Phobie de la liberté d’un point de vue islamique

Par: Ahmad Al Remh

À la suite de notre défaite dans la bataille pour une position à l’échelle de la civilisation et du retard scientifique laissé par de nombreuses puissances qui nous ont successivement gouvernés par des dictatures illégitimes, de nombreux concepts ont été importés dans notre société par ceux qui ont étudié à l’étranger et se familiariser avec les connaissances et l’expérience des pays avancés. Ces nouveaux concepts importés ont proposé des solutions à nos problèmes chroniques.

Les questions clés doivent être répondues :

Pourquoi les institutions religieuses et les personnalités religieuses craignent-elles la liberté ? Pourquoi ont-ils peur par la liberté ? Quel est leur but ?

Ils nous effrayent par la liberté quand ils la décrivent comme une simple dissolution de la moralité, de la pornographie sexuelle et de l’abandon du système moral de la société, qui est finalement incorrect. La liberté est une responsabilité, et intellectuellement, c’est le droit de critiquer objectivement sans insulter les symboles et les idéologies sacrées des autres.

Sous ce prétexte, craignant la liberté, les voix se sont élevées pour empêcher toute idée, ou contribution créative de ceux qui ne nous partagent pas les mêmes idéologies et les mêmes approches pour résoudre nos problèmes. Nous avons toujours béni chaque décision prise par la tyrannie en collaboration avec les élus religieux de réfuter ces contributions créatives. Ils ont justifié leur empêchement par leur souci de l’identité de la société. Cet argument trompeur ressemble à un argument honnête, mais en réalité, il s’agit d’un mensonge simple.

Ce comportement répugnant n’a rien à voir avec l’islam. C’est un pur maccarthysme qui se justifie par une attention mal fondée à l’égard de l’islam. Ils prétendent vouloir préserver l’alphabétisation puritaine de l’écriture religieuse. Ils craignent toute interprétation potentielle du scénario, ce que le Coran sacré refuse totalement, ce qui ne dissuade jamais la liberté. Au contraire, l’islam encourage la liberté et exhorte tous les êtres humains à proposer leurs idées sans crainte. Le Coran sacré demande à tous de présenter des preuves scientifiques et des preuves analytiques.

Dans le verset 111 de la sourate Al Bakara, Allah dit : « produisez votre preuve si vous êtes véridique ».

L’islam appelle à la libre discussion de toutes les idées. Ce qui est vrai reste et ce qui est faux périra. Le public est l’arbitre. Allah souligne cela dans la sourate Al Ra’aed, verset 17: «Quant à la mousse, elle disparaît après avoir été jetée; mais quant à ce qui profite au peuple, il reste sur la terre ».

Nous remarquons qu’Allah ne s’est pas adressé aux musulmans ; il s’est adressé à « le peuple » parce que l’islam recherche un avantage universel, et non un avantage limité pour certaines personnes, et n’exempte pas les autres peuples.

Nous aurions dû enrichir la société de science et d’esprit par des injections d’antibiotiques culturels capables de renforcer son immunité contre toute pensée oblique au lieu d’imposer une tutelle semblable à celle d’un pharaon. En d’autres termes, je ne vous montre que ce que je vois. Nous devrions admettre que tous ceux qui craignent la liberté le font parce qu’ils ont peur de leurs connaissances insuffisantes. Ceux qui rejettent la liberté ont toujours peur de la révélation de leur ignorance et de leur nudité culturelle. Ils sont vaincus une fois confrontés à la vérité et à l’intellect. L’islam ne craint jamais la vérité et la liberté parce que l’islam a été le premier à appeler à la vérité et à la diffuser au monde, et qu’il n’a pas de défaut à craindre.

Le Saint Coran fait référence à cette question lorsque les négateurs ont présenté leurs idées et que l’Islam répond pacifiquement dans Saba’a Sourate, versets 24 et 25: dit: «Qui vous nourrit du ciel et de la terre?» Dis : « Allah. C’est nous ou bien vous qui sommes sur une bonne voie, ou dans un égarement manifeste » dit: «Vous ne serez pas interrogés sur les crimes que nous avons commis, et nous ne serons pas interrogés sur ce que vous faites».

La liberté était la demande du prophète Mahomet. Lorsque les supérieurs de Quraish ont rejeté son message, il ne les a pas obligés ni n’a montré une attitude exempte de dérogation. Il leur a juste demandé la liberté et il les a mis au défi avec la liberté des gens de juger ce qu’il a dit. Il a proclamé : « Laisse-moi aller au peuple », c’est-à-dire donnez-moi une chance de proposer mes idées au peuple.

L’enlèvement des idées des gens est une violation de la liberté d’expression reconnue à tous par l’islam. Un argument ne peut être répondu qu’avec un autre argument, preuve contre preuve. Les gens ne doivent pas être privés de leur droit à l’expression de soi. Nous pratiquons une dictature qui détruit tout ce que nous appelions lorsque nous étions sous la dictature.

Quant à ceux qui s’opposent à la liberté, ils craignent que leurs connaissances soient insuffisantes et se découvrent face à la logique, à la créativité et aux opinions des autres. Notre société n’est plus prématurée de parler en son nom. Notre société n’est plus sourde et est capable de s’exprimer. Si vous voulez des innovations, du développement, de la prospérité et de la civilisation laissent simplement la société se sentir libre et la société sera capable de savoir comment rationaliser cette liberté pour se réveiller et briser les chaînes de l’imitation et du retard. Alors seulement, la société renaîtra sous ses cendres.


Copyright © 2019 The Middle East and North Africa Media Monitor.