Rapport annuel allemand sur l’extrémisme: les Frères musulmans et le travail dans le secret

Dans son rapport annuel, le bureau fédéral de la protection de la Constitution n’a pas considéré les réseaux des Frères musulmans comme un réel danger, mais le rapport présenté le 9 juillet était clair et a accusé les courants islamiques d’antisémitisme. Le rapport a réitéré que le nombre des combattants de Daech censés revenir est bien supérieur au chiffre signalé il y quelque temps.

Après plusieurs semaines de retard, le chef du Bureau de protection de la Constitution (BfV), Thomas Haldenfang et le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer ont présenté le rapport annuel du bureau fédéral de la protection de la Constitution pour 2019. Le rapport  place les islamistes et le terrorisme islamique après les groupes d’extrême droite connus sous le nom de (Reichs Citizen) et après les groupes d’extrême gauche.

En ce qui concerne le militantisme islamiste, l’accent a été mis cette année encore sur les djihadistes, en particulier ceux affiliés à l’Etat islamique. « S’occuper des femmes qui reviennent au pays est un défi particulier, car il est souvent difficile de prouver qu’il s’agit d’infractions criminelles, sans se livrer au combat. Cependant, beaucoup étaient clairement motivés par des idées djihadistes et ont soutenu Daech logistiquement et ont propagé une propagande favorable à cette organisation. Au cours de l’année 2019, des jugements initiaux contre les rapatriés ont été pris tout en tenir compte de cette situation. »

Augmentation du nombre de salafistes et des courants islamistes en général

En générale, le nombre d’extrémistes de convection islamique a augmenté de 5,5%, passant de 26 560 l’année précédente à 28 020 en 2019. Le groupe des Frères musulmans / l’organisation de rassemblement islamique en Allemagne; Deutsche Muslimische Gemeinschaft a connu l’augmentation la plus importante. En effet, leur nombre des adhérents est passé de 1 040 à 1 350. Cela correspond à une augmentation d’environ 30%.

L’État du Rhin du Nord représente un phénomène particulier en ce qui concerne l’activité des Frères musulmans, alors que le gouvernement fédéral a signalé 310 nouveaux partisans de ce courant extrémiste, le Bureau d’État du Rhin du Nord pour la protection de la Constitution a signalé environ 185 nouveaux partisans des Frères musulmans il y a quelques semaines. Si les deux chiffres sont pris en compte, cela conduit à la conclusion que le nombre d’adeptes des Frères musulmans en Rhin du Nord augmente plus rapidement que tous les quinze autres États allemands réunis.

« Relations personnelles sans équivoque » avec les Frères musulmans

Cependant, il reste surprenant de constater que la menace potentielle des Frères musulmans est ignorée par les renseignements internes allemands.

Le groupe des Frères musulmans et le rassemblement des musulmans DMG, (attribués aux Frères musulmans), viseraient un changement à long terme dans la société dans le but d’établir un système social et politique basé sur la charia ». Dans ce contexte, on parle de «liens personnels sans ambiguïté» ainsi que de «liens structurels et idéologiques étroits» entre DMG et les Frères musulmans.

Il est bien connu que le DMG a nié à plusieurs reprises tout contact avec les Frères musulmans, et a même démontré à plusieurs reprises son attachement à la Loi fondamentale et au système démocratique libéral, Mais tout cela n’est qu’une partie d’une approche conspiratrice et dualiste du discours de l’organisation. Le rapport indique également que de nombreux liens entre des hauts fonctionnaires du DMG et des membres de l’organisation des Frères musulmans confirment l’affiliation de l’organisation islamique DMG au réseau des Frères musulmans – l’Organisation internationale ».

950 adeptes des Frères musulmans hors des projecteurs

Pendant ce temps, le Bureau fédéral de la protection de la Constitution n’annonce pas la localisation de 1 350 partisans des Frères musulmans en Allemagne. Alors que les extrémistes de droite et de gauche annoncent avec précision les associations dans lesquelles ils s’organisent. Les fidèles des Frères musulmans ne sont remarqués qu’en petites quantités en admettant que 400 d’entre eux sont membres du DMG, ce qui signifie qu’environ 950 fidèles des Frères musulmans, c’est-à-dire la majorité, sont actifs dans le secret.

Cela signifie qu’il y a encore une contradiction, car les autorités allemandes de protection constitutionnelle peuvent définir les collectifs des Frères musulmans, mais en même temps éviter de nommer la majorité des associations des Frères musulmans et des groupes de mosquée auxquels ils sont nommés.

Comme c’est le cas chaque année, la plupart des organisations islamiques actives en Allemagne sont nommées brièvement, à l’exception des Frères musulmans et des salafistes. Lorsque le Hizb Al-Tahrir a été interdit en 2003, il a été indiqué que des groupes tels que « Real Islam » et « Islam’s Generation » en étaient « idéologiquement proches ». Cependant, le Bureau de la protection de la Constitution a enregistré une croissance significative de 350 à 430 partisans du Hizb Al-Tahrir. De même, avec le groupe turc « Furkan Community », ses membres sont passés de 290 à 350 personnes. Selon le rapport, près de 100 partisans du Parti islamique afghan résident principalement dans des mosquées de Francfort et de Hambourg. Le rapport n’a fourni aucun détail sur le Hezbollah et les procédures de recherche ont commencé après l’interdiction en avril 2020.

Le droit d’auteur et les droits d’auteur électroniques sont réservés au MENA Research and Studies Centre