News – The Guardian : La présence du Qatar au sommet saoudien ouvre la perspective d’une détente

Un possible dégel soutenu par les États-Unis dans les relations qatariennes saoudiennes a été signalé par des diplomates qatariens se rendant en Arabie saoudite pour préparer le terrain pour la participation de leur pays à un grand sommet à Djeddah sur l’agression iranienne présumée dans la région.

La présence du Qatar sera considérée comme le plus grand rapprochement entre les deux pays depuis que les Saoudiens ont lancé un vaste blocus économique et politique contre le pays riche en gaz il y a deux ans, accusant Doha d’essayer de saper l’Arabie saoudite et de promouvoir les Frères musulmans à travers Moyen-Orient.

Le roi Salman bin Abdulaziz al-Saud d’Arabie saoudite a invité l’émir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad al-Thani, à assister au sommet d’urgence du Conseil de coopération du Golfe sur le rôle présumé de l’Iran dans l’attaque des navires et des installations pétrolières du Golfe.

Le sommet se tiendra jeudi à Djeddah, et un avion qatari transportant un de ses diplomates a été autorisé à atterrir dans la ville portuaire de la mer Rouge pour la première fois en deux ans lundi pour préparer la participation du Qatar.

L’espace aérien saoudien reste fermé pour tous les autres vols qatariens, comme il l’a été pendant les deux années du boycott.

Le Qatar — à la différence de l’Arabie saoudite, de Bahreïn et des Émirats arabes unis — a jusqu’à présent conservé son soutien à l’accord sur le nucléaire iranien. Bien que déterminé à suivre une politique étrangère indépendante, il ne cherchera pas à aliéner Donald Trump en repoussant la pression de Washington pour limiter l’agression iranienne dans la région.

Le Qatar a un intérêt économique à ce que les installations de gaz et de pétrole ne fassent pas l’objet d’attaques de la part des forces iraniennes mandataires. Il est également l’hôte de la plus grande base militaire américaine du Golfe.

Riyad a accusé Téhéran d’ordonner les récentes attaques de drones contre deux stations de pompage de pétrole dans le royaume, revendiquées par les Houthis du Yémen.

L’Iran a nié être à l’origine des attaques et une succession de politiciens iraniens ont déclaré qu’ils ne cherchaient pas une confrontation militaire, bien qu’ils aient dit qu’ils voulaient que les sanctions économiques américaines paralysantes soient levées.

Un média saoudien, Arab News, a exhorté Washington à lancer une frappe chirurgicale contre l’Iran, mais cette opinion n’est pas universellement partagée par les médias saoudiens.

Washington a soufflé chaud et froid dans ses demandes à l’Iran, Trump affirmant qu’il ne cherchait pas à changer de régime à Téhéran, simplement une renégociation de l’accord sur le nucléaire. Il a déclaré que l’accord était plein d’échappatoires qui ont permis à Téhéran de parvenir à une percée nucléaire trop rapidement.

Le Qatar encouragera probablement toutes les parties à la prudence, et appellera en privé Téhéran à ne pas parrainer de mandataires pour attaquer les actifs pétroliers saoudiens.

Les forces rebelles houthies au Yémen, de plus en plus capables de monter des attaques de drones, ont la capacité d’opérer indépendamment de l’Iran.

Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Seyed Abbas Araghchi, a tenté de contrer la diplomatie saoudienne en organisant des réunions bilatérales dans la région, notamment au Qatar, au Koweït et à Oman.

Les États-Unis ont exercé des pressions privées sur l’Arabie saoudite et le Qatar pour enterrer leurs divergences avant la publication imminente du plan de paix au Moyen-Orient par le gendre de Trump, Jared Kushner.

L’“accord du siècle”, qui doit être discuté lors de l’atelier économique pour les ministres des Finances du Golfe à Manama, Bahreïn, en juin, se concentre sur un plan pour aider les territoires palestiniens sur le plan économique.

Kushner est en tournée dans la région pour promouvoir le plan et essayer d’obtenir une adhésion politique. Il devrait également rejoindre Trump lors de sa visite d’État au Royaume-Uni début juin.

Le Qatar a été l’un des plus grands bailleurs de fonds humanitaires de Gaza, et l’adhésion de Doha à tout plan de reconstruction économique est très appréciée par Washington.

Mais toute suggestion d’un dégel des relations entre l’Arabie saoudite et le Qatar se transformera facilement en un véritable rapprochement semble peu probable.

 À l’occasion du deuxième anniversaire du début du boycott, le ministre des Affaires étrangères du Qatar a rappelé “les coups de couteau infligés au peuple qatari dans un crime prémédité de piraterie, de fabrication et de mensonges dans lesquels l’appelant justifiait son blocus injuste contre un pays et son peuple”.

The Guardian


Cet article reflète le point de vue de l’auteur, ce n’est pas nécessairement l’opinion de l’Observatoire MENA.

Toute publication et rédaction sont conservées dans MENA Media Monitor