Procès en Allemagne pour torture et répression en Syrie

Lorsque les voitures de la police secrète se sont précipitées, les manifestants du centre-ville de Damas venaient de commencer leur voyage. Plusieurs hommes ont sauté et ont traîné Ahmad dans un bus.

Il avait filmé les membres d’une organisation de femmes qui protestaient contre le président Bashar al Assad, et son épouse a également participé à la manifestation.

Ahmad a été amené au complexe de la rue Bagdad, un nom effrayant comme le Lyublyanka à Moscou : l’adresse d’un centre de torture.

Les gardiens ont emmené Ahmad au sous-sol de la prison et, dans les jours qui ont suivi, ils l’ont frappé au dos et aux pieds avec des câbles électriques jusqu’à ce qu’ils soient si enflés qu’il ne pouvait plus marcher.

À la fin de la première semaine, ils ont pourchassé des décharges électriques à travers son corps nu, ont versé de l’eau froide sur lui et ont remis sous tension.

Une fois, les gardes l’ont emmené au premier étage, au bureau de l’homme, qui était apparemment responsable de toutes les tortures : Anwar R., le commandant de la prison. C’était en 2011.

Neuf ans plus tard, Ahmad et Anwar R. se reverront. Mais cette fois, c’est Anwar R., 57 ans, qui est en prison à Berlin.

Fin avril, le procès contre lui et un autre ancien officier du renseignement doit s’ouvrir devant le tribunal régional supérieur de Coblence.

Le procureur fédéral allemand accuse R. d’être responsable de la mort de 58 personnes et de la torture d’au moins 4 000 prisonniers. Ahmad déposera en tant que témoin.

Le procès vise à rendre justice aux victimes. Mais c’est aussi un signal au dirigeant syrien Bachar al-Assad et à d’autres dictateurs que le monde n’oubliera pas. Et cette justice allemande ne dormira pas si elle apprend des actes de ce genre dans la prison de torture de Damas.

« Ce procès contre des membres du régime Assad montre que nous, en Allemagne, sommes prêts à continuer de poursuivre de tels crimes de manière cohérente à l’avenir », a déclaré le procureur général fédéral Peter Frank.

« Nous ne devons pas devenir un refuge pour les criminels de guerre ou les participants actifs à un génocide. »

Parce qu’Anwar R., 57 ans, né à Homs, a sept enfants,  n’est pas seulement un auteur présumé.

Bien qu’il ait fidèlement servi le régime d’Assad pendant des années, il a également été le premier déserteur éminent à quitter la Syrie et à se défendre contre l’opposition.

Il a non seulement persécuté, il a également été persécuté. À son arrivée en Allemagne à l’été 2014, il a demandé l’asile politique.

Dans tout État totalitaire, il y a des hommes comme Anwar R., qui reçoivent des ordres d’en haut et qui ont pourtant suffisamment de pouvoir pour décider de la vie ou de la mort.

Sans ces hommes aucun système totalitaire ne peut pas survivre.

Des hommes récompensés pour leur fidélité. Début 2011, Anwar R. a été promu colonel, maintenant il était l’un de ces hommes.

Le soulèvement syrien a commencé peu de temps après.

En mars 2011, des milliers de Syriens sont descendus dans les rues, d’abord uniquement dans la petite ville de Dara, puis partout, un souffle de liberté a traversé le pays opprimé.

À Damas, le président Bashar al-Assad a convoqué les chefs des services secrets, de la police et de l’armée.

Le 20 avril 2011, le groupe a décidé de recourir à la force pour réprimer le soulèvement.

Peu de temps après, selon les estimations, entre 3 000 et 6 000 personnes se sont rassemblées à Douma, au nord-est de Damas, pour une manifestation à la mosquée principale, des gens dansants dans la rue et criants « Bashar, pars ! »

À un moment donné, une sombre Mercedes s’est arrêtée, raconte le deuxième accusé du procès, l’ancien collègue d’Anwar R., Ejad A., qui était là à l’époque.

Hafis Makhluf, le cousin d’Assad, est sorti de la Mercedes, une mitraillette ou une arme semi-automatique à la main, tirant sur la foule et criant : « Celui qui aime le président devrait tirer sur les traîtres. »

La panique a éclaté. Cinq des manifestants sont tombés morts, les lapins d’Assad ont pourchassé des gens dans les rues et arrêté ceux qui ne pouvaient pas s’échapper à temps.

Les prisonniers ont été chassés dans des bus et conduits à la prison de la rue Bagdad.

Le centre de détention se compose de plusieurs bâtiments situés derrière un haut mur et reliés entre eux.

Le bureau d’Anwar R. était au premier étage, une trentaine de gardes étaient de garde au rez-de-chaussée et des escaliers mènent au sous-sol où se trouvent les cellules, comme le décrivent d’anciens prisonniers.

Le complexe est conçu pour une centaine d’occupants.

Mais après le début du printemps arabe, le nombre de prisonniers a grimpé en flèche, de sorte que plus de 400 personnes se sont rassemblées dans le cachot du sous-sol.

Certaines cellules étaient si surpeuplées que les détenus devaient dormir debout, les visites aux toilettes n’étaient autorisées qu’une fois par jour et les conditions d’hygiène étaient catastrophiques.

Dans le département 251, il n’y a pratiquement pas eu d’interrogatoire sans torture, selon l’acte d’accusation.

Parfois, les interrogateurs ont utilisé une méthode appelée « Dulab » dans laquelle les détenus sont forcés d’entrer dans un pneu de voiture et battus et frappés à coups de pied.

Une autre méthode de torture, le « tapis volant », a attaché les prisonniers à une planche et les a maltraités ; une charnière permet d’ouvrir le bas du corps jusqu’à ce que les prisonniers rugissent de douleur.

Et puis il y avait la « chaise allemande », dans laquelle les mains sont attachées derrière une chaise en métal mobile et la colonne vertébrale est tendue vers l’arrière jusqu’à ce que les vertèbres éclatent — ou que la colonne vertébrale se brise.

Les gardiens ont accordé une attention particulière au prisonnier Ahmad, qui a filmé la manifestation des femmes à Damas :

Il vient d’une famille célèbre, son grand-père faisait partie du gouvernement syrien dans les années 40 et 50.

Ahmad lui-même dirigeait une entreprise de cosmétiques dans la région de Damas jusqu’à son arrestation, et ses crèmes pour les mains ont été exportées vers de nombreux pays arabes.

Lorsque les gardiens l’ont pris pour un interrogatoire, un détenu plus âgé lui a donné des conseils :

 « Dans cette situation, il n’y a que deux options : soit serrer les dents et montrer de la force, soit crier tout le temps. »

Il y avait deux types d’agents du renseignement dans la prison. Les gardiens qui ont pris soin des prisonniers et les ont maltraités sur instruction.

Et les interrogateurs qui utilisaient les outils de torture comme un maître boucher.

« Ils ont beaucoup ri », explique Ahmad, « ils ont apprécié. » Rien n’a été fait aux prisonniers, raconte Mahamad A., 37 ans, qui a été gardien de sécurité en prison et a finalement déserté parce qu’il ne pouvait plus supporter les atrocités.

La torture n’a pris fin que lorsque le prisonnier s’est évanoui, se souvient Ejad A., 43 ans, le deuxième accusé qui a servi dans divers services de renseignement pendant 16 ans avant de s’enfuir en Allemagne.

Au moins 58 personnes ont été tuées dans la prison d’Al khatib entre le début du printemps arabe et l’évasion d’Ahmad en septembre 2012, selon l’acte d’accusation du procureur.

Dans leurs enquêtes à travers l’Europe, les procureurs ont interrogé une centaine de témoins, d’anciens militants des droits civiques et victimes de torture, ainsi que des transfuges.

L’acte d’accusation est également basé sur l’examen médico-légal d’environ 28 000 photos par un ancien photographe militaire syrien sous le pseudonyme de « César », dont le travail consistait à photographier des corps et qui a fait passer clandestinement les photos hors du pays — y compris de nombreuses photos de personnes décédées.

Peu avant Noël 2012, Anwar R. s’est enfui en Jordanie avec sa femme et cinq de ses enfants — et a fait un changement étonnant :

il conseille désormais la résistance syrienne à Assad. Anwar R. a même été nommé porte-parole militaire de l’opposition en exil, explique Kefa Ali Deeb, qui dirigeait à l’époque la résistance.

Le ministère allemand des Affaires étrangères à Berlin a également confirmé « un rôle actif et visible de M. R au sein de l’opposition syrienne ».

Le service de renseignement allemand atteste que M. R. a divulgué ses connaissances internes de ses 18 ans aux services secrets de l’opposition.

Anwar R. s’envole pour Genève et Istanbul, pour les pourparlers de paix internationaux de l’Envoyé spécial des Nations Unies, portant un costume et une cravate. La prison de la rue Bagdad semble maintenant très loin.

Mais tous ne croient pas au changement miraculeux du serviteur Assad en ennemi du régime.

L’avocat des droits humains Anwar al-Bunni, par exemple, qui a été lui-même temporairement maltraité dans la prison de la rue Bagdad, affirme :

« On savait à Damas qu’Anwar R. était le tortionnaire le plus brutal du régime. »

À l’été 2014, Anwar R. a déménagé en Allemagne avec sa famille, a demandé l’asile et a obtenu un permis de séjour.

Au nord-est de Berlin, lui et sa famille trouvent un appartement dans un nouveau lotissement calme. Un chien en peluche blanc comme neige sourit amicalement du rebord de la fenêtre à chaque visiteur.

Le contraste avec la guerre civile ne pouvait guère être plus grand.

Cependant, le conflit a laissé sa marque. R. souffre d’hypertension artérielle depuis plusieurs années.

En février 2015, il s’est rendu au cabinet d’un médecin syrien à Berlin-Tempelhof. Quand Anwar R. est assis dans la salle d’attente, il regarde par la fenêtre.

Dans la rue, il pense pouvoir voir deux hommes monter et descendre et regarder avec méfiance.

Lorsqu’il quitte la salle du médecin, les hommes sont toujours là, seulement quand R. s’approche d’eux, ils sautent dans une voiture et s’en vont.

Quelques jours plus tard, R. rend visite à un dentiste.

Lorsqu’il sort de l’entraînement tard dans la matinée, deux hommes à l’air arabe se tiennent sur le chemin et le regardent, alors il le rapportera plus tard. R. est maintenant convaincu que les services secrets syriens le surveillent.

Il se présente à la police. Et commence à dire, sa déclaration est enregistrée.

Les minutes d’interrogatoire se sont lues comme si R. parlait à la police principalement pour expliquer pourquoi le régime syrien le cherche maintenant. Il raconte son séjour en Syrie.

Des services secrets. Et du département sécuritaire 251.

Ce que R. ne sait pas, c’est que le procureur général allemand est responsable des enquêtes sur les soupçons d’espionnage. Et pour les enquêtes sur les criminels de guerre aussi.

Les procureurs de Karlsruhe, où se trouve le siège, examinent le rapport que le bureau de la police criminelle de Berlin leur a transmis.

Ils refusent de reprendre l’enquête sur des soupçons d’espionnage : les soupçons sont trop vagues.

Mais quand Anwar R. rapporte à nouveau en détail son séjour en Syrie lors d’un deuxième interrogatoire, le procureur général a ouvert une autre enquête — contre Anwar R. lui-même, en raison de possibles crimes contre l’humanité.

Après des mois d’enquêtes, il est arrêté le 12 février 2019. L’homme qui a si longtemps servi les services de renseignements syriens, qui avait son bureau dans une prison de torture et se sent maintenant menacé par les hommes d’Assad, a cherché protection avec l’aide des Allemands police — et se retrouve en prison lui-même.

Lorsque Anwar R. parle de lui et de la prison de la rue Bagdad, il ne sonne guère différent de son ancien président.

Lorsque Bashar al-Assad a été interrogé sur l’arrestation d’Anwar R. par un journaliste d’une chaîne de télévision russe en novembre 2019 et interrogé sur l’enquête de la justice allemande, le dictateur a déclaré :

« Nous ne pratiquons pas la torture. Pourquoi devrions-nous torturer les gens ? Ce n’est pas notre politique. »

L’ancien prisonnier Ahmad est terrifié jusqu’à aujourd’hui. Après avoir été arrêté quelque temps dans la rue Bagdad, il a été transféré dans une autre prison et libéré quelques jours plus tard, en 2013, il s’est enfui en Allemagne via le Liban.

Aujourd’hui, il vit en Rhénanie du Nord-Westphalie, apprenant l’allemand et obtenant son permis de conduire, il espère pouvoir bientôt retravailler.

Contrairement à de nombreuses victimes de torture, Ahmad se dit heureux de pouvoir participer personnellement au procès.

Il n’avait pas peur de rencontrer Anwar R. « Pour moi, le fait que cette procédure puisse avoir lieu est une forme de justice, pour laquelle je remercie l’Allemagne », dit-il.

Les avocats d’Anwar R. et d’Ejad A. ne veulent pas commenter l’acte d’accusation.

Le procureur général Peter Frank, qui a également émis des mandats d’arrêt contre plusieurs autres agents des services secrets syriens de haut rang, accuse Anwar R. d’être coupable de « motifs mineurs » pour le meurtre et la torture.

Si le tribunal suit l’acte d’accusation, R. encourt une peine d’emprisonnement à perpétuité, peut-être même avec une détention préventive ultérieure. Il devrait ensuite passer le reste de sa vie dans une prison allemande.

Des organisations de défense des droits de l’homme rapportent que la torture se poursuit en prison dans la rue Bagdad.

Tous les droits de la publication et les droits de l’auteur sont réservés au Monitor MENA