News —La situation actuelle à Idlib et son importance

REUTERS

La province d’Idlib, contrôlée par l’opposition, située dans le nord-ouest de la Syrie, pourrait devenir le théâtre de la confrontation finale, et peut-être la plus sanglante, entre le gouvernement et les groupes armés en quête de son renversement. L’ONU affirme que le résultat pourrait être une catastrophe humanitaire.

En quoi Idlib est-il si important ?

La province, ainsi que des parties adjacentes du nord de Hama et de l’ouest d’Alep, est le dernier bastion des groupes rebelles et djihadistes qui tentent de renverser le président Bashar al-Assad depuis huit ans.

L’ONU estime qu’il abrite 3 millions de personnes, dont 1 million d’enfants. Plus de 40 % des civils y sont originaires d’autres zones précédemment contrôlées par l’opposition.

Idlib est également limitrophe de la Turquie, au nord, et chevauche les autoroutes allant d’Alep à Hama et à Damas, la capitale, et à l’ouest de Lattaquié, sur la côte méditerranéenne — toutes les villes contrôlées par le régime sectaire d’Assad.

Si Assad reprenait Idlib, cela signifierait la défaite de l’opposition.

Qui contrôle la province ?

Idlib avait été contrôlé par un certain nombre de factions rivales, plutôt que par un seul groupe, depuis qu’il est tombé aux mains de l’opposition en 2015.

Mais en janvier 2019, l’alliance djihadiste Hayat Tahrir al-Sham (HTS) a organisé une prise de contrôle violente.

Il a expulsé d’Idlib certains combattants rebelles traditionnels dans la région voisine d’Afrin, contrôlée par des factions soutenues par la Turquie, et contraint ceux qui restaient à accepter le contrôle civil par une administration qu’elle soutient — le « gouvernement du salut ».

HTS, qui était connu sous le nom de Front al-Nusra avant la rupture de ses liens officiels avec Al-Qaïda trois ans plus tard, est qualifié d’organisation terroriste par l’ONU.

Selon les estimations, le nombre de combattants de l’opposition actuellement à Idlib, Hama et Alep se situerait entre 20 000 et 50 000. On ne sait pas combien sont des djihadistes.

En janvier, un comité de l’ONU citant un État membre aurait déclaré que le HTS avait environ 20 000 combattants dans la province d’Idlib, dont un nombre important d’étrangers.

Le dirigeant de Hayat Tahrir al-Sham dit que le groupe « continuera à se battre jusqu’au dernier souffle »

Le Parti islamique du Turkistan, un groupe ouïghour principalement chinois étroitement allié au HTS, compterait également quelques milliers de combattants.

On pense généralement que Hurras al-Din, qui est la nouvelle branche syrienne d’Al-Qaïda, et le groupe concurrent de l’État islamique (EI) comptent plusieurs centaines de combattants chacun.

Avant la prise de contrôle de HTS, la plupart des groupes non djihadistes à Idlib s’étaient battus sous la bannière du Front de libération nationale (FLN) soutenu par la Turquie.

Les factions du FNL qui sont restées neutres, comme Faylaq al-Sham, ou ont cédé au HTS, comme Ahrar al-Sham et Suqour al-Sham, continuent de fonctionner sur le terrain.

Pourquoi le gouvernement a-t-il intensifié ses attaques ?

La guerre en Syrie a fortement pesé en faveur du régime criminel d’Assad au cours des trois dernières années.

Les frappes aériennes de son allié, la Russie, et le soutien de milliers de miliciens soutenus par l’Iran, son autre allié principal, ont aidé l’armée du régime syrien à reprendre en possession des bastions de l’opposition ailleurs dans le pays.

En août 2018, le régime sectaire d’Assad déclara que sa priorité était de « libérer » Idlib et que les troupes se préparaient à un assaut total.

Mais le mois suivant, les présidents russe et turc ont évité une offensive en acceptant de créer une « zone tampon démilitarisée » le long de la ligne de front. Les révoltés du courant dominant ont été tenus de retirer leurs armes lourdes de la zone et les djihadistes ont été invités à se retirer complètement.

Les troupes turques ont été déployées pour surveiller l’accord, mais celui-ci n’a jamais été pleinement mis en œuvre. Les révoltés syriens auraient retiré des armes lourdes, mais les djihadistes sont restés.

Depuis la prise de contrôle de HTS, les hostilités se sont intensifiées. Les frappes aériennes du régime et des Russes ont pilonné l’enclave de l’opposition, tandis que les djihadistes ont bombardé les zones contrôlées par le régime.

Une cinquantaine d’établissements de santé et d’écoles auraient également été attaqués par les raides aériennes Russes et celles du régime depuis le 30 avril.

Le groupe de surveillance basé au Royaume-Uni, Observatoire syrien des droits de l’homme, a déclaré qu’au moins 615 civils et 483 combattants rebelles et djihadistes avaient été tués lors d’attaques perpétrées par le régime et ses alliés.

Au cours de la même période, les attaques de l’opposition ont tué 50 civils et 437 soldats et miliciens progouvernementaux, selon le SOHR.

Plus de 1 000 de ces décès, dont un tiers de civils, ont été signalés depuis le 30 avril, date à laquelle les forces du régime ont commencé à avancer depuis le sud.

Des factions rebelles soutenues par la Turquie se battent aux côtés des djihadistes.

Le régime a prétendu qu’il réagissait aux violations de l’accord sur la trêve et qu’il « n’épargnera aucun effort pour sauver ses citoyens de la domination d’organisations terroristes à Idlib ».

Abu Mohammad al-Jawlani, leader du HTS, a déclaré que son groupe « continuera à se battre jusqu’au dernier souffle pour chaque pouce de territoire contrôlé ».

Que pourrait-il arriver aux civils à Idlib ?

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a souligné en septembre qu’il était « absolument essentiel d’éviter une bataille à grande échelle à Idlib », avertissant qu’un tel scénario déclencherait « un cauchemar humanitaire sans précédent » en Syrie.

De nombreuses personnes déplacées connaissent déjà des conditions désastreuses dans des sites surpeuplés, où les services de base sont à bout de ressources.

Les deux tiers des 270 000 personnes déplacées par les derniers combats vivraient dans des champs ou se réfugieraient sous des arbres.

Plus de 200 000 personnes ont été déplacées par les récents combats.

L’ONU et ses partenaires humanitaires ont déjà été forcés de suspendre leurs opérations dans les zones d’hostilités actives et ont affirmé qu’une incursion du régime à part entière « surchargerait toute capacité de réaction ».

Pour aggraver les choses, les millions d’habitants d’Idlib n’ont apparemment nulle part où aller.

La frontière turque est fermée, la région d’Afrin est déjà peuplée de personnes déplacées et de nombreux partisans de l’opposition craignent l’emprisonnement s’ils se rendent sur le territoire contrôlé par le régime et ses alliés.

Le Coordonnateur des secours d’urgence des Nations Unies, Mark Lowcock, a déclaré qu’une incapacité à mettre fin à la violence et à trouver une solution à long terme pourrait entraîner « la perte d’un nombre considérable de personnes, voire de centaines de milliers, voire davantage ».

Peut-on prévenir une attaque sur Idlib ?

Cela semble dépendre de la Turquie et de la Russie.

La Turquie, qui abrite déjà trois millions de réfugiés syriens et craint une nouvelle vague de personnes se dirigeant vers sa frontière, a accusé le régime syrien de violer la trêve et a déclaré à la Russie que son allié « devait être contrôlé ».

Les troupes turques sont déployées le long de la ligne de front en tant qu’observateurs
Mais la Russie a déclaré qu’il incombait à la « partie turque » de mettre un terme aux attaques des djihadistes contre les civils et aux positions militaires russes.

Le président russe Vladimir Poutine a refusé d’exclure un assaut à grande échelle contre Idlib, mais il a également noté que « nous et nos amis syriens estimons que cela n’est pas conseillé » en raison de la situation humanitaire.


Les droits d’auteur sont réservés à l’Observatoire des médias du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, MENA.