Même le peuple iranien n’a pas été épargné par les crimes de « Soleimani »

مظاهرات إيران

L’ancien commandant des Gardiens de la révolution, Muhammad Ali Jaafari, a confirmé que les tâches de l’ancien commandant de la Force Quds, Qassem Soleimani, n’étaient pas limitées aux opérations en dehors de l’Iran, mais incluaient également des tâches de sécurité à l’intérieur du pays, en particulier en ce qui concerne à réprimer les manifestations contre le régime du mollah.

Jaafari, dans un tweet sur Twitter, a déclaré que Soleimani, qui a été tué au début de cette année par une opération de l’armée américaine, avait activement participé à la répression de toutes les manifestations qui avaient eu lieu en Iran au cours des deux dernières décennies, ajoutant : « Il a assisté fréquemment aux séances de leadership des Gardiens de la Révolution lors des manifestations étudiantes de 1999 et de 2009, et son rôle a été efficace pour réprimer ces troubles. »

En outre, Jaafari a expliqué que « Soleimani » était présent à plusieurs reprises à la base de la vengeance de Dieu, qui est affiliée aux Gardiens de la Révolution, qui est responsable de la sécurité de la capitale, Téhéran, et d’autres villes de la province.

Il a joué un rôle important dans la répression sanglante des manifestations populaires, soulignant que le général décédé était également impliqué dans les questions politiques par son influence sur le commandement iranien.

On sait que « Qasim Soleimani », qu’il était la main droite du régime, et dont il dépendait principalement dans la direction et la mise en place de milices qui lui sont fidèles au Moyen-Orient, notamment en Syrie, au Yémen, en Irak et au Liban, qui étaient responsables selon les rapports des Nations Unies et des organisations des droits de l’homme de centaines de massacres commis dans ces pays sous des buts et des excuses sectaires.

Malgré que le régime iranien a entouré l’image de « Soleimani », comme un des héros et légendes nationaux iraniens, la rue iranienne a rapidement réagi en ciblant ses images diffusées dans les villes iraniennes, lors de manifestations qui ont eu lieu quelques jours après sa mort, exprimant leur refus de donner au régime iranien la question des représailles de sa part de l’armée américaine, aux dépens des intérêts et de la vie du peuple iranien, surtout après l’accident de l’avion ukrainien, dans lequel 178 passagers, dont la plupart étaient iraniens, ont été tués par les missiles des Gardiens de la révolution, peu de temps après son décollage de l’aéroport international de Khomeiny, alors qu’ils visaient des bases américaines en Irak, en réponse à l’assassinat de « Soleimani ».

L’assistant spécial du président du Parlement iranien pour les affaires internationales « Amir Hussein Abdullahian » a révélé, dans une démarche iranienne bien étudiée, le rôle de « Qassem Soleimani » dans la prévention de la chute de Damas.

Lors d’un forum culturel iranien mis en place par les autorités iraniennes pour parler de son leader assassiné, sous le titre « Le rôle de Soleimani dans la sécurité et la stabilité de la région et du monde » qui s’est tenu aujourd’hui dans la capitale iranienne, « Téhéran », a-t-il dit, « Abdullahian » qui occupait à l’époque le poste de ministre adjoint de Khajiyat Iran « Lorsque la capitale syrienne, Damas, était sur le point de tomber entre les mains de groupes terroristes, et lorsque ces groupes se sont approchés du siège du gouvernement à Damas par le biais des tunnels souterrains creusés par des terroristes, la communauté iranienne à Damas nous a demandé de leur envoyer des avions pour les évacuer de la capitale syrienne qui devait tomber… ».

« À l’époque, nous avons décidé d’envoyer des avions pour évacuer les Iraniens qui ont insisté pour rentrer dans leur pays, et il a été décidé d’envoyer Qasim Soleimani sur l’un des avions à Damas », a-t-il ajouté.

Abdullahian a ajouté que la majorité au Conseil de sécurité nationale s’opposait à ce que Soleimani se rende à Damas, mais Soleimani avait déclaré à l’époque : « J’irai à Damas pour recevoir à Bashar Al-Assad ce message, c’est-à-dire que je vais gérer la situation à côté de Bashar Al — Assad depuis sa chambre », soulignant que c’est exactement ce qu’a fait Soleimani, où il est allé à Damas et a géré la situation depuis la chambre du chef du régime syrien « Bachar al-Assad ».


Toute publication et rédaction sont conservées au Centre de recherche et d’étude Mena