L’influence de l’Iran en Bosnie, un poignard sur le flanc de l’Europe

Par : Muhammed Khatab

« Nous sommes allés en Bosnie pour y rester », a déclaré à BBC Perse Ameer Farshad Ibraheemy, un officier du Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC) en juin 2019, alors qu’il parlait de la stratégie de l’Iran pour la guerre dans les Balkans dans les années 1990.

Les Iraniens pensaient que la guerre dans les Balkans continuerait longtemps et qu’ils pourraient y affilier un groupe sectaire pro-iranien comme celui du Liban. Mais les vents sont allés dans la direction opposée à leurs tendances.

Ils ne s’attendaient pas à l’Accord de Dayton, signé le 14 décembre 1995.

Cet accord a mis fin à la guerre dans les Balkans et anéanti les rêves de l’Iran, les expulsant de force du pays.

Cependant, l’Iran n’a pas complètement quitté la Bosnie-Herzégovine. Le Corps Al Quds du CGRI a quitté le pays, mais l’Iran a maintenu son renseignement et son influence politique sur les institutions de l’État de Bosnie, comme l’a déclaré un ancien chef du renseignement de Bosnie.

L’Iran a étendu son influence en Bosnie-Herzégovine et en Albanie en créant des centres culturels et religieux dans le cadre de la stratégie dite douce.

La guerre dans les Balkans et le début de l’influence de l’Iran

Les Iraniens ont mis les pieds sur terre en Bosnie-Herzégovine six mois seulement après le début de la guerre.

L’Iran a envoyé des milliers de ses combattants du CGRI en tant que membres du personnel du Croissant-Rouge iranien.

Cela a été avoué par le brigadier Saeed Kasemy, commandant de terrain en Bosnie-Herzégovine à l’époque.

Le 2 juin 1994, le Washington Times a écrit que 400 combattants des CGRI sont entrés en Bosnie en mai 1994, selon des sources du renseignement.

À cette époque, certaines sources de renseignement ont indiqué que 3 000 à 4 000 combattants des CGR étaient basés en Bosnie, en plus de 400 combattants du Hezbollah libanais.

La plupart des combattants du Hezbollah venaient de la région de la Bekah au Liban.

Ils étaient dirigés par Ali Ahmad Fayadh, qui a été tué à Khanser, Alep, Syrie en 2016. L’Iran a établi ses camps à Zenica et Visoko, pendant que Sarajevo était assiégée.

L’Iran a joué un rôle clé dans la guerre des Balkans en fournissant environ 200 millions USD à des groupes islamiques bosniaques, qui étaient affiliés au président bosniaque Alija Izetbegovic et à l’armée bosniaque.

Un rapport sur « Une enquête sur les expéditions d’armes iraniennes vers la Bosnie » a été publié par la commission du renseignement du Sénat américain le 9 octobre 1998, déclarant que l’Iran était le principal partisan des milices bosniaques et de l’armée.

Selon le rapport, 30 % des armes de l’armée et des milices bosniaques ont été fournies par l’Iran.

Pendant ce temps, les États-Unis ont fermé les yeux sur le soutien iranien en Bosnie-Herzégovine. L’ambassadeur américain en Bosnie-Herzégovine, Peter Galbert, a déclaré : « Notre politique était basée sur le fait de ne pas empêcher l’Iran d’armer les Bosniaques. ».

Cependant, l’expansion de l’influence de l’Iran en Bosnie ne se limite plus à l’envoi d’armes ou de groupes armés ; elle est allée plus loin dans la formation d’officiers du renseignement bosniaque et son influence sur les systèmes de sécurité a été éminemment renforcée.

Quant à l’influence politique, le président bosniaque Alija Izetbegovic était l’un des fans de la révolution de Khomeni et il a même participé à la célébration de la révolution islamique iranienne lors de l’anniversaire de 1982.

Par conséquent, il a été arrêté par les autorités serbes dès son retour de Téhéran. Certains rapports indiquent qu’il a reçu un soutien financier de l’Iran.

L’accord de Dayton et l’exode de l’Iran de Bosnie-Herzégovine

En 1995, l’accord de Dayton a mis fin à la présence de l’Iran en Bosnie, comme l’accord le soulignait explicitement sur l’évacuation de tous les militaires étrangers en Bosnie-Herzégovine.

Les Américains et l’Europe étaient pleinement conscients de la menace iranienne qui a commencé à s’étendre en créant une nouvelle situation géopolitique, en transférant des organisations extrémistes comme le Hezbollah et Al-Qaïda au cœur de l’Europe.

Dans une interview télévisée, le brigadier Saeed Kasemi, ancien officier des CGR, a révélé la collaboration de l’Iran avec Al-Qaïda en Bosnie-Herzégovine et comment l’Iran a formé les combattants d’Al-Qaïda, leur a fourni des armes et un soutien financier.

Ameer Fershad Ibraheemi, un transfuge des CGR qui travaillait avec Saeed Kasemi, a expliqué que les forces iraniennes avaient participé à la guerre en Bosnie-Herzégovine juste pour établir une copie européenne du Hezbollah au Liban.

Dans une interview avec le « journal East » en 2016, le brigadier Muhammed Redah Nakdi, qui est actuellement un cordonné du CGR, a déclaré que les États-Unis avaient peur de convertir les forces de résistance publiques en une autre copie du Hezbollah au cœur de l’Europe.

Muhammed Ibraheem Taherian, ambassadeur d’Iran en Bosnie-Herzégovine pendant la guerre, a écrit dans ses journaux sur le départ obligatoire des Iraniens : « L’Accord de Dayton est arrivé, suivi de défaites répétées des Serbes dans de nombreuses batailles avec les djihadistes arabes et les forces iraniennes.

Les pays occidentaux avaient peur de laisser la Bosnie-Herzégovine devenir une base pour les djihadistes et les gardiens de la révolution iraniens en Europe.

Le retour de l’Iran grâce à une stratégie douce

Les Iraniens ont réalisé que l’exportation de leur révolution en établissant des milices comme celle du Liban, de l’Irak et du Yémen ne serait pas possible en Bosnie pour de nombreuses raisons, y compris — mais sans s’y limiter — l’absence de doctrine commune, à savoir les chiites, un détachement géographique et ayant de nombreux concurrents comme américains, européens, turcs et russes dans la région.

Tous ces pays sont bien plus grands que l’Iran en termes de capacités militaires et politiques. Par conséquent, l’Iran a élaboré une nouvelle stratégie pour leur retour de l’influence en Bosnie-Herzégovine.

Ils l’ont appelé la « stratégie douce ».

La stratégie souple de l’Iran dépendait en grande partie de la création de centres religieux, culturels et médiatiques dans le pays cible.

Ces centres et établissements sont gérés par des tâches culturelles des ambassades iraniennes. En Bosnie-Herzégovine, l’Iran a monopolisé les adeptes de certains ordres islamiques.

Le nombre estimé de ces adeptes est d’environ 40 000. L’Iran a réussi à diffuser les « douze imams » parmi les soufis de Bosnie-Herzégovine. L’ordre Bektashya a été fondé par Muhamoud Radawy, connu sous le nom de Haj Bektash, dont l’origine est de Nisabour dans la province de Khurasan au nord-est de l’Iran.

Les « douze imams » sont les successeurs spirituels et politiques du prophète islamique Muhammad dans la branche Twelver de l’islam chiite, y compris celle des sectes alaouites et alevins.

Selon la théologie des Twelvers, les douze imams sont des individus humains exemplaires qui non seulement gouvernent la communauté avec justice, mais sont également capables de garder et d’interpréter la charia et la signification ésotérique du Coran.

Les paroles et les actes de Mohammed et des imams sont un guide et un modèle à suivre pour la communauté ; en conséquence, ils doivent être exempts d’erreurs et de péchés (connus sous le nom d’ismah ou infaillibilité) et doivent être choisis par décret divin, par l’intermédiaire du Prophète.

Les centres et les institutions iraniens en Bosnie-Herzégovine

Depuis ses premiers jours en Bosnie-Herzégovine, l’Iran a créé des centres et des institutions culturels et médiatiques avec l’aide de sa présence militaire en Bosnie-Herzégovine et des conditions de sécurité instables liées à la guerre qui prévalent dans le pays.

Pendant la guerre, ces centres et institutions n’étaient pas actifs. Après la fin de la guerre et l’expulsion de l’Iran à la suite de l’accord de Dayton, l’Iran a redoublé d’efforts pour renforcer l’influence de ces centres religieux, culturels et médiatiques.

Ils ont constitué une fenêtre permettant à l’Iran de retourner en Bosnie-Herzégovine.

De nos jours, les Iraniens sont très actifs dans les villes bosniaques comme Sarajevo, Tuzla, Mostar et Zenica à travers ces centres et institutions religieux, culturels et médiatiques.

L’attaché à la culture de l’ambassade d’Iran

Ce département de l’ambassade d’Iran en Bosnie-Herzégovine a commencé ses travaux en 1994. Ameer Husein Noury Hussamy, l’actuel chef, a pris ses fonctions en septembre 2018.

L’attaché culturel iranien dispose de trois centres dans la capitale, Sarajevo : le siège administratif comprend une bibliothèque avec environ 2 000 livres et un département de publications vidéo et audio islamiques.

Un autre centre de la ville est une bibliothèque permanente avec des magazines, des brochures et des périodiques, tout en langue bosniaque.

Le troisième centre se trouve au troisième étage de la Bibliothèque nationale de Tuzla, où sont exposés des livres et un magazine en persan. Une autre succursale a été inaugurée à Mostar.

L’attaché culturel iranien publie également un magazine spécial pour les jeunes, s’adressant à la jeune génération en mettant l’accent sur la culture et la société islamiques dans une perspective iranienne.

À la suite de la collaboration entre l’attaché culturel iranien et l’Université de Sarajevo, un institut de langue persane a été créé à la faculté de philosophie. Dans le même contexte, l’attaché culturel iranien a créé un centre d’études iranien à l’Université islamique de Zenica.

L’Université islamique a signé un protocole d’accord avec le Scientific Hawza à Qum, en Iran. La mosquée Zenica est un centre de prosélytisme de la doctrine chiite et soutenue par l’attaché culturel iranien.

À travers cette mosquée, l’Iran cible les enfants et les adolescents à travers des conférences du Coran et des voyages de divertissement.

L’attaché en Bosnie a renforcé sa position après la visite du ministre iranien des Affaires étrangères, Kamal Kharazi. Cette visite a été la première étape pour améliorer le renforcement des liens entre les deux pays.

Enfin, les deux pays ont signé un accord de coopération culturelle, scientifique et éducative.

Sur la base de cet accord, l’attaché en Bosnie-Herzégovine a commencé à :

  • Publier des recherches et des études publicitaires
  • Tenir des conférences et des symposiums
  • Organiser des expositions culturelles et artistiques
  • Mener des sessions de formation en langue persane avec des leçons religieuses inspirées des idées de Khomenei et de la doctrine chiite opposée à celle sunnite
  • Publier des livres et des magazines pour les non-universitaires
  • Coopérer avec les centres des médias en Bosnie-Herzégovine et créer des médias contrôlés par l’Iran
  • Tenir des fêtes religieuses
  • Fournir un soutien financier, culturel et scientifique aux centres scientifiques, culturels et religieux bosniaques.

La société bosniaque des femmes « Kawthar »

Cette société a été fondée en 1994 à Zenica par le bosniaque Sedeeka Audic. Elle s’est convertie à l’islam chiite en 1992 et est à la tête du centre.

Son adjoint, Rojec, est titulaire d’un doctorat, titulaire spécialisé en génétique, travaillant à l’Université de Sarajevo.

Elle est responsable du club d’élite et des penseurs.

Cette société publie un magazine mensuel intitulé : « Al Zahraz » présente une émission de télévision intitulée « Al Zahra’a », elle possède également une station de radio du même nom.

Une célébration annuelle a lieu à l’occasion de l’anniversaire d’Al Zahra’a.

Il organise et anime également des ateliers et des sessions de formation sur les rimes et les mélodies liées aux chiites et sur la manière de conduire les rituels religieux chiites.

L’institut de recherche Avicenne

Cette institution a été fondée en 1996 à Sarajevo.

Il est dirigé par Kazem Zawki Barany, expert en sécurité et affaires stratégiques à l’Université Imam Hussein du Corps des gardes républicains islamiques IRGC.

Il fournit des études et des recherches sur l’Iran et la Bosnie-Herzégovine en collaboration avec d’autres centres d’études iraniens et bosniaques du pays.

L’Avicenna Research Institute publie un magazine mensuel intitulé « Time Repères », écrit en bosniaque.

Ce magazine se concentre sur la culture, l’histoire et la société islamiques liées à la Bosnie-Herzégovine et à l’Iran.

Son accent est mis sur la philosophie et la pensée dans un contexte islamique, liées à la doctrine chiite.

Jusqu’à présent, cette institution a publié 59 livres, dont des livres écrits par Khomenei, Mutaheri, l’historien iranien Abdul Hussein Zareen Qub et l’ancien ministre iranien des Affaires étrangères Ali Aqbar Welayati. L’institut possède une immense bibliothèque avec plus de 5 000 livres en langues iranienne et bosniaque, couvrant la littérature persane, l’histoire, la philosophie, la politique, les relations internationales et la fiction islamique.

L’Institut de recherche Avicenne collabore avec de nombreux centres d’études et de recherche bosniaques par le biais de conférences, débats et symposiums sur la pensée et la culture.

Il organise des expositions et des festivals sur des célébrités religieuses, politiques et culturelles iraniennes.

Tout au long de son histoire, l’Institut de recherche Avicenne a organisé environ 69 conférences et symposiums liés à différents domaines de la connaissance, de la pensée et de la culture.

L’École Gellistan

Cette école a été fondée en 1999 par Muhammed Ja’far Zra’an, membre de l’Assemblée mondiale d’Ahl al-Bayt.

L’Assemblée mondiale d’Ahl al-Bayt est une organisation internationale non gouvernementale qui a été créée par un groupe d’élite chiite sous la supervision de la grande autorité islamique des chiites en 1990 pour identifier, organiser, éduquer et soutenir les adeptes d’Ahl al — Bayt.

L’un des objectifs les plus importants du gouvernement iranien après le succès de la révolution islamique était de favoriser l’unité parmi les musulmans du monde entier. Afin d’atteindre cet objectif, l’Assemblée mondiale d’Ahl al-Bayt a été créée en 1990.

Son statut a ordonné Téhéran comme le centre principal de celui-ci. Selon Abdul Karim Soroush, la création de l’Assemblée était une contre-offensive des religieux chiites traditionalistes au sein de la puissante élite contre la société œcuménique de Téhéran, car ils soupçonnaient qu’elle développait des tendances à empiéter sur les sunnites.

L’école a été créée dans la banlieue de Sarajevo sur 6 hectares. Le complexe scolaire de Gellistan comprend un hébergement pour les étudiants masculins et féminins, enseigné en bosniaque, et la langue persane est incluse avec des matières islamiques dérivées de la doctrine chiite.

Institut Mullah Sadre

Cet institut a été créé par Akbar Eidi, envoyé de Khamenei en Bosnie en 2003. Actuellement, il est dirigé par Kabad Soleimani, membre du clergé.

L’Institut Mullah Sadre s’intéresse à la philosophie islamique et aux études historiques liées à la civilisation et aux doctrines islamiques.

Il cible les étudiants universitaires et travaille dur pour établir des liens avec les chercheurs et l’élite cultivée et les professeurs d’université en Bosnie-Herzégovine.

Depuis sa création, le Mullah Sadre Institute a publié 106 livres en langue bosniaque.

Certains de ces livres ont été traduits de la langue persane. Il a un grand complexe dans la capitale et organise des débats et des conférences sur la politique, la culture, l’histoire islamique et l’histoire et la culture iraniennes.

Le centre d’études iraniennes

Ce centre a été créé en 2013 par l’Association de la culture et des relations islamiques, l’une des principales forces de l’Iran pour une influence douce en dehors de l’Iran. Ce centre est rejoint par de nombreux experts et chercheurs bosniaques spécialisés dans les affaires iraniennes.

La principale préoccupation du centre est de tisser des liens avec les élites politiques et intellectuelles de Bosnie-Herzégovine.

L’objectif est de gagner leur faveur et leur soutien aux propensions de l’Iran en Europe et en particulier dans les Balkans.

L’association d’amitié bosno-iranienne

Cette association a été fondée en 2010. La plupart de ses membres sont des commandants militaires, des politiciens, des personnalités religieuses et des parlementaires iraniens et bosniaques.

Cette association est active dans le renforcement de l’amitié entre les deux pays. Par le biais de cette association, l’Iran fournit avec ferveur un soutien financier, politique et médiatique aux politiciens bosniaques affiliés à l’Iran pour leur faire gagner les élections présidentielles, parlementaires et locales.

La coopération des médias entre la Bosnie-Herzégovine et l’Iran

Les deux pays sont profondément impliqués dans la coopération avec les médias. Par conséquent, l’Iran a inauguré la chaîne de télévision Sehr Balkan, diffusant en bosniaque. Les sociétés de radiodiffusion iraniennes et bosniaques ont signé un protocole d’accord qui prévoyait que des films et des documentaires iraniens, traduits en bosniaque, soient diffusés sur la chaîne de télévision bosniaque officielle BHRT.

Certains autres programmes télévisés iraniens ont été diffusés sur d’autres chaînes de télévision locales bosniaques comme Al Balkan, TVSA, RTV, MTV et VOGOSCA TV.

Le terrorisme iranien aux portes de l’Europe

La Bosnie-Herzégovine constitue la porte de l’Europe pour l’Iran. Les Iraniens ont été très clairs dans leurs intentions et ils ont explicitement déclaré leurs propensions.

Lors d’une réunion avec le président bosniaque Bakir Izetbegovic, Ali Akbar Rafsandjani, ancien chef du Conseil de discernement de l’opportunité du régime iranien, a déclaré que l’Iran considère la Bosnie-Herzégovine comme une porte d’entrée pour l’Iran en Europe.

L’Iran a toujours souhaité renforcer ses liens avec les politiciens influents bosniaques afin de renforcer leur statut dans leur pays.

Certains rapports de renseignement indiquent que les réseaux travaillant pour le Corps des gardes républicains islamiques (IRGC) sont actifs dans le trafic de drogue vers les pays européens, ainsi que dans la falsification et le blanchiment d’argent.

L’agence de sécurité nationale américaine a mis en garde contre les activités croissantes des services de renseignement iraniens en Bosnie-et-Herezigova.

Le rapport a publié une liste de 650 agents de renseignements iraniens travaillant en Bosnie-et-Herezigova.

Jawad Hassan Boor, ancien vice-ministre des Renseignements iraniens et actuel président des services de renseignements du CGRI dans les Balkans et en Europe du Sud-Est étaient les deux principaux noms de la liste.

Sous son titre d’envoyé de l’Association d’amitié bosno-iranienne, Hassan Bour a été actif dans la pénétration des agents de sécurité bosniaques et a réussi à mobiliser certains d’entre eux pour travailler pour l’Iran.

Il a également travaillé dur pour établir un lobby des politiciens bosniaques, soutenant les intérêts iraniens dans les pays des Balkans.

La domination iranienne ne s’est pas limitée aux activités susmentionnées, elle a plutôt étendu son influence pour pénétrer les organisations salafistes qui ont pris de l’ampleur.

Tout cela a été fait par le biais du corps d’Al Quds et d’agents du renseignement, en particulier après que l’État islamique (Daesh) a prospéré dans le pays. Ces interventions iraniennes ont provoqué une crise diplomatique entre l’Iran et la Bosnie-Herzégovine en avril 2013.

Le ministère bosniaque des Renseignements et de la Sécurité a expulsé deux diplomates iraniens, Ahmad Hamza Dullab et Sehrab Junaidi.

On a dit qu’il s’agissait de deux officiers du renseignement iranien. Ils ont été arrêtés à un poste de contrôle de sécurité bosniaque alors qu’ils conduisaient une voiture chargée d’argent et d’armes.

Ils ont donc été arrêtés et les enquêtes ont prouvé qu’ils livraient cet argent et ces armes à des extrémistes islamiques dans les districts de Gornje.

Conclusion

L’influence de l’Iran en Bosnie-Herzégovine s’inscrit dans le cadre de sa stratégie qui vise à créer des défis pour l’Occident et les États-Unis afin de réaliser d’énormes gains dans les conflits de domination au Moyen-Orient.

Les Iraniens étaient pleinement conscients du fait que leur domination ne pouvait pas rivaliser avec l’influence occidentale, russe et turque, mais ils continuaient à parier sur le processus temporel, un jeu auquel Téhéran est connu pour être très bon.

Cependant, l’Iran a rencontré des obstacles insurmontables pour renforcer son influence dans les Balkans.

Ces obstacles sont dus à de mauvaises relations économiques et commerciales avec la région des Balkans, en particulier la Bosnie-Herzégovine.

Les interactions commerciales entre l’Iran et la Bosnie-Herzégovine n’ont pas dépassé 27 millions USD entre 2007 et 2016, ce qui est considéré comme un petit nombre.

L’autre obstacle réside dans les relations iraniennes avec la Serbie, car l’Iran a toujours été soucieux de ne pas perturber ses relations avec la Russie et la Serbie.

La Serbie considère que l’influence iranienne parmi les musulmans de Bosnie-Herzégovine déstabilisera l’équilibre ethnique et religieux dans une telle région multiethnique et pourrait également saper le statut des Serbes de Bosnie.

Pour atténuer les inquiétudes de la Serbie, l’Iran a fait de son mieux pour renforcer ses liens avec la Serbie.

Ces efforts ont finalement abouti à l’effacement des visas pour les citoyens des deux pays, mais l’accord a ensuite été annulé en raison de l’afflux d’immigrants iraniens qui en ont profité et ont utilisé la Serbie comme pont pour traverser vers d’autres pays européens.

Un autre défi a dû faire face à l’influence de l’Iran en Bosnie-Herzégovine, alors que les États-Unis et les pays de l’UE ont fait des efforts pour contenir la Bosnie-Herzégovine en offrant l’adhésion à l’UE et à l’OTAN.

L’effacement de l’influence de l’Iran est l’une des conditions les plus importantes imposées par les États-Unis et l’Union européenne à la Bosnie-Herzégovine pour adhérer à l’OTAN et à l’UE.


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, ce n’est pas nécessairement l’opinion de l’Observatoire MENA.

Toute publication et rédaction sont conservées dans MENA Media Monitor