Netanyahu est-il de nouveau la figure dominante?

Les Israéliens ont été appelés la semaine dernière à voter de nouveau, s’acquittant de leur devoir démocratique pour la quatrième fois en deux ans. Le taux de participation a baissé légèrement de 71,4 à 67,3%, malgré les multiples sondages, il n’y a pas de place pour la lassitude électorale. L’attention passe maintenant des 6,5 millions d’électeurs éligibles aux 120 nouveaux membres élus de la Knesset, qui détermineront la composition du prochain gouvernement et l’élection du premier ministre.

Les élections étaient devenues nécessaires après que le gouvernement de l’urgence nationale, formé en mai 2020, composé du Likoud de Netanyahu, des partis religieux et d’une partie de l’alliance électorale Bleu-Blanc, a échoué en décembre à adopter un double budget pour les années 2020 et 2021 et le Parlement a ensuite été dissous. Ce n’était, évidemment, que la raison avancée. Netanyahu a œuvré résolument à l’échec de cette coalition afin d’empêcher la rotation au poste de premier ministre prévue pour novembre et donc sa perte de pouvoir.

Selon le résultat préliminaire final, bien que son Likoud soit devenu de loin le parti le plus fort, le premier ministre sortant pourrait avoir du mal à rassembler suffisamment de députés pour rester au pouvoir. Le bloc de droite de Netanyahu compte actuellement 52 sièges, neuf sièges de moins pour une majorité gouvernementale.

Comme indiqué avant les élections, le parti arabe Raam, qui est le plus petit parti avec seulement quatre sièges au parlement, pourrait devenir le faiseur de roi. Cela pourrait briser un tabou, étant donné la loi non écrite selon laquelle aucun gouvernement israélien ne peut compter aux votes des partis non sionistes de la minorité arabe.

Le fait que Netanyahu, le protagoniste de ce qui est probablement le virage à droite le plus durable de l’histoire israélienne, qui non seulement lutte contre la solution à deux-Etats, mais a également a insulté les Arabes israéliens en tant que cinquième colonne de l’ennemi, brise maintenant ce tabou, montre d’une part une certaine normalisation dans le monde judéo-arabe. Mais c’est une preuve encore plus de l’agilité idéologique à couper le souffle de ce politicien exceptionnel qui est devenu le premier ministre d’Israël le plus ancien.

Netanyahu a œuvré résolument à l’échec de cette coalition afin d’empêcher la rotation au poste de premier ministre prévue pour novembre de cette année et donc sa perte de pouvoir.

Pour le moment, cependant, le parti islamique n’a pas encore déclaré s’il soutenait réellement le premier ministre. Lui aussi subit une énorme pression. Du point de vue de ses électeurs, pourtant, le saut vers les viviers du pouvoir pourrait être plus attrayant qu’un exercice d’équilibre idéologique audacieux. Cela signifierait également une intégration majeure de la minorité marginalisée à bien des égards et signifierait que les intérêts des Israéliens arabes et palestiniens recevront beaucoup plus d’attention à l’avenir.

Les opposants déclarés à Netanyahu ont quant à eux remporté 57 sièges, et bien qu’eux aussi aient pu obtenir la majorité nécessaire avec le soutien du parti islamique, on peut se demander si une telle coopération est possible. La portée idéologique d’une telle coalition serait énorme. En fait, il n’y a qu’un seul objectif commun: le remplacement de Netanyahu.

Si aucun des blocs ne parvient à obtenir une majorité à la fin du mois de mai, le pays pourrait faire face à sa cinquième élection depuis 2019. Le système de vote sur liste proportionnelle avec son seuil bas de seulement 3,25% rend presque impossible pour un seul parti de gagner une élection directement. Selon la Commission électorale centrale, le parti de droite du premier ministre, le Likoud, a recueilli 24,2% des voix. Le parti centriste Yesh Atid du principal chef de l’opposition Yair Lapid a pris la deuxième place avec seulement 13,9%. En conséquence, le Likoud obtient 30 sièges à la Knesset avec 120 sièges et Yesh Atid 17. Outre les deux «grands» partis, onze autres forces entrent à la Knesset, et détiennent toutes entre 3,8 et 7,2% des voix.

La fragmentation du paysage politique traditionnellement fragmenté a ainsi atteint un nouveau sommet. Si Yair Lapid, en tant que chef de liste du deuxième parti, rallie une majorité derrière lui, quelqu’un qui n’a même pas été élu par un septième de l’électorat pourrait devenir premier ministre. L’impasse répétitive montre une fois de plus à quel point la politique israélienne est profondément divisée. Presque aucun parti ne parvient à intégrer des groupes plus larges de la population et des électeurs dans l’esprit d’un parti populaire.

Cependant, cette fragmentation ne peut cacher un glissement général vers la droite. Les forces sionistes de gauche qui dominent depuis longtemps maintenant n’atteignent plus que dix pour cent – ce qui, au vu des sondages d’il y a quelques semaines, est même considéré comme un résultat respectable. Plus encore qu’idéologiquement, le paysage du parti est décomposé sur la base de la question des pour et anti-Netanyahu. Le Premier ministre de longue date est la figure dominante.

Non seulement Netanyahu, mais aussi ses rivaux se disputent le soutien à la fois du nationaliste de droite Yamina et du Raam islamique, qui est nécessaire pour obtenir une majorité. Le chef du parti Raam, Mansour Abbas, a déclaré qu’il était disposé à travailler avec Netanyahu si cela répondait plus équitablement aux besoins des citoyens arabes d’Israël, qui représentent environ 20% de la population. Même après les élections, Abbas a annoncé qu’il était prêt à travailler avec Netanyahu, mais aussi avec l’autre camp.

Bezalel Smotrich, allié de Netanyahu et président du parti sioniste religieux, alliance de toutes sortes de forces de droite et d’extrême droite formée avant les élections, a immédiatement répondu que le premier ministre sortant ne pouvait compter sur son soutien que s’il exclu la coopération avec Raam. Dans son groupe, il y a des représentants qui adoptent l’idéologie du Grand Israël, revendiquant l’expulsion des Palestiniens de Cisjordanie vers la Jordanie et qui veulent discriminer les personnes LGBTI.

Yamina, également à droite, est dirigée par l’ancien protégé de Netanyahu et ancien ministre de la Défense, Naftali Bennett, avec qui il entretient des relations compliquées. Comme Abbas, Bennett n’a pas encore annoncé quel candidat il recommandera au président Reuven Rivlin pour former un gouvernement. En Israël, le président a le rôle de charger officiellement le candidat le plus prometteur de former une coalition.

Un gouvernement centriste ou de centre-gauche pourrait tenter de relancer des négociations dans l’impasse avec les Palestiniens et envisager des concessions territoriales en échange de la paix. Cependant, même une coalition anti-Netanyahu devrait finalement s’appuyer sur les votes des partis de droite et donnerait peu de marge de manœuvre à un éventuel premier ministre Yair Lapid.

Le blocage politique est exacerbé par la situation sans précédent d’un Premier ministre qui insiste pour rester en fonction malgré les accusations de corruption et d’abus de pouvoir. L’essai devrait reprendre dans deux semaines. Netanyahu nie tout acte répréhensible. Ses alliés parlent quant à eux de mesures radicales, notamment de régimes d’immunité rétroactifs et de restrictions sévères des pouvoirs de la Cour suprême.

Les quatre dernières élections ont montré une chose avant tout : la plupart des prédictions concernant d’éventuelles coalitions gouvernementales ont été démenties en raison de la complication de la politique israélienne et de l’inventivité des acteurs individuels. Netanyahu en particulier se démarque ici, il ne semble donc en aucun cas improbable qu’il continuera à rester au pouvoir.

Il serait souhaitable pour le peuple d’Israël qu’il n’y ait pas un cinquième tour de scrutin immédiat. Avec un taux de pauvreté de plus de 20 pour cent et un taux de chômage actuel de 16,7 pour cent causé par la pandémie, ce serait une mesure irresponsable. Il faut espérer des politiciens suffisamment déterminés que se rassembleraient pour le bien-être du pays est qui est plus important que leurs propres ambitions.

D’un point de vue purement arithmétique, malgré cette impasse, il devrait être possible de former un gouvernement de transition. Il s’agit avant tout, après trois ans de gestion provisoire du budget, d’élaborer un budget de l’Etat qui permettra de relancer l’économie après le blocage de Coronavirus, de remettre les chômeurs au travail et de renforcer les systèmes de santé et de l’éducation.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA