Liban : Nasrallah passe à l’escalade et anticipe la loi « César »

حسن نصر الله

Lors d’un passage médiatique sur une radio de la place au Liban, à l’occasion de l’anniversaire de retrait d’Israël du sud du pays, le Secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a critiqué la Force intérimaire des Nations unies au Liban (FINUL). Il a refusé la demande de renforcement des tâches de la force des Nations Unies. Par ailleurs, il n’a pas raté l’occasion pour rappeler à Israël que les capacités militaires de Hezbollah se sont bien développés par rapport à 2006.

Les propos de Nasrallah et l’attaque contre une patrouille de la force des Nations Unies par les habitants de la ville de Blida constituent une escalade préventive qui anticipe le vote du Conseil de sécurité, cet été, pour renouveler le mandat accordé aux FINUL, au cours duquel les tâches de la force internationale devraient également être modifiées.

Cela semble susciter une réelle crainte parmi les milices, qui représentent le bras de l’Iran au Liban. Dans ce contexte, Nasrallah a déclaré que « les Américains, à la suite des demandes israéliennes, soutiennent la question du changement de la mission de la force des Nations Unies. S’ils veulent réduire ou augmenter le nombre, ça ne change rien. Nous ne sommes pas contre les forces des Nations Unies. Mais les américains doivent comprendre qu’il n’est plus question d’exploiter cette intervention onusienne pour exercer une pression sur le Liban ».

En août dernier, le Conseil de sécurité des Nations Unies a voté la prolongation du mandat de la FINUL pour un an, mais la résolution prévoyait une exigence. En fait, les États-Unis exigeant que le Secrétaire général de l’ONU procède à une évaluation de la mission de la FINUL et de ses effectifs avant le 1er juin 2020. Au début de mai dernier, l’ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies, Kelly Kraft, a annoncé que la FINUL a été empêché de remplir son mandat « et que le Hezbollah » a pu étendre ses opérations, ce qui met en danger le peuple libanais « .

Pendant ce temps, l’ambassadeur américain a écrit sur Twitter que le Conseil de sécurité doit « soit rechercher un changement radical afin de renforcer la FINUL, soit réorganiser ses unités et ses ressources pour leur confier des tâches qu’ils peuvent réellement accomplir ».

Incubateur folklorique

Le Hezbollah, dont la popularité est en chute libre et devenu un adversaire de nombreux pays arabes, a également perdu beaucoup de son réserve populaire. Toutefois, il conserve encore sa capacité à déplacer un bon pourcentage de la population chiite libanaise. Dans ce contexte, un cas de harcèlement a été enregistré avec la force finlandaise opérant au sein de la FINUL.

Les médias locaux avaient déclaré que la force finlandaise opérant au sein de la « FINUL » avait agressé les jeunes de la région et frappé leurs véhicules, après qu’ils aient intercepté son chemin pour ne pas avoir coordonner avec l’armée libanaise.

La municipalité de Blida et l ‘ »Union des municipalités de Jabal Amel », qui comprend 18 municipalités, ont publié une déclaration conjointe disant: « Nous condamnons l’agression par des membres de la force finlandaise opérant en FINUL contre les habitants de la ville de Blida, et nous condamnons la création d’éléments de pied pour pénétrer dans les vignobles et les propriétés privées des personnes et les fouiller. » Et cela est répréhensible et totalement inacceptable et rejeté, et soulève de nombreuses questions sur l’agression de cette force particulière envers les citadins et la nature des tâches qui lui sont confiées.

Il convient de noter que le Conseil de sécurité des Nations Unies a créé la « FINUL », qui est une force multinationale, en mars 1978, pour confirmer le retrait israélien du pays à cette époque. Il a également été renforcé en août 2006, au lendemain de la guerre israélienne contre le Hezbollah, qui comptait environ 10 000 membres

« César arrive »

Les sanctions américaines contre les collaborateurs de Hezbollah à l’échelle internationale ont touché profondément ce dernier qui ne lui reste que les passages illégaux avec la Syrie. Ces passages seront l’un des principaux piliers de la loi « César ».

Selon la déclaration du département d’État américain, la loi de César signifie demander au président américain d’imposer de nouvelles sanctions à toute personne ou entité qui traite avec le régime syrien ou lui fournit un financement, y compris les services de renseignement et de sécurité syriens, ou la Banque centrale syrienne. Selon la déclaration du Département d’État, la loi de César signifie demander au président américain d’imposer de nouvelles sanctions à toute personne ou entité qui traite avec le régime syrien ou lui fournit un financement, y compris les services de renseignement et de sécurité syriens, ou la Banque centrale syrienne.

Le communiqué indique également que la loi inclut ceux qui fournissent des avions ou des pièces détachées pour avions à des compagnies aériennes syriennes, ou qui participent à des projets de construction et d’ingénierie contrôlés par le gouvernement syrien ou qui soutiennent l’industrie énergétique en Syrie.

En vertu de la loi, le président américain Donald Trump peut abolir les sanctions au cas par cas, et les sanctions peuvent également être suspendues si des négociations sérieuses sont menées pour mettre fin à la violence contre les civils.

Hassan Nasrallah, en déplaçant ses règles, voulait délivrer un deuxième message. Son objectif est de faire exploser les discussions qui ont eu lieu au Liban sur la fermeture des points de passage illégaux avec la Syrie et leur contrôle par les organismes internationaux, en particulier avec l’approche de la mise en œuvre de la « loi César » qui vise à punir le régime syrien et ses alliés dont la Russie, l’Iran et le Hezbollah inévitablement au Liban. Raison pour laquelle, Nasrallah, a lancé une campagne sous le titre << L’importance de rétablir les relations avec la Syrie >>, en particulier en ce qui concerne le contrôle des passages à niveau illégaux et les opérations de contrebande qui s’y déroulent, car il est le principal bénéficiaire du transport de matériel et de fournitures à destination et en provenance de Damas.

Nasrallah a déclaré le 13 mai que « le Liban seul ne peut pas résoudre ce problème », appelant à « une coopération entre les deux pays, entre les deux armées, entre les institutions de sécurité des deux pays ». Il a poursuivi: « Cette question est sa seule voie, c’est la coopération bilatérale entre mon gouvernement et les deux armées du Liban » et la Syrie.

Où est l’Iran?

Dans cette scène, l’Iran ne peut ignorer le premier moteur de la milice du Hezbollah et le joueur actif dans l’arène syrienne, et a depuis des années maîtrisé le jeu en dehors de son campus et la transformation de ses alliés en carburant pour des guerres futiles, l’aidant à relever son plafond sur la table de négociation avec l’Occident dans n’importe quel dossier, et selon cette proposition, non Les observateurs excluent la possibilité de créer plus de problèmes avec les forces de la FINUL, et même de déclencher une guerre entre le parti et Israël, qui remaniera les cartes dans la région et introduira de nouveaux accords similaires à ceux créés par la guerre de 2006.

Ce scénario ne semble pas être exclu du côté du régime des mollahs, d’autant plus que les milices iraniennes en Syrie ne sont pas à leur meilleur, avec des cibles répétées par l’avion israélien.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA