Relations algéro-marocains : Le Sahara occidental refait surface

Comité de rédaction

La question du Sahara Occidental / Marocain représente l’un des plus gros obstacles devant les relations bilatérales maroco-algériennes, d’autant plus que le Maroc reproche toujours au voisin fraternel d’être le premier partisan du Front de libération du Polisario qui appelle à l’indépendance du Sahara et rejetant l’initiative d’autonomie interne proposée par le Maroc. Une position avouée par l’Algérie et un appel à l’indépendance du front… et l’accueil  de ses membres sur ses terres.

Nouveaux développements

Le journal électronique marocain Hespress a cité un rapport du secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, adressé à l’Assemblée générale des Nations Unies, couvrant la période de 2011 à 2020, où le Conseil de sécurité a débattu de la question du Sahara marocain en tant que conflit régional en vertu du Chapitre VI de la Charte des Nations Unies relatif au règlement pacifique des différends.

Le Conseil de sécurité exhorte l’Algérie, qui a créé le conflit du Sahara marocain et œuvré à le prolonger pour des raisons géopolitiques héritées de la guerre froide, à travailler de manière constructive avec l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, dans un esprit de consensus, tout au long du processus politique, de manière à assurer le succès de ce processus … selon Hespress .

Guterres a déclaré que «pendant la période susmentionnée, le Conseil de sécurité a continué d’étudier les rapports du Secrétaire général et a pris des décisions sur la situation liée au Sahara », soulignant que «les envoyés et représentants spéciaux du Secrétaire général ont continué de consulter les parties sur les moyens de remédier à la situation».

Les racines du problème

Le Sahara occidental est une vaste région située au nord-ouest de l’Afrique, d’une superficie d’environ 266 000 kilomètres carrés, elle était une colonie espagnole. Actuellement, environ 80% de cette région est géré par Rabat et le reste par le Front Polisario. On estime que la population est d’environ un demi-million d’habitants, répartis entre les principales villes de la région, qui ont été soumises au colonialisme espagnol dans la période de 1884 à 1976. Après le départ des espagnols, le Maroc et le Front Polisario, ont entré en conflit. Le Front a appelé à des manifestations demandant l’indépendance, à la fois Le Maroc et la Mauritanie se sont dirigés vers la Cour pénal internationale.

Le 16 octobre 1975, le Maroc a annoncé l’organisation de la «Marche verte» vers la région du Sahara, et en janvier 1976, il a été annoncé que la «République arabe sahraouie démocratique» était créée avec le soutien de l’Algérie. Au début des années 1980, le Maroc a construit un mur de sable autour des villes de Smara et Laâyoune et Boujdour, dans le but d’isoler les régions désertiques riches en phosphates et les principales villes désertiques, car ce mur protégeait les terres désertiques les plus importantes des attaques du Front Polisario.

Avec l’abandon de la Libye en 1984 pour soutenir le Polisario, puis l’Algérie préoccupée par ses crises internes, la position et le contrôle du Maroc sur le Sahara ont été renforcés. Aujourd’hui, la crise du Sahara Occidental est l’un des conflits politiques et humanitaires les plus longs au monde. Pendant cette guerre, de nombreux Sahraouis ont cherché refuge en Algérie, où ils sont restés dans des camps depuis des décennies.

Le Front Polisario a été créé le 20 mai 1973 dans le but d’établir un État indépendant au Sahara Occidental. Son activité militaire a débuté lors de la colonisation espagnole de la région, lorsqu’elle a reçu l’aide de la Libye et de l’Algérie… pour annoncer, entre 1975 et 1976, la création de la «République arabe sahraouie démocratique», là où le gouvernement d’exil s’est formé dans la région de Tindouf, à l’extrême sud de l’Algérie.

La position algérienne

Les déclarations officielles algériennes ont considéré que son soutien au Polisario est une question de principe, similaire à son soutien à Nelson Mandela en Afrique du Sud auparavant et à son soutien à la cause palestinienne, ce qui a conduit certains observateurs à dire que les relations entre l’Algérie et le Front est devenue historique.

A son tour, l’ancien officier algérien, Anwar Malik, selon ce qui a été rapporté par la BBC, a déclaré que les raisons de soutien algérien ne sont pas liées uniquement, à ce que l’Algérie déclare de la «justice de l’affaire» «mais parce que l’Algérie a trouvé une opportunité pour régler des comptes anciens et renouvelés avec le Maroc, comme les ambitions dans Le Sahara algérien et la compétition pour le leadership au Maghreb.

L’Algérie a joué un rôle de premier plan en soutenant la cause de l’indépendance du Sahara occidental sur la scène politique internationale et dans ce contexte vient la reconnaissance de l’Organisation de l’unité africaine du gouvernement sahraoui.

Une vision internationale

Les Nations Unies sont intervenues dans le conflit complexe depuis 1988, quand elles ont proposé diverses solutions à la question, y compris le référendum qui était proposé au cours des années quatre-vingt du siècle dernier, qui se résume à deux résultats, le premier est de rejoindre le Maroc, qui est rejeté par le Polisario, et le second est la séparation de celui-ci et la formation d’un État indépendant du Sahara occidental, qui n’est pas accepté pour le Maroc.

Les Nations Unies ont mis en place des arrangements complets pour organiser le référendum, en commençant par l’approbation d’un cessez-le-feu entre les deux parties en 1991, mais le processus référendaire a été suspendu faute d’accord sur les personnes habilitées à y participer. Il y avait aussi une proposition d’accorder au Sahara Occidental une large autonomie sous l’administration marocaine, le Polisario a donc rejeté la proposition et l’Algérie a exprimé sa solidarité.

Ensuite, Kofi Annan, l’ancien secrétaire général des Nations Unies, a proposé l’option de partition comme quatrième solution en 2002, le Maroc ayant les deux tiers et le Polisario une troisième, le Maroc a donc refusé.

En 1991, les Nations Unies ont commencé à surveiller l’accord de cessez-le-feu au Sahara occidental. En 2016, le Maroc a menacé de ne pas autoriser les soldats de la paix de l’ONU à opérer au Sahara occidental après que le secrétaire général de l’Organisation internationale, António Guterres, lors de sa visite dans la ville de Tindouf, ait utilisé l’expression «Occupation», en référence à l’annexion par le Maroc de la région du Sahara après le retrait du colonialisme espagnol en 1975.

Il est à noter que Rabat a proposé en 2007 un plan qui accorderait au Sahara une grande autonomie, mais tout en préservant les symboles de la souveraineté marocaine, tels que le drapeau, l’hymne national et la monnaie marocaine. Quant à Washington, il a exprimé son soutien au plan proposé par le Maroc pour donner l’autonomie au Sahara Occidental, considérant le plan « réaliste et crédible ».

Impartialité prétendue

Idriss El Karini, professeur de relations internationales à l’Université de Cadi Ayyad à Marrakech, a estimé que l’Algérie, malgré sa revendication répétée de neutralité dans le dossier, devant les Nations Unies, mais en réalité l’Algérie mobilise toutes ses capacités économiques, diplomatiques et politiques pour soutenir le « Polisario » … selon des déclarations à Hespress.

El-Karaini a ajouté, dans sa déclaration, que l’Algérie «ne laisse aucune occasion, régionale ou internationale, pour faire des déclarations insultantes à l’unité du Maroc, ce qui constitue une perturbation de tous les efforts déployés par les Nations Unies sur la voie du règlement de ce dossier».

Le professeur marocain de politique a estimé que les Nations Unies, alors qu’un certain nombre de pays dans le monde ont pris conscience du rôle d’incitation que joue l’Algérie à cet égard, ce qui vide toute initiative constructive de son importance, notant que pour cette raison, de nombreuses résolutions du Conseil de sécurité ont appelé, ces dernières années, les pays voisins à créer une atmosphère saine et favorable. Le processus politique, dans un cadre de bonne volonté, et en cela une référence claire à l’Algérie, selon El-Karaini.

Ensuite, le professeur d’université a estimé que l’affirmation du secrétaire général de l’ONU sur le rôle de l’Algérie dans ce conflit est venue dans son rapport soumis à l’Assemblée générale en tant que «parlement international», pour expliquer au monde et aux Nations Unies l’importance pour l’Algérie de s’éloigner de ce dossier, qui est supervisé de bonne foi par les Nations Unies, ajoutant que ce sera un facteur utile et de soutien pour mettre fin à ce conflit, surtout après que le Maroc a proposé le projet d’autonomie, le Conseil a salué son sérieux et sa crédibilité dans un certain nombre de ses décisions.

Critique marocaine

Le journal marocain a estimé que le rapport du Secrétaire général et à travers sa mention de la solution politique exclusivement, la résolution 2494 et la série de tables rondes, ont complètement ignoré, comme il l’a fait il y a deux décennies, le plan de règlement et le référendum, affirmant, une fois encore, de mettre fin aux tentatives désespérées et vaines de l’Algérie et de ce qu’elle appelait son industrie le groupe armé séparatiste «Polisario», pour relancer ces plans dépassés que le Conseil de sécurité a enterrés depuis 2001.

Et le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a précédemment annoncé que la question du Sahara occidental est toujours incluse et examinée par l’Assemblée générale des Nations Unies en tant que question de décolonisation. Le Secrétaire général a déclaré dans un rapport présenté pour évaluer la troisième décennie internationale des efforts des Nations Unies pour éradiquer le colonialisme dans le monde, la question du Sahara occidental retient également l’attention du Conseil de sécurité de l’ONU, qui l’a inscrite à son ordre du jour depuis 1975.

Dans ce contexte, M. Guterres a expliqué que le Conseil de sécurité de l’ONU continuait d’examiner les rapports du Secrétaire général et prenait des décisions sur la situation liée au Sahara occidental, le Conseil appelant les parties au conflit le Front Polisario et le Royaume du Maroc à reprendre les négociations bloquées sous les auspices du Secrétaire général sans conditions et de bonne foi tout en tenant compte des efforts déployés depuis 2006 pour parvenir à une solution politique juste et durable qui garantisse au peuple du Sahara occidental le droit à l’autodétermination. Dans le même rapport, M. Guterres a indiqué: «L’Assemblée générale a examiné le rapport du Comité spécial sur l’état de la mise en œuvre de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux au titre du point intitulé« Application d’une déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux »et a suivi l’évolution de la situation dans tous les territoires non autonomes et a présenté un rapport sur Chaque région est modélisée séparément sur le Sahara occidental.

Tous les droits d’auteur et de publication sont réservés à MENA Research and Study Center.