Mort des monarques omanais et koweïtiens: une nouvelle page des relations diplomatiques s’ouvre

Les pays du Conseil de coopération du Golfe ont récemment perdu leurs principaux médiateurs, après la mort des dirigeants du Koweït et d’Oman. En effet, l’émir koweïtien Sabah Al-Ahmad Al-Sabah et le sultan d’Oman Qabous bin Said Al-Said ont joué un rôle important dans l’apaisement des tensions dans le Golfe, un rôle que de nombreux diplomates européens apprécie.

Maintenant que les successeurs du sultan Qabous et du prince Sabah sont installés au pouvoir, l’Europe devra immédiatement fournir le soutien politique et économique dont ils ont besoin pour maintenir leur indépendance et poursuivre leurs efforts pour faciliter les affaires diplomatiques régionales.

Le sultan Qabous et le prince Sabah étaient tous deux largement diplomates, tous deux étant déterminés à empêcher que le Golfe ne soit entraîné dans la profondeur du conflit. Cette détermination est plus que jamais nécessaire aujourd’hui pour les États du Golfe.

Quant aux deux nouveaux dirigeants au Koweït et à Mascate, le prince Nawaf Al-Ahmad Al-Sabah et le sultan Haithem bin Tarek Al-Said, ils ont souligné à plusieurs reprises qu’ils voulaient préserver les politiques régionales traditionnelles de leurs pays, mais les vents géopolitiques forts soufflent sur la péninsule arabique, et la résistance à ces vents va probablement s’accentuer.

Alors que tous les gouvernements voisins du Koweït et d’Oman tenteront d’attirer les deux pays dans leurs sphères, il est clair que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont les plus susceptibles de réussir.

Dans ces circonstances, nous ne sommes pas surpris que des califes aient été installés au Koweït et à Amman à une vitesse aussi record.

Les deux pays sont situés à l’intersection des principales lignes de faille du Golfe entre l’Arabie saoudite et l’Iran, et entre les Émirats arabes unis et le Qatar, et donc tous deux craignent de devenir vulnérables aux ambitions géopolitiques de leurs voisins en raison du vide du pouvoir politique.

Le 8 octobre, neuf jours seulement après la mort du prince Sabah, qui a dirigé le pays pendant 12 ans, son frère a été installé comme nouvel émir et l’Assemblée nationale a confirmé à l’unanimité que Cheikh Mechaâl Al-Ahmad est le prince héritier, et donc c’est une position incontestable. Pendant ce temps, le sultan Haitham est monté sur le trône à Oman quelques heures seulement après la mort de son prédécesseur le 11 janvier.

Le sultan Qabous et le prince Sabah étaient les derniers dirigeants à participer personnellement à la création du Conseil de coopération du Golfe en 1981, et tous deux étaient engagés dans la diplomatie régionale.

En 2014, avec sa patiente diplomatie, le prince Sabah a été en mesure de résoudre un conflit majeur entre Riyad, Abu Dhabi et Doha, mais lorsque la nouvelle crise a éclaté entre voisins en 2017, il a tenté en vain d’intervenir entre eux, prouvant qu’il était incapable de persuader la jeune génération de dirigeants de s’engager dans la diplomatie.

En ce qui concerne le dossier iranien, il convient de noter qu’Oman et le Koweït ont toujours appelé à une approche globale de l’Iran et que le sultan Qabous avait fait d’Oman une plate-forme diplomatique neutre entre les capitales des pays du Conseil de coopération du Golfe et Téhéran, en facilitant le dialogue entre l’Arabie saoudite et l’Iran dans les années 90, et entre les États-Unis et l’Iran en 2010.

De récents entretiens, tenus en secret, ont mis les bases pour un plan global d’action.

Les dirigeants omanais ont également cherché à arbitrer la crise au Yémen pendant plusieurs années tout en maintenant la présence Houthi dans le pays à Mascate. Quant au Koweït, lorsque le prince Sabah a présidé le Conseil de coopération du Golfe en 2017, il a envoyé un message au président iranien Hassan Rohani appelant au dialogue afin de réduire les tensions entre l’Iran et les États arabes du Golfe.

Et étant donné que les Européens sont devenus très concentrés sur les défis venant des pays du Golfe, ils ont soutenu ces efforts. Ils ont recherché des partenariats avec les principaux médiateurs, en particulier le Koweït, pour des initiatives de stabilisation diplomatiques sur les conflits régionaux, tels que ceux conclus en Irak et au Yémen.

Cependant, les changements de direction au Koweït et à Oman pourraient perturber ces efforts, car les deux pays souffrent de vulnérabilités économiques et politiques que leurs voisins peuvent les exploiter au moment où les nouveaux dirigeants, encore instables, ne peuvent pas supporter les mêmes risques diplomatiques que leurs prédécesseurs portaient au pouvoir, de peur de susciter des sentiments de vengeance des puissances régionales qui pourraient mettre en péril la stabilité interne de leurs pays.

Cette hypothèse est étayée par plusieurs preuves: au cours des dernières années du règne du sultan Qabous, Oman a coupé la route plus d’une fois à ses voisins, car les EAU étaient très contrariés lorsque Oman a ouvert ses ports en juin 2017, pour permettre au Qatar de contourner l’interdiction qui lui a été imposée par les Saoudiens, les Emiratis et les Bahreïnis. Cette mesure a empêché le Qatar de se rendre et Riyad a également exprimé son mécontentement à l’égard de la diplomatie de Mascate sur le Yémen, en particulier quant à sa volonté d’accueillir les Houthis et ses relations en cours avec Téhéran.

Mais depuis l’arrivée au pouvoir du sultan Haïtham, Riyad et Abu Dhabi ont mis en place les moyens de le persuader de se conformer à leur vision régionale, et les problèmes économiques du Sultanat sont la porte d’entrée par laquelle l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont entrés, et en 2019, le déficit budgétaire omanais a atteint environ 7 milliards de dollars, avec l’augmentation de la dette plus de 50% du PIB. C’était avant Covid-19 et la chute des prix du pétrole.

Si les dirigeants omanais se rendent compte que des réformes locales sont nécessaires, ils s’inquiètent de l’exacerbation des griefs sociaux et économiques qui ont poussé les gens à descendre dans la rue en 2011. Ainsi, Oman a désormais besoin de liquidités, et très bientôt, surtout après l’échec de la mise en place du Gulf Recovery Fund avec le soutien de l’État de

Koweit, par conséquent, Muscat cherche maintenant à conclure de nombreux accords bilatéraux, et parmi ces accords figurait un prêt de 2 milliards de dollars en coordination avec les institutions financières des EAU, qu’Oman a obtenu en août.

Le même mois, l’État a limogé son ministre des Affaires étrangères de longue date, Yousef bin Alawi, qui avait une relation instable avec Abu Dhabi et avait des liens avec l’Iran.

Le Koweït semble également avoir déplacé l’orientation de ses efforts régionaux, car il est clair que le nouvel émir – qui a 83 ans – et qui n’a pas de solides références géopolitiques – et qui est moins dépendant du Sultan Haitham du soutien économique extérieur, ne poursuivra pas les efforts de médiation risqués tout comme son prédécesseur dans sa décision.

La crise du coronavirus a contribué à rendre la scène politique au Koweït controversée et à rendre les élections législatives prévues pour décembre 2020 vulnérables aux interférences extérieures.

Le prince héritier Michaâl a passé des décennies au ministère de l’Intérieur et a occupé le poste de chef adjoint de la Garde nationale koweïtienne. Le rôle du Qatar dans le soutien des Frères musulmans, étant leur principal soutien.

Pour éviter la perte potentielle du Koweït et d’Oman en tant que médiateurs régionaux, les Européens devraient œuvrer pour protéger le non-alignement dans les deux pays.

Et les pays européens concernés par la stabilité du Moyen-Orient ont besoin de soutenir les acteurs régionaux partageant les mêmes idées s’ils veulent aider à apaiser les divergences qui tournent autour du Qatar et de l’Iran.

À cette fin, les Européens devraient renforcer d’urgence leurs relations avec le Koweït et Oman, et trouver des moyens de renforcer la résistance des deux pays face aux facteurs susceptibles d’affecter leurs positions. Ces efforts doivent inclure un soutien politique européen de haut niveau aux positions indépendantes des deux pays, et la recherche d’initiatives diplomatiques conjointes, en plus de l’aide aux réformes économiques.

Cela peut être plus facile avec le Koweït, où les Européens ont accordé plus d’attention politique qu’à Oman, car l’Union européenne a envoyé une nouvelle mission diplomatique au Koweït en 2019, intensifiant ainsi la participation institutionnelle entre les deux parties. Les relations des pays européens à l’exception du Royaume-Uni, sont considérées faibles avec Oman qu’avec le Koweït, mais après la récente signature d’un accord de coopération avec Oman, l’Union européenne a établi des bases pour soutenir le programme de réforme économique du pays.

Tous les droits de publication et copyrights sont réservés au Centre de recherche et d’études MENA