L’Iran traite l’épidémie de Corona… avec l’exécution des personnes infectées !

Les autorités iraniennes ont exécuté un détenu après son évasion de la prison locale de Saqaz, de nombreux prisonniers craignant une infection par le virus en détention.

L’Organisation iranienne des droits de l’homme basée en Norvège a rapporté que Cheyenne Said Bour avait été exécuté à la prison centrale de Saqaz, dans la province du Kurdistan.

Bour, 23 ans, a été accusé d’avoir commis un meurtre lors d’un combat en 2015, alors qu’il avait moins de 18 ans.

Cet incident n’est pas le premier du genre, les autorités iraniennes ayant exécuté le 11 avril le prisonnier politique Mostafa Salimi dans la même prison.

Cheyenne Said Bour, ainsi que 80 autres détenus, s’étaient évadés de la prison lors d’une insurrection qui a eu lieu dans la prison le 27 mars, quelques jours avant d’être à nouveau arrêté.

Il convient de noter que huit prisons en Iran ont été témoins de manifestations de détenus, qui craignent une épidémie de COVID-19 aux conséquences mortelles.

Les autorités ont réagi en réprimant les manifestations avec une violence sanglante au lieu de prononcer une amnistie générale ou d’accorder des congés à tous les prisonniers.

Amnesty International a déclaré qu’environ 36 prisonniers en Iran avaient été tués par les forces de sécurité et les gardiens de la révolution, en recourant à une force excessive pour réprimer les manifestations.

35 de ces soulèvements ont eu lieu à la prison de Speedar et Shaiban de la ville d’Ahvaz les 30 et 31 mars.

En outre, l’Iran est en tête de liste mondiale dans l’exécution des délinquants de moins de 18 ans, les autorités iraniennes procédant à des exécutions de personnes de moins de 18 ans, bien qu’elles aient signé la Convention relative aux droits des enfants, qui interdit la peine de mort pour les enfants.

Ces derniers jours, des organisations de défense des droits humains en Iran ont mis en garde contre l’exécution de Said Your en prison, mais le gouvernement iranien n’a pas répondu à ces avertissements.

Des sources des droits de l’homme, citant des proches, ont déclaré qu’il suivait un traitement psychiatrique depuis six ans en raison de sa maladie mentale, selon la radio persane Ferda.

La prison de Saqaz, où se trouvent des prisonniers politiques, a assisté à une insurrection fin mars, car les détenus n’ont pas obtenu de congé temporaire à la lumière de la propagation du virus Corona, ainsi que le manque de soins médicaux, ce qui a entraîné l’évasion d’environ 80 détenus.

Le chef de la justice iranienne, Ibrahim Raisi, a donné l’ordre d’arrêter rapidement les prisonniers évadés et de renforcer la surveillance de la sécurité dans les prisons, en plus d’établir des comités disciplinaires, judiciaires et de renseignement, selon la chaîne internationale d’Iran, basée à BUK.

Le 20 avril, Amnesty International a renouvelé son appel aux autorités iraniennes pour qu’elles libèrent les prisonniers d’opinion et garantissent la sécurité de tous les prisonniers en Iran, car les conditions de santé dans les prisons se sont aggravées en raison de la propagation du virus Corona.

Il y a un mois, Javaid Rehman, le rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l’homme en Iran, a déclaré qu’il avait demandé à Téhéran de libérer tous les responsables politiques.

« Un certain nombre de binationaux et d’étrangers sont en danger réel et s’ils n’ont pas été infectés par le coronavirus, ils ont vraiment peur de ces conditions », a déclaré Javeed aux journalistes à Genève.

Toute publication et rédaction sont conservées dans Centre de recherche et d’étude Mena