Qui a libéré les membres de l’État islamique des prisons du nord de la Syrie ?

Les accusations se poursuivent entre les forces démocratiques syriennes (SDF) et l’armée turque concernant l’identité du parti qui a libéré les membres « ISIS » capturés dans le nord de la Syrie, l’une des régions les plus dangereuses au monde, lors de la récente opération turque.

Alors que les forces kurdes affirment que les forces turques ont bombardé des zones où se trouvaient les prisons de l’État islamique, provoquant la fuite de nombreux prisonniers, comme ce fut le cas à Tel Issa au cours de l’opération militaire turque contre les Kurdes, où SDF a annoncé la fuite de dizaines de prisonniers d’ISIS.

Au même moment, la Turquie blâme SDF, affirmant que les combattants kurdes avaient libéré au moins 800 terroristes de l’État islamique de la ville de Tall Abyad, dans le nord de la Syrie.

« En revanche, YPG/PKK a libéré plus de 800 prisonniers de guerre DAESH à Tal Abyad », a déclaré le ministère de la défense turc dans un communiqué.

« La Turquie est le seul membre de l’OTAN et de la Coalition internationale contre DAESH à se battre face à face avec l’État islamique en Irak et en Syrie. »

La déclaration a souligné que la Turquie a jusqu’à présent réussi à neutraliser plus de 4000 membres de l’État islamique en Syrie et en Irak.

« La preuve de la fermeté de la Turquie dans ce contexte est que l’opération “fontaine de Paix” vise à vaincre toutes les organisations terroristes, en particulier ISIS, ainsi que l’opération vise récemment les cadres dirigeants de l’organisation terroriste », ajoute le communiqué.

Les États-Unis ont confié à la Turquie les affaires des prisons de l’État islamique déployées dans le nord de la Syrie, lors de l’approbation par les États-Unis de l’opération militaire turque dans le nord de la Syrie, où les États-Unis ont abandonné les forces kurdes.

Mais Ankara a déclaré que son territoire « n’est pas un hôtel pour les membres de l’État islamique » et qu’un grand nombre d’entre eux doivent être expulsés vers leur pays d’origine.

Déjà la semaine dernière, des prisonniers de l’État islamique étaient arrivés aux États-Unis et en Allemagne, au milieu d’une controverse européenne et américaine sur leur réception, en particulier après le retrait par certains pays européens de la citoyenneté « la nationalité » de membres de l’État islamique arrêtés, qui ont prouvé leur adhésion à l’organisation en Syrie.


Tous les droits sont préservés pour l’observateur du Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Mena.