L’UE et Erdogan: Comment l’UE perd-t-elle sa crédibilité dans sa politique à l’égard de la Turquie

Il est maintenant fréquent en Turquie que les décisions politiques, causant une crise nationale dans d’autres pays, sont simplement prises du jour au lendemain.

Lorsque les citoyens turcs se sont réveillés le 20 mars, le président avait déjà limogé le gouverneur de la Banque centrale récemment nommé, s’est retiré de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence domestique et a retiré la propreté du parc symbolique de Gezi du contrôle de l’administration de ville d’Istanbul dirigée par l’opposition.

Les trois points sont tous importants pour la relation avec l’Europe. Le gouverneur de la Banque centrale avait assuré une politique monétaire plus stable, qui devrait aussi calmer les grands investisseurs européens. En outre, la Convention d’Istanbul est considérée comme un tournant dont le retrait va causer une répression contre la société civile. Quant au parc Gezi, portant le même nom que des manifestations antigouvernementales de 2013 et la question de son évolution, se pose la question de savoir si le gouvernement est capable de faire des compromis avec ses opposants ou d’insister pour éliminer tous les symboles de l’opposition.

Avec ses décisions, le président Erdogan a donné une réponse contradictoire à ces trois points avec ce que l’UE atttend pour le pays : une Turquie démocratique qui peut être un partenaire fiable pour l’Europe.

Quelques heures plus tôt, Erdoǧan a contacté le président de la Commission européenne, Von Der Leyen et le président du Conseil européen, Michel. Le communiqué publié par la suite n’a pas mentionné aucun des événements qui ont eu après. Il n’a même pas mentionné la détérioration rapide de la situation des droits de l’homme dans un point secondaire.

L’UE a été prise par surprise, comme souvent

Comme souvent, on peut supposer que l’UE a été complètement prise par surprise par l’approche turque, puisque c’est le président turc qui fixe l’ordre du jour que les Européens ne peuvent qu’accepter et souvent ils gémissent désespérément sans pouvoir réagir. Evidemment, l’homme est contraint de ne pas réagir parce qu’il est difficile pour l’UE de prévoir l’avenir. Notamment dans un pays comme la Turquie, où tout semble être possible politiquement et à tout moment, et il est difficile de se préparer à toutes les possibilités. Cependant, les mesures prises à la fin du mois de mars ne sont que le prochain round d’une spirale d’escalade intérieure qui a déjà commencé en 2013.

A Bruxelles, les réactions sont le terme qui a été répétée à maintes reprises pendant des années : on est «très inquiet».

Alors que l’UE est toujours perdue dans ses inquiétudes, le gouvernement turc crée les événements, même si le Conseil de l’UE a envisagé des sanctions contre la Turquie – du moins en théorie, car ils ont entendu que le gouvernement allemand, entre autres, ne cible pas la Turquie- elles ciblent plutôt le comportement de plus en plus agressif d’Ankara qui dure depuis quelque temps en Méditerranée. L’UE appelle cette feuille de route, qui trouve toujours les mêmes incitations irréalistes pour la modernisation de l’union douanière ou les voyages sans visa dans la région, un «programme positif».

Le slogan, présenté du moins par Berlin, est claire: quel que soit le coût, les relations avec la Turquie doivent rester stables, et la Turquie doit également rester stable autant que possible. Lorsque la chancelière Merkel a rencontré des représentants de la société civile turque à Istanbul il y a quelques années, ils lui ont informé en détail de la détérioration rapide de la situation des droits de l’homme. La chancelière a écouté et a répondu qu’elle était évidemment consciente de tous ces points, mais qu’en raison de la crise des réfugiés, cela n’a pas été parmi ses priorités.

On pourrait objecter que c’est la «réalité politique» par excellence, Merkel est avant tout la chancelière allemande, pas de la Turquie.

La question n’est pas seulement de savoir quel prix politique intérieur paient les Turcs pour cette Realpolitik, que Berlin et Bruxelles peuvent calmement qualifier de dommage collatéral regrettable, mais aussi à condition que cette politique à moyen terme ne menace pas les intérêts européens eux-mêmes.

Le problème de la politique étrangère allemande était toujours subjectif

Quelle valeur pour un partenariat dans lequel un partenaire effectue continuellement des efforts de la politique étrangère afin de préserver son propre pouvoir ? Dans quelle mesure un État est-il stable tandis que le chef de gouvernement crée sa stratégie de campagne électorale sur la polarisation de la population? La politique intérieure et la politique étrangère de la Turquie sont étroitement liées. Et si le rapprochement avec l’Europe est sur la feuille de route aujourd’hui, il sera, s’il paraît opportun, sacrifié pour la prochaine campagne électorale. Ce n’est pas un problème interne turc, il menace directement les intérêts européens.

Le problème de la politique étrangère allemande et européenne a toujours été le fait de sous-estimer leur propre poids. Tant qu’on se réfère à des contraintes réalistes, on n’a jamais à se demander comment on pourrait devenir efficace en termes de politique étrangère. Il n’est pas nécessaire d’être utopique pour voir que l’équilibre des pouvoirs entre la Turquie et l’UE est clairement en faveur de cette dernière. Le président turc a pu inverser presque complètement cette relation ces dernières années, car Berlin n’ose pas imaginer que les conflits peuvent être résolus autrement que par la désescalade.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA