour catégoriser les gens. Premièrement, ils supposent l’existence des identifiables comme des « races », et deuxièmement, le racisme justifie la discrimination contre les personnes affectées par leur affectation à une «race». « Que signifie qu’une catégorie biologique est considérée comme fondamentale et il n’y a pas de possibilité de changement à cet égard. L’Islam est une religion et non une race ».

Le philosophe Michael Schmidt-Salomon formule la critique du «racisme antimusulman »encore plus clairement dans son livre « Les limites de la tolérance – Pourquoi nous devons défendre la société ouverte »(2016). Il considère le terme dangereux – non seulement pour «le problème réal du racisme, la dévaluation des personnes sur la base de leur origine ethnique, et les ignorées », mais aussi parce qu’il est« finalement basé sur la même pensée erronée celle des racistes. L’argumentation est typique, à savoir le mélange inadmissible des catégories biologiques et culturelles »:

«Parce que les musulmans ne sont pas une race, pas un groupe ethnique, pas une population biologiquement définissable au sein de l’espèce Homo sapiens. Le fait qu’une personne vient d’une certaine partie du monde où se trouvent des musulmans, la majorité ne permet donc pas de conclure qu’il ou elle est Musulman(e). Même être né dans une famille musulmane ne justifie pas l’hypothèse que la personne concernée se considère comme un musulman. C’est la caractéristique de pensée des racistes qui définissent les gens par leur naissance, c’est-à-dire par une caractéristique immuable avec laquelle ils portent avec eux pour toute leur vie. Cependant, des caractéristiques culturelles telles que les convictions personnelles et les coutumes sont changeables, nullement données par la naissance, pour cette raison le terme «racisme culturel» est dangereusement trompeur ».

Indépendamment de cela, le terme «racisme islamophobe» a trouvé son chemin dans ce qui a été susmentionné et dans d’autres organes officiels, tels que le « Registre d’enregistrement des extrémistes et incidents discriminatoires à Berlin ».

« Similaire à l’antisémitisme, le racisme antimusulman n’est pas un phénomène moderne, mais ses racines en Europe remontent à l’émergence de Christianisme. En conséquence, les personnes de confession islamique ont été des victimes d’exclusion, de discrimination et de persécution. Après les attentats terroristes du 11 septembre 2001 aux États-Unis, le racisme antimusulman était accepté davantage. Les partis populistes de droite en particulier ont utilisé le racisme antimusulman pour leurs objectifs politiques. En effet, de vieilles images de l’ennemi né au Moyen Âge sont utilisées ».

Le débat émotionnel sur la discrimination va dans le même sens, sans aucune preuve, les analogies verbales et donc substantielles avec l’Holocauste raciste sont formulées.

L’Antisémitisme

Après avoir décrit le racisme antimusulman, Yasemin Shooman met le racisme antimusulman en parallèle avec l’antisémitisme.

«La dévaluation et le rejet de la foi islamique ont des conséquences sur les personnes marquées comme musulmans surtout si le terme religion est utilisé pour dissuader de manière déterministe et leur comportement tout entier est interprété à contre-courant le background d’appartenance religieuse réelle ou attribuée. Puis la caractéristique essentielle qui est critiquée à propos de l’islam se transforme en idées sur le caractère collectif de «musulmans» sans rupture majeure dans l’argumentation. Une telle interaction entre le ressentiment contre une religion et le ressentiment contre les membres de la communauté religieuse en question sont connus par l’antisémitisme».

Cette représentation – de l’islamophobie et du racisme ainsi qu’une similitude avec le sémitisme a déjà été utilisé (2005) par Khaled Alkhatib, dans sa contribution: « Islamophobie – Un défi pour la société d’immigration? », In: « Islamophobia – des réflexions sur la discrimination quotidienne des musulmans et des musulmanes à Berlin ». (2004)

«L’islamophobie est une forme de racisme très dangereuse. Elle très souvent minimisée et légitimée dans de nombreuses couches de la société. Il existe un risque d’institutionnalisation et donc l’émergence de l’antiislam, qui a des similitudes avec l’antisémitisme médiéval ».

Michael Schmidt-Salomon a également vigoureusement contredit cette comparaison dans son livre (déjà cité)  « Les limites de la tolérance »:

«Contrairement à l’antimusulman d’aujourd’hui, l’antisémitisme du 20e siècle était en fait basé sur une pensée raciste. La structure raciste de base antisémitisme au XXe siècle était évident, notamment du fait qu’il était dirigé non seulement contre ceux qui se déclaraient juifs, mais aussi contre ceux qui ont rejeté avec véhémence cette croyance. Oui, paradoxalement, le rejet de la religion juive était perçu comme «typiquement juif». Parmi certaines critiques religieuses les plus importants ont émergé de la communauté du judaïsme  (y compris Baruch de Spinoza, Karl Marx et Sigmund Freud) et parmi les érudits et politiciens « juifs «  (par exemple dans le mouvement socialiste) le nombre d’athées et d’agnostiques était disproportionnellement élevé », l’impiété et la non-religiosité sont comprises comme des caractéristiques spéciales de la «désintégration culturelle juive».

Empirisme, partie 3

Outre les incidents signalés en vertu de la loi anti-discrimination (AGG), ainsi que le Réseau anti-discrimination (ADNB) de Brandebourg fédéral turc du Berlin (TBB) et le réseau contre la discrimination et l’hostilité antimusulmane d’Inssan – il existe d’autres données sur la question de l’enregistrement empirique et de la présentation de l’hostilité envers les musulmans ou l’islam.

L’islamophobie

Dans le cas de «l’islamophobie», les facettes sont enregistrées selon différentes sections du Code pénal (et principalement en tant qu’infractions officielles). Dans le phénomène du crime politiquement motivé (PMK), diverses infractions sont traitées par la police au sein de l’Office fédéral de la police criminelle (BKA).

En ce qui concerne les « crimes de haine », il a indiqué :

« Les crimes de haine décrivent les crimes à motivation politique si, après voir les circonstances du crime et / ou l’attitude de l’auteur, là indiquent qu’ils sont fondés sur les préjugés de l’auteur avec en ce qui concerne- la nationalité / – l’appartenance ethnique / – la couleur de la peau / – l’appartenance religieuse / – le statut social / – l’handicap ou déficience physique et / ou psychologique / – genre / – identité sexuelle / – orientation sexuelle / –  l’apparence extérieure».

Le nombre de cas de délits liés à la «religion» peut être déterminé par la police des statistiques de criminalité de l’Office fédéral de la police criminelle. D’une part (§ 166 StGB 🙂 « Insulter les dénominations, les communautés religieuses et les associations idéologiques » (aussi appelé «paragraphe sur le blasphème») et § 167 StGB: «perturbation de la pratique religieuse».

Dans le document 19/17069 du Bundestag, le parlement a expliqué (à la page 9) la classification comme un «background islamophobe».

« Au LKA [Bureau de la police criminelle de l’État], l’évaluation professionnelle des cas a lieu (affectation à une zone de phénomène, définition de la qualité de l’infraction, dénomination des domaines, etc.). Ceci s’applique également à la dénomination de l’UTF [domaine secondaire] « islamophobe ». Les informations mises à disposition par le responsable du département ainsi que l’évaluation technique du LKA sont transmis au BKA pour l’évaluation phénoménologique et l’enregistrement statistique. […] Le texte libre de la présentation de la question des faits revêt ici une importance particulière. […] Par exemple, les cas doivent être évalués comme hostiles envers l’islam si les actions de l’auteur sont dirigées contre l’islam ou les musulmans par motivation réelle ou, compte tenu des circonstances de l’acte, motivation présumée ».

Cela montre clairement qu’environ 90% des crimes avec une « pensée islamophobe» sont attribués aux groupes et partis de droite (Pegida, AfD, etc.)

«Les crimes enregistrés incluent l’incitation à la haine contre les musulmans ou les musulmans refugiés sur Internet, les lettres de menace, les attaques contre des femmes portant le voile ou les hommes musulmans reconnaissables dans la rue. Dommages à la propriété et graffitis nazis et les maisons et les mosquées en font également partie. Les autorités n’ont pas une idée du montant des dommages ».

Il convient de mentionner que – même si ce n’est qu’une faible proportion – est attribuée aux « idéologies religieuses».

« L’idéologie religieuse du PMK – est assignée à des délits là où il y a des indices qu’une idéologie religieuse a été décisive pour la commission de l’infraction et que la religion est exploitée pour justifier l’infraction ».

Les attaques de mosquées

En 2019, dans le cadre de FAIR international – Fédération contre l’Injustice et le racisme e. V. a formé une initiative qui se concentre sur les « attaques de mosquées » et publie les chiffres correspondants sur ces attaques4. La définition de ce que signifie « attaque de mosquées » est compréhensible.

«L’attaque d’une mosquée» inclut toutes les attaques sur les installations qui sont utilisées par les musulmans pour fins religieuses ou à partir de laquelle l’auteur(s) accepte une telle utilisation. Cela aussi comprend les chambres, les objets ou événements qui sont légalement ou factuels liés à un tel établissement (bibliothèques, salles d’événements, unités résidentielles, installations pour les jeunes, véhicules de club, poubelles, activités de plein air, etc.). Nous considérons également les lettres de menace ou même une menace par bombes comme étant une «attaque». Les menaces de toute nature sont classées par la loi comme « infractions mettant en danger » et sont considérées comme des infractions pénales qui peuvent être punies d’emprisonnement ».

Un enregistrement aussi détaillé nécessite une évaluation précise. Après tout, il existe d’importantes différences qualitatives entre un incendie criminel dévastateur, une diffamation sur un site de construction ou une note dans la boîte aux lettres. Cependant, rien de cela ne se voit dans l’évaluation.

Il montre 612 «attaques de mosquées» au cours des six années 2014-2019, i. H. en moyenne 102 par an soit environ 2 par semaine. À cet égard, la présentation factuelle : «En Allemagne, une mosquée est attaquée en moyenne toutes les semaines» est même un euphémisme.

La catégorie la plus importante est le « vandalisme » (245 cas sur cinq ans), mais cela aussi est un «vaste domaine». Tant que ce n’est pas précisé quelles formes et intensités de «Vandalisme», c’était en fait, la représentation n’est pas très significative.

Fait intéressant, ces informations ne correspondent pas à la présentation des données de brandeilig.org sur IslamIQ, qui a cité un total de 413 attaques de mosquées pour les années 2014 à 2018, soit une moyenne de 83 par an. Cela pourrait suggérer que le graphisme de 2019 contient un double comptage en termes de «type d’attaques».

Là aussi, la possibilité d’enregistrer et de publier une explication détaillée de la qualité et de la tension a été gaspillée.

Conclusion

Le travail des relations publiques des groupes parrainés par l’État comme Inssan et CLAIM Alliance est – même sans preuves empiriques – assez réussie.

Le service de presse évangélique (EPD) a accepté un rapport des relations publiques d’Inssan sans le remettre en cause ou critique. Les lecteurs de «Sonntag Sachsen», l’hebdomadaire de l’Église évangélique luthérienne de Saxe, ont appris que la religion est censée être la principale raison d’incidents antimusulmans» et que la discrimination à l’égard des musulmans a augmenté.

MIGAZIN a également fait la une en avril 2019 : «La discrimination à l’égard des musulmans augmente significativement. Le nombre d’incidents antimusulmans à Berlin a augmenté de plus de 50% l’année dernière ». Cependant, cela signifie seulement (voir ci-dessus) que (en 2019) 88 autres cas ont été rapportés par rapport à l’année précédente.

Au lieu de donner des chiffres concrets plutôt modestes, cela sonne naturellement beaucoup plus dramatique pour parler d’une augmentation de 50 pour cent. Cela dépend toujours des valeurs de référence. Selon cette logique, le rapport de MIGAZIN aurait pu recevoir un titre différent, à savoir en référence à la population de Berlin: «Le nombre des incidents antimusulmans a augmenté de 0,0023% » (soit 88 cas sur 3.762.000 résidents de Berlin). «Dumber est toujours possible!» – cependant, cela n’a rien à voir avec des recherches sociales.

En raison de l’incompétence avérée des acteurs impliqués, il est extrêmement discutable si des organisations telles que Inssan / CLAIM peuvent enregistrer et publier scientifiquement des données fiables sur l’hostilité envers les musulmans. Cependant, cela est nécessaire de toute urgence pour faire des progrès réels dans la réduction de la discrimination ».

Au cours de cette analyse, l’impression a été renforcée qu’Inssan / CLAIM sont non concernées par une représentation correcte des conditions sociales, mais par le renforcement des structures du lobbying islamique et de l’islamisme légaliste, qui tire la «Carte de discrimination» pour obtenir des avantages par rapport aux autres groupes sociaux. Cela correspond à la fois aux organisations sont dans le réseau des Frères musulmans en Allemagne.

C’est l’une des raisons pour lesquelles il semble extrêmement préoccupant que le gouvernement allemand finance CLAIM en tant qu’« agence centrale fédérale », comme cela ressort du document de Bundestag 19/17069 (daté du 6 février 2020) sur le thème du « racisme antimusulman et la discrimination contre les musulmans en Allemagne » (p.11 / 12):

«Dans le cadre du programme fédéral« Live Democracy! », Le gouvernement fédéral fait la promotion des centres de démocratie de l’État dans tous les États fédéraux qui relient le conseil local et le soutien aux victimes de violence antimusulmane, antisémite, raciale, etc. En outre, l’Association anti-discrimination d’Allemagne e. V. (advd) ainsi que Mutik gGmbH avec le projet « CLAIM – Alliance contre l’islamophobie et l’hostilité musulmane « encouragées dans le développement des agences fédérales centrales. La tâche centrale des deux organisations est de documenter et danalyser des cas spécifiques de discrimination, pour développer des stratégies d’action et de prévention contre la discrimination fondée sur ceci, et pour conseiller et soutenir les personnes concernées. « 

Le gouvernement allemand devrait d’urgence repenser sa pratique de financement.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA