MENA aux yeux du nouveau Parlement européen

European Commission President Jean-Claude Juncker delivers his State of the Union speech at the European Parliament on September 12, 2018 in Strasbourg, eastern France. (Photo by FREDERICK FLORIN / AFP) (Photo credit should read FREDERICK FLORIN/AFP/Getty Images)

Les 25 et 26 mai, les électeurs des 28 États membres de l’Union européenne ont élu le nouveau Parlement européen.

Les élections détermineront l’orientation du bloc au cours des cinq prochaines années et la direction de la Commission, du Conseil, du Service d’action extérieure et du Parlement.

Ces décisions influeront sur la manière dont les relations extérieures de l’UE se façonneront, y compris avec les pays du Moyen-Orient.

Contrairement aux craintes de beaucoup et aux espoirs de certains, le « tsunami » nationaliste-populiste qui était censé ébranler les fondations de l’UE ne s’est jamais concrétisé.

Bien que les partis d’extrême droite aient obtenu de bons résultats dans certains pays, en particulier au Royaume-Uni, en Hongrie, en Pologne, en Italie et en France, leur résultat global est loin de leur conférer une réelle influence sur la prise de décision.

Leurs contradictions internes et leurs agendas nationaux concurrents signifient qu’ils seront dispersés dans quatre groupes politiques au Parlement européen. C’est loin du super-groupe nationaliste autrefois envisagé par le gourou transatlantique de droite Steve Bannon.

Au lieu de cela, les électeurs ont confié l’avenir de l’Europe aux grands partis pro-européens. Ce qui s’est passé, c’est un rééquilibrage du pouvoir au sein de ce camp pro-européen.

Les deux forces de la grande tente qui ont dominé la politique de l’UE pendant des décennies — les conservateurs de centre droit du Parti populaire européen (PPE) et les sociaux-démocrates de centre gauche (S&D) — ont perdu, pour la première fois, leur majorité combinée.

Dans le même temps, les élections ont vu de grands gains pour les libéraux centristes et les Verts soucieux de l’environnement.

Ainsi, l’équilibre des pouvoirs entre les pro-européens s’est déplacé vers la gauche, du moins sur les libertés civiles et la politique climatique, sinon sur les questions économiques.

Cela ouvre des possibilités intrigantes aux progressistes pour inverser les longues années de domination conservatrice des institutions de l’UE.

Le résultat des élections est une mauvaise nouvelle pour une position plus dure vis-à-vis de l’Iran et de ses alliés au Qatar, etc.

L’UE était considérée par ces acteurs comme une valeur aberrante et irritante refusant de suivre la ligne.

Les résultats des élections suggèrent que l’UE, incarnée par le prochain haut représentant pour la politique étrangère, poursuivra sa position douteuse sur l’Iran.

Il continuera également de s’opposer à l’enterrement effectif de la solution à deux États sur Israël-Palestine, à l’isolement du Qatar et à la désignation terroriste des Frères musulmans.

Ces revers ne signifient pas nécessairement que les Saoudiens et les Émirats ne pourront pas trouver de nouveaux alliés.

Le parti du président français Emmanuel Macron sera la plus grande délégation nationale au sein du bloc libéral.

Étant donné l’alignement géopolitique étroit de la France avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, par exemple en Libye, il reste à voir si les membres du parti Macron au PE suivront la ligne libérale traditionnellement critique, ou tenteront de pousser leur bloc plus dans la direction des politiques de Paris.

Si cette dernière s’avérait être le cas, les EAU (Émirats arabes unis) en bénéficieraient plus que l’Arabie saoudite, car son image est moins toxique en Europe.

Il existe également une compréhension particulièrement française de la laïcité qui fait de l’hostilité des Émirats à l’islam politique une bonne vente en France à travers le spectre politique.

La forte présence des Verts, cependant, fera pression sur les libéraux et les socialistes pour qu’ils ne s’éloignent pas d’une focalisation intense sur les droits de l’homme dans le Golfe.

Le véritable défi pour les cinq prochaines années est de traduire les positions du Parlement en changements politiques significatifs dans l’UE.

Bien que les « souverainistes » de l’extrême droite aient échoué dans leur tentative de renationaliser l’UE, la politique étrangère et de sécurité reste le domaine presque exclusif des États-nations.

C’est certainement le cas en ce qui concerne le Moyen-Orient.

Par exemple, le SEAE et les gouvernements nationaux ont ignoré les appels insistants du Parlement aux États membres à respecter leurs propres règles convenues d’un commun accord et à cesser de vendre des armes et des technologies pouvant être utilisées pour la répression nationale aux régimes autoritaires du Golfe et du Moyen-Orient.

Les industries militaires nationales semblent conduire les politiques au Moyen-Orient de certains membres de l’UE, sapant ainsi la crédibilité collective de l’UE en tant qu’intermédiaire honnête dans les conflits régionaux.

Soit les cinq prochaines années verront une véritable consolidation d’une politique étrangère et de sécurité commune de l’UE, soit cela n’ira nulle part. Au moins, le fait que les Européens aient participé aux élections du Parlement européen en nombre record — plus de 50 % — et voté massivement pour les partis pro-européens donne l’espoir qu’ils exigeront également « plus d’Europe » en politique étrangère.


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, ce n’est pas nécessairement l’opinion de l’Observatoire MENA.

Les droits d’auteur sont réservés à l’Observatoire des médias du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, MENA.