Procès américain contre la Qatar Islamic Bank : des liens de l’association caritative turque IHH avec des groupes terroristes dévoilés

Un procès intenté en Floride par Matthew Schrier, un photojournaliste américain retenu en otage en Syrie par des groupes djihadistes pendant 211 jours, contre deux entités qatariennes révèle les liens du groupe caritatif controversé IHH, la «Turkish Humanitarian Relief Foundation», avec des groupes terroristes en Syrie.

Schrier a intenté une action en justice au titre de la loi antiterroriste contre la Qatar Islamic Bank (QIB) en janvier, alléguant que les groupes jihadistes syriens liés à al-Qaïda Jabhat al-Nousrah (Front al-Nusrah) et Ahrar al-Sham «utilisaient un réseau international de donateurs et des organismes de bienfaisance pour financer leurs activités terroristes, et que le QIB a fourni des services financiers à ces donateurs et un soutien financier aux organismes de bienfaisance . Sa plainte affirmait également que le QIB «avait fait don d’une somme substantielle à Qatar Charity».

Le procès alléguait également que l’IHH et Qatar Charity avaient créé un partenariat pour «soutenir le Front islamique syrien et Ahrar al-Sham, par exemple en aidant les hôpitaux de campagne à soigner et à fournir des services non médicaux aux blessés d’Ahrar al-Sham et le Front al Nousra et les Combattants du Front islamique. »

La plainte faisait référence à des rapports internationaux mettant sur la liste noire l’organisation caritative et l’IHH «en tant qu’entités contaminées par des fonds liés au terrorisme».

Dix-huit jours après son arrivée en Syrie pour couvrir la guerre civile syrienne, Schrier a été kidnappé par al-Nusrah dans une zone située entre Alep et la frontière turque, fin décembre 2012. Le groupe terroriste l’a retenu en otage et battu et torturé 10 fois au cours de cette période, il a été forcé à voir et à entendre la torture d’autres prisonniers et à lui retirer périodiquement de l’eau et de la nourriture. Al-Nusrah l’a remis à l’allié Ahrar al-Sham pendant 46 des 211 jours de son emprisonnement, qui l’ont également maltraité.

La police turque a également enquêté sur les liens de l’IHH avec Qatar Charity, mais le président Recep Tayyip Erdoğan a mis fin à l’affaire en 2014.

Selon l’enquête sur les cellules d’Al-Qaïda en Turquie, İbrahim Şen (37 ans), un terroriste d’Al-Qaïda condamné, détenu en Pakistan, sur des liens présumés avec Al-Qaïda et transféré à Guantanamo, où il a été détenu jusqu’en 2005, menait une campagne de recrutement et de trafic entre la Turquie et la Syrie et utilisait l’IHH pour couvrir le réseau terroriste. L’enquête avait révélé les liens de Qatar Charity avec les bureaux de l’IHH dans les provinces turques limitrophes de la Syrie et de l’Iran, qui étaient alors utilisés par le réseau d’ İbrahim Şen.

En raison de sa couverture politique du gouvernement, Şen a été sauvé des problèmes juridiques. Il a été arrêté en janvier 2014 et mis en examen en octobre 2014, mais a été relâché lors de la première audience du procès en octobre 2014. Des policiers turcs ont alors été démis de leurs fonctions et l’enquête a été étouffée.

En regardant les antécédents de Qatar Charity et d’IHH, il semble y avoir un match parfait car ils financent tous les deux des groupes extrémistes. Les deux ont signé un protocole d’accord stratégique (MoU) en août 2014 à Doha en présence du chef de l’IHH, Bülent Yıldırım, et du PDG de Qatar Charity, Yousef bin Ahmad Al-Kuwari. L’accord a été renouvelé en décembre 2016 à Istanbul lorsque l’IHH et Qatar Charity ont signé un accord de coopération conjointe de cinq ans.

Avant l’enquête en Turquie, Qatar Charity avait déjà été accusé par les procureurs américains d’avoir servi de canal financier majeur pour financer les attaques d’al-Qaïda contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie en 1998, et il a été noté qu’Oussama ben Laden aurait a utilisé Qatar Charity pour financer les activités d’al-Qaïda dans les années 1990. De plus, les services de renseignement français ont déclaré en 2013 que Qatar Charity était impliquée dans le financement d’un groupe au Mali lié à al-Qaïda.

Selon le procès, Schrier cherche «à récupérer des dommages-intérêts compensatoires et punitifs, des dommages-intérêts triples statutaires et des honoraires d’avocat et les frais de justice pour les blessures qu’il a subies aux mains du Front Nusra et Ahrar Al-Sham, les groupes terroristes que QIB a permis. « 

Le procès implique le ressortissant qatari Saad al-Kabi comme l’un des bailleurs de fonds d’al-Nusrah. Al-Kabi a été sanctionné par les États-Unis en 2015 pour avoir soutenu le groupe terroriste. «QIB a joué deux rôles importants en soutenant les groupes qui ont retenu M. Schrier en captivité. Premièrement, il a permis au ressortissant qatari Saad bin Saad al-Kabi d’ouvrir un compte au nom de son fils mineur (le «compte al-Kabi QIB») et d’utiliser ce compte pour acheminer de l’argent de donateurs au Qatar et ailleurs vers la Nousra. Deuxièmement, il a fait don d’une somme substantielle à Qatar Charity, un bailleur de fonds connu d’Al-Qaïda et un partisan très médiatisé d’Ahrar al-Sham », a-t-il déclaré.

Al-Nusrah est un groupe terroriste internationalement sanctionné et opère dans le cadre de la coalition Hayat Tahrir al-Sham (HTS) depuis janvier 2017. Un rapport de la Defense Intelligence Agency (DIA) des États-Unis a conclu qu’al-Nusrah «a probablement reçu des l’assistance financière et matérielle des éléments des gouvernements turc et qatari. »

Le commandant en chef d’Ahrar al-Sham, Abu Khaled al-Soury, cofondateur du groupe, a combattu pour al-Qaïda et était proche du fondateur d’al-Qaïda Oussama ben Laden et de son successeur, Ayman al-Zawahiri. Il a été tué en 2014. Pourtant, le groupe a survécu et a même gagné plus d’influence après son assassinat. En février 2018, le groupe a fusionné avec le mouvement Nour al-Din al-Zenki pour former le Front de libération syrien.

Bien que les tribunaux allemands et néerlandais aient désigné le groupe comme une entité terroriste, al-Sham n’est pas officiellement désigné comme groupe terroriste par l’Union européenne, les États-Unis ou l’ONU. Une discussion est en cours à l’ONU sur l’opportunité de classer le groupe comme une entité terroriste. En avril 2019, la 16e chambre turque de la Cour suprême d’appel a conclu qu’aucune décision de justice n’avait été rendue en Turquie classant al-Sham comme une entité terroriste.

Tous les droits d’auteur et de publication sont réservés à Centre de Recherche et d’Études MENA.