Retour des manifestations populaires en Syrie … Est-elle la fin du régime?

Comité de rédaction

Les manifestations contre le régime syrien et les politiques économiques de son gouvernement se sont étendues à plusieurs régions.

En effet, la ville d’Alsiwayda a connue ces derniers jours une présence inhabituelle des forces de sécurité . As-Suwayda est parmi les régions les plus touchée par les manifestations. En effet, diverses villes, en particulier Daraa, Damas et Idlib, on enregistré des mouvements de manifestation puissantes où des centaines de personnes ont manifesté pour dénoncer la hausse des prix des produits alimentaires et l’effondrement de valeur de la livre syrienne contre le dollar, alors qu’ils scandaient le renversement du régime. Les manifestants ont critiqué la politique économique du gouvernement. D’autres ont ciblé le chef de la pyramide du système, comme « le départ de Bachar al-Assad et le renversement du régime », et exigeant la sortie des milices iraniennes et russes de la région.

Plusieurs vidéos ont été partagées par les médias sociaux ont diffusé les slogans les plus importants qui ont été soulevés, notamment: «La Syrie libre et l’Iran dehors » et le slogan «La Syrie est à nous et quelle n’est pas la maison d’Assad» et «Oh, partez, Bachar», et « le peuple veut renverser le régime ».

les manifestations sont un coup dur pour le régime syrien et ses alliés, de nombreux magasins ont été fermés dans les villes sous le contrôle et d’influence du régime, en particulier Hama, Homs et les villes de la côte, tandis que la peur était plus que la sortie de Damas, qui a forcé le régime à mobiliser la plupart des branches de sécurité en préparation de la répression.

Mobilisation et alerte militaires

Les médias ont dévoilé des informations sur le fait que le régime avait envoyé des renforts militaires dans les gouvernorats du sud pour réprimer les manifestations à As-Suwayda et également dans le gouvernorat de Daraa, berceau de la révolution syrienne et de ses manifestations en mars 2011, et à une époque où beaucoup considéraient le retour des manifestations comme une nécessité pour l’unité des Syriens de renverser le régime d’Assad, ont confirmé des sources « L’Observatoire de Mina »que« les forces d’Assad ont empêché des manifestations similaires à Damas, coïncidant avec un appel à une grève générale sur la côte syrienne en raison de l’aggravation de la crise économique ». le prix d’un dollar environ 2600 livres, dans certaines régions .selon le réseau « As-Suwayda 24 », des renforts militaires sont entrés le soir, à partir de dimanche, notant que « des véhicules blindés se sont rendus dans les quartiers de la ville d’As-Suwayda, en plus d’emmener un convoi militaire équipé de mitrailleuses lourdes à proximité du bâtiment du gouvernorat », et le réseau a révélé que le recrutement des renforts militaires sont venus de pair avec l’arrivée d’une délégation d’officiers et de responsables du régime, dans le bâtiment du gouvernorat, afin de tenir une réunion dans le contexte des événements récents. Manifestations pacifiques, sans nuire à des civils ou à des magasins situés dans la même rue.

La sortie de Daraa, berceau des protestations, monte

La ville de « Tafas » dans la campagne de Daraa a connue une manifestation de masse samedi soir. Les manifestants ont sortie pour dénoncer les conditions de vie, exigeant la chute du régime, et des sources locales ont déclaré qu’en plus de protester contre les conditions de vie difficiles et les prix élevés, après que le taux de change ait atteint une barrière de 2500 livres par dollar, et exigeant la chute du régime, les manifestants ont dénoncé ce qu’ils ont décrit comme l’occupation russe et iranienne en Syrie et la libération de tous les détenus dans les prisons et les centres de détention du régime et de ses services de sécurité.

Daraa connaît en général une grande tension et un mécontentement populaire à l’égard de tous les groupes en raison des pratiques des forces du régime, en conjonction avec le chaos sécuritaire persistant dans la ville et ses campagnes, après que le régime est revenu au contrôle. Les médias ont indiqué que les manifestants ont levé des banderoles disant «Un système qui ne peut pas Fixer les prix, partant de ces foyers, « et aussi » dans tous les pays du monde, une personne périt pour le bien du peuple . Et en Syrie, le peuple est anéanti pour le bien d’une personne. »En référence à la survie de Bachar Al-Assad malgré toutes les destructions et les tueries qu’il a commis.

La situation n’a pas changé dans le nord-ouest de la Syrie, où des manifestations ont eu lieu à Idlib, qui est sous le contrôle du siège de la libération d’Al-Sham, et ont appelé au départ et au renversement du «chef de l’organisation, Muhammad al-Golani».

Au milieu de l’insatisfaction populaire après que les boulangeries ont augmenté les prix d’un «paquet» à 600 livres syriennes pour un poids de 775, et il y a deux jours, les villes de l’est, en particulier Hasaka et Al-Shaddada, ont assisté à des manifestations en raison de l’auto-administration empêchant les agriculteurs de vendre leurs récoltes en dehors des bureaux administratifs.

Réforme retardée et chute

Depuis 2011, toutes les données indiquent que le régime syrien, malgré la reconnaissance de la nécessité d’une réforme et l’accélération de sa réalisation, même dans le domaine des médias, il n’est pas bouger pour le faire et ne peut donc plus diriger le peuple syrien, ni l’unifier ni faire en sorte que les conditions d’une vie décente pour soient garanties, dans le respect des règles de liberté et d’égalité pour lesquelles il est sorti et payer des centaines de milliers de morts et de détenus.

Et avec l’accélération des événements et l’expansion des manifestations en Syrie, en conjonction avec la mise en œuvre des sanctions « César », c’est peut-être ce que le peuple n’a pas réalisé auparavant, l’accomplissant maintenant malgré la difficulté de prédire l’avenir avec ces régimes gérés par la sécurité, jusqu’à ce que tout le pays se transforme en un État de sécurité par excellence, et cela confirme que Al’Assad n’a pas de véritable projet de réforme autre que le pillage du pays,

La mauvaise relation avec son cousin Rami Makhlouf, l’économie syrienne, n’est rien d’autre qu’une lutte pour extraire l’argent syrien restant qu’il a avalé par le biais de ses entreprises, usines et courtiers, et ce qu’il fait ne changera rien au régime syrien ou à ses politiques, et pour mener à bien des réformes partielles qui n’atteignent pas le niveau requis, ne sont plus adaptées Ce que le lion a gâté.

Tous les droits de publication et les droits d’auteur sont réservés au centre d’études et des recherches MENA