Qatar finance-t-il le Hezbollah?

Le monde des services secrets, des agents privés et le fait de tirer sur la corde, est généralement caché au public. Le rideau se lève rarement un peu permettant des aperçus timides. Un tel cas se déroule actuellement entre Berlin, Bruxelles et la capitale qatarie, Doha. C’est une question autour de l’argent et de grandes politiques, du commerce d’armes et du terrorisme. Dernier point mais pas le moindre, une question de moralité : jusqu’où une agence de relations publiques allemande respectée pourra-t-elle aller dans son business?

L’histoire commence avec Jason G., un entrepreneur privé qui travaille couramment pour différentes agences de sécurité et services de renseignement, dirige sa propre petite entreprise et dont les opérations l’ont amené à l’autre bout du monde, y compris à Doha, au Qatar. Le petit et riche émirat du Golfe Persique, qui veut accueillir la Coupe du monde de football l’année prochaine, est un joueur particulièrement actif dans le monde obscur des services secrets et il est critiqué souvent pour son prétendu soutien aux groupes islamistes.

A Doha, G. est tombé sur certaines informations douteuses. Il y a eu une affaire d’armes présumée autour du matériel de guerre de l’Europe de l’Est, gérée par une entreprise au Qatar. Et il y a eu des présumés flux d’argent de plusieurs Qataris riches et libanais exilés à Doha vers le Hezbollah – l’organisation qui fait partie du gouvernement au Liban, mais internationalement interdite puisqu’elle est classée en tant qu’organisation terroriste ainsi qu’elle est interdite en Allemagne depuis avril. Grâce à des connaissances de responsables gouvernementaux influents, les dons auraient été transférés à travers une organisation caritative à Doha.

Le résultat ? Un dossier épais avec du matériel compromettant et assez explosif : Israël et les États-Unis tentent depuis longtemps d’assécher le Hezbollah. Des preuves concrètes que de l’argent circule du Golfe vers des groupes terroristes augmenteraient la pression sur le Qatar et conduiraient probablement à des sanctions. Alors que faire du dossier?

Fin 2017, Jason G. a rencontré un avocat bien impliqué dans la politique allemande, qui l’a présenté à son tour au conseiller politique berlinois Michael Inacker. Celui-ci travaille pour la société de conseil WMP depuis 2014 et est président du conseil d’administration depuis 2015. Auparavant, il a basculé pendant des années entre le monde des médias et celui des entreprises : il a travaillé pour le journal allemand FAZ, il a été membre des rédacteurs en chef de Handelsblatt et Wirtschaftswoche, il a travaillé pour DaimlerChrysler et Metro AG. Inacker est un poids lourd de l’industrie. «La communication est la condition de toutes les batailles», est écrit sur le site Web de WMP, comme citation du fondateur Hans-Hermann Tiedje, ancien patron de Bild: «Si vous convainquez, vous gagnez!»

Le dossier secret pourrait coûter jusqu’à dix millions d’euros

Jason G. a présenté les éléments incriminants de Doha à l’avocat et à Inacker. La question était de savoir combien pouvait-on dégager avec un tel dossier. Les estimations vont jusqu’à dix millions d’euros. C’est «peut-être le montant (cible) que l’informateur lui-même ou son avocat espérait d’une vente», a indiqué Inacker aujourd’hui. Pour lui, le matériel «semblait potentiellement important pour la lutte contre le financement du terrorisme islamiste», c’est pourquoi il a aidé à établir des contacts avec les autorités de sécurité allemandes «afin de se faire une idée». Le processus est allé jusqu’aux étages supérieurs du service. Les experts allemands étaient censés évaluer l’informateur et son histoire. Le résultat : potentiellement intéressant, potentiellement pertinent.

Les éventuels revenus commerciaux, tels que prévus par plusieurs contrats et accords, doivent être partagés. Pendant quelques mois, il semblait que plusieurs hommes pouvaient devenir riches. Mais qui sera le plus intéressé par le rachat de ce délicat dossier? L’adversaire du Qatar? Ou peut-être l’émirat lui-même, qui pourrait avoir un besoin vital de faire disparaître les informations prétendument compromettantes?

WMP arrange des réunions avec des diplomates qataris

C’était donc un bon pas que WMP avait déjà travaillé pour l’émirat et que Inacker est connu pour avoir un diplomate qatari de haut niveau dans son cercle. Il a admis avoir «donné aux représentants qataris» une «référence pour l’informateur». Il était autour de la «transparence et de la lutte contre certains réseaux critiques anti-israéliens». Début 2019 à Bruxelles, Inacker, Jason G. et le diplomate qatari ont déjeuné ensemble pour discuter les détails.

Selon Jason G., grâce à la médiation d’Inacker, il y a eu une demi-douzaine de rencontres entre G. et le diplomate qatari. On est heureux que G. soit prêt à aider à «nettoyer» son propre pays, a déclaré le haut diplomate, du moins c’est ainsi que G. veut lui rappeler. On veut utiliser les informations du dossier pour retirer les «personnages louches dans leurs propres rangs» de la circulation. Selon G., des remarques horribles ont également été faites à propos d’Israël : lors d’une des réunions, le diplomate a déclaré qu’ils avaient appris de fond en comble que les Juifs étaient leurs ennemis. Du moins c’est ainsi que G. prétend l’avoir entendu.

Lors des réunions, il a reçu à plusieurs reprises 10.000 euros en espèces, affirme G. Dans les mois suivants, les Qataris lui ont remis 100.000 euros supplémentaires. Il n’y a aucune preuve écrite pour cela.

Début juillet 2019, Jason G. et les Qataris ont signé un contrat avec un protocole d’accord. En tant que consultant, G. a reçu 10.000 euros par mois pendant un an. Les Qataris s’engagent également à ne pas poursuivre G. pour espionnage et à ne pas partager ses informations avec d’autres pays. G. a dit qu’il a donné aux Qataris les noms des donateurs et des partisans, y compris celui d’un général influent. Les forces armées qataries sont restées en contact avec lui. Le fait que le contrat existe pour une durée d’un an a également été confirmé par le nouvel avocat berlinois de G., qu’il l’a maintenant engagé.

Accords de commission avec WMP

En août 2019, la société de Jason G. a conclu un accord formel avec WMP signé par le PDG Michael Inacker. «  La société de G. est intéressée par le développement des relations commerciales au Qatar». WMP «permettra et favorisera les contacts commerciaux et la conclusion des contrats» pour la société de G. Pour toutes les transactions qui «mènent à une transaction», WMP reçoit une commission de 20 pour cent des ventes.

Jason G. a affirmé qu’il a rencontré régulièrement Inacker et lui a donné sa part des paiements du Qatar en espèces dans une enveloppe. Seulement un récépissé de transfert confirme qu’en mars, un militaire qatari a transféré 15000 euros à G.

Inacker parle d’un «accord habituel de commission» qui portait sur le «lancement réussi d’accords commerciaux avec des entreprises dans la région du Golfe» – mais qui «n’a jamais été dévoilé». Jason G. avait «plusieurs fois proposé oralement des idées pour avoir un pourcentage de la part de notre société concernant la vente des informations en question, mais un contrat n’a pas été finalisé». Son entreprise «n’a jamais reçu de paiement de l’informateur». Et «d’autres accords entre notre société et l’informateur en question n’ont jamais été conclus et n’existent pas actuellement».

Au moins, le dernier point n’est pas tout à fait correct. Quelques semaines après le premier accord, la société Inacker et G. ont conclu un second accord. Il y est indiqué que la société de G. a «des contacts et des relations étendus avec des clients potentiels» de WMP et que WMP est «intéressée par l’acquisition de nouveaux clients». La société de G. s’engage à permettre et à promouvoir «des contacts et des contrats clients appropriés» et à recevoir 27,5 pour cent des ventes. En contrepartie, WMP aurait également droit à une commission de 27,5% du chiffre d’affaires pour les transactions négociées par G. «dans le domaine de l’analyse des risques». En réponse à de multiples demandes de renseignements, WMP a reconnu l’existence du deuxième accord, mais a déclaré qu’il était destiné à remplacer le premier accord.

Les Qataris offrent 750.00 euros pour un  accord de confidentialité

Ni le gouvernement de l’émirat ni l’ambassadeur du Qatar à Berlin ne veulent commenter les détails, un porte-parole du gouvernement de Doha a simplement annoncé que le Qatar jouait «un rôle central dans les efforts internationaux de lutte contre le terrorisme et l’extrémisme au Moyen-Orient». Le pays a «des lois strictes pour empêcher les particuliers de financer le terrorisme», et toute personne qui le fera sera puni sévèrement selon la loi.

Jason G. a informé son nouvel avocat berlinois qu’il ne signerait en aucun cas l’accord de confidentialité. «Je n’ai obtenu le premier accord que parce que les Qataris m’ont promis de mettre ces financiers en faillite», a-t-il affirmé. Lors de la réunion de Bruxelles, il a été horrifié quand on a dit que les Juifs étaient les «ennemis» du Qatar.

Entre-temps, G. a contacté l’ambassade d’Israël par l’intermédiaire de son avocat berlinois et lui a proposé ses services.

Au début de mai 2020, Jason G. a de nouveau rencontré le lobbyiste Inacker pour une conversation, cette fois au siège de WMP à Berlin. La conversation, entre autres, s’est déroulé autour de l’offre du Qatar de conclure un accord de confidentialité dans lequel serait inclus des informations autour du financement du Hezbollah, assure le nouvel avocat berlinois de G. au lieu de citer son client. L’offre des Qataris de payer 750.000 euros en retour a également été évoquée. De plus, la part due au WMP était un problème. Inacker nie connaître le contenu de «toute négociation qui aurait pu avoir lieu entre l’informateur et les représentants qataris (ou d’autres parties intéressées)». Cela s’applique également pour l’offre du Qatar «pour un paiement en échange de la finalisation d’un accord de confidentialité». Dans plusieurs enquêtes, Inacker a admis qu’il était au courant de l’obligation de confidentialité, mais de son point de vue cela n’a jamais été autour d’une dissimulation.

Après le meurtre de Kashoggi, WMP a mis fin à sa coopération avec l’Arabie saoudite

La société WMP d’Inacker a travaillé plusieurs fois pour divers clients controversés dans le passé, y compris l’Arabie saoudite. Mais en même temps, l’entreprise a également prêté attention à sa réputation. Après que des agents saoudiens ont brutalement assassiné l’intellectuel saoudien Jamal Kashoggi dans la capitale turque Istanbul en octobre 2018, WMP a mis fin à sa coopération avec les Saoudiens. «Après cet acte terrible, nous devons réaliser aujourd’hui que notre rôle de médiateur et les possibilités de soutenir les forces de réforme ne peuvent plus être vus par le public allemand et ne peuvent donc pas être représentés par nous», a déclaré Inacker aux médias. Auparavant, «Bild am Sonntag» a rapporté que le ministère saoudien de l’Information avait versé à WMP des montants à six chiffres par mois. WMP, une entreprise morale: Cette image doit évidemment être préservée à travers cette décision. Comment la médiation entre les Qataris et l’entrepreneur privé s’inscrit-elle ? Quelle sont les limites du lobbying?

Inacker a indiqué aujourd’hui qu’il n’a peut-être pas été «assez décisif», il aurait dû dire plus clairement à un moment ou à un autre que «ce n’est pas notre sujet». En même temps, il a insisté sur le fait qu’il «n’a pas participé à garder du secret sur le réseau de financement de l’organisation terroriste au moyen d’une « déclaration de confidentialité». Il a même «informé les autorités allemandes de l’informateur et de ses connaissances à un stade précoce». La défense du droit d’Israël à exister joue un rôle important dans sa vie.

Au cours de la conversation en mai entre Jason G. et Inacker au siège du WMP à Berlin, une phrase aurait été prononcée qui, si elle était correcte, montrerait à quel point Inacker devait être conscient de l’explosivité politique de l’affaire: S’il serait «un ennemi du Qatar» alors il ne publierait pas d’histoires sur les conditions de travail sur les chantiers de construction de la Coupe du monde de football, «mais je publierais cette histoire». Une histoire avec «la preuve que le Qatar finance une organisation» comme le Hezbollah. Ce serait alors «sur la première page du journal Bild, alors le Qatar aurait un problème».

Interrogé sur la déclaration alléguée, Inacker a répondu : « Une telle déclaration et une argumentation hypothétique ne correspondent pas à notre point de vue ». « Il n’a pas nié en fait que la phrase a été prononcée».

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA