Mourir de soif … La nouvelle arme turque contre les habitants d’El Hasaka

Syrie

« Mourir de soif», tel est le nom de la nouvelle guerre turque menée contre 460 000 habitants de la région syrienne d’El Hasaka, en ajoutant les habitants de trois camps de la région. La direction des eaux dans la ville d’El Hasaka a affirmé que l’armée turque et les factions syriennes qui lui sont fidèles ont cessé de pomper depuis la station d’eau d’Alouk dans la campagne orientale de Ras al-Ain, cette coupure est la septième du genre depuis octobre 2019.

Selon des informations consécutives, la Direction de l’eau d’Al-Hasaka a déclaré que les autorités locales de Ras al-Ain avaient décidé d’arrêter les travaux de la station dans la nuit de samedi – dimanche dernier, et a indiqué que les employés de la station n’étaient pas en mesure d’atteindre la station pour réparer les failles, à un moment où le Comité international de la Croix-Rouge a appelé toutes les parties à adhérer à l’application du droit international, à neutraliser le dossier de l’eau potable et à protéger de manière équitable les principales sources d’écoulement d’eau pour tous les citoyens.

La Direction de l’Eau d’Al-Hasakah avait informé les forces russes de la crise de soif dans la région. Une source de la Direction de l’Eau a rapporté que la Russie avait été informée de son choix: un « État garant », afin que les forces russes les informent qu’elles avaient « entamé des discussions avec des responsables turcs, et attendent des réponses officielles ».

De son côté, Natalie Bekdash, la représentante des médias et de la communication au Comité international de la Croix-Rouge, a indiqué qu’ils travaillent, en coordination avec le Croissant-Rouge syrien et la Fondation Al-Hasaka pour l’eau, pour trouver des solutions à fin de soulager les souffrances. Cela comprend la réparation des réseaux et le transport de l’eau par camions-citernes vers les camps et le reste des abris. Dans son discours, elle a indiqué: «Lorsque l’eau est coupée à la station Al-Alouk, il y a 50 réservoirs d’eau potable à l’intérieur de la ville. La Croix-Rouge et le Croissant syrien supervisent leurs approvisionnement en eau potable dans les situations d’urgence.» Mais malgré cela, la capacité des gens à accéder à l’eau est constamment préoccupante, en particulier à la lumière de la propagation de la pandémie Corona, selon Bekdash, qui a ajouté: «Les citoyens de la région ont besoin de grandes quantités d’eau potable pour faire face aux risques de propagation du virus Corona.»

Et depuis que l’armée turque, et les factions armées syriennes qui lui sont fidèles, ont pris le contrôle de la ville de Ras al-Ain au début du mois d’octobre de l’année dernière, la station, Al-Alouk, est devenue une carte de pression entre Moscou et Ankara.

Elle est entrée dans la ligne des négociations, et ils sont parvenus à des accords préliminaires qui stipulaient de permettre le pompage de l’eau d’Al-Alouk vers la ville de Hasaka, ses villes affiliées et sa campagne, en échange de la fourniture de courant électrique à la centrale électrique de Mabrouka à Ras al-Ain pour desservir les zones sous le contrôle des factions pro-turques.

La station Al-Alouk est la seule source d’approvisionnement en eau potable pour plus de 460 000 personnes vivant dans la région, et elle approvisionne la ville d’Abu Rasin, le district de Tal Tamr, la ville de Hasakah et sa campagne. Ces zones souffrent et sont déjà dans une situation précaire d’approvisionnement en eau. La station approvisionne également trois camps, dont celui de Washokani.

Environ 12 000 personnes ont fui Ras al-Ain et le camp de «Areesha» dans la ville de Deir Ezzor, qui compte environ 13 000 habitants, et le camp «Al-Hol» compte environ 68 000, où vivent des milliers de Syriens et des réfugiés irakiens, et une section spéciale pour les étrangers qui vivaient auparavant dans des zones contrôlées par l’Etat islamique.

Le responsable kurde, Suzdar Ahmed, a noté que la station pompait un tiers des quantités convenues vers les zones de contrôle de l’administration autonome, selon les accords d’Ankara et de Moscou, et a ajouté: «Depuis 8 mois, 3 stations de pompage sur 8 stations fonctionnent, dans le but de maintenir toutes les zones souffrant d’une pénurie d’eau potable.

Et je l’ai dit, et ce qui augmente les souffrances et les défis, c’est la propagation de la pandémie Corona dans la région.

Dans un rapport détaillé publié par le site Web Daraj, il est prévu que la Turquie contrôlera plus de 80% de l’eau de l’Euphrate, en cas d’achèvement du projet d’eau, qui est le plus grand projet du genre au monde, et s’étend sur les frontières administratives de 8 provinces turques.
Revenant sur le fond du problème, le rapport cite des informations selon lesquelles, pendant les premiers jours de l’opération militaire turque sur la ville syrienne d’Afrin, des avions de combat turcs ont bombardé la station d’épuration d’eau potable à proximité de la ville de Sharran, au nord-est du centre-ville d’Afrin. Des avions ont bombardé le barrage « Maidanki » trois fois de suite, avant d’en prendre le contrôle, qui se trouve à 12 kilomètres d’Afrin, et y ont causé des dommages.

Le barrage est situé sur la rivière Afrin, à environ deux kilomètres de la ville de Medanaki, et il est conçu pour bloquer les inondations causées par la pluie et collecter l’eau. Le barrage cumule plus de 15 millions de mètres cubes d’eau par an, dont bénéficient la ville d’Afrin et ses villages, et la ville d’Azaz.

Plus tard, «l’armée turque a détourné l’eau potable d’Afrin vers les zones de la ville d’Azaz, après avoir pris le contrôle de la station de stérilisation et de pompage d’eau dans le village de «Matina», la part d’eau d’Afrin a été pompée vers Azaz et sa campagne, et le pompage vers la ville d’Afrin et sa campagne a été complètement interrompu. Les avions de combat turcs l’ont bombardée avec plusieurs missiles pendant la guerre contre la ville d’Afrin, avant d’en prendre le contrôle.

L’approvisionnement en eau d’Afrin a été presque complètement coupé et les civils dépendent des puits souterrains dans les quartiers résidentiels, qui en retour ne répondent pas à leurs besoins de consommation quotidienne. La valeur de la consommation quotidienne d’eau à Afrin et dans les villages environnants est d’environ 40 000 mètres cubes. L’eau a été pompée dans la station de pompage du barrage de Maidanki et désinfectée à la station de filtration du village de Matina. Le nombre de pompes à eau qui alimentaient la ville d’Afrin est de 5 tous ont cessé presque d’alimenter la ville en eau.

La Turquie a détourné le cours naturel du fleuve Dejla vers les terres agricoles du village d’Ein Dewar dans la ville de Derek, pour inclure plus d’un millier d’hectares de terres syriennes à la Turquie, en 2016, la gendarmerie turque a empêché les agriculteurs kurdes d’utiliser l’eau du fleuve pour irriguer leurs terres agricoles, qui est la source la plus importante pour l’agriculture dans la région.

La Direction des Antiquités et des Musées du régime syrien, a lancé un appel urgent pour empêcher le pont romain de s’effondrer et de se submerger par les eaux, après le détournement du cours du fleuve. Dans sa déclaration, la direction a déclaré que le changement du cours naturel du fleuve vers les terres syriennes dans la région de l’Ain Dewar menace de submerger les sites archéologiques historiques de la région. Les gendarmes turcs ont tiré plus d’une fois sur des fermiers kurdes, frappant un certain nombre d’entre eux et les empêchant de s’approcher et de labourer leurs terres agricoles, seule source de revenus pour eux dans la région.

Bombardement des stations d’eau à Sri Kanye

Le 19 mars de cette année, l’artillerie turque a bombardé la centrale d’eau et d’électricité d’Alouk dans la ville de Sere Kanye, ce qui a conduit à sa mise hors service et à la coupure d’eau dans toute la ville de Hasaka et ses campagnes. La gendarmerie turque a ciblé les ateliers de réparation qui tentaient de remettre l’usine en état de marche, et un certain nombre de travailleurs ont été blessés.

L’artillerie turque frappe, par intermittence, des centrales électriques et des stations d’eau dans la ville de Sere Kanye, qui alimente en eau un certain nombre de villes de l’île.

Le 16 mars de cette année, des avions turcs ont bombardé deux grands réservoirs d’eau pendant leur guerre contre la ville d’Afrin, qui approvisionnait les habitants du quartier de Mahmoudiya et du rond-point Kawa Al-Haddad dans le centre-ville d’Afrin, après que l’eau a été coupée de la ville. La Turquie a abaissé le niveau d’eau de l’Euphrate à 321 degrés, soit le niveau d’eau le plus bas pour la production d’électricité sur les barrages syriens. Et cela contrevient aux accords et traités signés entre la Syrie et la Turquie, qui stipulent que la Syrie recevrait une part de 450 chars par seconde.

Le gouvernement turc a coupé l’eau du fleuve Balikh, le deuxième plus grand fleuve de Syrie après l’Euphrate, et a alloué la part syrienne du fleuve à l’irrigation des terres agricoles en Turquie. La rivière irrigue des milliers d’hectares de terres agricoles dans la région nord de la Syrie et est la principale source pour les agriculteurs des deux rives du fleuve. La longueur du fleuve est de plus de 110 km, partant de la Turquie et entrant en Syrie par la région d’Ain Al-Arous dans la ville frontalière de Tal Abyad.

Les coupures d’eau dans les principaux barrages en Syrie menacent la vie de plus de 2 millions d’habitants locaux.

Les habitants locaux dépendent des générateurs pour leur énergie.

Le site Internet Daraj a rapporté de Akram Suleiman, directeur général de l’électricité dans la région d’Al-Jazeera, que «lorsque l’Etat islamique contrôlait deux barrages dans le nord de la Syrie, à savoir: le barrage de Rojava (anciennement Tishreen) et le barrage de Hurriya (anciennement Al-Baath), en plus de son contrôle sur de vastes zones du gouvernorat Raqqa, Hasaka, Alep et Deir Ezzor, ces deux barrages étaient la seule source pour l’organisation pour sécuriser l’électricité pour ses zones de contrôle.

Il a ajouté: «Après que les Forces démocratiques syriennes ont pris le contrôle du barrage, il est devenu clair, pour nous après la découverte que la quantité d’eau venant du côté turc en Syrie est de 800 mètres cubes, Alors que la part de la Syrie dans l’eau régionale était de 500 mètres cubes, c’est-à-dire que pendant la période de contrôle de l’Etat islamique, l’eau atteignant les barrages était supérieure à la part principale de la Syrie, et après que les Forces démocratiques syriennes ont pris le contrôle des trois barrages, le gouvernement turc a réduit la quantité d’eau arrivant aux barrages à 200 mètres cubes, ce qui a provoqué la réduction des quantités d’énergie électrique générées par ces barrages, qui couvrent chacun de: Hasaka, Manbij, Tabqa, Kobani, la campagne Deir Ezzor et Raqqa. Les coupures d’eau ont également endommagé les cultures agricoles, après l’assèchement d’un certain nombre de rivières secondaires. De plus, l’eau du barrage de l’Euphrate est considérée comme une source pour plusieurs régions, ce qui a créé une véritable crise de l’eau dans la région.

Le barrage du lac Tishreen stocke plus de 1,9 milliard de mètres cubes d’eau et dispose de 6 turbines pour fonctionner.

Alors que le barrage de l’Euphrate stocke 14,6 milliards de mètres cubes d’eau et contient 8 turbines pour fonctionner. De ces turbines, seulement 3 fonctionnent.

Projet GAP

La Turquie travaille à la mise en œuvre du projet GAP, qui est un acronyme pour l’Anatolie du Sud-Est, qui se compose de 22 immenses barrages, dont les plus importants sont les barrages d’Ataturk, Kayban, Karakia, Barajil et Qum Qayam, en plus d’un projet de stockage et de centrales électriques, sur une superficie de 1,7 million d’hectares de terres agricoles. La capacité de stockage du projet est estimée à plus de 100 milliards de mètres cubes, soit environ trois fois la capacité de stockage des barrages de Syrie et d’Irak réunis.

Il est prévu que la Turquie contrôlera plus de 80 pour cent de l’eau de l’Euphrate, si le projet est achevé. C’est le plus grand projet d’eau au monde, et s’étend sur les frontières administratives de 8 provinces turques.

Khaled Suleiman dit, dans un article qu’il a publié sur le site Internet de Daraj le 14 mars de cette année, «Ensuite, comme dans l’histoire lointaine, l’eau est aujourd’hui l’arme la plus puissante pour mettre fin aux révolutions et aux aspirations des Kurdes, non seulement en Turquie, mais aussi dans les pays voisin aussi. Le sabotage du barrage d’Afrin et le troc contre l’eau du Dejla témoignent de cette politique. Au début de la guerre contre Afrin en janvier, le ministre turc des affaires étrangères Cavusoglu s’est rendu à Bagdad et a proposé au Premier ministre irakien Haider al-Abadi l’intention de la Turquie de geler le stockage de l’eau dans l’immense barrage d’Ilisu sur Dejla, en échange de la participation de l’Iraq à la guerre contre le Parti des travailleurs du Kurdistan. Dans le même contexte le chef d’état-major de l’armée turque Hulusi Akar s’est rendu à Bagdad au début de ce mois pour atteindre le même objectif. Ihsanoglu a également révélé, après la visite du chef d’état-major, la volonté de Bagdad de coopérer avec la Turquie dans la guerre contre (les travailleurs kurdes), ce qui signifie que le troc de l’eau du Dejla se poursuit …

Et un autre œil sur l’eau, qui est devenue une source de faim et de marchandage, plutôt qu’une paix bleue.

Copyright, impression papier et électronique, réservés au Centre de recherche et d’études MENA ©